Faire son propre procès


C’est tellement facile de se mêler de la vie des autres, de donner des conseils que l’on ne suit probablement pas nous-même et de juger tout en sachant que nous faisons peut-être la même chose ou pire
Nuage

Faire son propre procès


On ne peut juger réellement que ce l’on connaît. Nous passons tellement de temps à juger des comportements, des idées, des autres sans connaître ce qui les a amenés à faire tel ou tel choix, à penser de telle manière, qu’elles ont été les souffrances et difficultés vécues par la personne. Ne jugeons qu’en connaissance de cause, le reste est vain et dénudé de sens.

Faisons chacun notre propre procès avant de faire celui des autres. Celui qui pense être irréprochable qu’il juge, mais je crains que bien peu d’êtres voir aucun le sont…

Louis Berger

Le Saviez-Vous ► 10 désordres psychologiques fascinants


Il y a des troubles mentaux qui sont assez rares et étranges. Certains ont même été des sujets de roman, film ou même dans une épisode de série télé
Nuage

 

10 désordres psychologiques fascinants

 

Crédit photo: Helmut Januschka (MRT scan of human head) – wikipédia

Les troubles de santé mentale ne sont pas rares – près d’une personne sur cinq souffrira d’une maladie mentale au cours de sa vie – pourtant, plusieurs restent méconnus ou encore difficiles à classifier. Voici 10 désordres psychologiques, dont certains répandus et d’autres rares, qui n’ont pas fini de nous surprendre.

1. Le syndrome d’Alice au pays des merveilles

Le syndrome d’Alice au pays des merveilles, nommé après le roman de Lewis Carroll, est un trouble neurologique qui altère la perception de l’espace, du temps et de soi-même. Également appelé syndrome de Todd, en référence au psychiatre britannique John Todd,celui-ci supposa que Lewis Carroll fut victime de ce trouble et en fut inspiré pour son roman.

2. Le syndrome de Dorian Gray

Dans le roman The Picture of Dorian Gray, Oscar Wilde dépeint, à travers un dandy du nom de Dorian Gray – un être superficiel, égocentrique, hypocrite et manipulateur – les dérives modernes du narcissisme. Le syndrome de Dorian Gray est caractérisé par un orgueil extrême et une obsession pour la beauté et la jeunesse, mais peut aussi se traduire avec une combinaison de différents signes: dysmorphophobie, amour de soi excessif, immaturité… Un problème qui selon les experts, peut également être celui d’une société ou d’une génération au complet.

3. Le syndrome de Peter Pan

Le syndrome de Peter Pan ou complexe de Peter Pan, désigne l’angoisse liée à l’idée de devenir adulte et le désir de rester enfant. Si l’expression peut être employée pour caractériser un adulte immature, elle désigne réellement des gens qui se complaisent ou s’enferment dans un univers enfantin.

Popularisé par le psychanalyste Dan Kiley, le syndrome se prête donc à un adulte qui se comporte comme un enfant. Un état qui peut être bien vécu, mais peut aussi mener à la dépression ou entraîner de sérieux problèmes au niveau relationnel. Michael Jackson demeure un exemple connu.

4. Le syndrome de Münchhausen

Le syndrome de Münchhausen est une pathologie caractérisée par un besoin de simuler une maladie dans le but d’attirer l’attention ou la compassion. Si la plupart sont familiers avec les troubles factices – un trouble mental désignant le besoin morbide de simuler une maladie en s’imposant des signes ou des symptômes -, le diagnostic de « syndrome de Münchhausen » est réservé aux cas sévères.

Les sujets qui en sont atteints peuvent en effet provoquer des convulsions, des saignements (en prenant des anticoagulants), des vomissements et d’autres symptômes graves,volontairement. Aussi, le syndrome de Münchhausen par procuration, peut mener un individu à en blesser un autre volontairement, notamment un enfant, toujours dans le but d’obtenir de l’attention…

5. L’apotemnophilie

Plus étonnant encore, l’apotemnophilie, un trouble neurologique qui pousse ceux qui en souffrent à vouloir se faire amputer un ou plusieurs membres, sans raison médicale. Les sujets peuvent même s’infliger des blessures graves ou réclamer qu’un chirurgien les opère. Ce trouble identitaire relatif à l’intégrité corporelle serait provoqué par de graves lésions au niveau du lobe pariétal. Si ce trouble peut sembler tout droit inspiré d’un livre de Stephen King, il est bien réel et les apotemnophiles sont souvent exposés à une très forte dépression entraînée par l’isolement et la confusion.

6. Le syndrome d’Othello

Si les drames humains de Shakespeare sont aussi touchants, c’est sans doute puisqu’ils mettent en scène des personnages incarnant des maux humains universels. L’un de ces célèbres protagonistes, Othello, a d’ailleurs marqué les esprits et inspiré un concept psychiatrique : le syndrome d’Othello. Aussi appelé délire de jalousie ou jalousie pathologique, les personnes qui en souffrent, le plus souvent des hommes, sont habités par une conviction profonde quoique non-fondée, d’être trompés. Recherchant constamment des « preuves » justifiant cette inquiétude obsédante, le sujet harcèle, et peut même aller jusqu’à tuer, son partenaire ou le présumé rival, tout comme dans la pièce de Shakespeare.

7. Le syndrome de Stendhal

 

Si vous voyez un voyageur délirer devant un tableau ou un touriste se prendre pour le messie, il y a de bonnes chances qu’il soit victime du syndrome de Stendhal ou « syndrome de Florence« . Celui-ci se traduit à travers un sentiment de confusion, des crises de panique ou d’hystérie, voire même des hallucinations suite à une “surexposition” à… des oeuvres d’art. Assez rare, il ferait partie des syndromes du voyageur, un trouble psychique que peuvent expérimenter certains touristes ou expatriés.

8. Le syndrome de l’accent étranger

Un choc au cerveau peut parfois entraîner certains effets non-désirables, parmi ceux-ci, le syndrome de l’accent étranger, un désordre rare et plutôt surprenant. Ce trouble du langage vient en effet altérer l’accent de la victime. Autrement dit, un australien peut se réveiller soudainement avec un accent français, comme ce fut le cas de Leanne Rowe. 50 cas auraient été rapportés dans le monde entre 1941 à 2006.

9. Le syndrome de Cotard

Aussi étrange que rare, le syndrome de Cotard est un syndrome délirant observé chez des personnes gravement dépressives. Il est également appelé « syndrome du cadavre ambulant ». Le malade est en fait persuadé d’être mort ou de ne pas exister. Le syndrome peut également survenir chez certains schizophrènes, mais le plus souvent, le patient consultera rarement un professionnel puisqu’ il se croit déjà mort Ce trouble serait lié à un dysfonctionnement dans deux aires du cerveau; une partie impliquée dans la reconnaissance faciale et une autre reliée aux émotions. Certains iraient même jusqu’à se laisser mourir.

10.Le syndrome de la main étrangère

Tout comme son nom l’indique, ce syndrôme amène le patient à ne pas reconnaître une de ses mains. Autrement dit, la main, qui agit de manière indépendante, fait ce qui lui chante. Ce trouble également connu sous le nom du syndrome du Docteur Folamour, peut être causé par un accident vasculaire ou des lésions au cerveau. Si le syndrome peut paraître grotesque, il n’a rien de drôle pour ceux qui en souffrent, comme Karen Byrne, une Américaine dont une main et une jambe sont devenues incontrôlables après une intervention chirurgicale. .

http://www.sympatico.ca/

Les chats écaille de tortue plus agressifs que les autres ?


Je suis septique ! J’ai un peu de misère à croire que la couleur d’un chat peut avoir un lien avec sa sociabilité. Oui, les chats peuvent avoir un caractère exécrable ou être très doux, joueur, ou bougonneux, mais de la couleur a-t-il vraiment une incidence sur le comportement ?
Nuage

Les chats écaille de tortue plus agressifs que les autres ?

 

Par Sophie Le Roux

Crédits photo : Michael Frank Franz – Flickr

Pas de doute, cette étonnante étude ne manquera pas de contrarier les heureux propriétaires de chats écailles de tortue, ces félins au pelage noir et roux, parfois agrémenté de blanc (calico) ! Si l’on en croit les conclusions de chercheurs américains, le niveau d’agressivité de nos chers et tendres félins serait influencé par la couleur de leur pelage… Mais comment sont-ils parvenus à une telle hypothèse ?

Publiée voilà quelques jours dans leJournal of Applied Animal Welfare Science, l’étude a été menée auprès de 1274 propriétaires de chats. Morsures, griffures, sifflements… tous ont été interrogés sur le comportement de leur animal face aux humains dans certains types de situations, comme une visite chez le vétérinaire par exemple.

C’est ainsi que les chercheurs vétérinaires de l’Université de Californie ont découvert que les femelles écaille de tortue – les chats portant cette robe sont pour des raisons génétiques presque tous des femelles – auraient tendance à se montrer plus agressives que les autres chattes.

chat écaille de tortue
Les chats écaille de tortue sont à de rares exceptions près tous des femelles. (© Flickr – barbndc)

Les chats noir et blanc, eux, n’apprécieraient pas que les humains les prennent dans leurs bras, tandis que les chats gris et blanc seraient plutôt mécontents lorsqu’ils doivent être manipulés par un vétérinaire.

chat noir et blanc
Les chats noirs et blancs sont-ils plus agressifs que les autres ? (© Flickr – hehaden)

Et les félins les moins agressifs alors ? Les chats noirs, gris, blanc ou tigrés sont apparus comme les plus sociables et calmes avec les humains.

 

http://wamiz.com/

Produits miraculeux sur le web «On devrait toujours se méfier», dit l’OPC


Oui, c’est bien dommage que des gens se font prendre pour des tas de choses sur Internet. Pas parce qu’une publicité dit que Céline Dion avoue le secret de sa taille mince que c’est nécessairement vrai. Je trouve déplorable que Facebook laisse ce genre d’arnaque se déployer dans leurs pages .. Car il y a des gens qui croient a n’importe quoi
Nuage

Produits miraculeux sur le web

«On devrait toujours se méfier», dit l’OPC

 

Par Hugo Bourgoin | TVA Nouvelles

L’Office de la protection du consommateur (OPC) rappelle aux internautes d’être prudents lorsqu’on leur propose en ligne des produits à bas prix puisque certaines offres, bien qu’alléchantes, pourraient vous coûter beaucoup plus cher que prévu.

C’est notamment le cas d’une femme de Saint-Jérôme qui a commandé une crème à moins de 10$ après avoir vu une publicité sur le réseau social Facebook et qui a par la suite reçu des factures totalisant plusieurs centaines de dollars. C’est qu’en acceptant le contrat d’achat, la dame a autorisé la compagnie à faire des prélèvements supplémentaires.

«On devrait toujours se méfier et on devrait idéalement lire les conditions d’une offre», affirme le porte-parole de l’OPC, Charles Tanguay, qui explique que les problèmes sont souvent associés à la même catégorie de produits.

«Ce type d’arnaque se trouve surtout pour des produits amaigrissants, des crèmes pour les rides ou des cures de rajeunissement; bref toutes sortes de produits miraculeux dont on cherche à vous vendre les effets extraordinaires. […] On vous attire soit avec un échantillon gratuit ou à très petit prix; ce sont en fait des appâts.»

Illégal

Cette façon de faire est pourtant interdite en vertu de la Loi sur la protection du consommateur.

«Aucun commerçant, fabricant ou publicitaire ne peut, par quelque moyen que ce soit exiger du consommateur à qui il a fourni, gratuitement ou à un prix réduit, un service ou un bien pendant une période déterminée, un avis au terme de cette période indiquant qu’il ne souhaite pas obtenir ce service ou ce bien au prix courant», peut-on lire à l’article 230C.

«Le fait de vous abonner si vous ne faites rien, ce n’est pas permis», résume M. Tanguay.

Recours

Comme seul recours, l’OPC recommande aux gens touchés de réclamer une rétrofacturation à l’émetteur de leur carte de crédit; processus qui consiste en un rappel du paiement. Même si un tel recours doit être exercé dans un délai prescrit, le porte-parole de l’organisme souligne que les compagnies comme Visa ou MasterCard sont souvent compréhensives.

«Ce type d’arnaque se trouve surtout pour des produits amaigrissants, des crèmes pour les rides ou des cures de rajeunissement; bref toutes sortes de produits miraculeux» – OPC

«Quand les émetteurs de cartes de crédit voient que c’est une entreprise pas très correcte avec ses clients, que le client n’a pas donné un véritable consentement, ils finissent généralement par accepter de rétrofacturer», affirme Charles Tanguay.

Malgré tout, le meilleur conseil de l’OPC reste la méfiance.

«Si vous n’êtes pas capable d’identifier l’entreprise avec laquelle vous faites affaire et si elle est en Italie, aux États-Unis ou ailleurs dans le monde, déjà, ce sont des signes qui devraient allumer des feux jaunes. C’est comme si vous recevez un appel de quelqu’un qui veut entretenir votre thermopompe ou si on frappe à votre porte pour vous vendre une balayeuse.»

http://tvanouvelles.ca/

Les castors dépolluent les eaux grâce à leurs constructions


Le castor, emblème du 5 cent canadien est un animal très utile pour l’environnement, même si leur barrage cause bien des maux aux humains
Nuage

 

Les castors dépolluent les eaux grâce à leurs constructions

 

Un castor du Canada nageant dans les eaux Canadiennes. © SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

Un castor du Canada nageant dans les eaux Canadiennes. © SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

Par Anne-Sophie Tassart

Une récente étude a démontré l’efficacité des castors dans le processus de dépollution des eaux de l’Amérique du Nord.

ÉCOLO. Des chercheurs américains ont publié une étude en septembre 2015 dans le Journal of the Environmental Quality. Elle révèle que les castors du Canada (Castor canadensis) participent activement à la dépollution des eaux d’Amérique du Nord et plus particulièrement à celles de Nouvelle-Angleterre (Nord-est des Etats-Unis).

Les chercheurs de l’Université de Rhode Island ont construit un incubateur spécifique afin de reproduire en laboratoire toutes les interactions chimiques qui peuvent se produire dans les eaux où vit cette espèce de castor.

Ils ont observé que la réorganisation du cours d’eau par ces mammifères (par la création de barrage ou de pont) permet de mettre en contact étroit l’eau, les matières végétales et celles que l’on nomme « édaphiques », autrement dit qui proviennent du sol. Et il y a là par exemple des bactéries dénitrifiantes qui permettent de transformer le nitrate en diazote qui est un gaz volatile. Ainsi, le nitrate provenant des engrais ou des eaux usées, est retiré définitivement de l’eau.

Les chercheurs ont rapporté les données obtenues en laboratoire à la quantité de nitrate présente dans les eaux du nord-est des Etats-Unis et à la surface totale présentant des constructions de castor. Le résultat est impressionnant : dans cette zone, les mammifères réussissent à retirer de 5 à 45 % du nitrate stocké dans l’eau ! L’impact est très important car le nitrate provoque la prolifération d’algues qui vont consommer tout l’oxygène présent dans l’eau, ce qui engendre la mort de nombreux poissons.

Si aujourd’hui il y aurait plus de 60 millions de castor du Canada (la fourchette haute est à… 400 millions), 150 ans plus tôt cette espèce était en voie d’extinction aux Etats-Unis à cause notamment de la chasse qui était non réglementée. Rappelons que si le castor construit des barrages c’est dans le but de se protéger. En effet, l’eau va permettre de bloquer l’accès à son refuge. De plus, l’inondation que la construction engendre va permettre à l’animal d’avoir accès à de la nourriture (feuilles, bourgeons, écorce) tout en restant dans le milieu où il se sent plus à l’aise : l’eau. 

http://www.sciencesetavenir.fr/

PREMIÈRE MONDIALE. Des momies de jeunes lions des cavernes découvertes en Russie


Ce sera une histoire à suivre quand les scientifiques auront étudié ces deux lionceaux qui ont existé, ils y ont existé approximativement il y a 11 mille ans. C’est une belle découverte d’avoir trouvé ces petits pratiquement intacts
Nuage

 

PREMIÈRE MONDIALE. Des momies de jeunes lions des cavernes découvertes en Russie

Le corps de ce jeune lion des cavernes a été parfaitement conservé dans le pergélisol russe. ©Academy of Sciences of Yakutia / Siberian Times

Le corps de ce jeune lion des cavernes a été parfaitement conservé dans le pergélisol russe. ©Academy of Sciences of Yakutia / Siberian Times

Par Morgane Kergoat

Pour la première fois, des lions des cavernes en chair et en os ont été mis au jour. Une découverte exceptionnelle, qui donne à voir l’apparence réelle de ces animaux préhistoriques jusque-là seulement reconstituée.

 

PALÉO-LIONCEAUX. C’est un rêve qui devient réalité : on sait désormais à quoi ressemblait réellement l’un des plus grands prédateurs de la Préhistoire, le lion des cavernes. Des scientifiques viennent en effet d’annoncer avoir mis au jour deux corps momifiés de lionceaux ayant vécu il y a environ 11.000 ans sur le territoire de l’actuelle République de Sakha, également appelée Yakoutie (état fédéral de Russie). Une première mondiale, car, jusqu’à présent, les scientifiques ne disposaient que des os de ce prédateur des steppes de l’ère glacière.

« C’est une découverte exceptionnelle », acquiesce Philippe Fosse,paléontologue à l’UMR 5608 TRACES (CNRS), à l’université de Toulouse. « Pour la première fois, on a un lion complet, avec sa fourrure ».

Or, jusqu’ici, la robe de ces « paléo-félins » n’était que déduite des peintures pariétales réalisées par les hommes préhistoriques. Ainsi, c’est un peu des lionnes de la grotte Chauvet que l’on voit tout à coup, en vrai.

La probabilité de découvrir un lion des cavernes congelé est quasi nulle » – Philippe Fosse, paléontologue.

Certes il n’est pas rare qu’avec la fonte du pergélisol, un animal préhistorique soit délivré des glaces. Mais d’habitude, il s’agit plutôt d’ongulés (bisons, chevaux…), de mammouths, ou de rhinocéros laineux, que de carnivores.

Surtout, « Le lion des cavernes est un animal solitaire », explique Philippe Fosse. « Contrairement aux ongulés qui vivent en groupe, la probabilité de découvrir un individu congelé est quasi nulle ! »

Comble de chance, les scientifiques disposent non pas d’un mais de deux petits lions des cavernes. En raison de leur bon état de conservation de leurs tissus, la qualité de l’ADN prélevé devrait venir éclairer le débat de sa parenté avec le lion d’Afrique actuel ou avec le tigre d’Asie. De plus, le passage au scanner révèlera probablement le contenu stomacal et, de fait, quelle était leur alimentation (lait, types de proie…).

Apparence physique du lion des cavernes

Toutefois, en raison de leur jeune âge au moment de leur mort, il sera difficile de tirer des conclusions concernant la couleur du pelage que pouvaient avoir les adultes.

Selon le paléontologue français, « La robe évolue avec l’âge chez les grands félins. Chez le lion des cavernes elle ne devait se stabiliser que vers 4,5 ou 5 ans ».

 Il ne faut donc pas s’attendre à ce que la question de la présence ou de l’absence de rayures soit définitivement tranchée après analyses complètes.

De plus « la couleur devait changer en fonction des saisons, comme c’est le cas chez un chat sauvage qui vit actuellement au Nord-Est de la Sibérie : les teintes devaient être plus foncées l’hiver », ajoute le scientifique. De même pour la densité du pelage. « Ce chat double presque de volume pour affronter une amplitude thermique d’environ 70°C. »

Ainsi, teintes et densité de poils devraient permettre d’établir à quelle saison les lionceaux sont morts.

ENQUÊTE. Les scientifiques vont alors pouvoir se livrer à une véritable analyse médico-légale : les lions présentent-ils des traces de morsures, de blessures au scanner ? Ont-ils succombé à une maladie, à la famine ? Les causes de leur décès seront peut-être révélées par les analyses en cours. L’Académie des sciences de Sakha a dores et déjà annoncé dans le Siberian Times qu’elle présentera les résultats des recherches fin novembre 2015.

http://www.sciencesetavenir.fr/