Un verre d’eau dans la main


La métaphore de tenir un verre d’eau. Un verre d’eau ne pèse presque rien. C’est comme dans la vie, si nous tenons le verre d’eau très longtemps, tout comme nos blessures, nos déceptions, nos regrets, c’est clair que les choses qui d’empirer
Nuage

 

Un verre d’eau dans la main

 

Un jour, un professeur de chimie a décidé d’enseigner à ses élèves une leçon différente de celles qu’il avait l’habitude de donner.
Tenant un verre d’eau à la main, il a demandé aux élèves:


« Selon vous, combien peut bien peser ce verre d’eau ? »

« 500 grammes ! » s’exclama une voix au fond de la classe.

« 600 ! » a déclaré un autre étudiant.

« Je ne le sais pas vraiment. » répliqua le professeur, le verre dans sa main bien en évidence pour s’assurer que tout le monde pouvait le voir.

« Si nous ne le pesons pas, nous ne le saurons pas. Peu importe le poids, ce qui compte, c’est de savoir que ce n’est pas bien lourd. »
Avec le verre toujours dans sa main, le bras tendu, le professeur poursuivi :

«Qu’est-ce qui se passera si je le tiens comme ça pendant quelques minutes ? »

«  Rien ! » rétorqua une étudiante.

« Bon, et si je le tiens pendant une heure comme ça, ce qui pourrait arriver ? »

«  Votre bras va commencer à faire mal », a déclaré un autre étudiant.

« En effet. Et que se passerait-il si je tenais le verre dans ma main comme ça pendant une heure, quatre heures, une journée entière ? »

« Vous risquez d’avoir de plus en plus mal ! », scanda une étudiante.

« Votre main va s’engourdir », dit un autre.

« Votre bras risque de se paralyser et on devra vous amener à l’hôpital ! » cria un jeune du fond de la classe.

« C’est vrai » dit le professeur.

« Mais notez que, pendant tout ce temps, le poids du verre d’eau n’a pas changé. Quelles sont alors les causes des douleurs ? »

Pendant un long moment les élèves se turent. Ils semblaient perplexes.

« Que dois-je faire pour éviter la douleur ? » enchaîna le professeur.

« Ben, posez le verre… » murmura un étudiant timidement.

« Exactement ! » s’écria le professeur.

« C’est une leçon que je veux que vous reteniez : les problèmes et les soucis de la vie sont comme ce verre d’eau. Pensez à eux pendant un court moment, rien ne se passera. Mais pensez-y un peu plus longtemps et ils commenceront à faire mal. Et si vous y pensez toute la journée, vous vous sentirez paralysé, incapable de faire quoi que ce soit. Il est important de se rappeler de laisser aller vos problèmes. N’oubliez pas de déposer le verre ! »

Sachez poser votre verre d’eau.

Et ce verre ne représente pas que les problèmes ou les soucis, il peut aussi représenter les blessures, les peurs et les trahisons. En le gardant, elles grandissent et nous provoquent angoisse et douleur. Apprendre à pardonner n’est pas seulement bon pour les autres, c’est avant tout libérateur pour vous, c’est vous faire un cadeau à vous-même.

Quelqu’un peut vous avoir donné un « verre d’eau » à tenir quand nous étions enfants. Et beaucoup d’entre nous continuent à le porter avec loyauté.

« Je ne peux pas » devient alors une pensée qui persiste dans l’esprit pour devenir une conviction.

Il est temps de déposer votre verre. Il n’est pas si lourd que ça, mais cela fait trop longtemps que vous le portez à bout de bras…

Michel POULAERT.

Le Saviez-Vous ► 10 créatures terrifiantes qui vivent dans l’obscurité des abysses


Dans les profondeurs des océans, les vagues pardessus vagues finissent pas cacher la lumière du jour et malgré tout, la vie grouille entre les eaux. Des créatures qui peuvent être très différentes de ce que nous connaissons ..
Nuage

 

10 créatures terrifiantes qui vivent dans l’obscurité des abysses

Qui n’a jamais été intrigué par ce qui se cache dans les profondeurs abyssales ?

1. Le calmar géant

ce6c638ed09efab48ca5acc389282582

2. Le poisson-ogre

3a632ff8a400df4d5ac25095844998b6

3. Le poisson-pêcheur

3bc2d9fae0ee0d8b199daf89ed1c6a4f

4. L’uranoscopidae

f3827964014fe2abfa1172cce7d8075b

5. Le requin-lézard

186b978b2b48b6f17861a395c6ce9934

6. Le grand avaleur

7220cb0840ec883cb37fe95f0b18907e

7. Le poisson-hachette

1c75acae786e908b8cae71a03e1bbaa7

8. Le « Tronc Crapaud »

37-1

9. Le requin-lutin

creatureabyssethumb

10. Le revenant

3d05266aa5b2b17697260e14f020589e

http://www.insoliteqc.com/

Les mésaventures de Tintin au pays des médecins


L’avantage d’être un héros de bande dessinée, c’est l’invincibilité ! Des médecins, ont dû bien s’amuser a répertorier tout ce que normalement, il aurait pu souffert telles que les maladies, infections, blessures …
Nuage

 

Les mésaventures de Tintin au pays des médecins

 

Tintin a perdu connaissance à 46 reprises au cours de ses périples.

Tintin a perdu connaissance à 46 reprises au cours de ses périples.Photo : RONALDGRANT/MARY EVANS/SIPA

BD – En près de 50 ans d’aventures, Tintin a échappé plus d’une fois à la mort. Un groupe de médecins, passionnés de BD, s’est amusé à recenser tous les pépins de santé du reporter à la houppette. Ils sont nombreux et pourtant, un mystère : jamais une seule fois la tourista.

Être un héros de bande dessinée n’est pas une tâche de tout repos. En vingt-trois aventures (1930-1976), le reporter intrépide a dû faire face à 244 ennuis de santé, dont 55 tentatives d’homicides, relève une étude menée par des médecins français, britanniques et américains, publiée dans La Presse médicale.

Au total, six hospitalisations et deux opérations chirurgicales liés à des accidents de voitures, des crashs d’avion ou encore des kidnappings.

« Les qualités presque surhumaines de Tintin font de lui un personnage de fiction très résistant aux traumatismes », constatent les médecins

191 traumatismes, dont 3 blessures par balle

Ainsi, Tintin a perdu connaissance à 46 reprises au cours de ses périples qui l’ont conduit dans 23 pays à travers le monde. Il n’a jamais eu la grosse tête et pourtant, il a subi 191 traumatismes, dont 84 commotions cérébrales, 3 blessures par balle, 6 brûlures, et 7 morsures. Increvable.

On notera toutefois qu’au fil du temps le personnage dessiné par Hergé en 1929 a été plutôt épargné par son créateur :

« Le nombre moyen d’événements par album (conduisant à des pépins de santé) était significativement plus élevé avant 1945 », notent les médecins. Au nombre de 15 contre 6 par la suite.

Même pas une petite tourista !?!

Lors de ses aventures, le reporter à la houppette a traversé 4 continents et visité 23 pays. Mais aucune trace de tourista, le fameux mal du voyageur :

« Tintin n’a pas de problèmes de santé liés aux voyages », notent les auteurs de l’étude.

Toutefois, il semble être davantage vulnérable aux problèmes affectant ses compagnons de voyage et notamment Milou, son fidèle compagnon, expliquent les médecins. Ce qui explique sans doute les crises d’angoisse (7 fois), les insomnies (8 fois) ou encore les problèmes liés à la consommation d’alcool (5 fois).

A la santé de Tintin !

http://www.metronews.fr/

Une pluie d’araignées s’abat sur l’Australie


C’est sûrement le pire cauchemar des arachnophobes, mais cela est pourtant un phénomène naturel et que ces araignées ne sont pas dangereux. On peut dire qu’à part des araignées, il n’y aura pas de moustique dans les parages pour un certain temps
Nuage

 

Une pluie d’araignées s’abat sur l’Australie

 

Une pluie d'araignées s'abat sur l'Australie

Photo : SIPA

SCIENCE – Des millions de bébés araignées et leurs toiles ont envahi la ville australienne de Goulburn. Un phénomène naturel lié à leur migration.

Quand les habitants de Goulburn à South Wales, en Australie, se sont réveillés plus tôt ce mois-ci, le paysage était couvert de toiles d’araignées. Voitures, maisons, arbres ou verdure accueillaient des millions de bébés araignées tombés du ciel.

L’un des témoins, Ian Watson, a avoué au journal local Sydney Morning Herald que sa maison avait l’air « abandonnée et était recouverte par les araignées ». « Quand je levais les yeux vers le soleil, il y avait comme un tunnel de toiles volant sur plusieurs centaines de mètres dans le ciel », a-t-il précisé. Impossible de sortir sans être recouvert de ces petites araignées noires nichées dans les fils.

Technique de parachutistes

Si cette invasion apparente peut terroriser les arachnophobes, il s’agit d’un phénomène naturel appelé « cheveux d’ange ». Les aranéides ne proviennent pas des nuages, mais du sol. Pendant les périodes de migration, elles montent au sommet des arbres pour libérer un flux de soie, sorte de parachute qui sera emmené par le vent. La technique, baptisée « montgolfière », permet de déplacer les bébés sur de grandes distances. Des embarcations naturelles comme celles-ci ont ainsi été aperçues jusqu’à 1600 kilomètres de la terre ferme.

« Les araignées peuvent voyager sur des kilomètres, explique le naturaliste Martyn Robinson, de l’Australian Museum. Ce qui explique pourquoi elles sont présentes sur tous les continents, même régulièrement en Antarctique, où elles ne survivent pas. »

Selon, l’homme de science, rien à craindre de cette pluie exceptionnelle. Les invitées surprises se disperseront avec l’augmentation des températures.

http://www.metronews.fr/

Géoglyphes de Nazca : on en sait (un peu) plus sur leurs auteurs


Les géoglyphes sont mystérieuses par leurs formes, les lieux, leurs grandeurs. Les géoglyphes de Nazca ont peut-être donner des indices aux archéologues
Nuage

 

Géoglyphes de Nazca : on en sait (un peu) plus sur leurs auteurs

géoglyphe Nazca

Crédits : Markus Leupold-Löwenthal

Par Anna Biazzi

Une nouvelle étude révèle que les géoglyphes de Nazca auraient été réalisés par deux populations différentes, entre 200 av J.-C. et 600 apr. J.-C.

Des chercheurs pourraient avoir trouvé de nouveaux indices pour débrouiller l’énigme des géoglyphes de Nazca, au Pérou. Masato Sakai de l’Université de Yamagata (Japon) et ses collègues suggèrent en effet que ces géoglyphes mystérieux ont été réalisé par deux populations différentes.

Le site de Nazca, dans le désert du Pérou, compte plus de 1000 géoglyphes. Ils ont probablement été créés par des populations locales entre 200 av. J-C. et 600 apr. J-C. Les lignes décrites par ces géoglyphes ont été réalisées en enlevant les roches rouges de la surface du désert. Elles représentent des animaux, des formes géométriques, mais aussi des créatures étranges.

L’origine et le sens de ces géoglyphes ont longtemps posés des problèmes aux archéologues. Ces derniers ont avancé plusieurs hypothèses pour expliquer la nature de ces géoglyphes: certains soutiennent qu’ils représentent un labyrinthe, d’autres un parcours de pèlerinage.

Masato Sakai et ses collègues s’appuient sur cette dernière hypothèse : ils estiment que ces géoglyphes ont été créés pour tracer un parcours de pèlerinage menant au temple pré-Incas appelé Cahuachi. De nombreuses populations s’y seraient rendues pour offrir de dons aux divinités ou faire des rituels. Les tessons de céramiques retrouvés dériveraient des rituels religieux accomplis où les lignes des géoglyphes s’entrecroisent.

Selon ces nouveaux travaux, deux populations différentes seraient les auteurs de ces géoglyphes : celle vivant dans la vallée Ingenio et celle habitant la vallée Nazca.

Pour parvenir à ce résultat, les auteurs de cette nouvelle étude ont comparé une centaine des géoglyphes récemment mis au jour dans le sud du désert Nazca, et analysé les tessons de céramique côtoyant ces motifs. Dans le cadre de ce travail, Sakai et collègues ont notamment pris en considération des facteurs comme le style, la structure et le positionnement de ces géoglyphes.

Résultat : ces analyses leur ont permis d’identifier deux styles différents, retrouvés au sein de deux vallées (Ingenio et Nazca) peuplées par des populations différentes.

Quant à savoir qui étaient ces deux peuples, gageons que de nouveaux travaux permettront d’en savoir un peu plus sur cette question.

http://www.journaldelascience.fr/

Guerre de vêtements usagés : Boîtes frauduleuses, organismes déficitaires


Si vous apportez des vêtements usagés dans des boites de récupération, assurez-vous que ce soit pour un organisme de charité et non des entreprises qui eux veulent faire du profit
Nuage

Guerre de vêtements usagés  : Boîtes frauduleuses, organismes déficitaires

Partout au Québec, plusieurs citoyens font don de leurs vieux vêtements en les déposant dans d’immenses boîtes de récupération. Or, la plupart du temps, ces pantalons et autres chemises, destinés à des organismes de charité, servent plutôt à gonfler les profits d’entreprises privées.

La valeur de chaque sac de vêtements recueillis dans ces bacs de recyclage est déterminée par son poids qui, en moyenne, équivaut à une douzaine de dollars. Flairant la bonne affaire, plusieurs entrepreneurs privés sans scrupules ont installé de telles boîtes de dons à plusieurs endroits.

L’organisme Le Support, dont la mission est de venir en aide aux personnes vivant avec une déficience intellectuelle, a l’habitude d’amasser des fonds à l’aide de ces boîtes de récupérations de vêtements usagés. Or, vu le nombre élevé de faux bacs, la fondation perd chaque année de précieuses sommes.

«Les aides financières qu’on a accordées en 2012 se situaient à 1,6 million $. L’an dernier, c’était 400 000 $. Cette année, on va se retrouver dans une situation déficitaire», explique le directeur général du Support, Philippe Sieber.

L’organisme vend sa cueillette aux magasins Village des Valeurs et retourne ses gains à la Fondation pour la déficience intellectuelle. M. Sieber dénonce ces entreprises privées à la recherche de profits.

Règlements

Dans l’arrondissement Saint-Léonard à Montréal, des règlements limitent pourtant l’installation de ces bacs depuis 2013. Le Support s’y est donc conformé, mais pas ses concurrents qui s’installent où bon leur semble.

«On a répertorié à peu près 35 boîtes de récupération qui ne sont pas conformes, justement, aux règlements, mais qui continuent à duper la population», relève M.Sieber.

Avant cette concurrence, la cueillette de 200 boîtes rapportait au Support deux à trois fois plus de sacs qu’aujourd’hui.

«On est tous un peu victimes de ce qui se passe présentement, avec cette prolifération de boîtes de récupération», estime le directeur général du Support.

Le numéro de l’organisme propriétaire à l’Agence du revenu du Canada doit être visible sur toutes les boîtes qui doivent également se trouver sur le mur d’un bâtiment de plus de 2000 mètres carrés. Si ces règles ne sont pas respectées, il s’agit alors d’une boîte qui appartient probablement à un entrepreneur privé. Et les vêtements déposés serviront à gonfler ses profits

.

http://tvanouvelles.ca/