Les choses qui nous dérangent


Symboliquement, l’automne annonce une fin, que les beaux jours, bientôt, seront choses du passé. C’est le temps des préparations à l’hiver par ses conserves, le bois qu’on entasse, de serrer les accessoires d’été, de faire un ménage intérieur dans nos valeurs, nos inquiétudes, nos remords, nos déceptions, nos reproches ….
Nuage

 

Les choses qui nous dérangent

 

Il n’y a pas de meilleur moment que l’automne pour commencer à oublier les choses qui nous dérangent. Les laisser se détacher de nous comme les feuilles sèches, penser à retourner danser, et profiter de chaque miette de soleil qui brûle encore, se réchauffer le corps et l’esprit à ses rayons avant qu’il n’aille dormir et ne soit plus qu’une faible lueur dans les cieux

Paulo Coelho

Le Saviez-Vous ► 10 choses à savoir sur les personnes indécises


Êtes-vous une personne indécise ? Que chaque choix est un combat pour essayer de faire la meilleure décision. ?
Nuage

 

10 choses à savoir sur les personnes indécises

 

Par Lindsay Holmes


  • Certaines décisions sont plus importantes que d’autres. Certains choix sont faciles à faire, tandis que d’autres demandent davantage de réflexion. Pour une personne indécise, toutefois, toutes les décisions ont ce point en commun : elles semblent toutes impossibles à prendre.

    Il peut être parfois frustrant de côtoyer des individus paraissant incapables de prendre une quelconque décision, mais il y a des raisons pour lesquelles ils agissent de la sorte.

    Voici 10 choses que les personnes indécises veulent que vous sachiez à leur sujet :

    1. Elles préfèrent suivre la parade.

    Elles se soucient davantage des personnes qu’elles côtoient que de l’activité en soi.

    2. Elles aiment faire plaisir aux autres.

    Elles ne veulent pas créer de frictions. Elles tiennent à préserver l’harmonie et la bonne entente, même si cela signifie parfois s’oublier dans le processus.

    3. Elles s’identifient aux personnes hypersensibles.

    Les personnes hypersensibles ont-elles aussi tendance à considérer les moindres détails et subtilités d’une question, rendant la prise de décision beaucoup plus difficile.

    4. Elles sollicitent l’opinion de tous avant de prendre une décision.

    Peu importe les personnes interrogées, celles-ci les aideront à prendre une décision éclairée.

    5. Elles prennent le temps de réfléchir.

    Elles réfléchissent longtemps, car la pensée de prendre la mauvaise décision les terrifie.

    6. Les décisions importantes les épuisent mentalement.

    Elles prennent beaucoup de temps pour faire un choix qui pourrait changer leur vie, comme un déménagement ou un nouvel emploi, se mettant du coup davantage de pression sur les épaules.

    7. À leurs yeux, même choisir un restaurant peut être une corvée.

    Savoir où elles ne veulent pas aller est déjà un bon début!

    8. Certaines décisions les hantent bien après qu’elles les aient prises.

    Les personnes indécises prennent peu de risques et souhaitent connaître l’issue d’une situation le plus rapidement possible.

    9. Les listes de «pours et de contres» leur sont indispensables.

    Rien à ajouter.

    10. Elles sont fières d’elles lorsqu’elles sont parvenues à prendre la bonne décision.

    Petit à petit, les personnes indécises essaient de s’améliorer, même si c’est à travers les décisions les plus banales du quotidien.

    Un conseil : si vous êtes une personne indécise, suivez davantage votre instinct. Des recherches suggèrent que de s’écouter et de suivre ses émotions mènent généralement à de meilleurs résultats. Inutile de tout analyser continuellement!

    Cet article initialement publié sur le Huffington Post États-Unis a été traduit de l’anglais.

     

http://quebec.huffingtonpost.ca/

"La méditation déstructure et transforme le rapport au temps"


On sait que la méditation est un atout pour lutter contre le stress, la dépression … Depuis un certain temps, on entend parler de méditation de pleine conscience qui peut se pratiquer en tout temps, n’importe où, sans de temps limite, c’est-à-dire cela peut prendre 1 minute comme 20 minutes.
Nuage

 

« La méditation déstructure et transforme le rapport au temps »

 

 

Si elle présente de nombreux atouts, la pratique de la méditation pourrait aussi favoriser la création de faux souvenirs. ©ALEJANDRO PAGNI / AFP

Si elle présente de nombreux atouts, la pratique de la méditation pourrait aussi favoriser la création de faux souvenirs. ©ALEJANDRO PAGNI / AFP

Par Elena Sender

La méditation de pleine conscience pourrait favoriser la création de faux souvenirs et avoir un effet négatif sur des tests de mémoire.

La psychiatre Yasmine Lienard décrypte pour Sciences et Avenir ces résultats étonnants.

MÉDITATION. Elle soulage l’anxiété, le stress, la dépression, elle améliore notre sommeil et protègerait même notre cerveau du déclin, la méditation de pleine conscience est une pratique mentale puissante qui ne cesse de prouver ses bienfaits scientifiquement et fait de plus en plus d’émules. Elle ne présente a priori que des bénéfices et pourtant…

« Nos résultats mettent en lumière une conséquence inattendue de la méditation de pleine conscience, rapporte Brent Wilson de l’université de Californie à San Diego (Etats-Unis), premier auteur d’une étude publiée dans Psychological Science.

L’équipe révèle, en effet, que la pratique méditative semble favoriser la constitution de faux-souvenirs.

39% des participants ont inventé un mot

Dans deux expériences, près de trois cents participants ont été divisés en deux groupes. Le premier a été invité à pratiquer quinze minutes de méditation guidée où les sujets devaient se concentrer sur leur souffle. Le second a eu pour consigne de seulement rester au calme et penser à ce qui lui venait à l’esprit. Puis tous ont été soumis à un test de mémorisation classique. On leur a fait lire une même liste de quinze mots ayant un lien sémantique. Ici c’était autour du concept « d’ordures », avec par exemple comme mots « poubelle », « déchets », « eaux usées », etc. sans pour autant que le mot clé « ordures » n’apparaisse. Ensuite, on leur a demandé de restituer autant de mots que possible. Et là, surprise ! Si tous se sont souvenus d’autant de mots, 39% des participants du groupe « méditation » se sont rappelés avoir lu le mot « ordures » dans la liste – qui n’y était pas –  contre 20%  seulement dans le groupe témoin!

« Ces résultats démontrent une conséquence potentielle inattendue de la méditation de pleine conscience pour laquelle les souvenirs deviennent moins fiables », concluent les auteurs.

La méditation déstructure les repères habituels et transforme le rapport au temps » – Dr Yasmine Lienard, psychiatre et spécialiste de la méditation de pleine conscience

Devant ces conclusions étonnantes de prime abord, Sciences et Avenir a demandé quelques éclaircissements au Dr Yasmine Lienard, psychiatre et spécialiste des thérapies fondées sur la méditation de pleine conscience. Nous lui avons demandé si ces résultats la surprenaient, voici sa réponse :

« Non je ne suis pas surprise. Lorsqu’on médite, il y a comme un état de sidération. On apprend a oublier qui on est, où l’on est selon nos concepts habituels et cela peut créer une désorganisation cognitive secondaire. La meditation déstructure les repères habituels et transforme le rapport au temps. Les personnes vont mieux mais le rapport au monde est transformé. Cela doit être accompagné et pour qu’il n’y ait pas de conséquences sur la vie quotidienne iI faut trouver des ressources pour rester stable. Toutefois cela n’arrive que rarement, il faut méditer régulièrement et longtemps. Pour ma part je peux témoigner que ma mémoire à long terme est moins bonne après 10 ans de méditation. En revanche j’ai décuplé des facultés de mémoire immédiate. Normal vu que je m’entraîne à oublier le passé chaque jour ! »

http://www.sciencesetavenir.fr/

G.-B.: un navire de la guerre de Cent ans découvert dans la boue


 

La guerre des Cent Ans (1337-1453), vous connaissez ? Avec la minie série des Rois Maudits qui avait été télévisé il y a plusieurs dizaines d’années, on s’en rappelle peut-être. Enfin, il semble que les restes d’un navire du côté anglais auraient été découvert
Nuage

 

G.-B.: un navire de la guerre de Cent ans découvert dans la boue

 

L'historien Ian Friel a découvert des restes d'épaves... (Image Historic England)

L’historien Ian Friel a découvert des restes d’épaves enfouis dans la boue en étudiant des images aériennes, avec la conviction qu’il s’agit du Holigost.

IMAGE HISTORIC ENGLAND

 

Agence France-Presse

Des restes d’épave récemment découverts près de Southampton, dans le sud de l’Angleterre, sont vraisemblablement ceux du Holigost, l’un des vaisseaux amiraux de la flotte d’Henri V pour la guerre de Cent Ans face aux Français, ont indiqué les chercheurs britanniques.

Historic England, la commission des monuments historiques d’Angleterre, a évoqué lundi une découverte «grisante alors qu’on est sur le point de célébrer le 600e anniversaire de la bataille d’Azincourt» du 25 octobre 1415, qui reste l’une des plus grandes victoires anglaises sur les forces françaises.

Le Holigost (Holy Ghost, Saint-Esprit) a rejoint la flotte du roi d’Angleterre le 17 novembre, soit seulement quelques jours après la bataille. Le bateau, long de plus de 30 mètres, a été opérationnel entre 1416 et 1420, participant à deux des plus grandes batailles navales de la guerre de Cent Ans, à Harfleur et Chef de Caux.

«Le Holigost était un élément majeur de la machine de guerre de Henri V et a joué un rôle crucial dans deux batailles qui ont brisé la force navale française et permis à Henry de conquérir la France au début du XVe siècle», souligne English Heritage.

Gravement endommagé dans ces batailles, le navire a été mis à quai le long de la rivière Hamble, près de Southampton, pendant plusieurs années. C’est là que l’historien Ian Friel a découvert des restes d’épaves enfouis dans la boue en étudiant des images aériennes, avec la conviction qu’il s’agit du Holigost.

«Les recherches sur le Holigost auront une portée encore plus importante que l’identification du «Grace Dieu» dans les années 1930», a dit l’historien, en référence à un autre navire construit pour Henri V à cette époque.

Historic England a annoncé le lancement de recherches approfondies qui «promettent des découvertes fascinantes dans les mois et années à venir», selon son directeur général, Duncan Wilson.

http://www.lapresse.ca/

Souffle du diable : quel est l’effet de la "drogue des voleurs" sur le cerveau ?


Je ne sais pas si ce souffle est utilisé dans le but de commettre des vols ailleurs dans le monde, on peut supposer que oui. C’est tellement ignoble comme méthode et pourrait être dangereux sur des personnes fragiles
Nuage

Souffle du diable : quel est l’effet de la « drogue des voleurs » sur le cerveau ?

 

Par Lise Loumé

5 personnes ont été interpellées pour avoir détroussé des passants à l’aide d’une drogue capable d’ôter tout libre arbitre. Un spécialiste nous livre un état des lieux des connaissances scientifiques sur cette substance.

75.000 euros en liquide, 16.500 dollars et des bijoux : c’est le butin amassé par trois hommes et deux femmes de nationalité chinoise, soupçonnés d’avoir utilisé de la drogue pour voler au moins deux personnes âgées à Paris, selon France Info. La drogue en cause est une poudre surnommée « souffle du diable » (ou encore « souffle du dragon ») et qui agit par simple inhalation de quelques secondes. Deux chinoises avaient déjà été interpellées en septembre 2015 en possession de cette poudre à Paris et l’auraient utilisée pour détrousser une dizaine de personnes. Les victimes témoignent s’être sentie dans un « état second ». En effet, cette drogue provoquerait effacement de la mémoire – un peu à l’image du GHB – et, surtout, suspension du libre arbitre. Et quelques dixièmes de milligrammes suffiraient.

Quels sont les effets de l’inhalation du « souffle du diable » ? Comment agit cette drogue sur le cerveau ? Sciences et Avenir a interrogé le Professeur Jean-Louis Montastruc, professeur de médecine au CHU de Toulouse et membre de l’Académie de médecine.

Sciences et Avenir : Quelles sont les substances entrant dans la composition du « souffle du diable » ?

Professeur Jean-Louis Montastruc : Le « souffle du diable » est un mélange de deux substances bien connues des médecins. La scopolamine et l’atropine. La première est particulièrement abondante chez la datura, une plante présente en France et reconnaissable à ses longues fleurs mauves ou blanches en forme de trompette. À faible dose, cette substance entre dans la composition d’un médicament nommé « scopoderm » et prescrit contre le mal des transports, car elle empêche les vomissements et les nausées. Quant à l’atropine, elle est issue de la plante belladone (Atropa belladonna) et entraîne notamment une accélération cardiaque et une dilatation prononcée de la pupille. À des doses thérapeutiques, elle est fréquemment utilisée en urgence en cas de malaise vagal et comme collyres. 

Comment agissent concrètement ces deux substances sur le cerveau ?

La scopolamine et l’atropine agissent sur le système parasympathique (NDLR : l’un des deux constituants du système nerveux de l’homme) en se fixant sur des récepteurs appelés récepteurs muscariniques, à la place d’un neurotransmetteur nommé acétylcholine. Ce dernier est notamment impliqué dans le traitement de la mémoire et de l’apprentissage dans le système nerveux central. La scopolamine et l’atropine empêchent donc l’acétylcholine de se lier à ces récepteurs et bloque le système parasympathique, affectant le cerveau. Or il suffit de très peu de scopolamine pour se lier aux récepteurs muscariniques : de l’ordre du dixième de milligramme ! C’est pourquoi l’inhaler quelques secondes suffit pour en ressentir les effets.

Justement, quels sont les effets de la scopolamine et de l’atropine ?

À forte dose, la scopolamine provoque d’intenses hallucinations délirantes, une perte de contrôle et de l’amnésie. Ces effets sont connus depuis longtemps, et des adolescents consomment cette substance lors de fêtes pour ses effets hallucinatoires. L’atropine accentue probablement les effets de la scopolamine, mais nous n’en sommes pas certains. Ingurgiter ces deux substances n’empêche toutefois pas de conserver des fonctions motrices. Autrement dit, l’usager est comme « zombifié ». Mais à des concentrations trop élevées, l’atropine peut paralyser les voies respiratoires et la scopolamine entraîner de sérieuses pertes de conscience. L’intoxication peut même être mortelle (NDLR : c’est pourquoi il est dangereux de consommer les feuilles de datura et les baies de la belladone).

HISTOIRE. L’utilisation de la scopolamine à des fins criminelles n’est pas récente : elle aurait été utilisée pendant la Seconde Guerre mondiale par les Nazis comme sérum de vérité.

http://www.sciencesetavenir.fr/

Londres : Les cas d’enfants accusés de sorcellerie et maltraités sont en hausse


Nous sommes en 2015, même chez les chrétiens, il y a des gens qui croient n’importe quoi ou n’importe quel homme d’église. J’avoue que je suis vraiment estomaqué que des enfants soient victimes d’accusations de sorcelleries et qui subissent l’abandon, la violence, et même pire la mort. Comment peut-on est aussi ignorant !!!
Nuage

 

Londres : Les cas d’enfants accusés de sorcellerie et maltraités sont en hausse

 

Les cas d'enfants accusés de sorcellerie et maltraités sont en hausse

Crédit photo : Archives TVA Nouvelles

Les cas de violence envers les enfants en raison d’allégations de sorcellerie ou de tentatives d’exorcisme ont doublé depuis un an à Londres, au Royaume-Uni.

Le Service de police métropolitain de la métropole a mis sur pied une unité spéciale nommée Project Violet pour contrer ce phénomène. L’unité a dénombré 46 cas liés à de la sorcellerie en 2014.

Une mère qui croyait son enfant possédé a notamment mordu et étranglé ce dernier. D’autres parents ont mis à la porte leur progéniture, qui a dû être prise en charge par les services sociaux.

Le commissaire Terry Sharpe, de Project Violet, a commenté la situation sur les ondes de BBC Radio 5.

«Il y a les cas de violence physique et de blessures. Mais il y a aussi quelques homicides dans les pires cas.»

L’association Africans Unite Against Child Abuse a dénoncé le comportement de certains pasteurs au sein d’églises ayant des problèmes financiers, qui n’hésitent pas à désigner des sorciers parmi les enfants venus assister à la messe. Cette pratique permet par la suite de réclamer de l’argent aux parents pour réaliser un exorcisme.

Le gouvernement a mis en garde la population contre ce genre de procédés.

«Les responsables vont être accusés et poursuivis de la même façon que tous les gens qui blessent ou tuent des enfants», a déclaré un porte-parole du gouvernement britannique au journal «Evening Standard».

http://tvanouvelles.ca/