«Cela m’a paru une éternité»: le témoignage du photographe qui a survécu à l’incendie de Dubaï suspendu à un balcon


Déjà être pris dans un feu est vraiment une expérience difficile mais suspendue au 45 ème étage pendant 40 minutes, c’est l’enfer ! Pour une ville aussi riche, je trouve que les services d’urgences ne sont pas très rapides dans les cas extrêmes
Nuage

«Cela m’a paru une éternité»: le témoignage du photographe qui a survécu à l’incendie de Dubaï suspendu à un balcon

 

L'incendie de l'hôtel The Address Downtown, le 31 décembre 2015 à Dubaï. KARIM SAHIB / AFP.

L’incendie de l’hôtel The Address Downtown, le 31 décembre 2015 à Dubaï. KARIM SAHIB / AFP.

«Les dernières quarante minutes avant le début de l’année 2016 resteront éternellement gravées dans la mémoire du photojournaliste philippin Dennis Borja Mallari», écrit le Khaleej Times, un quotidien anglophone de Dubaï.

Pour cause: ce dernier a survécu à l’incendie qui a ravagé The Address Downtown, un gratte-ciel de 63 étages, en restant suspendu dans le vide à une corde accrochée au 48e étage pendant au moins une demi-heure. Il se trouvait avec un collègue sur un balcon en train de prendre des photos du feu d’artifice du Nouvel An quand le feu a éclaté, le piégeant tandis que son ami réussissait à sortir, a-t-il expliqué à l’AFP:

«J’ai vu une corde à forte résistance. […] J’en ai déroulé environ 30 mètres, je l’ai fixée à ma ceinture et à mon équipement photo et je suis descendu du balcon. […] Je ne savais pas ce qui se passait plus bas. J’avais peur de m’évanouir à cause de la fumée. […] Le feu était très près de moi.»

Vivant à Dubaï depuis dix ans, le photographe a aussi témoigné auprès du Manila Bulletin, son ancien employeur:

«Je pensais que c’était la fin, j’ai juste continué à prier. […] J’étais en train de prendre des photos quand l’autre photographe a dit qu’il y avait un incendie. Avant que je puisse rassembler mes affaires pour partir, une épaisse fumée noire avait envahi la pièce en quelques secondes et je n’avais d’autre choix que de retourner sur le balcon. […] Mon téléphone mobile m’a sauvé. J’ai appelé la police et je les ai informé que j’étais coincé dans un des étages supérieurs. C’était les 30 ou 40 minutes les plus longues de ma vie, cela m’a paru une éternité.»

L’épouse du photographe, Charlene, a elle aussi témoigné auprès du Khaleej Times avant que l’opération de secours ne débute:

«Il m’a appelé alors qu’il était coincé sur le balcon et m’a dit qu’il allait fabriquer une corde avec des draps et essayer de sortir de là. J’étais si inquiète pour lui. Il a dit qu’il y avait énormément de fumée et qu’il était coincé là depuis un bon moment.»

Selon un premier bilan, l’incendie a fait au moins seize blessés, dont quatorze légers.

http://www.slate.fr/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s