Les infirmières l’avaient surnommée Poucelina. Douze ans plus tard ?


Il y a des personnes qui sont différentes des autres, et cela, les renforce. Malgré la maladie, les conséquences, ces personnes sont plus fortes que nombres d’entre nous
Nuage

Les infirmières l’avaient surnommée Poucelina. Douze ans plus tard ?

BARCROFT USA/Barcroft Media/Landov

BARCROFT USA/

Barcroft Media/La plupart des gens naissent en bonne santé et sans la moindre maladie ou complication grave.

Mais tout le monde n’est malheureusement pas aussi chanceux.

Kenadie Jourdin-Bromley est une fillette de 12 ans comme les autres. Elle va à l’école, elle fait du sport, et elle adore dessiner. La seule chose qui diffère, chez elle, c’est qu’elle ne mesure qu’un mètre à peine.

À l’âge de huit mois, on a découvert que Kenadie souffrait d’une forme rarissime de nanisme primordial, et elle pèse actuellement le même poids qu’un enfant de deux ans « normal ».

BARCROFT USA/Barcroft Media/Landov

BARCROFT USA/Barcroft Media/Landov

Cette maladie est tellement rare qu’elle ne touche qu’une centaine de personnes dans le monde entier.

BARCROFT USA/Barcroft Media/Landov

BARCROFT USA/Barcroft Media/Landov

Et pour le moment, il n’existe aucun traitement contre le nanisme primordial. Les caractéristiques principales de cet état sont une tendance à facilement tomber malade, ainsi qu’un développement mental retardé.

BARCROFT USA/Barcroft Media/Landov

BARCROFT USA/Barcroft Media/Landov

D’autres problèmes physiques plus graves pouvant survenir sont, par exemple, des difficultés respiratoires et alimentaires.

BARCROFT USA/Barcroft Media/Landov

BARCROFT USA/Barcroft Media/Landov

Les patients atteints de nanisme primordial ne peuvent être traités par thérapie hormonale, car cet état n’est pas la conséquence d’un déséquilibre hormonal.

BARCROFT USA/Barcroft Media/Landov

BARCROFT USA/Barcroft Media/Landov

Comme elle ne pesait qu’un kilo 100 g à la naissance, elle était si petite que les infirmières de l’hôpital l’ont baptisée Poucelina.

BARCROFT USA/Barcroft Media/Landov

BARCROFT USA/Barcroft Media/Landov

Les médecins avaient averti sa mère, Brianne, qu’elle ne vivrait que quelques jours.

BARCROFT USA/Barcroft Media/Landov

BARCROFT USA/Barcroft Media/Landov

Comme ils pensaient qu’elle allait subir d’importants dommages cérébraux, et qu’elle allait mourir, les parents de Kenadie l’ont fait baptiser le jour-même de sa naissance.

BARCROFT USA/Barcroft Media/Landov

BARCROFT USA/Barcroft Media/Landov

« Nous l’avons fait baptiser sur le champ, car on nous avait dit qu’il valait mieux la ramener chez nous pour qu’elle y meure », a expliqué Brianne dans une interview donnée à Barcroft TV.

BARCROFT USA/Barcroft Media/Landov

BARCROFT USA/Barcroft Media/Landov

« C’était comme une période de deuil. Toute la vie que nous avions imaginée pour elle nous était soudain enlevée. »

BARCROFT USA/Barcroft Media/Landov

BARCROFT USA/Barcroft Media/Landov

Mais en dépit de toute probabilité, la petite Kenadie a survécu.

BARCROFT USA/Barcroft Media/Landov

BARCROFT USA/Barcroft Media/Landov

Et aujourd’hui, 12 ans plus tard, elle se débrouille particulièrement bien.

BARCROFT USA/Barcroft Media/Landov

BARCROFT USA/Barcroft Media/Landov

Bien qu’elle ait des membres sous-développés, des difficultés d’apprentissage, et des os très fragiles, Kenadie a vaincu les statistiques, et les prédictions médicales. Elle adore jouer au hockey, faire du patin à glace, aller à l’école, et nager.

BARCROFT USA/Barcroft Media/Landov

BARCROFT USA/Barcroft Media/Landov

« Elle est douce, affectueuse, généreuse, et elle veut tout partager avec tout le monde. Elle est volontaire, déterminée, et indépendante », explique Brianne.

BARCROFT USA/Barcroft Media/Landov

BARCROFT USA/Barcroft Media/Landov

Brianne est particulièrement ravie de voir sa fille apprendre quelque chose de nouveau, ou réussir une nouvelle tâche qu’elle s’est fixée.

BARCROFT USA/Barcroft Media/Landov

BARCROFT USA/Barcroft Media/Landov

Et bien que son petit frère de 10 ans, Tyran, soit déjà beaucoup plus grand qu’elle, Kenadie n’est pas impressionnée.

BARCROFT USA/Barcroft Media/Landov

BARCROFT USA/Barcroft Media/Landov

La vie de cette famille continuera d’être une épreuve de tous les instants, tant qu’elle devra faire face aux problèmes médicaux imprévus de Kenadie.

BARCROFT USA/Barcroft Media/Landov

BARCROFT USA/Barcroft Media/Landov

« Élever Kenadie a souvent mis ma Foi à l’épreuve… ce n’est pas facile de la voir lutter au quotidien », explique Brianne.

BARCROFT USA/Barcroft Media/Landov

BARCROFT USA/Barcroft Media/Landov

« J’espère qu’à l’avenir, Kenadie sera tout simplement heureuse, et qu’elle trouvera des choses qui la rendront heureuse, et la feront sourire », conclut-elle.

BARCROFT USA/Barcroft Media/Landov

BARCROFT USA/Barcroft Media/Landov

http://bridoz.com/

2 réponses à “Les infirmières l’avaient surnommée Poucelina. Douze ans plus tard ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s