La pauvreté peut réduire la taille du cerveau


C’est une étude qui n’est pas vraiment surprenante, mais pourrait peut-être mieux orienté les gouvernements a installé des projets pour aider les parents pauvres pour permettre une meilleure croissance pour le bébé en devenir et l’enfant. Enfin, on peut toujours rêver
Nuage

 

La pauvreté peut réduire la taille du cerveau

 

<a href="https://flic.kr/p/6MaCW8">Des étages de cerveaux</a> par Neil Conway <a href="https://creativecommons.org/licenses/by/2.0/">License by</a>

Des étages de cerveaux par Neil Conway License by

Repéré par Pierre Lemerle

Une étude américaine fait le lien entre le développement cérébral d’un enfant et son exposition à la pauvreté.

Avant même la naissance, le stress lié à la pauvreté peut modifier votre cerveau. C’est la conclusion d’une étude menée par une équipe de neuroscientifiques américains sur 1.099 enfants, d’après le site Nature. Pour les scientifiques, les zones attribuées au langage, à la prise de décision, seraient moins développées du fait d’un stress lié à une revenu moins élevé. Les auteurs notent que les enfants pauvres ont également plus de difficultés à développer leurs capacité de mémorisation ou de lecture.

Des chercheurs canadiens avaient déjà effectué un lien entre la pauvreté et la croissance physique d’un enfant dans le Journal of Epidemiology Community Health en 2009. Ils avaient noté que des femmes enceintes vivant dans la pauvreté avaient plus de chance de donner naissance à des enfants de petite taille –les problèmes de malnutrition, notamment, ayant un impact direct sur l’enfant.

De même, les neuroscientifiques rappellent que le développement se fait quand les mères sont enceintes.

«Cela nous fait dire qu’il faut se concentrer sur le moment où les mères sont enceintes et sont exposées aux toxines et à des problèmes de nutrition», explique un membre de l’Hôpital de Philadephie qui a mené cette étude.

Ces problèmes de développement pourraient s’aggraver lors de la croissance de l’enfant. Une pédiatre du même hôpital explique que l’obligation d’exercer différents travails par les parents pauvres les empêche de s’occuper de leurs enfants. Ils ont ainsi moins de temps et moins d’argent pour acheter des objets pouvant stimuler les enfants durant leur croissance.

http://www.slate.fr/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s