La fatigue


Avez-vous remarquer que ne rien faire est tout aussi épuisant qu’une journée bien remplie ?
Nuage

 

La fatigue

 

 

« La plupart du temps la fatigue est l’absence d’énergie dûe à l’absence de but. La fatigue est très souvent une création de l’esprit et non une maladie. Trouvons des objectifs à notre vie et une énergie incroyable nous accompagnera tout au long de notre vie. »

Louis Berger

Le Saviez-Vous ► Le Top des êtres vivant dans des conditions extrêmes


Des bêtes plus petites que nous, voir pour certaines minuscules peuvent survivre dans des conditions extrêmes tel que le froid, la chaleur, la pression, la lumière, la sécheresse, etc.
Nuage

 

Le Top des êtres vivant dans des conditions extrêmes

 

L’être humain peut s’adapter à des conditions de froid ou de sécheresse extrêmes. Il peut vivre durant quelques jours, sans boire ni manger. Mais il existe, sur terre et dans les profondeurs des océans, des êtres vivants capables d’affronter des conditions particulièrement difficiles.

1. L’ours d’eau

Ours d'eau

Contrairement à ses homonymes vivants sur terre, l’ours d’eau est un animal minuscule. Mais il n’en est pas moins résistant. Il peut survivre dans des conditions de chaleur et de froid extrême. Il peut même se priver d’eau durant des décennies, puis, une fois en milieu liquide, il reviendra à la vie quelques minutes plus tard.

2. Les coquerelles

Coquerelles

Elles existent depuis 300 millions d’années et ont survécu à l’extinction des dinosaures. Oui, les coquerelles sont ultra résistantes. Elles peuvent survivre sans eau ni nourriture durant des semaines puis, le moment venu, elles boivent et s’alimentent pour reprendre de la vigueur. Elles peuvent même résister à une forte exposition radioactive. Pas étonnant qu’il soit si difficile de s’en débarrasser.

3. Les dbelloides

Dbelloides

Tous les êtres de cette espèce sont des femelles unicellulaires. Mais elles se reproduisent. Ces invertébrés minuscules survivent au rayonnement radioactif et à de grandes sécheresses. Une minuscule goutte d’eau et les voilà revenues à la vie. En fait, leur ADN a un pouvoir de régénération qui dépasse tout ce qui est connu sur terre.

4. Microbes des profondeurs

Microbes

Ils se multiplient à une vitesse grand V et peuvent survivre dans le noir total, à quelque 10 km de profondeur. Leur corps, pourtant sans carapace, est conçu pour résister à des pressions extrêmes, soit 1100 fois leur poids. Ces microbes se nourrissent de matières en décomposition qui réussissent à atteindre le fond des océans.

5. Les grenouilles

Grenouille

Certaines espèces de grenouilles, dont 5 qui évoluent en Amérique du Nord, sont particulièrement résistantes au froid. L’automne venu, elles se cachent sous des feuilles et entrent en hibernation. Le cœur cesse alors de battre et, même si l’animal est cliniquement mort, le glucose produit par son foie lui permet de survivre jusqu’au printemps.

6. Le ver du diable…

Ver du Diable

Le ver du diable, de son nom scientifique Mephisto Halicephalobus, survit à plus de 3 km sous terre. Ce ver microscopique, multicellulaire, est connu pour sa résistance, même dans des conditions extrêmes. Des membres de cette famille, amenés dans l’espace, ont même survécu à l’explosion de la navette Columbia. C’est tout dire. On croit même qu’il serait possible d’en trouver sur Mars.

7. Le requin du Groenland

Requin du Groenland

Il préfère les températures froides et nage à des profondeurs qui peuvent atteindre 1200 mètres. Son corps est conçu pour résister à la pression de l’eau et il est reconnu pour sa lenteur. Côté nourriture, il se contente de ce qui lui tombe près de la bouche… La légende veut qu’il vive jusqu’à 200 ans.

8. Le ver thermotolérant

Ver thermo-tolérant

Ce ver, aussi appelé Paralvinella, préfère les températures chaudes, très chaudes en fait. Il évolue dans des eaux très acides, à proximité de volcans sous-marins, là où la température peut facilement atteindre 55 degrés Celcius. Il se régale alors de bactéries qui peinent à survivre dans de telles conditions. Faut le faire.

9. Le rat kangourou

Rat kangourou

Le chameau peut aller se rhabiller. Cet animal, qui peut survivre 15 jours sans boire, a de la compétition. Le rat kangourou géant, qui fréquente la Vallée de la Mort, peut vivre de 3 à 5 ans sans avaler une seule goutte d’eau. L’humidité contenue dans sa nourriture suffit à ses besoins. Et il ne transpire jamais, histoire de conserver, dans ses entrailles, le précieux liquide.

10. L’araignée de l’Himalaya

Araignée de l'Himalaya

Elle tisse sa toile à des altitudes où peu d’êtres vivants peuvent survivre durant des semaines ou des mois. L’araignée sauteuse d’Himalaya a été observée à une altitude aussi élevée que 6700 mètres, alors que l’oxygène se fait rare. Elle survit grâce à de petits insectes qui sont soufflés par le vent jusqu’à cette altitude.

http://www.canald.com/

Toutes les tortues ne sont pas ninjas


J’ai su qu’il y avait des tortues au Québec quand je suis arrivée dans l’Outaouais. Comme, elles sont en périodes de pontes, il serait judicieux d’être prudent sur les routes au cas que certaines soient dans l’obligation de traverser la route
Nuage

 

Toutes les tortues ne sont pas ninjas

 

Peut-être avez-vous évité de justesse une tortue sur la route récemment? Il y a... (Photo fournie)

PHOTO FOURNIE

 

(SHERBROOKE) Peut-être avez-vous évité de justesse une tortue sur nos routes estriennes récemment? Il y a fort à parier qu’elle était, lentement mais sûrement, en direction pour pondre ses oeufs.

« C’est normal de voir les tortues hors des zones végétales, on en voit régulièrement dans la période de ponte étant donné qu’on a de plus en plus un étalement de l’activité humaine et c’est le danger », explique Clément Robidoux, biologiste et coordonnateur à la conservation du Corridor appalachien.

La principale période de ponte des tortues se situe au mois de juin, mais celle-ci peut néanmoins s’étirer jusqu’en juillet. Il s’agit du moment dans l’année où les tortues sont les plus menacées parce qu’elles doivent parcourir plusieurs kilomètres avant de trouver un nid convenable, un trajet rempli d’embûches… et de voitures.

« La mortalité routière est l’un des grands responsables des baisses de population de tortues, avance M. Robidoux. Lorsqu’une tortue d’âge adulte meurt, c’est extrêmement néfaste pour la survie de l’espèce dans une région puisque seulement 1 % à 3 % des tortues atteignent normalement l’âge de la reproduction. »

La route 245, entre Eastman et Bolton Centre, a d’ailleurs été identifiée par le Corridor appalachien comme une zone particulièrement à risque pour les tortues puisqu’elle est bordée par un étang d’un côté et d’une rivière de l’autre, des milieux naturels où vivent les tortues. Lors des travaux de réfection qui seront prochainement réalisés sur cette route, des aménagements spécifiques seront installés pour leur permettre de circuler sans danger.

L’humain peut aider

La vigilance est donc de mise pour favoriser la reproduction de l’espèce, surtout au volant.

« Si l’on observe une tortue sur la route, ce qui peut être fait c’est de l’aider à traverser sans, bien entendu, se mettre nous-mêmes en danger. Pour cela, il faut s’assurer de la traverser dans le sens vers lequel elle se dirigeait », indique M. Robidoux.

Il est également possible d’aider en ne faisant rien du tout.

« Si la tortue est dans la cour arrière, il est préférable de la laisser aller, mentionne le spécialiste. Une fois qu’elle aura pondu, elle s’en ira et à la fin août, en septembre ou en octobre, les petits vont sortir et aller au cours d’eau le plus près tout simplement. »

De même, la capture à des fins domestiques ou de consommation des tortues est interdite, elles qui sont identifiées comme espèces en danger en Estrie.

http://www.lapresse.ca/

La maquilleuse Emily Anderson se transforme avec brio en créatures terrifiantes


C’est très glauque, mais le maquillage n’a aucun secret pour cette artiste. Elle crée des montres sur des visages et c’est très convaincant
Nuage

 

La maquilleuse Emily Anderson se transforme avec brio en créatures terrifiantes

 

emily anderson makeup

 

La page Instagram de la maquilleuse spécialisée en effets spéciaux Emily Anderson est tellement impressionnante qu’elle est impossible à oublier!

Le compte de l’artiste de 23 ans est rempli de transformations maquillage incroyable, donnant à la femme l’apparence de monstres de toutes sortes. Armée de peinture à l’eau, de fards pigmentés et de patience, elle devient toute autre.

L’artiste a travaillé sur les plateaux notamment de l’émission American Horror Story et sur le clip de David Guetta et Nicki Minaj « Hey Mama ».

« J’ai été inspirée par la peinture corporelle du lutteur professionnel Finn Balor, a-t-elle confié au Huffington Post. J’ai fini par avoir la chance de faire sa peinture corporelle pour un match à San José. »

Pour permettre au maquillage de bien se fixer sur sa peau, Anderson utilise un total de quatre brosses à maquillage. Pour un maquillage plus durable, elle utilise de maquillage « airbrush ».

emily anderson makeup

Quand vient le temps de se démaquiller, elle ne jure que par l’eau et le savon, l’alcool pour ses pinceaux et les lingettes Neutrogena pour le reste.

Voyez les looks les plus impressionnants de Emily Anderson ici, ou rendez-vous sur sa page Instagram pour plus de looks.

 

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Avez-vous remarqué le coeur sur la planète Pluton ?


Peut-être que Pluton retrouvera son titre de planète, quoique pour plusieurs, elle demeure une planète naine. Aujourd’hui, pour sa première photo, elle découvre son coeur a la planète Terre
Nuage

 

Avez-vous remarqué le coeur sur la planète Pluton ?

 

Une première photo « de près » de Pluton

Voici le tout premier cliché couleur et proche de la planète naine Pluton prise par la sonde New Horizons. Photo : Nasa

ESPACE – Elle est aussi petite que son mystère est grand. Pour la première fois et après 9 ans de voyage, une sonde spatiale a approché Pluton pour la photographier. L’occasion d’en apprendre beaucoup sur cette planète la plus éloignée du Soleil.

 

En ce 14 juillet, la sonde New Horizons de la Nasa touche au but. Elle, qui a mis 9 ans avant d’approcher Pluton située actuellement à 4,8 milliards de kilomètres de la Terre, livre maintenant ses premiers clichés. Alors qu’elle passe à proximité de la planète naine, soit à 12 500 km, elle n’a que quelques heures pour photographier sous tous les angles possibles Pluton. Demain, il sera trop tard : elle s’éloignera déjà, en raison de sa grande vitesse de déplacement : 50 000 km/h.

Pluton, une planète qu’on aime de tout coeur

Mais aujourd’hui, une première photo vraiment proche permet de découvrir la surface de Pluton permet de découvrir que certaines aspérités au sol forment, vu de l’espace, une sorte de coeur. Un petit détail qui ajoute encore au charme de cette planète située aux confins de notre système solaire.

Malgré les difficultés de connexion – toute information envoyée ou reçue de New Horizons transite pendant 4 heures 25 dans l’espace -, les équipes au sol de la mission menée par la Nasa commencent à recevoir les premières photos de Pluton. Une première dans l’Histoire et une vraie séquence émotion comme seul l’immensité de l’espace peut nous en donner.

http://www.metronews.fr/

Un bébé déclaré mort donne signe de vie lors de son enterrement


D’habitude (c’est quand même rare), ce genre d’histoire, ce sont des personnes d’un certain âge. Ce bébé a eu de la chance que les hommages ont duré plus longtemps
Nuage

 

Un bébé déclaré mort donne signe de vie lors de son enterrement

 

La belle histoire du jour : un bébé déclaré mort donne signe de vie lors de ses funérailles

La maternité kenyane où la mère a accouché de son enfant prématuré.

Photo :CAPTURE D’ÉCRAN/CITIZEN TV

 

MIRACLE – Dans le comté de Nyamira, au Kenya, un bébé prématuré sur le point d’être enterré s’est éveillé alors qu’il était déjà dans son cercueil. En apprenant la nouvelle, sa mère, encore hospitalisée, a pleuré de joie.

 

Il est littéralement revenu à la vie durant son enterrement. Un nourrisson prématuré, né dimanche de la semaine dernière et déclaré mort le mardi suivant, a donné un premier signe de vie alors que ses proches s’apprêtaient à refermer le cercueil. La scène s’est déroulée dans le comté de Nyamira, au Kenya.

Selon le père de l’enfant, interrogé par le média local Citizen Digital, le bébé était né prématurément au 7e mois de grossesse. Dès l’annonce de son décès, les proches ont organisé les funérailles, tandis que la mère restait hospitalisée.

Un ultime hommage lui sauve la vie

Durant les obsèques, une tante qui souhaitait lui rendre un dernier hommage s’est heureusement approchée du petit cercueil sur le point d’être inhumé. En se penchant sur le visage de l’enfant, elle a vu son visage lui « sourire » en retour.

Une immense et heureuse surprise, qui a bien évidemment changé le cours de la cérémonie. Les proches se sont rendus à l’hôpital où la mère, apprenant le miracle, a pleuré de bonheur. Selon les médecins, une longue « apnée du sommeil » pourrait expliquer cette grave erreur d’appréciation. Le cercueil vide a été brûlé par les proches. Le bébé, lui, va pouvoir croquer la vie à pleines dents.

http://www.metronews.fr/