Une bactérie « mangeuse de cerveau » sème la panique


L’eau est souvent une alliée pour les journées chaudes, malheureusement, il peut arriver certaines contaminations par des bactéries très dangereuses. Au Canada, il ne semble pas avoir de cas rescencé
Nuage

 

Une bactérie « mangeuse de cerveau » sème la panique

 

Le taux de mortalité est de 95 % de 7 à 10 jours après l’infection. (source : Wikimedia)

Une mère de famille de l’Oklahoma et une adolescente du Texas sont mortes après avoir contracté une bactérie surnommée « la mangeuse de cerveau ».

Cette bactérie, une forme amiboïde de Naegleria fowleri, se développe généralement dans des zones isolées d’eau douce, des eaux usées, de la boue ou de la poussière.

Elle s’attaque violemment au cerveau qui cause la mort trois à quatre jours après la contamination.

Dans ce cas-ci, Micheal Riley, 14 ans, est décédée dimanche dernier, soit deux semaines après s’être baignée dans un plan d’eau lors d’une sortie scolaire dans un parc public de Houston.

Quant à l’autre victime, il s’agit de Berth Knight, une mère de famille âgée de 24 ans. Ses symptômes sont apparus après une baignade dans le lac Murray, le 4 août dernier, en Oklahoma.

Elle s’était présentée à l’urgence pour un mal de tête très intense, comparable à celui d’une méningite. Sa condition s’est rapidement détériorée.

Reconnue par Santé Canada

Sur son site Internet, l’Agence de la santé publique du Canada la décrit également comme la méningo-encéphalite amibienne primaire (MAO) ou l’amibe mangeuse de cerveau, qui peut mener « rapidement à la mort ».

Les principaux symptômes sont le mal de gorge, l’obstruction des voies nasales, la fièvre, les vomissements, la raideur au cou, la confusion et les anomalies du comportement.

Le taux de mortalité est de 95 % de 7 à 10 jours après l’infection. Les animaux peuvent être contaminés comme les humains. Ce n’est cependant pas transmissible d’une personne à l’autre.

De 1996 à 2003, on aurait rapporté près de 200 cas dans le monde, mais aucun ne semble avoir été documenté au pays. Aux États-Unis, on a répertorié 133 cas et seulement trois victimes sont toujours vivantes.

Sources : Agence Santé Canada | CNN

http://www.meteomedia.com/

Une réponse à “Une bactérie « mangeuse de cerveau » sème la panique

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s