La confiance


Nous devrions travailler notre confiance en soi, confiance en nos capacités au lieu de s’appuyer sur les autres
Nuage

 

 

La confiance

 

Un oiseau assis sur un arbre n’a jamais peur que la branche casse, parce que sa confiance n’est pas dans la branche, mais dans ses propres ailes!

(Inconnu)

Un plongeur aide une tortue qui est en reconnaissante


La réaction de la tortue est étonnante, a-t-elle compris que cet animal à l’accoutrement étrange lui a sauvé la vie ? Lui montre-t-elle de la reconnaissance ? En tout cas, son comportement semble pourtant le montrer
Nuage

 

Un plongeur aide une tortue qui est en reconnaissante

 

Colin Sutton et Cameron Dietrich ont été en bateau au large des côtes du Mexique quand ils ont repéré une tortue de mer en détresse emmêlée dans la corde.

Les hommes n’ont pas perdu de temps et ont plongé dans l’eau pour l’aider.

Comme la tortue est mise en liberté, elle montre au plongeur une immense gratitude.

C’est vraiment beau à voir! Rien n’est plus réconfortant que de voir le bon cœur des gens pour sauver un animal dans le besoin. .

http://www.tropcute.com/

Le Saviez-Vous ► Dans le bon vieux temps, on pataugeait dans les rues de Montréal


Les premiers colons qui se sont installés à Ville-Marie qu’on appelle maintenant Montréal est une île inondable qui a connu plusieurs inondations du moins jusqu’à ce que la ville prenne la situation en main. Il a eu des printemps qu’on aurait pu se croire à Venise, car le seul moyen de circuler était en chaloupe ou toutes choses qui pouvaient flotter
Nuage

 

Dans le bon vieux temps, on pataugeait dans les rues de Montréal

 

 Dans le bon vieux temps, on pataugeait dans les rues de Montréal
Inondation, rue Saint-Paul près de la rue Saint-Pierre, 1869 James Inglis © Musée McCord /MP-0000.2888/

 

Par Marie-Lyse Paquin

Dès son premier printemps, la nouvelle colonie Ville-Marie a été menacée par les crues printanières. Le sieur de Maisonneuve a imploré Dieu en promettant de planter une croix sur le Mont-Royal si la colonie survivait.

C’est simple, Montréal repose sur une zone inondable! Les Montréalais ont subi de graves inondations jusqu’aux grands travaux amorcés dans les années 50.

L’une des pires inondations qu’a connues Montréal est celle du printemps 1886. On a enregistré 8 à 10 pieds (allant jusqu’à plus de 3 mètres) d’eau à Pointe-Saint-Charles. Lorsque les voitures ne pouvaient plus passer, on a sorti les chaloupes! Pour une description complète de la catastrophe, consultez l’article du journal La Patrie du 19 avril 1986. (source : Actualité de l’histoire au Québec –Fondation Lionel Groulx)

 

 Dans le bon vieux temps, on pataugeait dans les rues de Montréal
Inondation, rue Saint-Paul près de la rue Saint-Pierre, 1869 James Inglis  © Musée McCord /MP-1984.107.22

 Dans le bon vieux temps, on pataugeait dans les rues de Montréal
Inondation au square Victoria, Montréal, vers 1886 George Charles Arles
©Musée McCord /
MP-0000.236.5

 Dans le bon vieux temps, on pataugeait dans les rues de Montréal

Inondation, gare Bonaventure, Montréal, QC, 1886 George Charles Arless © Musée McCord /MP-0000.236.2

 Dans le bon vieux temps, on pataugeait dans les rues de Montréal

Inondation, square Chaboillez, Montréal, QC, vers 1886 George Charles Arless © Musée McCord /MP-0000.236.9

 Dans le bon vieux temps, on pataugeait dans les rues de Montréal

Le fleuve Saint-Laurent au printemps, Montréal, QC, vers 1870
MP-0000.1452.56 © Musée McCord

 Dans le bon vieux temps, on pataugeait dans les rues de Montréal

Débâcle, rue des Commissaires, Montréal, QC, vers 1884 Wm. Notman & Son© Musée McCord/MP-1498

http://actualites.sympatico.ca/

Géorgie Il vise un tatou et manque de tuer sa belle-mère!


Vouloir tuer un animal avec un fusil dans un quartier résidentiel semble légal aux États-Unis, Pourquoi chasser le tatou ? Est-ce un animal dangereux ? Non, c’est un animal pacifique !! Alors que l’animal pour se défendre se met en boule ! Pourquoi ce n’est pas les gens de la faune qui s’en occupe ? Non .. Mais les autorités par contre, suggère d’utiliser un fusil de chasse .. Et même dans un quartier résidentiel ?
Nuage

 

Géorgie

Il vise un tatou et manque de tuer sa belle-mère!

 

(Courtoisie Wiki Commons/birdphotos.com)

Un homme a failli tuer sa belle-mère en tirant sur un tatou dont la carapace était si dure que la balle a fait des ricochets et a atteint la femme dans sa maison mobile, en Géorgie, dimanche.

Dimanche soir, Larry McElroy, âgé de 54 ans, a tiré avec son 9 mm sur le tatou qui se trouvait dans un quartier résidentiel. La bête est morte, mais la balle a rebondi sur la carcasse, a dévié sur une clôture, a traversé le mur de la maison mobile et un fauteuil pour finalement atteindre Carole Johnson qui était confortablement assise chez elle. Le tireur se trouvait à environ 100 m de la maison.

«La victime a été transportée à l’hôpital, mais elle avait l’air bien. Elle marchait sans aide et parlait sans difficulté», a expliqué l’enquêteur Bill Smith de la police du comté de Lee à la télévision locale WALB-TV.

Fort heureusement, la septuagénaire n’a subi que des blessures mineures, mais l’incident a laissé les autorités de Leesburg pour le moins perplexes.

«Les circonstances du début à la fin, l’événement dans son entièreté est très inhabituel», a souligné le policier.

Dans ce comté de Géorgie, les autorités recommandent aux résidents de tirer sur les tatous, a indiqué WALB-TV. Elles recommandent toutefois d’utiliser un fusil de chasse, car ses projectiles ont une moins grande portée.

http://tvanouvelles.ca/

50 millions de dollars sous les mers


Il y a sûrement de très grandes richesses cachées sous les vagues. Une épave le City of Cairo à été localisée et inspectée  pour y découvrir un gros trésor …  Il avait sombré dans l’océan à l’époque de la Deuxième Guerre Mondiale
Nuage

50 millions de dollars sous les mers

Quelques unes des pièces d'argent retrouvées à bord du City of Cairo, coulé en 1942. Capture d'écran Facebook.

Quelques unes des pièces d’argent retrouvées à bord du City of Cairo, coulé en 1942. Capture d’écran Facebook.

Par Joël Ignasse

Le navire britannique SS City of Cairo a coulé pendant la 2e guerre mondiale. Il a été retrouvé à 5150 mètres de profondeur, au large de la Namibie, avec un trésor de cent tonnes de pièces d’argent.

CITY OF CAIRO. Le SS City of Cairo était un paquebot britannique appartenant à la société Ellerman Lines. Il assurait la jonction entre Bombay en Inde et l’Angleterre. Ce bâtiment a été torpillé le 6 novembre 1942, dans l’Atlantique Sud au large des côtes africaines, par un U-Boat allemand. Une équipe franco-britannique travaillant pour la société Deep Ocean Search (DOS) a retrouvé son épave et son trésor estimé à 50 millions de dollars.

Une grande partie du trésor récupéré

Deux torpilles tirées peu après 20 H 30 ce 6 novembre 1942 auront eu raison du City of Cairo qui a coulé en minutes, emportant avec lui 104 personnes dont 79 membres d’équipages. 154 autres (dont le capitaine) ont pu monter à bord de canots de sauvetage et ont été récupérées sains et saufs peu après. La Deep Ocean Search a décidé de partir à la recherche de cette épave en 2011 en se basant sur les rapports communiqués par le capitaine du sous-marin allemand et des officiers de navigation du paquebot pour la situer. Les experts, dont une vingtaine d’océanographes français, ont délimité une zone probable de recherche et l’ont arpenté, équipés d’un sonar construit pour l’occasion, un dispositif capable de sonder les fonds marins jusqu’à 6000 mètres de profondeur.

RÉFLECTIVITE. En fait, ils ont finalement très vite repéré une cible qui ne semblait pas être naturelle mais aussi trop peu réflective pour représenter une épave. Des plongeurs et un robot sous-marin sont quand même allés vérifier sous l’eau et il s’est avéré qu’il s’agissait bien d’une épave, brisée en deux et en grand partie enfouie sous la boue (d’où cette faible réflectivité). Des explorations menées avec le robot ont confirmé qu’il s’agissait bien de l’épave du City of Cairo.

Sous contrat avec le ministère britannique des transports, la société DOS a alors procédé à la remonté des quelques 2182 coffres contenant les pièces d’argent appartenant au Trésor. Selon le fondateur de la société, John Kingsford, une très grande partie des 100 tonnes d’argent ont pu être récupérées. Les plongeurs n’ont en revanche pas touché aux restes de la cargaison ni aux effets personnel des passagers. Ils ont finalement laissé sur l’épave une plaque commémorative avant de quitter les lieux définitivement en septembre 2013. Ce n’est que le 13 avril dernier que la société Deep Ocean Search a révélé sa découverte. Un portfolio de la recherche de l’épave et de la remontée du trésor peut être consulté sur leur site internet.

http://www.sciencesetavenir.fr/

Halfbike, le vélo du futur qui se conduit debout


Je trouve ce vélo très intéressant et à vrai dire, j’aimerais bien en faire. A vrai dire, je préférais ce genre de vélo qu’au vélo traditionnel
Nuage

 

Halfbike, le vélo du futur qui se conduit debout

 

Trois roues, deux pédales et pas de siège. “HalfBike”, un vélo sur lequel on pédale debout, a convaincu de nombreux internautes sur le site de sociofinancement Kickstarter. Le concept? Courir et faire du vélo en même temps.

À l’origine de ce projet innovant, une start-up basée en Bulgarie et lancée par un duo d’architectes, Martin Angelov et Mihail Klenov.

“C’est la seule manière de contrôler le véhicule avec votre corps tout entier et pas uniquement avec vos mains. Halfbike est une sorte d’extension du corps, qui permet une conduite souple et intuitive”, expliquent-ils sur leur page Kickstarter.

Ils partagent tous deux la même vision, à savoir rendre les déplacements urbains distrayants et plus agréables:

“Peu importe l’endroit où vous allez le conduire, vous attirerez l’attention des gens et les ferez sourire. »

 

Le “demi-vélo” a été présenté en mars 2014 sur le site de financement participatif et en moins d’une semaine, il est parvenu à remporter 40% de la somme demandée. Depuis, 353 629 $ ont été récoltés à l’heure où nous publions cet article, alors que l’objectif d’origine était seulement de 50 000 $.

Ses créateurs tiennent à préciser que Halfbike ne prétend en aucun cas faire concurrence au “bon vieux vélo” traditionnel, car “les deux sont tellement différents qu’ils en sont difficiles à comparer”.

Toutefois, il présente de nombreux avantages tels que sa portabilité, puisqu’il ne pèse que 8,2 kg. Angelov et Klenov assurent que le vélo est “compact”, “léger”, “pliable” et surtout, qu’il apporte un réel “plaisir de conduire”.

Les dates de livraisons sont estimées à juillet 2015.

Selon le site Wired.co.uk, les deux architectes avaient promis à leur future clientèle d’ajouter des lumières et des ailes au s’ils atteignaient les 250 000 $. Et c’est chose faite. Désormais, il leur reste 18 jours pour aller jusqu’à 400 000 $, la somme qui leur est nécessaire pour développer une application. Halfbike risque fort de continuer sa route vers le succès.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Les femmes sont plus morales?


En cas de danger extrême que ferions-nous pour sauver notre vie et celles des autres ? Quelle différence dans la décision entre homme et femme ? En fait, les résultats ne me surprennent pas vraiment, mais dans une situation réelle qui sait vraiment comment nous en temps que personne, nous réagirons
Nuage

 

Les femmes sont plus morales?

 

National Geographic

Par Camille Martel

Seriez-vous prêts à commettre un crime pour sauver plusieurs personnes? Un acte illégale pour le bénéfice de la majorité?

Une récente étude a évalué la question. Les résultats sont étonnants.

Un article de la revue Popular Science qui commentait cette étude la semaine dernière donnait l’exemple suivant : Vous êtes cachés avec plusieurs personnes. Un groupe ennemi menace de venir vous tuer. Ils vous cherchent. Un bébé se met à pleurer. Il risque de révéler votre cachette. Que faites-vous?

Réponse: Si vous êtes une femme, vous ne sauverez probablement pas la troupe!

Des chercheurs de l’Université Wilfrid-Laurier, de l’Université de Cologne et de l’Université du Texas à Austin ont tenté de répondre à cette question, selon le sexe du répondant.

Ils ont analysé 40 études précédentes où ils ont recueillis les réponses de 6100 hommes et femmes à des scénarios aussi déchirants que celui décrit plus haut.

Deux types de réponses se confrontaient. Celles de type utilitaristes et celle de type déontologiques. L’utilitarisme veut qu’une action soit morale si le résultat procure le plus grand bien au plus grand nombre de personne. D’un autre côté, la déontologie veut qu’une action soit morale seulement si elle est elle-même morale, indépendemment des conséquences.

Bref, l’utilitarisme mise sur les conséquences alors que la déontologie mise plutôt sur l’action.

L’émotion : une couche additionnelle

Les résultats ont démontré que les hommes étaient plus susceptibles de choisir une réponse de type utilitariste devant des scénarios conflictuels. Les femmes seront plus réticentes à poser un geste immoral, peut importe les conséquences.

Les réponses de type utilitaristes sont plutôt guidées par la rationalité tandis que les réponses déontologiques sont dictées par l’émotion.

Les chercheurs ont concluent que c’est la réponse affective qui est différente entre les hommes et les femmes, lorsque vient le temps de commettre un geste irréparable. Une décision sur le vif.

« Les hommes et les femmes ont tous les deux recours à la rationalité lorsque vient le temps de prendre une décision difficile. Cependant, les femmes ont une variante émotionnel qui vient s’ajouter à la price de décision », explique Rebecca Friesdorf, une des auteurs principales de l’étude.

Les femmes sont plus émotives que les hommes? Peut-être bien, mais pas de la manière dont on l’aurait imaginé!

 

http://www.sciencepresse.qc.ca/