Vivre au présent


Je crois qu’on réduirait une bonne partie de notre anxiété si nous apprenions à vivre qu’au présent
Nuage

 

Vivre au présent

 

 

Car à trop penser au passé ou au futur, on en oublie de vivre au présent, on vit comme si on n’allait jamais mourir et on meurt sans jamais avoir vécu. La seule façon d’échapper au sortilège est de vivre l’instant présent.

Maxence Fermine

Le Saviez-Vous ► Winnie l’ourson était en fait une oursonne


Qui ne connaît pas Winnie l’ourson, et encore aujourd’hui, il continue à être populaire auprès des tout-petits. Mais connaissez-vous son origine ? Il semble que beaucoup de personnes croient que l’Angleterre serait la source et pourtant non
Nuage

 

Winnie l’ourson était en fait une oursonne

Image extraite du film «Winnie l'Ourson», sorti en 2011. Via Allociné

Image extraite du film «Winnie l’Ourson», sorti en 2011. Via Allociné

Repéré par Vincent Manilève

Un livre-enquête révèle les origines de l’ourson jaune, et celles-ci n’ont rien à voir avec ce qu’on connaît de lui aujourd’hui.

C’est sûrement l’un des héros de votre enfance. Winnie, cet ourson qui adore se balader sans pantalon et se goinfrer de miel, est très vite devenu l’une des icônes les plus populaires du monde Disney.

Sauf que l’univers que l’on s’est construit autour de Winnie serait en fait très éloigné de la réalité. Buzzfeed a repéré la sortie d’un livre-enquête sur le passé du sympathique ourson. Dans À la recherche de Winnie: la véritable histoire de l’ourson le plus célèbre du monde, l’auteur Lindsay Mattick a reconstitué la genèse du personnage créé par le Britannique Alan Alexander Milne en 1926.

Le livre contient deux révélations majeures: l’ours qui a inspiré Winnie n’est pas anglais mais canadien, et il s’agissait d’une femelle et non pas d’un mâle. Eh oui.

Don au zoo de Londres

Tout a commencé avec un ours brun que Harry Colebourn, vétérinaire canadien par ailleurs arrière-grand-père de l’auteure du livre-enquête, a acheté à un trappeur en 1914.

«Le 24 août 1914, mon arrière-grand-père, le soldat et vétérinaire Harry Clebourn, a acheté son ourse Winnie avant de partir pour la Première Guerre mondiale.»

L’ours a été baptisée Winnie, en hommage à sa ville canadienne natale, Winnipeg.

«Colebourn a voyagé en Angleterre pour soigner les chevaux pendant la Première Guerre mondiale», explique la BBC.

C’est à ce moment-là qu’il a décidé d’emmener Winnie avec lui. Mais, lorsqu’il a dû se rendre en France, il a confié Winnie au zoo de Londres.

«Il a toujours souhaité la ramener au Canada, raconte la BBC, mais, quand il s’est aperçu que les enfants aimaient lui rendre visite, il leur a fait don de l’oursonne.»

Parmi ces enfants fans de Winnie se trouvait alors un jeune garçon du nom de Christopher Robin, fils d’Alan Alexander Milne. L’auteur avait trouvé sa source d’inspiration.

«Je suis toujours époustouflé de voir que, alors qu’un certain nombre de Canadiens connaissent certainement cette histoire, elle est restée inconnue dans le monde, a expliqué Lindsay Mattick au Winnipeg Free Press. Les gens ne réalisent pas qu’il s’agissait d’un véritable ours.»

Et bientôt le monde entier connaîtra les vraies origines de Winnie, puisque les droits d’adaptation du livre ont déjà été vendus et qu’un film est en cours de production. 

http://www.slate.fr/

Record pour une araignée de Louise Bourgeois aux enchères


Je peux concevoir qu’un artiste puisse vivre de ses oeuvres, et que ce n’est pas toujours facile de se faire reconnaitre, mais quand c’est rendu à des montants aussi exorbitant, je suis un troublé par les priorités de ces personnes
Nuage

 

Record pour une araignée de Louise Bourgeois aux enchères

 

Le montant atteint mardi pour la Spider est le plus... (ARCHIVES REUTERS)

Le montant atteint mardi pour la Spider est le plus élevé jamais vu pour une sculptrice.

Agence France-Presse
New York

Une araignée géante en bronze, intitulée Spider, de Louise Bourgeois, a été vendue mardi pour 28,165 millions de dollars lors d’enchères à New York, soit près du triple de l’ancien record pour une oeuvre de l’artiste franco-américaine.

L’ancien record, 10,7 millions de dollars, avait été établi en 2011 par une autre version de la fameuse araignée.

Celle vendue mardi par la maison Christie’s avait été conçue en 1996 et réalisée en 1997 par l’artiste, décédée en 2010 à 98 ans.

Louise Bourgeois avait décrit l’araignée comme une «ode à (sa) mère», qui était responsable d’un atelier de restauration de tapisseries.

«Comme les araignées, ma mère était très intelligente. Les araignées sont une présence amicale qui mange les moustiques», expliquait-elle.

Son travail aura ainsi notamment été orienté vers la figuration de l’inconscient.

Louise Bourgeois aura dû attendre les dernières années de sa vie pour que son travail soit largement reconnu et que sa cote grimpe en flèche.

Le montant atteint mardi par la Spider est le plus élevé jamais vu pour une sculptrice.

The Brigadier de Lucian Freud.... (PHOTO AP) - image 2.0

The Brigadier de Lucian Freud.

PHOTO AP

Lors de ces enchères, des records ont également été battus pour six autres artistes. Parmi eux, l’Italien Lucio Fontana, dont le Concetto spaziale, La fine di Dio a été adjugé à 29,173 millions de dollars. Il s’agit d’une toile jaune en forme d’oeuf, trouée en plusieurs endroits.

La soirée a également vu un tableau du peintre germano-britannique Lucian Freud, The Brigadier, atteindre 34,885 millions de dollars. Il s’agit d’un portrait d’Andrew Parker Bowles, ancien époux de Camilla Parker Bowles, duchesse de Cornouailles et actuelle épouse du prince Charles.

Le tableau le plus cher de la soirée est une oeuvre d’Andy Warhol, Four Marylins, représentant quatre portraits de l’actrice américaine Marylin Monroe, qui a été adjugée à 36 millions de dollars.

Les enchères d’automne se poursuivent jusqu’à jeudi. Lundi, une toile de Modigliani, Nu Couché, a frôlé le record établi en mai par Les femmes d’Alger de Picasso, à 170,4 millions de dollars contre 179,4 millions pour l’oeuvre du maître espagnol.

http://www.lapresse.ca/

Une mère orang-outan et son bébé sauvés par des soigneurs animaliers


Des feux de forêts souvent volontaires mais illégaux, une déforestation qui ne cesse de s’agrandir va amener des conflits entre l’homme et l’animal sauvage et ce problème est causé par l’homme et ne devrait surtout pas causer la perte de l’animal.
Nuage

 

Une mère orang-outan et son bébé sauvés par des soigneurs animaliers

 

Lors de l'opération de sauvetage de la mère orang-outan et de son bébé.

Lors de l’opération de sauvetage de la mère orang-outan et de son bébé.

Photo: IAR / Twitter

INDONESIE – Une mère orang-outan et son bébé ont fui un feu de fôret sur l’île de Bornéo. En quête de nourriture, ils ont été ciblés par des jets de pierres de villageois, avant d’être sauvés par le personnel d’une ONG.

Ils ont échappé à la mort au moins deux fois. En Indonésie, deux orangs-outans- une mère et son bébé – sont parvenus à fuir des feux de forêt, puis ont été pourchassés par des villageois leur lançant des pierres, avant d’être sauvés et pris en charge par des travailleurs animaliers, rapporte le Daily Mail.

En octobre, après des feux de fôrets ayant détruit leur habitat, ces orangs-outans de Borneo se sont dirigés vers un village en quête de nourriture, dans la province du Kalimantan oriental. Mais ces mammifères sont vus comme des menaces par la population locale, et les habitants leur ont alors lancé des pierres et ont tenté de les ligoter, indique le quotidien britannique.

Sauvés in extremis

Ils ont finalement été sauvés in extremis par les membres de l’International Animal Rescue(IAR), une ONG basée au Royaume-Uni qui a mené une douzaine d’opérations ces deux derniers mois pour sauver des orangs-outans égarés en dehors de leur habitat.

« Nous avons eu beaucoup de chance que notre équipe de secours arrive sur place à temps, sinon les orang-outans auraient été tués », raconte Karmele Llano Sanchez, directeur de programme à l’IAR.

Les deux singes souffraient alors visiblement de malnutrition. La mère très maigre, n’avait vraisemblablement pas mangé pendant un mois, mais avait encore du lait pour nourrir son bébé. Elle avait quelques blessures légères sur la peau et les soigneurs animaliers lui ont enlevé une corde qui lui ceinturait la taille. Alors que son bébé, Gito, s’accrochait fermement à elle, ils l’ont anesthésiée pour pouvoir rapidement lui administrer un traitement, y compris des fluides en intraveineuse.

Victimes d’une déforestation rapide

La mère reprenant des force avec la sédation, les sauveteurs ont ensuite été transportés jusqu’à l’aire de conservation PT KAL, sur l’île de Sumatra, où s’adaptent bien tous les deux.

« Nous sommes jusqu’ici ravis des progrès de Gito », se réjouit Alan Knight, directeur général de l’IAR. « Bien sûr, il y a un très long chemin à parcourir jusqu’à sa guérison, et un long voyage si il doit finalement retourner dans la nature, mais il est en sécurité et entre de bonnes mains maintenant. Tragiquement, Gito ne sera pas le dernier bébé que nous sauvons », déplore-t-il.

Le Daily Mail rappelle que de nombreux feux de fôret sont en effet allumés illégalement en Asie du sud-est pour défricher des terres – notamment pour produire de l’huile de palme – faisant peser une sérieuse menace sur la population d’orangs-outans. Cette déforestation rapide a d’ailleurs plongé la région dans une brume épaisse pendant des mois. Si la saison sèche exacerbe les incendies et la pollution, des pluies persistantes ces derniers jours ont dégagé l’air sur de vastes étendues dans la région.

http://www.metronews.fr/

Une reconstruction faciale sans cicatrice à Montréal


C’est une très belle avancée en chirurgie réparatrice que ce soit une malformation, un accident, une chirurgie qui ne laissent pas de cicatrice aide pour le moral
Nuage

 

Une reconstruction faciale sans cicatrice à Montréal

 

Une reconstruction faciale sans cicatrice à Montréal

L’Hôpital Maisonneuve-Rosemont à Montréal.Photo Fotolia

MONTRÉAL – Des chirurgiens de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont à Montréal ont réussi à reconstruire le visage d’un patient sans laisser aucune cicatrice, une première au Canada. L’intervention a eu lieu le 22 octobre dernier sur un homme de 23 ans.

Durant cette intervention qui a duré huit heures, l’équipe du Dr Daniel Borsuk a effectué une reconstruction du visage en utilisant des modèles 3D et en prélevant un morceau de l’os du bassin qui a été sculpté pour l’adapter au visage. L’os a finalement été transplanté dans le visage par l’intérieur de la bouche. Une telle procédure aurait auparavant nécessité plusieurs interventions et laissé une ou plusieurs cicatrices.

«Cette intervention, qui a mis les technologies les plus novatrices au service de la chirurgie plastique reconstructive, constitue un message d’espoir pour ceux et celles qui se pensent condamnés à accepter de vivre à jamais avec un tel handicap et qui, souvent, se sentant différents, s’isolent», a déclaré le Dr Borsuk, professeur adjoint en chirurgie plastique à la Faculté de médecine de l’Université de Montréal, par communiqué.

Le Dr Borsuk est le seul médecin canadien à faire partie d’une équipe américaine de greffe faciale. En 2012, il avait ainsi participé à la plus importante greffe du visage jamais effectuée, sur un homme de 37 ans défiguré par une blessure par balle.

http://fr.canoe.ca/

Premier anniversaire pour Philae, Rosetta revient vers lui


Je ne sais pas si Philae va finir son travail sur la comète Tchouri mais, nous pouvons que félicité l’agence européenne pour ce coup de maitre de poser un robot sur une comète en mouvement. En plus de cet exploit, Philae et Rosetta ont pu communiquer entre eux et informer les scientifiques de leur conversation Bref, c’est une année bien remplie avec succès
Nuage

 

Premier anniversaire pour Philae, Rosetta revient vers lui

 

Philae est un héros interplanétaire: au bout de... (PHOTO ARCHIVES ESA/AP)

Philae est un héros interplanétaire: au bout de dix ans de voyage comme passager de Rosetta, il a réalisé le 12 novembre 2014 une première historique en atterrissant sur la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko, un exploit qui a tenu en haleine le monde entier.

PHOTO ARCHIVES ESA/AP

PASCALE MOLLARD-CHENEBENOIT
Agence France-Presse
Paris

Le célèbre robot Philae fête jeudi son premier anniversaire sur la comète «Tchouri». La sonde européenne Rosetta lui a fait un beau cadeau en se rapprochant plus vite de lui, ce qui pourrait l’aider à reprendre contact avec la Terre et à se remettre au travail.

«Je suis à nouveau à environ 200 km de la comète. Cela améliore les chances d’avoir des nouvelles de Philae», a annoncé lundi Rosetta sur son compte Twitter animé par l’Agence spatiale européenne (ESA), alors que le robot-laboratoire est muet depuis quatre mois.

En un an, le duo a déjà fait nettement progresser la science des comètes.

Philae est un héros interplanétaire: au bout de dix ans de voyage comme passager de Rosetta, il a réalisé le 12 novembre 2014 une première historique en atterrissant sur la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko, un exploit qui a tenu en haleine le monde entier.

Après plusieurs rebonds imprévus, il s’est stabilisé à l’ombre, entre deux falaises. Équipé de dix instruments, le robot a travaillé pendant 60 heures avant de s’éteindre faute d’un ensoleillement suffisant pour ses batteries solaires.

Il s’est réveillé à l’improviste le 13 juin, a établi plusieurs contacts avec la Terre, mais ne communique plus depuis le 9 juillet, laissant craindre qu’il ne soit partiellement endommagé.

Pour qu’il puisse entrer en contact avec Rosetta, celle-ci doit se trouver à moins de 200 km de la comète. Or, durant l’été, Rosetta s’était éloignée prudemment de Tchouri, qui rejetait de plus en plus de poussières à mesure qu’elle se rapprochait du Soleil.

Tchouri a été au plus près de notre étoile le 13 août, mais depuis elle s’en écarte et l’activité de la comète décroît.

«Il y a vraiment d’assez bonnes chances pour que nous puissions à nouveau établir un contact avec Philae. Disons 50/50», selon Stephan Ulamec, responsable de l’atterrisseur à l’agence spatiale allemande DLR.

«Nous pourrions avoir quelques contacts avec le robot dès cette semaine. Mais c’est surtout à partir de fin novembre, début décembre, que nous espérons pouvoir redémarrer une série d’opérations scientifiques avec Philae», déclare à l’AFP Jean-Pierre Bibring, responsable scientifique du robot.

Petits grains au four

Le but de la mission Rosetta, menée par l’ESA, est de mieux comprendre les comètes, témoins de la genèse du système solaire il y a 4,6 milliards d’années. Les chercheurs espèrent trouver des indices sur l’apparition de la vie sur Terre.

Philae a «permis de voir au millimètre près les grains à la surface» du noyau de la comète, déclare à l’AFP Nicolas Altobelli, scientifique à l’ESA.

Lors de son premier rebond, qui a soulevé un nuage de poussière, Philae a reniflé une série de composés volatils, dont plusieurs molécules organiques qui sont des «briques de la vie».

Ses instruments ont aussi mis en évidence la présence d’un matériau organique carboné à la surface, mais aussi sans doute dans le noyau cométaire.

«Il nous reste à poursuivre l’analyse de ce matériau. Comme il est très réfractaire (NDLR résistant), il faut le faire chauffer pour qu’il se fragmente et entre dans nos instruments», indique M. Bibring.

Certains des petits fours de Philae, situés à l’extérieur du robot, ont peut-être déjà capturé un peu de ce matériau qui pourrait être composé de macromolécules complexes.

S’il n’y avait rien dans les petits fours, il faudrait forer le sol pour les alimenter.

Il y a un an, Philae avait tenté un forage, mais cela n’avait rien donné. «Il faudrait tourner Philae de quelques degrés pour que la foreuse puisse toucher le sol, ce qui présente un certain risque», convient M. Bibring.

Rien ne pourra se faire sans une communication stable avec Rosetta.

«Il nous suffit d’avoir des contacts d’une dizaine de minutes par jour pour réaliser nos expériences.»

La comète s’éloignant du Soleil, les températures vont baisser peu à peu. «Nous avons jusqu’à fin janvier» pour tenter de faire travailler Philae, indique M. Bibring.

Ensuite Philae pourra prendre une retraite bien méritée, en attendant que Rosetta le rejoigne en septembre 2016 pour finir sa vie sur la comète.

http://www.lapresse.ca/