La colère


Il est difficile parfois de contrôler sa colère pourtant, on sait qu’elle est trop souvent mauvaise conseillère.  Apprendre la patience, permet d’agir et de parler pour le mieux
Nuage

 

La colère

 

« Vous ne serez pas puni pour votre colère mais par votre colère. »

Sagesse bouddhiste

Ces 14 publicités chocs ont marqué l’année 2015


À travers le monde, on essaie de trouver des images chocs pour lancer un message, faire réfléchir. En 2015 on s’aperçoit que beaucoup de causes sont similaires (ou presque) d’un pays à un autre
Nuage

 

Ces 14 publicités chocs ont marqué l’année 2015

1. « Plus vous êtes connecté, moins vous êtes connecté. »

Campagne du Centre de Recherches sur la Psychologie de Shenyang sur les dangers de l’hyperconnexion (Chine)  @CRPS

2. « La vitesse tue. » 

Campagne de la préfecture de la province de Western Cape (Afrique du Sud) @WCG

3. « Vous voyez à quel point ça peut être facile de nourrir ceux qui ont faim ? »

Campagne de l’ONG Feed SA pour venir en aide aux enfants en malnutrition dans le monde (Afrique) @FeedSA

4. « Arrêtez la violence, ne buvez pas au volant. »

Campagne d’Ecovia pour lutter contre le fléau de l’alcool au volant (Angleterre)  @Ecovia

5. « Votre enfant est ce que vous mangez. »

Campagne de la Société Pédiatrique de l’État de Rio (SPRS) pour éclairer sur les répercussions positives de l’allaitement (Brésil) @SPRS

6. « Aucun enfant rêve de devenir un adulte en surpoids. »

Campagne de la Ligue Anti-Obésité (LAO) concernant le surpoids (Guatemala)  @LAO

7. « Ce que vous gaspillez en 2 minutes, ça la fait vivre 2 jours. »

Campagne de Colgate pour pousser les gens à économiser de l’eau (États-Unis)  @Colgate

8. « Portez la cause. »

Campagne de l’association de défense des animaux DDB Mozambique. Elle montre à quoi ressemblent les animaux symboles de grande marque sans leur peau, ici Lacoste et Puma (Mozambique Fashion Week)  @DDBMozambique

9. « Pensez à ceux de l’autre côté. »

Campagne de la municipalité de la ville d’Ekaterinburg pour stopper l’utilisation des téléphones au volant (Russie) @Ekburg

10. « L’enfance s’arrête où le travail commence. »

 Campagne de l’ONG portugaise APAV pour lutter contre le travail chez les enfants (Portugal)  @APAV

11. « Ne parlez pas pendant qu’il/elle conduit. »

Campagne de la Police de la ville de Bangalore contre le téléphone au volant (Inde) @BangaloreTrafficPolice

12. « Attachez-vous. Restez en vie. »

Campagne du gouvernement du Québec pour sensibiliser au port de la ceinture (Québec)  @Québec

13. « Qui vous ramènera ce soir ? »

Campagne du gouvernement islandais contre l’alcool au volant (Islande)  @IslGov

14. « Liker, n’est pas aider. »

Campagne de l’ONG singapourienne Crisis Relief Singapore (CRS) pour pousser les gens à agir et non pas rester inactif derrière un écran. (Singapour)@CRS

http://www.demotivateur.fr/

Le Saviez-Vous ► La plus vieille musique connue date de 3400 ans


La musique ne date pas d’hier, même si elle ne fera jamais partie du top des 50 meilleures chansons, c’est quand même un air qui revient de très loin.
Nuage

 

La plus vieille musique connue date de 3400 ans

 

La partition de cette musique était inscrite en cunéiforme sur une tablette datant de 1400 av. J.-C retrouvée en Syrie dans les années 50.

Il s’agit d’une échelle diatonique, à sept tons comme l’échelle à la base de la musique occidentale. Si les notes sont bien inscrites ce n’est pas le cas du tempo et du rythme, ce qui laisse une grande marge d’interprétation à ceux qui veulent jouer cette mélodie.

Une échelle à sept tons

La professeure d’assyriologie de l’université de Californie Anne Draffkorn Kilmer a longuement travaillé sur cette musique d’un autre âge, ainsi que la musicologue belge Marcelle Duchesne-Guillemin.

Alors que l’on pensait qu’il n’y avait pas de théorie et d’échelle musicale avant les Grecs, une publication de 1963 a montré les peuples de l’Orient Ancien en possédaient déjà avant eux. Il s’agit d’une échelle diatonique, à sept tons comme l’échelle à la base de la musique occidentale. Si les notes sont bien inscrites ce n’est pas le cas du tempo et du rythme, ce qui laisse une grande marge d’interprétation à ceux qui veulent jouer cette mélodie.

Un hymne à la femme d’un dieu

Cette chanson est un hymne à Nikkal, la femme du dieu de la lune Yarikh, et est accompagnée d’un texte. Il s’agit de la complainte d’une femme qui n’arrive pas à avoir d’enfants.

« La déesse laisse les couples mariés avoir des enfants, peut-on y lire. Elle les laisse naitre des pères. Mais le fils unique va crier « elle n’a pas porté le moindre enfant ». Pourquoi n’ai-je pas, en vraie épouse, porté d’enfants pour toi ? »

réf :

https://jack35.files.wordpress.com (images)

http://www.laboiteverte.fr/

http://www.maxisciences.com/

Des « vampires » déterrés en Pologne


Des gens pouvaient vivre dans une communauté et être considéré à leurs morts des vampires, c’est ce que les archéologues ont pu trouver dans un cimetière en Pologne. Il fut une époque, que certaines choses inexplicable était jugé comme nécessairement mauvais
Nuage

 

Des « vampires » déterrés en Pologne

 

skel

© Credit Here

Des bioarchéologues ont exhumé 333 corps dans le cimetière de Drawsko (nord-ouest de la Pologne). Six de ces dépouilles avaient été enterrées comme l’étaient parfois les supposés vampires : avec une faucille autour du cou ou des cailloux enfoncés dans la mâchoire — des mesures censées empêcher le retour des morts-vivants.

Les scientifiques pensaient que ces personnes étaient des étrangers ayant vécu comme des parias. Mais quand Lesley Gregoricka a mesuré la quantité d’isotopes radiogéniques du strontium dans leur émail dentaire – un chiffre qui varie selon les endroits et peut révéler où un individu a grandi –, elle a découvert l’inverse : cinq d’entre eux étaient des autochtones.

Peut-être sont-ils décédés dans des circonstances en apparence mystérieuse, victimes de violence, de maladie ou d’homicide. De tels événements les auraient alors rendus suspects aux yeux des autres. Dans la Pologne post-médiévale, explique Lesley Gregoricka, le surnaturel « était le moyen d’expliquer l’inexplicable ».

Par Rachel Hartigan Shea

http://www.nationalgeographic.fr/

Une maison écologique qui génère des économies


Hydro-Québec, ne dois pas trop aimer ce type de maison, car elle ne consomme pratiquement pas d’électricité. Malheureusement, elle n’est pas accessible pour tous, mais peut-être dans un avenir rapprocher nos maisons seront plus économe et plus écologique même avec nos hivers
Nuage

 

Une maison écologique qui génère des économies

 

MAISONPAILLE

Kate Alvo a réussi un tour de force : construire une résidence écologique en paille qui lui permet de consommer moins de 15 $ d’électricité par mois.

Avec son compte d’électricité à l’appui, elle montre que la consommation actuelle de sa résidence, construite sur un flanc de montagne à Portneuf, est d’environ 13 $ par mois.

« Ils nous chargent 26 $ aux deux mois. Mais ça, c’est juste le coût de l’abonnement, même pas de l’électricité, parce qu’on n’en consomme pas », lance-t-elle en riant.

Des panneaux solaires produisent la majeure partie de l’électricité consommée par la résidence. À vrai dire, lors des journées ensoleillées, le système retourne de l’électricité dans le réseau d’Hydro-Québec, qui lui crédite ensuite sa consommation.

Les appareils électriques de la maison sont aussi sélectionnés pour maximiser l’électricité consommée. Kate a converti un congélateur à l’horizontale en réfrigérateur pour éviter les pertes d’énergie.

« L’avantage, c’est que lorsqu’on l’ouvre, l’air froid descend et y reste où on veut. »

Le bâtiment est l’un des rares au Québec à être isolé avec des ballots de pailles.

« C’est très efficace », souligne la propriétaire, rappelant que les murs de paille ont une valeur d’isolation de R35, ce qui est supérieur aux normes actuelles.

« Le mur est vraiment monté avec des ballots de paille qu’on monte comme des briques. Ensuite, on met un pouce de crépi sur les deux côtés. Ça laisse quand même l’humidité traverser le mur, mais ça ne laisse pas l’air traverser. »

Un emplacement choisi avec soin

La maison est positionnée pour être de type solaire passive. L’été, les rayons du soleil ne peuvent pas pénétrer à l’intérieur, et l’hiver, avec l’angle du soleil, les rayons chauffent la maison.

maisonecolo

maisonecolo

Toilette compostable

Kate ne s’est pas seulement attaquée à sa consommation d’énergie, mais aussi au gaspillage d’eau potable. En utilisant une toilette compostable, elle dit sauver « plus de 30 % » de sa consommation d’eau.

Les déchets de sa toilette sont mélangés à de la sciure de bois puis compostés à l’extérieur de la résidence. Au bout d’un an, après avoir reçu un traitement thermique pour détruire les bactéries, le compost est utilisé pour fertiliser le jardin.

Kate Alvo est aujourd’hui consultante en écoconstruction. Elle offre ses services pour appuyer des constructeurs intéressés par ce type de bâtiment. Et si la construction écologique en fait rêver plusieurs, elle rappelle que le défi n’est pas à la portée de tous.

« C’est beaucoup plus d’énergie et de temps que tu penses », lance-t-elle pour prévenir les futurs constructeurs.

 

http://quebec.huffingtonpost.ca/

«Cela m’a paru une éternité»: le témoignage du photographe qui a survécu à l’incendie de Dubaï suspendu à un balcon


Déjà être pris dans un feu est vraiment une expérience difficile mais suspendue au 45 ème étage pendant 40 minutes, c’est l’enfer ! Pour une ville aussi riche, je trouve que les services d’urgences ne sont pas très rapides dans les cas extrêmes
Nuage

«Cela m’a paru une éternité»: le témoignage du photographe qui a survécu à l’incendie de Dubaï suspendu à un balcon

 

L'incendie de l'hôtel The Address Downtown, le 31 décembre 2015 à Dubaï. KARIM SAHIB / AFP.

L’incendie de l’hôtel The Address Downtown, le 31 décembre 2015 à Dubaï. KARIM SAHIB / AFP.

«Les dernières quarante minutes avant le début de l’année 2016 resteront éternellement gravées dans la mémoire du photojournaliste philippin Dennis Borja Mallari», écrit le Khaleej Times, un quotidien anglophone de Dubaï.

Pour cause: ce dernier a survécu à l’incendie qui a ravagé The Address Downtown, un gratte-ciel de 63 étages, en restant suspendu dans le vide à une corde accrochée au 48e étage pendant au moins une demi-heure. Il se trouvait avec un collègue sur un balcon en train de prendre des photos du feu d’artifice du Nouvel An quand le feu a éclaté, le piégeant tandis que son ami réussissait à sortir, a-t-il expliqué à l’AFP:

«J’ai vu une corde à forte résistance. […] J’en ai déroulé environ 30 mètres, je l’ai fixée à ma ceinture et à mon équipement photo et je suis descendu du balcon. […] Je ne savais pas ce qui se passait plus bas. J’avais peur de m’évanouir à cause de la fumée. […] Le feu était très près de moi.»

Vivant à Dubaï depuis dix ans, le photographe a aussi témoigné auprès du Manila Bulletin, son ancien employeur:

«Je pensais que c’était la fin, j’ai juste continué à prier. […] J’étais en train de prendre des photos quand l’autre photographe a dit qu’il y avait un incendie. Avant que je puisse rassembler mes affaires pour partir, une épaisse fumée noire avait envahi la pièce en quelques secondes et je n’avais d’autre choix que de retourner sur le balcon. […] Mon téléphone mobile m’a sauvé. J’ai appelé la police et je les ai informé que j’étais coincé dans un des étages supérieurs. C’était les 30 ou 40 minutes les plus longues de ma vie, cela m’a paru une éternité.»

L’épouse du photographe, Charlene, a elle aussi témoigné auprès du Khaleej Times avant que l’opération de secours ne débute:

«Il m’a appelé alors qu’il était coincé sur le balcon et m’a dit qu’il allait fabriquer une corde avec des draps et essayer de sortir de là. J’étais si inquiète pour lui. Il a dit qu’il y avait énormément de fumée et qu’il était coincé là depuis un bon moment.»

Selon un premier bilan, l’incendie a fait au moins seize blessés, dont quatorze légers.

http://www.slate.fr/

Et si pitou vous réconfortait à l’aéroport


Encore une fois, les animaux ont leur place partout ! La zoothérapie n’est pas juste dans des milieux de santé ou pour des familles en difficultés. Maintenant, ils travaillent au palais de justice, dans des écoles, et même des aéroports
Nuage

 

Et si pitou vous réconfortait à l’aéroport

 

Un texte de Sylvain Bascaron

En une journée, Cherry voit de tout à l’aéroport : des passagers stressés de prendre l’avion pour la première fois, des personnes tristes de quitter leur famille, des parents incapables de contenir l’excitation de leurs enfants et des voyageurs exaspérés par le retard de leur vol. Elle distribue le réconfort à tout ce beau monde en se laissant approcher, caresser et nourrir. Cherry est une chienne.

L’aéroport d’Edmonton a lancé cette initiative de zoothérapie en avril 2014, et son succès est indéniable.

« C’est extrêmement populaire auprès des passagers », dit la directrice des communications de l’aéroport d’Edmonton, Heather Hamilton.

Nous avons des passagers qui vont nous appeler pour nous dire :

« Je voyage à telle date, est-ce qu’il y aura des chiens à l’aéroport à ce moment? »

Pendant notre passage à l’aéroport, une dame venait de perdre son mari, un agent de la GRC. Ils avaient un chien qui ressemblait à Cherry. C’était son premier voyage sans son mari. Comme si Cherry l’avait senti, elle s’est approchée d’elle. L’angoisse a fait place aux larmes, puis à un sourire.

« Merci, Cherry, lui a-t-elle dit en lui caressant la tête. Tu as fait ton travail ».

Puis elle s’en est allée, paisible.

Cherry s’est retournée vers une maman québécoise, stressée de prendre l’avion seule avec ses deux petites filles pour la première fois. Celle-ci était ravie de ce « rayon de soleil » dans la journée de la petite famille.

Une initiative qui se généralise

Ce sont des bénévoles de la Pet Therapy Society qui dirigent le programme. Lori Gertz, la propriétaire de Cherry, vient tout juste de commencer.

« Ça me permet d’être avec mon chien et de redonner à la communauté. C’est très valorisant, on fait du bien. »
— Lori Gertz

Des équipes comme Lori et Cherry, l’aéroport d’Edmonton en compte une dizaine. Normalement, il y en a une en service durant les heures de pointe. Mais pendant le temps des fêtes, la période la plus achalandée de l’année, certaines équipes feront des heures supplémentaires, de façon à assurer la présence de deux équipes presque en tout temps.

Les offres sont si nombreuses pour la Pet Therapy Society qu’elle ne cherche plus de bénévoles à Edmonton. Elle continue toutefois de recueillir des dons.

L’aéroport d’Edmonton a été le premier au pays à se lancer dans la zoothérapie. Ceux de Fort McMurray, Regina, Saskatoon et Halifax lui ont emboîté le pas. Vancouver a aussi tenté l’expérience l’an passé et envisage de pérenniser le projet pilote.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

L’Italie lance la glace au cannabis et l’appelle la Bob Marley


À croire ceux qui on commercialisé cette crème glacée laisse croire qu’il y aurait des bienfaits pour la santé ? Je ne nie pas que certaines drogues pourraient être bénéfiques pour la santé dans le milieu médicale mais vendu en crème glacée, c’est comme dire que des céréales sucrées contiennent des vitamines
Nuage

 

L’Italie lance la glace au cannabis et l’appelle la Bob Marley

 

Une nouvelle glace - DR

Une nouvelle glace DR

Bob Marley est de retour. L’idole du reggae n’est pas revenue d’entre les morts mais a prêté son nom à une glace en Italie. Une glace un peu particulière puisqu’elle est aromatisée au cannabis.

La vente de cette drogue n’est pourtant pas légalisée dans le pays mais la glace a finalement été autorisée en hommage à Bob Marley et parce qu’elle est considérée comme un dérivé de la drogue et non directement du cannabis.

Aux Etats-Unis, les dérivés de la marijuana sont commercialisés sans problème, y compris dans les états dans lesquels la drogue est interdite à la vente. La petite ville d’Alassio au nord de l’Italie est pour le moment la seule à bénéficier de ce dérivé peu commun du cannabis.

Une glace bonne pour la santé

En plus d’être bonne au goût, cette glace pourrait bien avoir des effets bénéfiques pour la santé. C’est en tout cas ce qu’affirme l’association à l’origine de la découverte.

« Il y a des tas de bénéfices à retirer de cette plante, grâce notamment aux acides gras qui permettent la lutte et la prévention dans l’artériosclérose, le cholestérol, les troubles respiratoires, l’eczéma et l’acné ».

Une glace qui a bon goût et qui fait du bien, les Italiens auraient tort de se priver.

http://www.ladepeche.fr/