La nature


C’est un bel héritage que de montrer à nos enfants la nature, de prendre le temps de regarder les changements saisons et ces particularités et ainsi de la préserver
Nuage

 

 

La nature

 

La nature est d’abord pour moi un grand plaisir. C’est pourquoi j’encourage les parents à y amener les enfants, afin de fréquenter et de nommer ses beautés. Les enfants sont toujours sensibles à ce qui touche les parents. Si vous montrez qu’elle est est importante pour vous, la nature deviendra importante pour eux, et ils en deviendront ses plus fervents défenseurs

Hubert Reeves

Le Saviez-Vous ► Les ancêtres du Couteau Suisse


Les couteaux suisses sont facilement transportables et peuvent être d’une grande aide. Cet outil multifonction a eu des ancêtres très lointains pour devenir indispensable aux soldats. Aujourd’hui, il est accessible à tous selon nos besoins ou nos caprices
Nuage

 

Les ancêtres du Couteau Suisse

 

Un outil multifonction de la Rome Antique

Cet outil romain de 15cm de long essentiellement en fer est vieux de plus de 1800 ans.

Il comporte une cuillère, un couteau en argent ( la partie abîmée en haut ), une fourchette, une spatule, un cure-dent et un pic, le tout se repliant pour en faciliter le transport.

Comme quoi le couteau suisse n’a rien inventé.

Un ancêtre plus récent

En 1880, 10 ans avant le début de la production du vrai Couteau Suisse, John S. Holler a créé ce couteau multifonctions en Allemagne.

Il comporte 100 outils, dont révolver à 5 coups qui fonctionne, des ciseaux, un tire-bouchon, une scie, un coupe-cigare, un stylo et un crayon, un miroir, un rasoir et une multitude de lames dont j’ignore l’utilité.

Le manche s’ouvre également pour dévoiler des couteaux et ciseaux miniatures dont un couteau-crucifix.

Il ne lui manque qu’un décapsuleur … la capsule ayant été inventée 12 ans plus tard.

ancetre-couteau-suisse-02

ancetre-couteau-suisse-03

ancetre-couteau-suisse-04

ancetre-couteau-suisse-05

ancetre-couteau-suisse-06

ancetre-couteau-suisse-07

   Réf :   /www.laboiteverte.fr/

L’Armée suisse est une des plus puissantes d’Europe. Ses forces armées professionnelles sont si résistantes, si bien entraînées et si redoutables qu’elles ont su empêcher l’invasion du pays durant les deux guerres mondiales. Chaque homme suisse valide est appelé au service et reste au sein de l’armée en tant que réserviste jusqu’à l’âge de 50 ans. Afin d’être prêt à parer à toute éventualité, chaque soldat est muni de la technologie la plus avancée et en même temps la plus simple – un couteau de poche.

Accessoire du fusil

L’histoire remonte à 1886, lorsque l’Armée suisse prit la décision d’équiper chaque soldat d’un couteau à lame unique pliante. En 1889, un nouveau fusil fut introduit, et un tournevis s’avéra nécessaire pour le démonter. Il fut alors décidé de créer un outil multifonctions, incluant une lame, un tournevis, une alène et un ouvre-boîte – le couteau suisse. A cette époque l’industrie de la coutellerie en Suisse était déjà bien établie mais incapable de production de masse. Les couteaux étaient donc fabriqués à Solingen en Allemagne. Cependant, un coutelier suisse ouvrit bientôt une usine de couteaux, se trouvant être aujourd’hui Victorinox, et commença ainsi à produire des couteaux militaires.

Peu après, en 1893 à Courtételle, dans la vallée de Delémont, le deuxième fabricant de couteaux en Suisse, Paul Boéchat & Cie – qui deviendra par la suite Wenger S.A. – reçut une commande de l’Armée Suisse pour fabriquer des couteaux militaires. En 1895, un groupe d’entrepreneurs de Delémont acheta l’entreprise de P. Boéchat et implanta une nouvelle usine à Courtételle. Environ deux ans plus tard, Theodore Wenger en fut nommé Directeur Général. Fils de pasteur, Theodore Wenger avait officié durant quelques années aux États-Unis. S’étant rendu compte que cette voie n’était pas la sienne et sa femme regrettant la Suisse, ils étaient retournés dans leur pays d’origine. Il avait fait ses premières armes dans le monde du commerce au sein de l’entreprise familiale, dans la confection de draps. Quelques années plus tard, il postula pour devenir Directeur de la coutellerie de Courtételle. Une de ses premières décisions fut d’acquérir une usine de cuillères et de fourchettes, qu’il déménagea dans des locaux situés à Delémont. Puis, en 1900, il y fit construire une nouvelle usine de 18 000 m². La fabrication des couverts ainsi que la production de couteaux de Courtételle y furent installées, et l’usine prit le nom de Fabrique Suisse de Courtetelle. Quelques années plus tard, Theodore Wenger acquit la Fabrique Suisse, la rebaptisa Wenger et Cie et la géra durant les quarante années suivantes.

Le compromis de 1908

Lorsque l’entreprise Boéchat & Cie, fournisseur de l’Armée suisse depuis 1893, changea de nom pour devenir Wenger & Cie, le contrat resta inchangé ; tout comme cela fut le cas pour l’entreprise Victorinox qui fournissait l’Armée suisse depuis 1890. Wenger se trouve dans la région francophone du Jura et son concurrent direct se situe dans le canton germanophone de Schwyz. Afin d’éviter des tensions entre les deux cantons, le Gouvernement suisse décida, en 1908, que les deux entreprises fourniraient chacune, la moitié des besoins de l’armée. Ainsi, Victorinox peut prétendre être « l’original », et Wenger peut de son côté se défendre d’être le  » véritable  » couteau. Les deux entreprises ont fabriqué des couteaux suisses pendant plus de 100 ans et doivent se plier aux mêmes exigences spécifiques définies par l’Armée suisse.

Couteau suisse d’un soldat en 2008

Réf : http://www.forum-couteausuisse.com/

Les couteaux suisses, d’aujourd’hui, peuvent être plus personnalisé

Pourquoi les chats ont-ils peur des concombres ?


Il circule une vidéo des chats qui ont peur des concombres, assez inusités sauf qu’en réalité, c’est une réaction qui s’explique facilement
Nuage

 

Pourquoi les chats ont-ils peur des concombres ?

 

Un chat bondit de peur en voyant un concombre. ©Capture d'écran de Youtube / MrFunnyMals

Un chat bondit de peur en voyant un concombre. ©Capture d’écran de Youtube / MrFunnyMals

Étrangement, les chats semblent terrifiés par les concombres ! En réalité, la raison de leur peur est toute simple.

 

PEUR. Vous ne l’avez peut-être pas constaté, mais les chats sont en général effrayés par… les concombres ! En atteste la compilation dans la vidéo ci-dessous. D’ailleurs la rareté de la confrontation chat-concombre fait partie de l’explication.

D’après le Dr Roger Mugford, un spécialiste en comportement animal interrogé parle Telegraph : « La réaction observée est due à la nouveauté et à la surprise de trouver un objet insolite secrètement placé alors que les chats avaient la tête baissée dans leur bol alimentaire. »

En somme, les chats sont sur leurs gardes quand ils sont confrontés à quelque chose de nouveau et vont avoir tendance à s’en méfier comme s’il s’agissait potentiellement d’un prédateur, un serpent par exemple.

Or les petits félins rencontrent rarement des concombres dans leur environnement… Et si l’on ajoute à cela l’effet de surprise (comme lorsque le concombre est placé subrepticement à proximité du chat qui consacre toute son attention à autre chose), il n’est pas étonnant de déclencher les bonds et coups de pattes que l’on voit dans ces scènes filmées.

©MrFunnyMals / Youtube

http://www.sciencesetavenir.fr/a

Téléphone: 5 erreurs à éviter pour soigner votre batterie


Des conseils pour les IPhone, mais je crois que cela équivaut aussi pour tous les téléphones intelligents
Nuage

 

Téléphone: 5 erreurs à éviter pour soigner votre batterie

 

André Boily

 

S’il y a une composante qui décourage les gens lorsqu’ils utilisent leur téléphone intelligent, c’est bien son autonomie.

Et contrairement à la génération de téléphones mobiles qui ne servaient qu’à parler, nous consultons nos téléphones intelligents pour une foule de choses – Facebook, messagerie, web, photo, vidéo, etc. – pas étonnant donc que les batteries soient mises à rude épreuve et que de mauvaises habitudes vont dégrader encore plus leur rendement.

Grâce aux conseils suivants, évitez ces erreurs communes que vous pourriez faire subir aux batteries.

S’il y a une règle générale à appliquer aux batteries des téléphones intelligents, c’est d’éviter les extrêmes en toutes choses. Et parlant de règles, celles-ci s’appliquent à tout appareil fonctionnant à batterie: téléphones intelligents, tablettes, baladeurs.

Et à plus forte raison, aux appareils dotés d’une batterie non amovible.

ÉVITER LES TEMPÉRATURES EXTRÊMES

Le tableau de bord surchauffé au soleil, le sable brûlant de la plage ou le froid dès sous zéro Celsius sont autant de facteurs thermiques qui dégradent les capacités chimiques de votre batterie. Votre téléphone intelligent possède une zone de «confort» comprise entre 0 et 35 °C selon Apple. Évitez-lui donc les froids et chaleurs au-delà de ces températures.

Vous aurez sans doute remarqué qu’en approchant de l’épuisement, votre iPhone dure plus longtemps s’il est légèrement réchauffé. Soyez douillet avec lui!

Vider complètement la batterie

S’il est parfois utile de réinitialiser la batterie de son téléphone intelligent jusqu’à l’épuisement complet, épargnez-lui quand même les décharges complètes trop fréquentes. Une décharge à 0% d’une à deux fois par mois suffit à calibrer votre batterie lithium.

MAINTENIR LA CHARGE À 100 %

Comme pour l’avertissement précédent, charger à l’extrême la batterie est tout aussi néfaste pour son rendement.

Évitez-lui ces mauvaises habitudes:

• maintenir son téléphone constamment chargé

• laisser son téléphone sur la charge toute la nuit

• recharger constamment à 100%

Les experts dans le domaine suggèrent de recharger la batterie de son téléphone intelligent dans la fourchette de 30 à 80 %. Inutile d’aller au-delà ou en dessous, même que de courtes recharges pendant la journée vont garder en forme la batterie.

Forcer votre batterie aux extrêmes lui cause du stress qui réduit sa durée de vie.

MODÉRER L’UTILISATION DES ÉTUIS À BATTERIE

Il existe sur le marché des étuis à batterie qui permettent de prolonger l’autonomie de votre téléphone intelligent. Pratiques, ils ont la fâcheuse tendance à emprisonner la chaleur lorsqu’on recharge à la fois le téléphone et l’étui. Rechargez-les séparément. Et comme pour le premier avertissement, évitez de recharger dans un milieu trop chaud.

La même prévoyance s’applique aux étuis trop épais qui emprisonnent la chaleur pendant la recharge. Un simple toucher pendant celle-ci suffit pour s’en rendre compte.

UTILISER UN MAUVAIS CÂBLE DE RECHARGE

On trouve sur le marché des câbles de recharge assez bon marché, pratiques pour répartir au chalet, à la voiture, à la maison et au travail des câbles au lieu d’en transporter un chaque jour avec soi.

Prenez-en un de bonne qualité, certains câbles USB peuvent endommager la batterie en la surchargeant.

QUELLE CHARGE POUR ENTREPOSER SON TÉLÉPHONE

Si vous êtes de ceux qui entreposent un second téléphone intelligent au cas où le principal tombait à l’eau, se cassait ou était volé, sachez qu’il est préférable de maintenir l’appareil de rechange sous une charge moyenne autour de 50 %.

Selon Apple, laisser un iPhone complètement déchargé pendant longtemps peut pousser la batterie dans un état de décharge profond qui va considérablement réduire ses capacités futures une fois remis en marche.

http://fr.canoe.ca/

Une greffe totale de visage présentée comme la plus complète jamais réalisée


Une transplantation totale du visage pour un pompier qui avait perdu son visage lors d’un feu. En fait, son visage n’avait plus rien d’humain et aujourd’hui, c’est succès. Il ne restera qu’a peaufiner les yeux et la bouche
Nuage

 

Une greffe totale de visage présentée comme la plus complète jamais réalisée

 

 

Greffe de visage de Patrick Hardison, la plus complète jamais réalisée à ce jour. ©NYU Langone / AFP

Greffe de visage de Patrick Hardison, la plus complète jamais réalisée à ce jour. ©NYU Langone / AFP

Une équipe de chirurgiens new yorkais a annoncé avoir réalisé une greffe totale de visage sur Patrick Hardison, un ancien pompier volontaire dont le visage avait été entièrement brûlé.

CHIRURGIE. Une équipe du centre de recherche médicale NYU Langone de New York a réalisé une greffe totale du visage présentée comme la plus complète à ce jour. En plus de la face, les chirurgiens ont en effet réalisé une greffe du cuir chevelu, des oreilles et des conduits auditifs sur Patrick Hardison, un ancien pompier volontaire de 41 ans. Il ne s’agit pas de la première greffe totale du visage, mais le professeur Eduardo Rodriguez, qui a dirigé l’opération mi-août 2015, a assuré que plusieurs éléments constituaient une avancée sur le plan médical.

Aucune cicatrice ou irrégularité sur le visage

C’est notamment la première fois que le résultat ne présente aucune cicatrice ou irrégularité sur le visage même (les cicatrices sont sur le cou et sur le crâne), a-t-il expliqué lors d’une conférence de presse. Un résultat obtenu grâce à un travail préparatoire qui a consisté à retirer une quantité importante de tissus du greffé avant de lui implanter le nouveau visage, selon M. Rodriguez. Patrick Hardison a reçu le visage d’un jeune homme de 26 ans, qui était en état de mort cérébrale après un accident de vélo à Brooklyn en juillet. L’équipe a également transplanté des fragments osseux et posé des plaques et des vis pour donner à l’ensemble un aspect symétrique et régulier. La greffe des oreilles et des canaux auditifs a aussi été présentée comme une première.

Le chirurgien a souligné que des progrès avaient été faits à cette occasion pour mieux gérer la réaction immunitaire de l’organisme. Patrick Hardison devra néanmoins prendre des médicaments immuno-suppresseurs durant le reste de sa vie. C’est lors d’une intervention dans un bâtiment en feu dans le Mississippi (sud) en septembre 2001 que ce pompier volontaire avait été brûlé au visage, au cou et au torse. Il avait perdu ses oreilles, ses lèvres, l’essentiel de son nez, ses cheveux et ses paupières. Des images de Patrick Hardison prises trois mois après l’intervention réalisée fin août 2015 donnent l’impression d’un visage sans cicatrice apparente, sans marque évidente, seuls les yeux et les paupières présentant un aspect tuméfié. Les images montrent également que ses cheveux et sa barbe poussent désormais de façon normale.

Plus de 150 personnes ont été mobilisées durant plus d’un an pour préparer cette intervention de 36 heures, a indiqué NYU Langone. 

Il est désormais en état de manger « normalement » et son élocution, encore difficile, « va s’améliorer de manière très importante » dans les mois à venir, a affirmé M. Rodriguez. « Il vient de manger un kebab », a-t-il expliqué en souriant au sujet de son patient, qui n’était pas présent lors de la conférence de presse.

Nouvelle opération dans les prochains mois

Patrick Hardison aux côtés du docteur Eduardo Rodriguez.... (PHOTO REUTERS)

Patrick Hardison aux côtés du docteur Eduardo Rodriguez.

Le coût de la greffe, estimé entre 850.000 et un million de dollars, a été pris en charge par une bourse spéciale de NYU Langone, a précisé M. Rodriguez. Le chirurgien avait indiqué à Patrick Hardison et sa famille que l’intervention présentait une probabilité de succès de 50 %, même si l’équipe tablait plutôt sur 90 %, a-t-il expliqué.

Patrick Hardison sera de nouveau opéré en janvier ou février prochain pour ajuster les tissus autour des yeux et de la bouche, a annoncé M. Rodriguez. Le chirurgien a précisé que les techniques de transplantation étaient aujourd’hui suffisamment avancées pour commencer à opérer des blessés de guerre.

La toute première greffe du visage a été réalisée novembre 2005 en France, par l’équipe du professeur Bernard Devauchelle du centre hospitalier français d’Amiens (Somme, nord). Il s’agissait d’une greffe partielle (nez-lèvres-menton), dont avait bénéficié Isabelle Dinoire, 38 ans, défigurée par son chien. La première greffe totale du visage, avec les paupières et tout le système lacrymal, a été réalisée fin juin 2010 en France, à l’hôpital Henri-Mondor de Créteil (Val-de-Marne) par le professeur Laurent Lantieri. En 2012, Eduardo Rodriguez avait déjà réalisé avec succès à Baltimore une greffe intégrale du visage sur Richard Norris, un Américain de Virginie (sud) victime d’un accident de chasse en 1997.

http://www.sciencesetavenir.fr/

Contre la douleur physique, méditez !


La méditation est reconnue pour apporter beaucoup de points positifs dans la vie d’une personne. Depuis un certain temps, on parle beaucoup de la méditation pleine conscience, une méditation qui se fait partout et n’importe quand. Il semblerait que là aussi, elle aide à diminuer la douleur et le stress
Nuage

 

Contre la douleur physique, méditez !

 

Contre la douleur physique, méditez !

    Méditer en pleine conscience agit sur le stress, sur l’inflammation. On sait aujourd’hui, que la méditation permet aussi de diminuer la douleur

    Une étude du Wake Forest Baptist Medical Center, en Caroline du Nord, aux Etats-Unis, s’est intéressée à la réduction de la douleur par l’intermédiaire de la méditation de pleine conscience.

    La douleur est réduite de 27 %

    L’étude a montré que la pratique de la méditation en pleine conscience permet de réduire la douleur physique de 27 % et son retentissement émotionnel de 44 %.

    Ceci s’explique par l’activation de certaines zones du cerveau : le cortex orbitofrontal, situé au-dessus des ortibes, et le cortex cingulaire antérieur, qui sont tous deux impliqués dans l’autocontrôle de la douleur.

    Le thalamus, une zone du cerveau située entre le cortex et le tronc cérébral, est, elle, désactivée par la méditation. Or, c’est elle qui fait passer les informations sensorielles au cerveau.

    Comment méditer ?

    La méditation de pleine conscience consiste à prendre conscience du moment présent, à centrer son attention sur ce que l’on est, ce que l’on ressent afin d’ignorer les pensées qui envahissent en permanence notre cerveau.

    Pour méditer en pleine conscience, on peut :

  • se focaliser sur sa respiration en sentant l’air entrer dans les narines, les poumons…

  • se centrer sur son corps, sur les points d’appui si l’on est assis ou allongé et sur les sensations que l’on ressent.

Au fnal, 4 séances quotidiennes de 10 minutes améliorent la prise en charge de la douleur, beaucoup mieux qu’une crème anti douleur par exemple. Il faut juste le temps d’apprendre à méditer.

http://www.santemagazine.fr/