Chez le Ouistiti, la parole est d’argent et le silence est…réprobateur !


L’art de parler au bon moment, n’est pas seulement pour l’être humain. Il semble que les jeunes ouistitis apprennent très tôt le bon usage de la parole
Nuage

 

Chez le Ouistiti, la parole est d’argent et le silence est…réprobateur !

 

 

Le Ouistiti commun vit dans les forêts du nord-est du Brésil, en petits groupes familiaux de 4 ou 5. © Gerard Lacz/Rex Featu/REX/SIPA

Le Ouistiti commun vit dans les forêts du nord-est du Brésil, en petits groupes familiaux de 4 ou 5. © Gerard Lacz/Rex Featu/REX/SIPA

Par Louise Horvath

Les règles du langage du petit singe sont strictes : on ne coupe pas la parole et on émet le cri approprié. Que le jeune ouistiti ne s’y plie pas et la réaction est immédiate…

RÈGLEMENT. « On ne coupe pas la parole !« . La phrase peut vous paraître familière, vos parents vous l’ayant déjà scander dans votre enfance. Un point commun que vous partagez avec… le Ouistiti commun (Callithrix jacchus) ! Les scientifiques se sont en effet aperçus que la prise de parole chez l’Homme se plie à certaines règles qui régissent aussi celle du petit animal d’une vingtaine de centimètres. Arrêter la conversation quand un bruit extérieur la masque, ne pas couper la parole et utiliser le cri approprié dans une situation donnée sont au nombre de celles-ci. Cecilia P. Chow et ses collègues de l’université de Californie (USA) se sont penchés sur cette ressemblance avec pour objectif de comprendre un peu mieux l’apprentissage des règles encadrant la prise de parole chez l’Homme.

Conventions sociales et erreurs de jeunesse

Quatre cris composent le répertoire du  Ouistiti :  « Phee »(prononcer fii), le « gazouillis », « trille » et « trillePhee ». Ceux-ci peuvent être mélangés, mis bout à bout, combinés… Au sein du groupe de ouistitis, constitué d’un couple et de leurs enfants, le « Phee » est utilisé pour communiquer avec un membre hors de vue. Un cri « Phee » appelle à une réponse par un autre « Phee », donnant un échange similaire à un dialogue. Entre chaque cri, les adultes laissent une pause de 4 à 5 secondes. Un blanc que les petits ne marquent pas, enchaînant par une autre exclamation après celle émise par leurs parents, voire… les interrompant. Pour les jeunes, une autre difficulté est de comprendre quel cri utiliser à quel moment. En enregistrant et en étudiant les vocalises de 10 ouistiti juvéniles âgés de 4 à 10 mois, les chercheurs ont remarqué que l’une ou l’autre de ces erreurs était souvent gratifiée… d’une réprimande !

Et le silence se « Phee »…

Le plus souvent, le jeune ouistiti interrompt son père, aux cris duquel il est très réactif. Plus rarement, il coupe la parole à sa mère, et plus sporadiquement encore à son jumeau. Face à une interruption, la réaction des parents ne se fait pas attendre : un silence réprobateur de 7 secondes au moins suit le cri du jeune. Parfois, celui-ci dure 10 secondes, mettant fin définitivement à la conversation. Quant à l’émission d’une réponse inappropriée  – notamment si le petit ouistiti répond à un « Phee » par autre chose –, les parents interrompent généralement le mauvais parleur. Progressivement, les ouistitis apprennent de leurs erreurs et commettent de moins en moins d’impairs. À 8-9 mois, les interruptions deviennent rares et le temps entre les cris plus long, pour finalement devenir polis comme un vieux ouistiti !

http://www.sciencesetavenir.fr/

2 réponses à “Chez le Ouistiti, la parole est d’argent et le silence est…réprobateur !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s