Simplifier sa vie


Oh oui, trop souvent, on se complique la vie et pourtant, cela serait si simple, si nous voulions prendre des chemins sans détour
Nuage

 

Simplifier sa vie

 

« L’Homme devrait mettre autant d’ardeur à simplifier sa vie qu’il en met à la compliquer. »

Henri Bergson

Le Saviez-Vous ► Cadenas utilisé par les Vikings durant le X ème siècle


Ils étaient assez ingénieux les Vikings avec ce type de cadenas
Nuage

 

Cadenas utilisé par les Vikings durant le X ème siècle

 

Le Youtubeur r570sv a réalisé une reproduction d’un ingénieux système de cadenas utilisé par les Vikings durant le Xème siècle.

Le verrouillage s’effectue grâce à deux languettes métalliques sur lequel il faut ensuite appuyer à l’aide d’une clé spéciale pour ouvrir le cadenas.

http://www.insoliteqc.com/

Un biscuit ayant survécu au "Titanic" vendu 21 000 euros aux enchères


Un biscuit soda vendu à plus de 30 000 dollars canadiens juste parce qu’il a été relier au Titanic. Ce n’est pas un peu exagéré ?
Nuage

 

Un biscuit ayant survécu au « Titanic » vendu 21 000 euros aux enchères

 

PAR CONSTANCE ASSOR

 

Attention, ne tentez pas de le croquer : ce gâteau issu du kit de survie du « Carpathia » est devenu le biscuit le plus cher du monde.

Décidément, plus de cent ans après son naufrage, les vestiges du Titanic n’en finissent pas de faire grimper les enchères. Après la vente du menu du dernier déjeuner du tristement célèbre navire le mois dernier, c’est un gâteau qui fait sensation. Il faut dire qu’il est issu du kit de survie du pilote du canot de sauvetage du Carpathia, venu en aide aux 705 survivants. Le biscuit ainsi qu’une photographie de l’iceberg peut-être à l’origine du naufrage ont fait sensation lors de la vente aux enchères organisée le 24 octobre dernier en Angleterre.

Le plus précieux gâteau de l’histoire

Le petit gâteau Spillers & Bakers, vieux de 103 ans, a finalement été adjugé 15 034 livres, soit 21 000 euros, (plus de 30 000 $ cad) faisant la fierté d’un collectionneur grec. Ce craker historique doit sa fortune à un passager du navire venu en aide aux survivants duTitanic après son naufrage, le 14 avril 1912.

Pour conserver « le biscuit le plus précieux de l’histoire », ce passager l’avait glissé dans une enveloppe de photographie Kodak sur laquelle était précisé « biscuit du pilote d’un navire de sauvetage du Titanic – Avril 1912 ».

Serait-ce bel et bien une photo de l’iceberg ayant coulé le Titanic ? © DR

D’autres lots emblématiques ont également trouvé preneurs. Précieuse relique des circonstances de l’accident, une photographie du fatal iceberg qui aurait été prise le lendemain du drame par un membre du paquebot Prinz Adalbert a trouvé preneur pour 29 000 euros, bien que l’authenticité du cliché ne soit pas totalement établie. Interrogés sur les circonstances dans lesquelles la photographie a été réalisée, les membres de l’équipage ont expliqué « ne pas encore être au courant de la catastrophe » lorsque le cliché a été pris. Ils précisent que « sur un côté de l’iceberg, de la peinture rouge était clairement visible. Cette trace semble avoir été laissée par le frottement de la coque du Titanic ». Voilà de quoi perpétuer la tragique légende du Titanic

http://www.lepoint.fr/

Le temps passé devant la télé associé à huit causes de mortalité


Une étude vient de confirmer une autre de quelques années que la télévision à des effets négatifs sur la santé. En fait, il semble qu’il y aurait plus de maladies reliées que l’on pensait, mais il y a surement autre chose qui fait que certaines personnes sont plus malades
Nuage

 

Le temps passé devant la télé associé à huit causes de mortalité

 

Des chercheurs de l'Institut national du cancer des États-Unis ont découvert un... (PHOTO DIGITAL VISION/THINKSTOCK)

PHOTO DIGITAL VISION/THINKSTOCK

Des chercheurs de l’Institut national du cancer des États-Unis ont découvert un lien entre le temps passé quotidiennement devant la télévision et une hausse du risque de succomber aux principales causes de décès.

En moyenne, 80 pour cent des Américains passent 3,5 heures par jour devant la télévision, une activité qui consommerait plus de la moitié du temps de loisirs quotidien. On considère généralement que le temps consacré à la télévision témoigne du niveau de sédentarité du téléspectateur.

Des études antérieures avaient déjà associé le temps passé devant la télévision à une hausse du risque de succomber au cancer ou à la maladie cardiovasculaire. La nouvelle étude, qui portait sur 221 000 individus âgés de 50 à 71 ans et en bonne santé au début de l’enquête, confirme cette association, mais ajoute maintenant des maladies comme le diabète, la grippe/la pneumonie, la maladie de Parkinson et les troubles rénaux à la liste.

Tous ces problèmes comptent parmi les principales causes de décès aux États-Unis.

L’auteure de l’étude, la docteure Sarah Keadle, prévient que certaines des nouvelles associations font surface pour la toute première fois. D’autres enquêtes seront nécessaires pour les examiner plus à fond ou pour déterminer si d’autres activités assises ont le même impact.

Lorsque comparés aux individus qui regardaient moins d’une heure de télévision par jour, ceux qui en regardaient entre trois et quatre rehaussaient de 15 pour cent leur risque de mortalité, contre 47 pour cent pour ceux qui en regardaient sept heures ou plus quotidiennement. Le risque commençait à grimper à trois ou quatre heures par jour pour toutes les causes examinées.

Les associations constatées persistaient même en tenant compte de facteurs comme le tabagisme et la consommation d’alcool. L’activité physique n’atténuait pas non plus complètement l’impact négatif du temps passé devant la télévision.

Les conclusions de cette étude sont publiées dans l’édition de décembre du American Journal of Preventive Medicine.

http://www.lapresse.ca/

Maladies mentales: éviter de sombrer


La maladie mentale est encore en 2015 un sujet tabou, pourtant tout le monde est sujet à une maladie mentale au cours de sa vie. Cependant certaines maladies comme la schizophrénie ont son lot de préjugés difficiles à se défaire
Nuage

 

Maladies mentales: éviter de sombrer

 

Elle n'est pas contagieuse, mais touche lourdement ceux qui vivent avec le... (123RF/Brian Jackson)

ISABELLE DUBÉ
La Presse

Elle n’est pas contagieuse, mais touche lourdement ceux qui vivent avec le malade, notamment en raison des préjugés de la société. Comment faire pour tenir le coup lorsqu’un de nos proches est atteint d’une maladie mentale ? Où trouver les ressources pour garder le moral et éviter à notre tour de sombrer ? Isabelle Dubé fait le point.

Selon un sondage mené par l’Association médicale canadienne en 2008, 50% des Canadiens n’avoueraient pas qu’un membre de leur famille a une maladie mentale, contrairement à 72% pour un cancer. Aujourd’hui, le combat contre les préjugés envers les personnes atteintes de problèmes de santé mentale est loin d’être terminé. La Fédération des familles et amis de la personne atteinte de maladie mentale (FFAPAMM) rêve que la stigmatisation cesse et que les aidants ne vivent plus la honte.

«Quand deux voitures de police et une ambulance débarquent chez toi, ce n’est pas discret, raconte Pierre*. Les voisins assistent à la scène et jugent. C’est comme une histoire de lépreux.»

L’homme de 67 ans a un fils atteint de schizophrénie. Les préjugés de la société envers les personnes souffrant de maladie mentale, il les connaît. Depuis que son fils a reçu son diagnostic, il y a une dizaine d’années, Pierre a tout fait pour ne pas tomber dans l’autostigmatisation.

Christiane Trudel, de son côté, n’a pu y échapper. Son fils souffre aussi de schizophrénie.

«Les préjugés sont tellement forts dans la société qu’on se les applique à soi-même. On se sent coupable, on cherche où on a fait l’erreur, on s’isole et on a honte.»

Lorsqu’elle a reçu le diagnostic de son fils, elle s’est effondrée.

«Je ne voyais plus d’avenir pour lui, explique-t-elle. Ce qui m’a aidée, ce sont les groupes de soutien. Quand on est plus solide, c’est plus facile d’accompagner un proche.»

«Aujourd’hui, [mon fils] est un père de 34 ans qui s’occupe seul de ses deux filles et je suis très fière du chemin parcouru, je suis très fière de lui.» Christiane Trudel

C’est Pierre qui a appelé les secours quand son fils a voulu se suicider pour une énième fois. Il n’a pas été impressionné par l’intervention policière. Selon lui, les ambulanciers étaient beaucoup mieux formés pour faire face à une personne souffrant de maladie mentale.

«Débarquer avec leurs pistolets pour faire face à des crises de suicide, ce n’était peut-être pas la meilleure idée. Ils l’ont amené à l’hôpital armés. Ça encourage la stigmatisation. C’était il y a 10 ans. Maintenant, je crois que c’est mieux.»

Afin d’être bien outillé face à la maladie, Pierre est allé chercher de l’aide dès le départ.

«Ça m’a aidé à comprendre la schizophrénie, à comprendre comment ça se passait dans sa tête, à comprendre son comportement. J’ai pu faire une distinction entre les crises de colère et les crises suicidaires.»

Aujourd’hui, son fils âgé de 36 ans vit seul en appartement et réussit à équilibrer son budget.

«J’ai atteint mon but. Il s’adresse au centre de crise ou à la travailleuse sociale quand il en a besoin. Il prend ses médicaments. Je suis fier de lui. Je suis aussi conscient que rien n’est jamais sûr à 100%.»

*À cause des préjugés, Pierre souhaitait taire son véritable nom.

À éviter avec un proche atteint

Les personnes qui vivent ou s’occupent d’une personne atteinte d’une maladie mentale en ont lourd sur les épaules. Pour éviter de craquer, voici quelques points à éviter, selon Mélanie Tremblay, directrice générale de l’association OASIS santé mentale à Granby et vice-présidente de la Fédération des familles et amis de la personne atteinte de maladie mentale (FFAPAMM).

La prise en charge complète de la personne

«C’est un piège! Les proches ont l’impression que c’est de cette façon qu’ils auront du pouvoir sur la maladie: s’assurer que son loyer est payé, que l’épicerie est faite, qu’il prend ses médicaments. Mais ça déresponsabilise la personne atteinte.»

Affronter la personne

«Quand on parle à des gens qui sont psychotiques, qui ont des symptômes très présents, il faut éviter de dire: « Ce n’est pas vrai que tu entends des voix, ce n’est pas vrai qu’il y a quelqu’un qui est menaçant pour toi. » Pour la personne qui est malade, c’est bien réel.»

Diagnostiquer son proche

«Avec internet, on a tendance à le faire, ça semble facile. Mais la maladie mentale est difficile à diagnostiquer. Le diagnostic n’est pas une fin en soi. Il faut tout d’abord s’assurer du bon fonctionnement au quotidien de la personne atteinte.»

Être enragé contre le système

«On veut impliquer la famille dans le traitement pour diminuer les risques de rechutes. Si le proche est enragé contre le psychiatre, par exemple, ou une autre personne-ressource, il risque d’être exclu du processus. Le système de santé ne peut pas répondre à tous les besoins. Il faut accepter de prendre ce qui est disponible.»

S’attendre à une guérison

«Certaines personnes me demandent: « Qu’est-ce qu’il faut que je fasse pour qu’il soit guéri? » Il n’y a pas de pilule miracle. La personne atteinte, tout comme le proche, doit apprendre à vivre avec la maladie.»

À éviter en tant que proche 

  1. S’isoler.
  2. Se victimiser et s’apitoyer.
  3. Se sentir responsable de la maladie de son proche.

Où chercher de l’aide?

«Lorsqu’on apprend qu’un proche est atteint de maladie mentale, la détresse est élevée, soutient Christiane Trudel, présidente de la Fédération des familles et amis de la personne atteinte de maladie mentale (FFAPAMM) dans le Bas-Saint-Laurent. On ne peut pas rester seul avec ça. C’est important d’aller vers les organismes pour avoir du soutien et de l’information. Si on ne va pas chercher de l’aide, on peut finir par avoir soi-même des problèmes de santé mentale et physique. Plus on attend, plus la détresse et les problèmes augmentent.»

Quelques adresses: 

Montréal

Parents et amis du bien-être mental du sud-ouest de Montréal

www.pabemsom.org/

Greenfield Park

APAMM Rive-Sud

www.apammrs.org

Dorval 

Les Amis de la santé mentale / Friends for mental health

www.asmfmh.org

Sorel-Tracy

Le Vaisseau d’Or

www.levaisseaudor.org

http://www.lapresse.ca/

Que cache votre toux ?


La toux fait parti d’un symptômes de diverses maladies. Si elle ne passe pas, mieux vaut consulter
Nuage

Que cache votre toux ?

 

Isabelle Eustache
Créé initialement par Elise Dubuisson, journaliste santé.
Sources : Le Manuel Merck.

    Si vous toussez, cherchez ce que cela cache plutôt que de vous ruer sur le premier antitussif venu. Traiter les causes de la toux, qu’elle soit grasse ou sèche, est le seul moyen de s’en débarrasser.

    La toux est le symptôme d’une maladie

    Qu’elle soit grasse, sèche, sifflante ou autre, la toux est loin d’être juste un mauvais moment à passer de l’hiver. Dans plus de 95% des cas, elle est causée par une affection sous-jacente qu’il est impératif de traiter pour en finir avec ces satanées quintes de toux. En effet, entraver la toux n’est en général pas conseillé : tousser est très fréquemment une réaction nécessaire de notre organisme, la fonction première de la toux étant d’évacuer tout ce qui encombre l’appareil respiratoire.

    Que peut cacher votre toux ?

  • Si vous toussez surtout la nuit, si votre gorge vous irrite et si votre voix devient rauque, votre toux peut cacher un reflux gastro-oesophagien.

  • Si vous toussez principalement la nuit et surtout si vous avez le nez bouché, il peut s’agir d’une allergie aux acariens et la toux peut alors cacher un asthme.

  • Si vous êtes âgé, que vous toussez souvent la nuit et que vous avez des antécédents de problèmes cardiaques, la toux peut être lesymptôme d’une insuffisance cardiaque.

  • Si votre toux se déclenche à l’effort, s’accompagne d’essoufflement et d’expectorations, il s’agit peut être d’un problème bronchique de type broncho-pneumopathie obstructive (BPCO). A fortiori si vous fumez.

Cette liste est bien entendu non exhaustive.

Quand consulter pour une toux ?

Toute toux chronique, c’est-à-dire qui perdure plus de 8 jours, doit motiver une visite chez votre médecin traitant. Consultez également si votre toux vous fatigue, si elle vous empêche de vous endormir ou encore si elle vous réveille. Notez que certains médicaments, comme ceux contre l’hypertensionartérielle, par exemple, peuvent déclencher la toux. Il est donc utile de mentionner à votre généraliste les traitements que vous suivez dont il n’a pas connaissance. Si votre toux est uniquement le symptôme d’un refroidissement, elle disparaîtra naturellement.

Est-il possible de se prémunir de la toux ?

Il n’est bien entendu pas possible de se protéger de toutes les maladies ayant la toux comme symptôme mais quelques précautions devraient vous aider à limiter la casse.

Ainsi, n’oubliez pas d’aérez votre maison. Pourquoi ? Pour chasser l’humidité des pièces vers l’extérieur. Si vos fenêtres bien isolées restent fermées, l’humidité se réfugie dans les murs, provoquant la prolifération de moisissures. Et qui dit moisissures, dit toxines responsables de nombreuses allergies. En outre, les pièces surchauffées favorisent la multiplication des acariens, eux aussi à l’origine d’allergies. Dans le même ordre d’idées, veillez à ne pas dormir dans une chambre où l’air est trop sec, cette atmosphère est propice aux quintes de toux nocturnes. Enfin et c’est une question de bon sens : éviter de fumer ou de fréquenter des lieux enfumés.

http://www.e-sante.fr/