Retour vers le futur II : quand la réalité dépasse la fiction


Il y a 26 ans, sortait le film de science-fiction Retour vers le futur II. Je ne me souviens pas d’avoir vu un film qui a été aussi visionnaire des technologies du futur. En effet, beaucoup d’effet futuriste à cette époque sont devenu une réalité aujourd’hui
Nuage

Retour vers le futur II : quand la réalité dépasse la fiction

 

Mercredi 21 octobre 2015 marquera la date d’arrivée de Marty McFly dans le futur. 26 ans après la sortie de Retour vers le futur II, force est de constater que la réalité a parfois dépassé la fiction. Certes, l’Hoverboard et la machine à voyager dans le temps n’ont pas été inventés, mais la « vraie » année 2015 est à bien des égards plus « futuriste » que celle imaginée par Robert Zemeckis et Bob Gale, les scénaristes de la trilogie.

« Les smartphones font maintenant partie de nos vies, pourtant, le fait de naviguer sur Internet et d’avoir accès à toutes les informations de la planète aurait stupéfait les plus futuristes des années 1980 qui n’imaginaient pas qu’un téléphone puisse servir à autre chose que parler ou envoyer des SMS », fait remarquer Rosse Dawson, futurologue basé à Sydney.

En 1989, date de la sortie du deuxième volet de la série, l’apparition du lecteur CD a été vécue comme un tournant de l’histoire par la jeune génération.

« Vu depuis l’année 1989, quand le film a été fait, ce que nous avons aujourd’hui à notre disposition en termes de connectivité, d’information, de divertissement est totalement ahurissant », explique le fondateur du réseau Future Exploration Network.

Tous ces outils technologiques, que nous utilisons aujourd’hui sans y penser, comme Google, Wikipedia, les réseaux sociaux tels que Facebook et Twitter, les GPS de nos smartphones, les sites d’achats en ligne et les services de réservation comme Uber et AirBnB auraient été presque inconcevables quand le film est sorti. Et imaginez un monde sans email ! Le Marty McFly de 2012 reçoit sa lettre de licenciement par fax. Posséder ce bijou chez soi semblait alors à la pointe de la technologie, mais c’était avant la révolution Internet.

Ecrans plats, applications, biométrie…

Petit rappel du chemin parcouru : en 1985, date de lancement du premier épisode de Retour vers le futur, seul un quart des ménages américains était équipé de four à micro-ondes. Les lecteurs CD et de VHS représentaient la haute technologie.

De nos jours, on peut acquérir une imprimante 3D pour le prix d’un réfrigérateur et construire tout ce que l’on souhaite, d’une arme à feu à un jouet pour enfant. On télécharge des chansons et des films à partir d’Internet, on les regarde en streaming. Modifier le génome humain ou créer un laboratoire de la viande de hamburger à partir de cellules musculaires de vaches est devenu possible. Un robot, Philaé, a même été déposé sur une comète à des centaines de millions de kilomètres de la Terre. à

« Les humains se sont très rapidement habitués aux innovations et les tiennent pour acquises », déclare Ross Dawson.

Si les vêtements auto-séchants et les robots-serveurs ne hantent pas les rues, le film a quand même prédit des choses justes. Ainsi, nous disposons d’écrans plats, nous passons des appels vidéo et nous utilisons des applications météo. Bien que peu développée, la technologie biométrique par empreinte digitale peut permettre de payer ou de déverrouiller les portes.

Et si les enfants de Marty McFly portaient des lunettes leur permettant, entre autres, de recevoir des appels, le monde actuel compte désormais des lunettes de réalité augmentée…

« C’était assez visionnaire de leur part d’imaginer autant de choses vraies », affirme de son côté Thomas Frey de l’Institut Da Vinci, un groupe de réflexion futuriste. « Ils (Robert Zemeckis et Bob Gale, ndlr) l’ont dépeint d’une façon comique, rigolote, mais je pense qu’ils ont fait un travail phénoménal en anticipant des choses qui devaient sembler insensées à l’époque », ajoute-t-il.

Certaines prédictions du film restent toutefois un peu trop en avance sur notre temps, comme les voitures volantes.

« Il y a trente ans, la plupart des futurologues auraient évalué les chances d’avoir des voitures volantes en 2015 à plus de 50% », précise Jack Uldrich, un futurologue de Minneapolis.

 Ce qui n’empêche pas des entreprises de s’inspirer du film, comme la société Hendo, basée en Californie, qui vient de créer « l’Hoverboard », le skate volant du film. Et Nike travaille sur les chaussures à laçage automatique de Marty McFly.

http://www.ladepeche.fr/

2 réponses à “Retour vers le futur II : quand la réalité dépasse la fiction

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s