Vivre


Bien que généralement, nous ne savons pas le temps qu’il nous reste a vivre, pourquoi pas profiter du de vivre notre vie avec des gens de notre entourage et ceux qui sont plus loin
Nuage

 

Vivre

 

« Je ne me dis pas qu’on peut mourir à chaque instant…
Je me dis qu’on peut VIVRE à chaque instant ! »

Michaël Marche

Le Saviez-Vous ►Origine du Frisbee


Les premiers frisbees ressemblaient plus à une assiette à tarte qu’autre chose. Maintenant, il y a différents poids, de formes, de couleurs et de grandeurs. Avec l’été, on cherche des activités extérieures qui pourraient plaire aux enfants comme aux adultes. 
Nuage

 
Origine du Frisbee
 
Un peu d’histoire

 

Le principe du frisbee était connu bien avant son invention « officielle » en 1948. C’est en observant en effet dès 1940 des étudiants de l’Université de Yale se lancer des moules à tartes de la Frisbie Pie Company que Walter Frederick Morrison, aidé et financé par Warren Franscioni, eut l’idée de fabriquer des disques en bakélite qu’il baptisa « Flying-Saucer ». La compagnie Wham-O racheta son idée en 1957 et commercialisa le « Pluto Platter », renommé un an plus tard « Frisbee », une référence à peine voilée à la Frisbie Pie Company qui avait inspiré la création de l’engin.

Les types de frisbees

 

La forme et la qualité des frisbees varient considérablement et elles ont une influence significative sur la distance que ces disques peuvent parcourir en planant.

Certains frisbees ont une forme d’anneau ; appelés parfois « aerofoils » ou « aerobies », ils volent habituellement sur des distances plus grandes que les frisbees traditionnels.

Les disques de Disc golf, quant à eux, sont généralement de diamètre plus petit, mais sont plus denses et ils sont conçus spécialement pour une stabilité et une distance de vol optimales.

http://www.ffdf.fr/

En complémentaire

Pour les adultes nous conseillons les disques de 175 grammes pour Ultimate. Ce modèle va bien aussi pour les jeunes à partir de 10 ou 12 ans. Pour les derniers vous pouvez également choisir un disque plus légère. Vu la longévité d’un disque nous conseillons quand-même les disques de 175 grammes pour chacun qui a 12 ans ou plus.

Pour les jeunes au dessous de 10 ans, nous conseillons les disques plus légères . Les disques de 125 grammes sont conseillés pour les enfants âgés de 7 ans. Les enfants de 5 ou 6 ans font un box choix avec le disque pour DDC (110 grammes).

Une catégorie à part sont les anneaux (Rings) Aerobie. Ces anneaux sont appropriés pour toute personne n’importe son âge. Un enfant de 4 ans peut déjà lancer un anneau de 10”. Les enfants à partir de 6 ans lancent bien un anneau avec un diamètre de 13”. L’avantage des anneaux c’est qu’ils sont très faciles à lancer sur une longue distance et faciles à attraper. Le plaisir est garanti , aussi pour les adultes.

http://frisbeewinkel.nl/

Google : un brevet pour un effrayant ours en peluche connecté


Je n’aime pas trop l’idée d’un jouet pour enfant ayant des caméras, micros et tout le tra la la et qui en plus se connecte à un serveur. Maintenant, il y a tellement de façon d’aller chercher des informations sur les gens qu’en plus, ils vont trouver une autre porte d’entrée dans les maisons grâce à ses jouets
Nuage

 

Google : un brevet pour un effrayant ours en peluche connecté

 

Le brevet décrit des peluches équipées de micros, caméras et haut-parleurs.Photo : Capture d’écran

VIE PRIVÉE — Google a déposé un brevet décrivant les peluches bardées de micros et caméras. Elles seraient capables d’interagir avec son interlocuteur, mais effraient surtout quant aux questions de vie privée au sein du foyer.

Vous aviez déjà peur de Chucky, l’effrayante poupée star de la série de films d’horreur ? C’était sans compter le brevet déposé par Google le 21 mai dernier concernant des jouets connectés, à qui certains le comparent déjà. En l’analysant en détail, on s’aperçoit ainsi que la société californienne voudrait équiper des jouets de caméras (dans les yeux), de micros (dans les oreilles), de haut-parleurs (dans la bouche) et d’un moteur dans le cou.

Un dessin d’illustration du brevet montre ainsi un ours et un lapin en peluche équipés de ces technologies. Le jouet décrit pourrait donc écouter son interlocuteur, tourner la tête quand il l’appelle, mais aussi lui répondre en fonction de sa demande.

Un espion dans la maison ?

Également équipés de WiFi et de Bluetooth, ces jouets pourraient se connecter à d’autres équipements de la maison pour lancer de la musique ou un film. Ils joueraient ainsi le rôle d’une télécommande intelligente au sein du foyer. Le système décrit pourrait aussi prendre une forme anthropomorphique et s’imposer comme un robot domestique, tel un majordome connecté.

Brevet jouet connecté Google

L’utilisation de ce type d’équipement dans la maison pose cependant des problèmes éthiques. Le jouet serait capable de déterminer qui lui parle grâce à la reconnaissance faciale et proposer des préférences personnalisées en fonction de son interlocuteur. Mais ses caméras et ses micros pourraient également devenir des points d’entrée privilégiés dans l’un des derniers bastions de la vie privée : le domicile.

Le modèle économique de Google, basé sur la publicité ciblée en fonction des comportements des utilisateurs, pourrait de la sorte s’enrichir de nouvelles données importantes, comme les heures de présence au domicile et les habitudes de ses occupants. La société cible aussi de plus en plus les enfants. En février, elle mettait ainsi en ligne l’application YouTube Kids, qui leur spécifiquement destinée. Des jouets finalement pas si inoffensifs que ça.

http://www.metronews.fr/

Intervention policière Une famille traumatisée par un canular téléphonique


Ce n’est pas possible,comment des gens peuvent agir avec une telle stupidité.  Avant les jeunes appelais une pizzeria pour placer une fausse commande et aujourd’hui, certains lancent des opérations policières pour des soi-disant tueries dans des maisons privées. Imaginez les émotions vécues par les victimes de ces arnaques.
Nuage

 

Intervention policière : Une famille traumatisée par un canular téléphonique

Une famille traumatisée par un canular téléphonique

Crédit photo : archives Agence QMI

Une famille de la ville de Richmond Hill en Ontario a été traumatisée par une intervention policière soudaine effectuée dimanche matin à leur domicile, après qu’un farceur eut dit aux autorités qu’un drame familial se déroulait sous leur toit.

Selon le National Post, les policiers armés ont forcé la porte de la maison. Ils ont obligé les propriétaires à se mettre à genoux avant de les menotter et ont escorté les enfants terrifiés à l’extérieur.

L’équipe d’intervention s’est rendue d’urgence sur les lieux après qu’une personne eut appelé les autorités pour leur dire qu’un homme venait de tuer les membres de sa famille avec un fusil à cette adresse.

Selon la police, les résidents de la demeure ont en fait été victimes d’un type de canular téléphonique appelé «swatting», qui devient de plus en plus fréquent au pays. Cela consiste à provoquer des opérations policières en effectuant de faux appels d’urgence.

Le porte-parole de la police de York, Andy Pattenden, a indiqué auNational Post que ces farces de mauvais goût sont difficiles à contrer. D’autant plus que les mauvais plaisantins peuvent appeler de partout

«Nos agents de communication font un bon travail dans le triage des appels, mais comme la rapidité d’intervention est cruciale dans ce genre de drame, il faut agir sans hésitation», a expliqué le policier.

Ce dernier admet que l’expérience de la famille de Richmond Hill a dû être traumatisante.

«On se réjouit que personne n’ait été blessé. Il y a eu un traumatisme, certes, mais pas de blessures physiques», a-t-il ajouté.

Plusieurs cas de «swatting» sont survenus au Canada récemment, rapporte le quotidien torontois. Au début du mois, un adolescent a plaidé coupable à 23 accusations liées à ce genre de canulars téléphoniques.

L’an dernier, un adolescent d’Ottawa a été arrêté pour avoir fait une trentaine d’appels de ce genre.

http://tvanouvelles.ca/

Facebook diffusera des alertes AMBER sur votre fil d’actualité


C’est l’une des meilleurs ajouts que Facebook a fait depuis longtemps sur son réseau social. Avec Amber, les disparitions seront sérieuses et non de faux messages que certains font circuler
Nuage

 

Facebook diffusera des alertes AMBER sur votre fil d’actualité

 

Des alertes AMBER se retrouveront automatiquement sur le fil d’actualité des utilisateurs de Facebook en cas de disparition d’un enfant, a annoncé aujourd’hui le réseau social.

En collaboration avec les autorités canadiennes, les alertes AMBER offriront une photo et tous les détails disponibles à propos de l’enfant disparu sur le fil d’actualités de Facebook mobile.

«L’alerte apparaîtra seulement dans le fil d’actualités de personnes vivant dans la zone de recherche identifiée et qui seront alors en position d’aider», précise l’entreprise.

Les alertes AMBER sont déjà énormément partagées sur Facebook et la rapidité de ces partages devrait ainsi être améliorée.

Cette fonctionnalité de Facebook, disponible aux États-Unis depuis le 13 janvier 2015, aurait déjà permis de retrouver au moins un enfant.

« Lorsqu’un enfant disparaît, chaque seconde compte et les statistiques démontrent que la dissémination rapide d’information augmente de façon significative les chances de localiser un enfant disparu, sain et sauf. Les alertes géo-ciblée de Facebook donneront aux alertes AMBER une présence plus étendue sur Internet et les réseaux sociaux, améliorant du fait même nos capacités à retrouver rapidement un enfant», a souligné Pina Arcamone, directrice générale d’Enfant-Retour Québec, par voie de communiqué.

Selon la GRC, entre 2003 et 2012, 96% des enfants qui ont été le sujet d’une alerte AMBER ont été retournés sains et saufs à leur famille

http://quebec.huffingtonpost.ca/

4 Bienfaits surprenants du bavardage


Savons-nous communiquer avec des gens que l’on rencontre ? Avec les écouteurs sur les oreilles difficiles de bavarder avec son voisin de banc dans l’autobus, en file d’attente, où même en allant prendre un simple café au resto
Nuage

 

4 Bienfaits surprenants du bavardage

 

Crédit photo : iStock

Par Chantal Tranchemontagne

Selon les spécialistes, le bavardage est un rituel social qui procure d’importants avantages, tant sur le plan personnel que professionnel. Découvrez ses nombreux bienfaits!

Le bavardage: un art qui se perd?

Scénario connu : dans un ascenseur, une salle d’attente, à la banque ou en avion, nous sommes entourés de gens qui, comme nous, ont les yeux rivés sur leur téléphone, ou pis, ne savent comment rompre un silence embarrassant.

À qui la faute ? Il se peut que nous ayons perdu un peu de notre aptitude à converser. Nous n’engageons pas la conversation, parce que l’exercice nous semble intimidant ou difficile, ou encore que nous n’y trouvons pas de plaisir ou d’utilité.

Or, la prochaine fois que vous vous trouverez au milieu d’inconnus, rappelez-vous que le bavardage n’est pas une perte de temps.

Ce peut être le début d’une relation

Crédit photo : iStock

Dire que le bavardage est futile, c’est oublier que les relations profondes n’auraient jamais vu le jour sans une conversation légère. Il facilite les inte­ractions sociales, soutient Bernardo Carducci, directeur de l’Institut de recherche sur la timidité de l’Université Southeast, en Indiana.

«Toutes les grandes histoires d’amour et toutes les importantes transactions d’affaires ont commencé ainsi, explique-t-il. La clé du bavardage réussi est d’apprendre à interagir avec autrui plutôt qu’à simplement communiquer.»

Selon M. Carducci, la recher­­­che de points communs au moyen d’échanges – même autour de sujets aussi négligeables que la météo ou la longueur d’une file d’attente – permet de créer des liens.

Le bavardage, c’est la santé

Crédit photo : iStock

Les « grandes » conversations plei­nes de sens, qui ont une influence sur notre vie, sont essentielles à notre bon­heur. Cependant, on aurait tort de sous-estimer les mérites du bavardage.

Lors d’une étude menée en 2004, Elizabeth Dunn, professeure en psychologie à l’Université de la Colombie-Britannique, a sollicité la participation de personnes qui s’apprêtaient à entrer dans un café. Les sujets d’un premier groupe furent invités à provoquer une interaction avec le barista, et ceux du second groupe, à se limiter à l’es­­sentiel.

Les résultats ont révélé que ceux qui avaient échangé brièvement avec le garçon avaient éprouvé nettement plus d’émotions positives, sans compter que leur visite fut beaucoup plus agréable.

« Discuter avec le barista n’est pas mieux qu’une discussion avec votre conjoint, affirme Mme Dunn. Mais le fait d’interagir avec un plus grand nombre de membres secondaires d’un réseau social contribue aussi à notre bien-être. »

Les observations d’Elizabeth Dunn ajoutent du poids aux recherches menées en 2013 par Andrew Steptoe du University College de Londres. Ses travaux ont démontré que les personnes âgées qui souf­fraient d’iso­lement présentaient un taux de mor­talité plus élevé que celles qui fréquentaient régulièrement l’église, des clubs sociaux ou des parents et amis.

Le bavardage pour un sentiment d’appartenance

Crédit photo : iStock

Selon Elizabeth Dunn, les individus qui entrent en contact avec des inconnus éprouvent un sentiment d’ap­par­tenance beaucoup plus grand. Bernardo Carducci estime aussi que c’est un bon point de départ pour nourrir un sens de la communauté.

« Le bavardage est la pierre angulaire de la courtoisie, affirme-t-il. Lorsque vous entrez en contact par la conversation, vous êtes moins suscep­tibles de froisser ou de souffrir d’un manque d’égards. »

Une bénédiction pour les affaires

Crédit photo : iStock

Échanger des banalités est tout aussi essentiel au travail.

« S’exprimer avec aisance est l’un des plus importants facteurs de réussite professionnelle », affirme Roberto Carducci.

Le bavar­dage est un exercice d’échauffement qui fournit à notre interlocuteur des renseignements clés à notre sujet, comme la bonne volonté, la fiabilité et la coopération.

Cela contribue à sceller des ententes, ajoute Debra Fine, conférencière et auteure du Grand art de la petite conversation (Leduc éditions), une lecture indispensable pour les gens d’affaires.

L’art de converser au masculin et au féminin

Crédit photo : iStock

En affaires, les hommes qui font la conversation obtiennent de meilleurs résultats que leurs collègues féminines, selon un compte rendu présenté en août 2014 à la réunion annuelle de l’Academy of Management de New York.

L’étude révèle que les comportements de sociabilité seraient plus profitables aux hommes qu’aux femmes, car comparativement à ces dernières, les hommes sont généralement considérés comme moins portés à communiquer, moins sociables et moins attentifs aux autres.

http://selection.readersdigest.ca/