Sagesse de la vie


Nous avons tellement d’indices que nous gaspillons les richesses de la terre, que nous la polluons au détriment des générations futur. Tant d’animaux sont mort pour notre contentement. Mais qui gagnera en bout de ligne ?
Nuage

 

Sagesse de la vie

 

« Humain, tu peux m’enchaîner, mais pas m’asservir, tu peux me tuer, mais pas me détruire, car je suis cette sagesse de la vie et de la nature qui verra ta fin tandis que tu crois provoquer la mienne »

Tydé

Le Saviez-Vous ► Corée et Chine: le vin de bébé souris


Une bonne raison pour opter pour la sobriété avec un alcool a base d’alcool de riz et a laquelle on ajoute des souris
Nuage

 
Corée et Chine: le vin de bébé souris

 

Crédit photo: Flickr

Au Canada, il n’est pas rare de voir des souris dans la maison en hiver. Si vous allez en Corée, vous en trouverez dans votre verre de vin.


Le vin de bébé souris est une «boisson tonique» sino-coréenne traditionnelle, censée guérir de tout. Je ne vois pas comment un rongeur mort peut être bon pour vous ou pourquoi quelqu’un voudrait boire quelque chose qui goûte l’essence pure, mais il semble que ce soit une solution à tous les problèmes de santé.

http://www.plaisirssante.ca/

INDE. "Eradiquée" en 2005, la lèpre touche encore 100.000 personnes chaque année


Une maladie qui dure depuis des millénaires qu’on n’entend presque pas parler, et on pourrait à tort que cette infection contagieuse serait chose du passé. Pourtant, il ressurgit à certains endroits dans le monde. On peut soigner la lèpre, mais encore faut-il qu’il soit diagnostiqué et soigné à temps
Nuage

 

INDE. « Eradiquée » en 2005, la lèpre touche encore 100.000 personnes chaque année

 

Un malade montre ses mains marquées par la lèpre, le 11 mars 2015 dans une "colonie de lépreux" à New Delhi. (c) Afp

Un malade montre ses mains marquées par la lèpre, le 11 mars 2015 dans une « colonie de lépreux » à New Delhi. (c) Afp

Déclarée éradiquée en 2005, cette maladie chronique infectieuse a connu en dix ans un retour en force inquiétant. À tel point que l’Inde compte pour plus de la moitié des 200.000 nouveaux cas recensés dans le monde chaque année.

Ganga Kalshetty avait deux ans quand l’Inde a déclaré la lèpre éradiquée en 2005. Aujourd’hui, elle vit pourtant  dans une « colonie de lépreux ». Car en 10 ans, l’Inde a connu une résurgence inquiétante de la lèpre. Jusqu’à compter pour plus de la moitié des 200.000 nouveaux cas enregistrés chaque année dans le monde. A 12 ans, Ganga Kalshetty a toujours grandi au milieu de lépreux. Nombre de ses proches sont touchés par la maladie et, il y a sept mois, ses pires craintes se sont concrétisées : les médecins la lui ont diagnostiquée à son tour.

Cette maladie chronique infectieuse provoque des lésions de peau et touche les liaisons nerveuses. Pourtant, si elle est diagnostiquée et traitée tôt, elle cesse d’être contagieuse et peut être soignée en 6 à 12 mois. Faute de traitement en revanche, la lèpre laisse des difformités sévères.

Le fait d’avoir déclaré en 2005 l’éradication de la lèpre a conduit à une absence de vigilance. »

C.M. Agrawal, responsable du programme de lutte du gouvernement indien contre ce fléau, s’inquiète du nombre d’enfants concernés aujourd’hui.

« Les déclarations de cas d’enfants suggèrent qu’il y a eu des transmissions récentes et actives », explique-t-il.

Selon lui, « le fait d’avoir déclaré en 2005 l’éradication de la lèpre a conduit à une absence de vigilance. D’autres maladies ont pris la priorité. »

En effet, depuis 10 ans, l’Inde a abandonné le porte-à-porte pour repérer les cas suspects, une décision qui a accentué le risque d’infections, estime Agrawal.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) autorise un Etat à déclarer que la lèpre n’est plus un risque de santé publique s’il y a moins d’un cas pour 10.000 personnes. Or l’Inde est depuis 2005 sous ce taux de prévalence au niveau national, mais pas dans certaines zones. En 2013-2014, près de 127.000 nouveaux cas ont été déclarés en Inde, dont environ 12.000 enfants, et New Delhi compte à elle seule 1.145 cas.

http://www.sciencesetavenir.fr/

Première mondiale : Il veut faire transplanter sa tête


En médecine, jamais, n’existe pas ! Il se peut qu’un jour la transplantation d’une tête sur un corps en entier soit possible mais point de vue éthique, cela dérange. Je ne sais pas non plus si c’est une bonne idée, car cette option me rebute. Cependant, je peux comprendre ces personnes qui ont des maladies graves qu’ils voudraient vivre « normalement »
Nuage

 

Première mondiale : Il veut faire transplanter sa tête

Il veut faire transplanter sa tête

Crédit photo : gracieuseté, Mirror

Un homme atteint d’une maladie incurable fait les démarches pour devenir la première personne à se faire transplanter la tête sur un corps en santé, rapporte le quotidien britannique Mirror.

Valery Spiridonov, 30 ans, souffre d’une rare maladie génétique, l’amyotrophie spinale, qui est incurable.

Il croit que le Dr Sergio Canavero sera en mesure de détacher sa tête et de la greffer à un corps en santé.

«Ma décision est finale et je n’ai pas l’intention de changer d’idée, explique l’informaticien russe. Si je suis effrayé? Oui, évidemment je suis effrayé. Mais ce n’est pas juste effrayant, mais aussi vraiment intéressant.»

M. Spiridonov dit qu’il n’a pas d’autre choix:

«Si je ne prends pas cette chance, mon futur va être bien triste. Avec les années, mon état ne fait qu’empirer», ajoute-t-il.


(Crédit photo: gracieuseté, Mirror)

Le Dr Canavero a affirmé à CNN avoir une partie des fonds amassés, mais n’a pas voulu divulguer d’où vient la somme.

Le médecin italien et le patient se sont parlé sur Skype, mais ne se sont pas encore rencontrés.

Le Dr Canavero a développé la procédure qu’il a nommée HEAVEN et dit avoir reçu de nombreux courriels de personnes désirant subir l’intervention.

Si tout se passe comme prévu, l’opération devrait se faire en 2017.

Toutefois, plusieurs ne croient pas au projet de Canavero, comme le directeur du département d’éthique médicale de l’Université de New York, Arthur Caplan, qui a décrit le projet comme fou.

http://tvanouvelles.ca/

3 espèces de dragons nains découvertes en Amérique du Sud


3 nouvelles espèces découvertes. Grâce à l’ADN, les scientifiques peuvent mieux séparer les espèces et ainsi voir une plus grande diversité des animaux. Pour ces dragons nains, il faut juste espérer qu’ils puissent prospérer en protégeant leur environnement
Nuage

 

3 espèces de dragons nains découvertes en Amérique du Sud

Enyalioides altotambo, une nouvelle espèce de dragon nain © Luis A. Coloma / Zookeys

Enyalioides altotambo, une nouvelle espèce de dragon nain © Luis A. Coloma / Zookeys

Par Virginie Montmartin

Le dragon nain, encore peu connu, vit dans des régions reculées d’Amérique du Sud. Il existe 15 espèces connues actuellement, grâce aux trois dernières découvertes, contre 6 seulement en 2006.

DECOUVERTE. Trois espèces de dragons nains ont été découvertes dans les forêts des Andes, régions peu explorées, en Equateur et au Pérou. Elles font partie du genre des Enyalioides, issue de la famille des Hoplocercinae, comprenant aussi les iguanes. Ces trois spécimens, Enyalioides altotambo, Enyalioides anisolepis et Enyalioides sophiarothschildae, sont décrits dans l’étude publiée le 6 avril 2015 dans la revue Zookeys.

La découverte des dragons nains en plein boom

Les trois nouvelles espèces de dragons nains ont été identifiées grâce à des analyses anatomiques et génétiques. Enyalioides altotambo arbore des couleurs très vives (voir photo ci-dessus), vert et jaune, dont le nom est inspiré du village d’Alto Tambo en Equateur, lieu proche duquel le lézard a été découvert. Enyalioides sophiarothschildae est nommé en référence à Sophia Rothschild, investissant dans le programme. Ce dragon est marron et vert, avec des nuances de turquoise sur le dos ainsi qu’une tâche blanche de chaque côté de la tête.

Enyalioides sophiarothschildae ©Pablo J. Venegas / Zookeys

Enfin, à la différence des deux autres espèces découvertes, Enyalioides anisolepsis, dont le nom signifie « écailles inégales » (en référence aux écailles de son dos qui ne sont pas identiques), dispose d’un dimorphisme sexuel : les femelles sont plutôt marron alors que les mâles sont marron-noirs avec des tâches vert pâle.

Enyalioides anisolepsis (Mâle,en haut, et femelle, en bas) © Omar Torres-Carvajal / Zookeys

Le nom de dragon donné à ces animaux est inspiré de leurs yeux fixes, leurs couleurs vives, et les nombreux pics le long de leur échine. Ce sont des animaux diurnes, mesurant entre 7 et 15 centimètres, vivant le plus souvent sur le sol des forêts. Le nombre de spécimens découverts a plus que doublé en moins d’une dizaine d’années et, selon les chercheurs, cette diversité de dragons nains devrait être prise en charge par les organismes travaillant dans la conservation.

http://www.sciencesetavenir.fr/

De quoi aurait l’air la Terre si toutes les glaces fondaient?


Sydney, Londres, Dakar, Calcutta. Bangkok, Tokyo, Miami, San Diego San Francisco, Houston, pour ne nommer que ceux-là risquent de disparaitre si la fonte des glaces continuent dû aux changements climatiques
Nuage

 

De quoi aurait l’air la Terre si toutes les glaces fondaient?

 

De

Voici à quoi ressemblerait la Terre si toute la glace avait fondu. Capture d’écran Gentside

La surface de la banquise n’a jamais été aussi réduite. C’est l’annonce inquiétante que vient de faire le National Snow and Ice Data Center (NSIDC). Selon ses mesures, la superficie aurait en effet atteint en février 14,54 millions de kilomètres carrés, soit une donnée bien inférieure à la moyenne observée entre 1981 et 2010, estimée à 15,64 millions de km2.

Jusqu’ici, le précédent minimum remontait à 2011, lorsque la surface avait atteint 14,67 millions de km2. Plus préoccupant, le maximum aurait été 15 jours plus tôt que la moyenne estimée entre 1981 et 2010 fixée au 12 mars. Des changements notamment dus à des températures plus élevées dans les zones arctiques, explique le NSIDC.

«Cela devrait être une nouvelle sonnette d’alarme», a commenté le WWF (World Wide Fund for Nature) à  l’annonce de ces résultats, pointant du doigt le changement climatique «qui ne s’arrêtera pas au cercle arctique».

Si les spécialistes ont déjà prévenu que le réchauffement pourrait avoir des conséquences désastreuses sur la planète, que se passerait-il si toutes les glaces du globe fondaient? 

C’est ce que propose de découvrir la vidéo ci-dessus qui dévoile notre Terre telle qu’elle serait s’il n’y avait plus de glace à sa surface, entrainant une montée des eaux partout dans le monde. On constate ainsi qu’il faudrait fortement revoir notre géographie, et que des villes comme Miami ou Calcutta se retrouveraient en plein milieu de l’océan…

http://fr.canoe.ca/