Le Pékan, nouvelle victime des trafiquants de marijuana


L’étude porte sur les pékans aux USA, mais il y a aussi des populations de pékan au Canada et je pense qu’eux aussi sont victimes d’empoisonnement volontaire par ceux qui cultivent de la marijuana. Si la production de cette drogue augmente, les animaux sont-ils plus en danger ? Tout cela pour faire un « trip’ !
Nuage

 

Le Pékan, nouvelle victime des trafiquants de marijuana

 

 

Ce Pékan présente de graves troubles neurologiques après l'ingestion d'un rodenticide. © IERC ECOLOGY / Youtube

Ce Pékan présente de graves troubles neurologiques après l’ingestion d’un rodenticide. © IERC ECOLOGY / Youtube

Les trafiquants de drogue empoisonnent les pékans, une petite espèce de mammifère carnivore d’Amérique du Nord, pour protéger leurs cultures de marijuana.

DROGUE. Le Pékan (Pekania pennanti) est un petit mammifère carnivore d’Amérique du Nord dont la population diminue de manière préoccupante ces dernières années. Dans une étude publiée sur PlosONE en novembre 2015, des chercheurs ont donc voulu identifier les principales causes de mortalité de cet animal en Californie (États-Unis). Pour cela, ils ont étudié entre 2012 et 2014 les cadavres de 167 Pékans provenant de deux populations distinctes géographiquement et génétiquement. Ils ont ainsi pu établir que dans 70 % des cas, les animaux meurent de la prédation et que la mort naturelle représente 16 % des causes de mortalité. Mais 10 % de ces petits mammifères périssent à la suite d’un empoisonnement. Un chiffre loin d’être insignifiant. D’autant plus que, ces trois dernières années, la mortalité causée par l’ingestion de produits nocifs a augmenté de 57 %. En cause, les trafiquants de marijuana : ces derniers dispersent des rodenticides tout autour de leurs cultures de drogue… établies sur l’habitat naturel du Pékan. Leur but est donc de faire disparaître l’occupant.

Hémorragies et troubles neurologiques

Afin d’être sûrs d’attirer un maximum d’animaux, ils déposent également des morceaux de nourriture dans les alentours, comme du poisson ou du bacon. L’un des poisons les plus efficaces contre les Pékans est l’anticoagulant rodenticide (ARs) qui entraîne une déficience en vitamine K, essentielle à la coagulation sanguine. L’ingestion de cette substance provoque dès lors de sévères hémorragies chez ce petit mustélidé (même famille que les belettes ou les furets). Dans l’un des cadavres étudiés, les chercheurs ont dénombré pas moins de six rodenticides différents ! Un mâle a été découvert vivant mais présentant d’importants troubles neurologiques (voir vidéo ci-dessous). Il était complètement léthargique et présentait une ataxie : l’animal était incapable de se déplacer correctement à cause du manque de coordination de ses mouvements. Il a finalement été euthanasié. Les chercheurs recommandent de nettoyer complètement les sites où des cultures de marijuana ont été établi par le passé. En 2015, la population californienne de Pékan, qui dénombre environ 250 spécimens, a été considérée comme menacée par le California Endangered Species Act. Les chercheurs ont tenu à préciser que si l’étude porte sur une seule espèce, d’autres sont également touchées par ces pratiques des trafiquants comme les renards roux de Sierra Nevada.

http://www.sciencesetavenir.fr/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s