Où trouver


On s’imagine toujours que si on avait ceci où bien cela, si nous étions ailleurs, si nous avions plus d’argent, la vie serait meilleure, mais comment peut-on le savoir quand nous ne sommes insatisfaits de ce que nous avons déjà
Nuage

 

Où trouver

 

 

On trouve souvent près ce qu’on cherche bien loin.

Louis-François Faur

Une chenille à tentacules sensibles au son


Une bien drôle de chenille qui est sensible au son, elle déploie ses appendices quand un bruit se fait entendre
Nuage

 

Une chenille à tentacules sensibles au son

 

Caterpillar-GIF-Final 4_11_15-2

Cette chenille découverte récemment au Pérou est du genre des Nematocampa, elle a la particularité d’avoir 4 appendices qui ressemblent à des tentacules sur son dos qui surgissent dès que le niveau sonore devient élevé.

nematocampa-5

http://www.laboiteverte.fr/

Le Saviez-Vous ►Jesse James, héros du Far West ou Terroriste des temps modernes ?


Jesse James, un voleur prolifique aux États-Unis, était considéré par la population une vedette, un Robin des Bois, alors que pour les banquiers, les patrons des compagnies du chemin de fer et le gouvernement, le voyaient plutôt comme un criminel à éliminer à tout prix
Nuage

 

Jesse James, héros du Far West ou Terroriste des temps modernes ?

 


(Source)

EVELYNE FERRON, Spécialiste ders histoire ancienne

Le 3 avril 1882, il y a de cela 133 ans, le célèbre criminel et hors-la-loi américain Jesse James était assassiné par un de ses compagnons, Robert Ford.

Une jeunesse dans l’ombre de la guerre civile

Jesse James est né en 1847 dans l’État du Missouri, un état frontière entre le Nord et le Sud des États-Unis. Il a vécu sa jeunesse dans un climat de conflits entre les mouvements prônant l’abolition de l’esclavage et ceux qui désiraient maintenir cette façon de faire, de peur de voir toute une économie s’effondrer.

Un début dans un groupe de guérilla


Photo: Bloody Bill (Source)

En pleine guerre de Sécession, Jesse James, âgé de 16 ans, et son frère Frank, ont fait partie d’un groupe de guérilla particulièrement violent mené par William Anderson, surnommé « Bloody Bill ». Ils se cachaient dans les forêts et attaquaient par surprise les troupes de l’Union, laissant un véritable carnage derrière eux, dont des corps scalpés aux organes mutilés…

Un hors-la-loi célèbre

(Source)

La fin de la guerre, la victoire de l’Union américaine et les politiques du président Abraham Lincoln ont mené le jeune Jesse James à rejeter les nouvelles législations et à vivre conséquemment en dehors de la société. Pour survivre, il fut obligé de piller des banques et son premier coup d’éclat médiatique eut lieu le 7 décembre 1869, alors qu’il avait tué un caissier à bout portant.


Photo: Armes de Jesse James (Source)

L’âge (22 ans) et la volonté du jeune homme de porter les valeurs des États confédérés ont fait de lui une vedette partout aux États-Unis! Les journaux, dont le Kansas City Times, en firent un justicier plutôt qu’un criminel. Cette publicité autour de lui le transforma rapidement en un Robin des Bois du Far West, qui se battait pour défendre ses idéaux face au gouvernement américain.

Un homme pourchassé

Une telle réputation explique par ailleurs pourquoi les gens étaient prêts à l’héberger, à lui fournir de la nourriture et même des chevaux, alors que sa tête était mise à prix. Mais les propriétaires de banques et de compagnies ferroviaires détestaient quant à elles ce hors-la-loi et sa bande… 


Photo: Allan Pinkerton (Source)

Le vol de marchandises à bord des trains coûtait une fortune et nuisait à la réputation de ces compagnies. C’est pourquoi le propriétaire du Adam’s Express fit appel à l’agence de détectives privés d’Allan Pinkerton pour pourchasser Jesse James.

Leur slogan? « Nous ne dormons jamais ».


(Source)

Une mort par trahison

Mais c’est finalement une entente entre des membres du gang de Jesse James et le gouverneur du Missouri qui mit fin à la carrière du célèbre hors-la-loi et meurtrier, dont la tête était mise à prix pour 10 000$. Le gouverneur avait promis le pardon à Robert Ford si celui-ci éliminait enfin Jesse James. Ce qu’il fit le matin du 3 avril 1882, d’une balle à la tête tirée par-derrière. Jesse James n’avait que 34 ans.


Exposition du corps de Jesse James (Source)

Son corps fut exposé comme preuve et sa mort moussa à nouveau sa popularité. À un point tel que sa mère faisait payer les gens qui désiraient voir sa tombe et repartir avec un peu de pierre concassée! 


(Source)

Une vie de dangers et de péripéties qui expliquent pourquoi Jesse James demeure un personnage incontournable de l’histoire américaine!

 

http://www.historiatv.com/

Rencontre improbable entre un arc-en-ciel et une tornade


Un phénomène naturel s’est produit aux États-Unis lors d’une tornade. Comme si la nature montrait ses deux visages, tantôt tumultueux et tantôt calme et serein
Nuage

 

Rencontre improbable entre un arc-en-ciel et une tornade

 

 

Les tornades sont loin d’être un phénomène rare aux États-Unis. Ce qui l’est plus, c’est lorsque l’une d’entre elle croise le chemin d’un arc-en-ciel. Le chasseur de tornade Kevin Rolfs a eu l’agréable surprise de pouvoir filmer cet étonnant spectacle samedi dernier, lorsqu’une tornade et un arc-en-ciel se sont entrecroisés.

Ce combo est un phénomène rarissime, tellement rare que les internautes se sont immédiatement demandé si la photo n’avait tout simplement pas été retouchée.

«UNE TROMPE D’ÉLÉPHANT POUR LE MOINS PHOTOGÉNIQUE»

 

Pour répondre aux accusations de retouchage, l’Américain a posté une vidéo longue d’une quinzaine de minutes et montrant la progression de la tornade dans son intégralité.

De sa formation, à Lamar dans le Colorado puis dans les environs de Eads où cette dernière «a généré une trompe d’éléphant pour le moins photogénique couplée à un arc-en-ciel en son centre», atteste Kevin Rolfs dans la description de la vidéo.

Cette tornade, l’une des quarante au total décrites dans les environs ce samedi n’a fait heureusement aucun dégât dans cette zone rurale des États-Unis. Raison de plus pour s’émerveiller des phénomènes extraordinaires que la nature est capable de créer.

http://fr.canoe.ca/

Vol de singes au zoo de Beauval : le trafic d’animaux sauvages, un business juteux


Je n’aurais jamais cru qu’il y a autant trafic d’animaux menacés. On parle de plusieurs million par année, cela va avec les cornes d’éléphants et de rhinocéros, les peaux de bêtes sauvages, et des animaux vivants comme les poissons tropicaux, les singes et autres. C’est tellement lucratif que même les zoos ne sont pas à l’abri de ces réseaux criminels internationaux
Nuage

 

Vol de singes au zoo de Beauval : le trafic d’animaux sauvages, un business juteux

 

Une peau de léopard exposée en novembre dernier à New Delhi, lors d’un événement organisé contre le trafic d’espèces menacées.Photo : AFP

 

COMMERCE ILLICITE – Si le vol de 17 singes rarissimes au zoo de Beauval reste encore mystérieux, il met en lumière la recrudescence de vols d’animaux rares ces dernières années. Avec un chiffre d’affaires de près de 15 milliards d’euros par an, le trafic d’espèces protégées est l’un des business illicites les plus lucratifs au monde.

Qui a volé les 17 singes rarissimes du zoo Beauval ? L’enquête suit son cours sur la disparition de ces sept tamarins-lions dorés et dix ouistitis argentés, révélée lundi soir par la direction de ce parc zoologique du Loir-et-Cher, mais la piste d’un réseau de revente à des collectionneurs particuliers pourrait se dessiner.

« Si c’était le cas, cela démontrerait que les zoos eux-mêmes ne sont plus du tout à l’abri de ces trafics », s’inquiète auprès de metronews Cécile Sissler-Bienvenu, la directrice du Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) pour la France et l’Afrique francophone, rappelant que les vols de cornes de rhinocéros ont déjà touché de nombreux musées européens.

Le quatrième trafic le plus lucratif au monde

Le commerce illicite d’espèces protégées et de leurs produits dérivés (cornes, peaux, moustaches…) a en effet explosé ces dernières années. Notamment vers l’Asie où la possession de tels trophées peut exprimer un statut social, quand ils ne sont pas prisés pour leurs supposées vertus médicinales. Car pour les réseaux criminels internationaux, ce business aux risques moindres promet des profits considérables (dans le cas des singes de Beauval par exemple, le préjudice est évalué à 200.000 euros). Avec 14,5 milliards de chiffre d’affaires estimé, il est même désormais selon le WWF et l’IFAW le quatrième trafic le plus lucratif au monde derrière les stupéfiants, les contrefaçons et la traite d’êtres humains.

Quelles sont les espèces les plus visées par les braconniers et les trafiquants ? Après l’ivoire d’éléphant – aujourd’hui, un pachyderme est braconné toutes les 15 minutes – , puis la très précieuse corne de rhinocéros, qui se vendrait 51.000 euros le kilo au marché noir, les cibles se sont diversifiées. Les tigres, dont il ne reste plus que 3000 spécimens à l’état sauvage, ou les Pangolins, ces mammifères à écailles dont la viande est appréciée en Asie, sont désormais parmi les plus traqués au monde, souligne Cécile Sissler-Bienvenu. L’organisation Trafficestime de son côté que ce commerce illicite concerne chaque année 500 à 600 millions de poissons tropicaux, 15 millions d’animaux à fourrure, cinq millions d’oiseaux, deux millions de reptiles et 30.000 primates.

Des trafiquants toujours plus imaginatifsPour faire transiter leur marchandise, certains contrebandiers rivalisent d’imagination. La semaine dernière ainsi, une vingtaine de cacatoès à la crête jaune et un perroquet vert ont été découverts dans les bagages d’un homme interpellé en Indonésie : les animaux étaient dissimulés, vivants, dans des bouteilles en plastique. Mais des paquets de cigarettes, des boîtes de lait en poudre ou des livres pour enfants ont également déjà servi de cachettes. Et les trafiquants sont d’autant plus difficiles à appréhender qu’ils évoluent désormais aussi sur Internet, sur des sites de vente du type Le Bon Coin.

« Actuellement, on voit une explosion du marché de l’ivoire en ligne, mais on peut aussi y trouver des peaux de félins tachetés ou des animaux extrêmement rares, type reptiles ou oiseaux, qui se vendent très cher pour alimenter la demande de collectionneurs », déplore Cécile Sissler-Bienvenu.

Face à cette recrudescence, les Etats prennent peu à peu des mesures. Tandis qu’Interpol a lancé en octobre dernier l’opération Infra-Terra, ciblant 139 « criminels de l’environnement » poursuivis notamment pour trafic d’espèces sauvages, la France s’apprête ainsi à durcir les sanctions. Avec le projet de loi sur la biodiversité en discussion au Sénat en juillet, qui prévoit un plan d’action national de lutte contre le trafic des espèces sauvages menacées, les amendes pour des infractions simples passeront de 15.000 à 150.000 euros et celles commises en bande organisée pourront être punies de 750.000 euros et un an de prison. L’Hexagone, où 2000 animaux sauvages sont saisis chaque année chez des particuliers, deviendra alors l’un des pays européens à la législation la plus sévère.

http://www.metronews.fr/

 

Royaume-Uni : Un jouet coincé dans son nez pendant 44 ans!


C’est sûr que s’il a dit au médecin qu’il l’avait avalé alors qu’il l’a plutôt aspiré, il n’arien trouvé, car le médecin cherchait au mauvais endroit. Cependant, il aurait dû aller consulter vue ses malaises qui ont durée pendant des années
Nuage

 

Royaume-Uni : Un jouet coincé dans son nez pendant 44 ans!

Un jouet coincé dans son nez pendant 44 ans!

Crédit photo : Capture d’écran, Daily Mirror

Drôle de surprise pour un Anglais qui a découvert qu’il avait un jouet coincé dans le nez depuis plus de 40 ans en éternuant.

Steve Easton, 51 ans, souffrait depuis de nombreuses années d’importants maux de tête et était gêné au niveau de son nez.

(Capture d’écran, Daily Mirror)

Mais dans les dernières semaines, l’homme a découvert la raison de tous ses maux: la ventouse d’une fléchette qui était coincée dans sa cavité nasale depuis près de 44 ans.

«J’ai éternué un bon coup et l’objet est sorti par ma narine droite. Je me suis demandé ce que c’était, d’où cela pouvait bien provenir», a expliqué M. Easton au Daily Mirror.

«Quand je me suis rendu compte que c’était un de mes jouets, j’étais abasourdi. J’ai raconté toute cette histoire à ma mère qui m’a expliqué qu’elle m’avait conduit à l’hôpital lorsque j’avais sept ans, car j’avais aspiré un objet identique.»

(Capture d’écran, Daily Mirror)

Pat Easton se souvient, en effet, avoir très lorsqu’elle avait découvert qu’une des ventouses du pistolet à fléchette de son fils avait disparu.

«Steve m’avait dit qu’il l’avait avalé. Je l’ai donc conduit à l’hôpital. Mais les médecins n’avaient rien trouvé. Je savais que je ne m’inquiétais pas pour rien », a-t-elle dit.

http://tvanouvelles.ca/

Les colorants alimentaires, dangereux pour la santé?


Si nous changeons nos habitudes d’achat face aux colorants artificiels dans les aliments, l’industrie pour ne pas perdre de l’argent cherchera plus à utiliser des colorants naturels.
Nuage

 

Les colorants alimentaires, dangereux pour la santé?

 

Crédits : http://www.kelloggs.ca/

Annie Ferland 

On mange avec les yeux. L’industrie alimentaire l’a bien comprise. Que seraient nos céréales Froot Loops® ou notre Kraft Dinner® sans leurs couleurs si vives? Toutefois, l’utilisation des colorants artificiels soulève de plus en plus de préoccupations chez les consommateurs.

En effet, quelques études publiées sur le sujet laissent supposer un lien entre les colorants alimentaires artificiels et le trouble de déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH) chez l’enfant. Doit-on les éviter?

5 astuces pour éviter les colorants artificiels

1. Éviter les aliments transformés
2. Cuisiner à partir d’aliments de base tels les fruits et les légumes
3. Consulter la liste des ingrédients pour s’assurer de l’absence de colorants
4. consommer des aliments biologiques, qui sont toujours absents de colorants.
5. Utiliser des purées de fruits ou de légumes pour colorer nos glaçages maison

À quoi servent les colorants alimentaires?

Les colorants alimentaires ont une fonction purement esthétique. Ils servent à rendre l’aliment plus attrayant (par des couleurs qui n’ont parfois pas d’équivalents dans la nature) ou plus alléchant aux yeux des consommateurs. Ils ne sont donc pas essentiels. Les colorants alimentaires sont classés dans la même catégorie que les additifs alimentaires. Seuls les additifs alimentaires qui ont été évalués pour leur innocuité et qui ont été approuvés par Santé Canada peuvent être utilisés dans la transformation alimentaire. Bien qu’il soit obligatoire d’en déclarer l’utilisation, la mention de « colorant » suffit selon la réglementation en vigueur au Canada. Ainsi, il est impossible de distinguer si le colorant utilisé et naturel ou artificiel.

Naturels ou artificiels?

Il est possible de retrouver plusieurs types de colorants dans les aliments transformés. Les colorants naturels proviennent généralement d’ingrédients retrouvés dans la nature, tels le caramel, la chlorophylle, le curcuma, le paprika ou le rouge de betterave. Ceux-ci n’inquiètent pas les scientifiques outre mesure. Ce sont plutôt les colorants artificiels, produits chimiquement, qui sont pointés du doigt. Plusieurs études se sont penchées sur les effets de la consommation de colorants alimentaires artificiels chez l’humain et leurs conclusions ne sont pas toujours rassurantes pour le consommateur.

Qu’en disent les études?

Il faut être prudent dans l’interprétation que certaines personnes ont faite de ces études. Premièrement, aucun lien direct entre les colorants alimentaires artificiels et le TDAH n’a été clairement prouvé.

Toutefois, en 2007, une étude britannique a sonné l’alarme en démontrant un possible lien entre la consommation de colorants artificiels et l’aggravation des symptômes d’hyperactivité chez des enfants. D’autres études devront toutefois approfondir le sujet.

Même si des évidences manquent toujours à l’appel, il est clair que les colorants alimentaires artificiels ne sont pas essentiels à notre alimentation. De plus, ils se retrouvent généralement dans les aliments transformés destinés aux enfants ou qui ne sont pas intéressants au point de vue de leur valeur nutritive, souvent trop riches en gras ou en sucre.

Il est important de se préoccuper de la présence des colorants dans les aliments afin de pouvoir faire un choix éclairé en tant que consommateur. En mettant une croix sur les produits qui en contiennent, l’industrie alimentaire n’a d’autre choix que de se tourner vers les colorants naturels.

Annie Ferland Ph.D. Dt.P.-nutritionniste
Science & Fourchette | Communication de la nutrition
sciencefourchette.com

Références

McCann D et al. Food additives and hyperactive behavionr in 3-year-old and 8/9-year-old children in the community: a randomised, double-blinded, placebo-controlled trial. Lancet 2007 3;370(9598):1560-7.

Santé canada. Liste des colorants autorisés. http://www.hc-sc.gc.ca/fn-an/securit/addit/list/3-colour-color-fra.php {Page consultée le 15 avril 2015}

http://www.sciencepresse.qc.ca/