Un enfant sur huit né en 2015 a vu le jour dans une zone de conflit


Guerre, pauvreté, viol, et plus encore, sont une réalité que des enfants naissent dans les pires conditions à travers le monde. Un enfant est généralement source de joie, mais dans de telle situation, comment peut-il grandir, recevoir une éducation adéquate, et vivre dans la sécurité physique et morale ?
Nuage

 

Un enfant sur huit né en 2015 a vu le jour dans une zone de conflit

 

Une femme de la minorité yézidie console son enfant dans un camp de réfugiés de Qamishli, en Syrie.

Une femme de la minorité yézidie console son enfant dans un camp de réfugiés de Qamishli, en Syrie. Photo :  Pigiste / Reuters

Le nombre d’enfants nés dans des zones de conflit s’est sensiblement accru en 2015 pour atteindre 16,6 millions de naissances, soit une sur huit, selon un bilan communiqué mercredi par l’UNICEF.

D’une année à l’autre, leur nombre progresse de plus de 125 000 naissances.

« Toutes les deux secondes, un nouveau-né pousse son premier cri en plein conflit, souvent dans des circonstances terrifiantes et sans accès aux soins », souligne Anthony Lake, le directeur général du Fonds des Nations unies pour l’enfance.

« Trop d’enfants commencent aujourd’hui leurs vies en situation extrême, un conflit, une catastrophe naturelle, la pauvreté, la maladie ou la malnutrition. Peut-il y avoir un pire départ dans la vie? », dit-il.

La mortalité avant l’âge de 5 ans est plus élevée pour ces enfants que pour les autres.

Au-delà des risques immédiats encourus par exemple lorsqu’une mère fuit des combats avec ses enfants ou qu’une femme enceinte accouche sans assistance médicale, les enfants nés en zone de guerre sont particulièrement exposés à des carences dans leur développement affectif et cognitif.

Un nombre important d’entre eux peut aussi être issu du viol de leur mère, avec des conséquences dramatiques (abandon à la naissance, rejet par les membres de leur famille).

« Il y a même des cas où des femmes ont tenté de tuer leurs enfants à la naissance », ajoute Debra DeLaet, qui enseigne la science politique à l’Université Drake de Des Moines, dans l’Iowa.

Globalement, l’UNICEF rappelle que les enfants représentent la moitié des personnes vivant dans une pauvreté extrême bien qu’ils ne représentent qu’un tiers environ de la population mondiale.

http://ici.radio-canada.ca/

2 réponses à “Un enfant sur huit né en 2015 a vu le jour dans une zone de conflit

  1. Des femmes esclaves noires ont préféré tuer leurs bébés, des femmes arméniennes aussi … cela pour l’Histoire… mais celle qu’on vit actuellement est épouvantable. Les enfants de migrants trimbalés partout dans le froid, la précarité… ça fait penser aux réfugiés de la « dernière « guerre.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s