Parole d’enfant ► Comment ne plus être fâché


Une question simple, une répoinse simple et très logique
Nuage

 

Comment ne plus être fâché

 

« Mon fils me dit qu’il n’aime pas quand je me fâche, alors je lui demande ce qu’il faut faire pour que maman ne se fâche pas et là il me dit : « faut lui fermer la bouche » !
J’ai éclaté de rire ! »

Alexandre 3 ans

Il entend un signe pleurer au loin …


C’est frappant de voir ces deux cygnes qui étaient emmêlés l’un à l’autre à cause d’un fil de pêche, se sont dirigé vers ces deux hommes, comme s’ils savaient que c’était leur seule chance pour sortir de leur piège. Après le sauvetage, l’instinct à prix sa place, pour fuir l’être humain
Nuage

 

Il entend un signe pleurer au loin …

 

 

Le Saviez-Vous ►Les malédictions du chiffre 13


À l’époque de l’Antiquité, du Moyen-âge et des années après, les gens préféraient inventer des mythes et légendes pour expliquer l’inconnu. Malgré la connaissance d’aujourd’hui, la superstitions continue a faire son chemin sans pourtant en savoir l’origine comme par exemple du chiffre 13
Nuage

 

Les malédictions du chiffre 13

 

PAR EVELYNE FERRON

Peut-être souffrez-vous de triskaïdékaphobie, la peur du chiffre 13? Sachez que la crainte du vendredi 13 et de ses malheurs est loin d’être une inquiétude moderne et ses origines remontent à très longtemps…

Le 13, un symbole de déséquilibre chez les Grecs anciens

(Source)

Les Grecs de l’Antiquité avaient déjà une certaine appréhension du chiffre 13, le considérant comme un symbole de déséquilibre en comparaison avec le chiffre 12, qui lui était un chiffre complet. Une perception qui peut expliquer 12 dieux de l’Olympe dans leur mythologie, 12 constellations principales, 12 mois dans une année…

Un synonyme de grands malheurs dans la mythologie nordique


Représentation du dieu Loki (Source)

Dans la mythologie scandinave, le mythe du Dieu Loki explique en partie la peur du chiffre 13, notamment chez les Vikings. Ce mythe raconte que 12 dieux participaient à un joyeux banquet organisé par Odin (le roi des dieux) à Valhalla, ce paradis où les guerriers scandinaves allaient après leur mort. C’est alors qu’un treizième dieu, qui n’était pas invité, se présenta aux festivités. Il s’agissait de Loki, dieu du chaos et de la discorde. Lorsque Balder, le dieu de l’amour et de la lumière, voulut le chasser, il fut tué par le dieu des ténèbres, Hoder, et la Terre sombra avec lui dans la noirceur. Ce mythe expliquait ainsi pourquoi le 13 était associé à un mauvais jour…

Et dans la Bible?


(Source)

La Bible utilise elle aussi une référence à la malchance d’un treizième invité à table puisque lors du dernier repas de Jésus avec ses disciples, Judas était lui aussi le treizième convive.

La malédiction des Templiers


(Source)

Mais l’association directe du chiffre 13 au vendredi chez les sociétés occidentales semble remonter au 14e siècle, avec l’arrestation des chevaliers templiers. En effet, voulant notamment récupérer les richesses de cet ordre de moines-chevaliers qui avaient protégé les pèlerins lors des Croisades, le roi de France Philippe Le Bel les avait fait arrêter un vendredi 13 octobre 1307. 


(Source)

Les moines avaient ensuite été torturés afin de leur faire faussement admettre des actes d’hérésie, supposément endossés par leur grand maître de l’époque, Jacques de Molay. Lorsque ce denier fut brûlé sur le bûcher le 18 mars 1314, il aurait professé une malédiction contre le roi Philippe Le Bel et le Pape Clément V, tous deux morts dans l’année suivante. Une histoire qui a inspiré Maurice Biron pour son grand roman « Les rois maudits » et qui explique peut-être notre peur collective du vendredi 13…

http://www.historiatv.com/

«Une porte de cockpit qui ne s’ouvrira jamais»: l’article prophétique d’un pilote néerlandais, deux mois avant le crash de Germanwings


Je pense que les pilotes de ligne sont  les mieux placés pour évaluer  la sécurité dans un cockpit et un de ces pilotes avait prédit qu’un éventuel problème pourrait survenir avec la sécurité renfoncée du cockpit. Il arrive toujours après des accidents que la sécurité est revue ou amélioré et malheureusement, il est souvent trop tard pour des victimes. Air Canada et West ont annoncé suite au crash aux Alpes Française, que dorénavant il y aurait toujours 2 membres de l’équipage dans le cockpit. Mais dans le fond, peut-on tout prévoir ! Peut-on être vraiment être totalement sécuritaire ?
Nuage

 

«Une porte de cockpit qui ne s’ouvrira jamais»: l’article prophétique d’un pilote néerlandais, deux mois avant le crash de Germanwings

 

Dans le cockpit d'un A321. REUTERS/Albert Gea.

Dans le cockpit d’un A321. REUTERS/Albert Gea.

Il s’appelle Jan Cocheret, a 35 ans d’expérience comme pilote de ligne et vole aujourd’hui pour la prestigieuse compagnie Emirates. Chroniqueur pour le site d’aviation Luchtvaartnieuws («AviationNews»), ce Néerlandais avait écrit il y a deux mois un article qu’il a finalement trouvé trop anxiogène et choisi de ne publier que dans une revue papier plus confidentielle, Piloot en Vliegtuig («Pilote et avion»). Ce qu’il écrivait (repéré notamment par France 3-Nord-Pas-de-Calais) résonne aujourd’hui prophétiquement à la lumière du scénario retenu par les enquêteurs dans le cadre de l’enquête sur le crash de l’A320 de Germanwings:

«Grâce au système ultra-sécurisé de fermeture de porte, il n’est plus si difficile pour un pilote de prendre le pouvoir dans le cockpit et de laisser son collègue dehors. Il suffit d’attendre qu’il ou elle aille aux toilettes et il ne pourra plus jamais ouvrir la porte. Certes, il existe un moyen de rentrer sans intervention du cockpit [grâce à un code, ndlr], mais le pilote aux commandes peut désactiver cette option et ne laisser à son collègue d’autre choix que d’aller s’asseoir parmi les passagers et d’attendre de voir ce que le futur lui réserve.»

Jan Cocheret s’inquiétait de cette possibilité, citant l’exemple d’un pilote d’Ethiopian Airlines qui avait suivi ce scénario pour détourner un avion vers Genève, et rappelant que dans le passé plusieurs pilotes avaient volontairement fait s’écraser leur avion.Citant l’exemple de la spationaute américaine Lisa Nowak (qui avait tenté d’enlever la petite amie de son ex-compagnon) pour rappeler que même des professionnels surentraînés peuvent être pris d’un coup de folie, il concluait:

«Parfois, je me demande sérieusement qui est assis à côté de moi dans le cockpit. […] Et s’il se passait quelque chose de terrible dans sa vie, qu’il ne peut plus supporter? J’espère ne jamais avoir à découvrir, en rentrant des toilettes, que je fais face à une porte de cockpit qui ne s’ouvrira jamais.»

A travers ce texte, Cocheret entendait critiquer le système de sécurisation introduit après le 11-Septembre, quand les pirates de l’air avaient contraint des personnels de cabine à leur ouvrir le cockpit:

«Dès le début, je l’ai trouvé très mauvais. Si quelqu’un a une sale idée derrière la tête et veut rentrer, la porte va empêcher cela, mais qu’en sera-t-il quand le problème est déjà à l’intérieur du cockpit?», explique-t-il à la radiotélévision NOS.

Aujourd’hui, il se prononce donc pour l’obligation pour un membre d’équipage de rentrer dans le cockpit quand un pilote en sort, ou encore, dans une interview à la radio BNR, pour l’instauration d’un deuxième code d’urgence au cas où il y aurait un problème à l’intérieur du cockpit.

http://www.slate.fr/

Angleterre Un bébé se réveille après avoir été débranché


Je crois comme bien des mamans, la pire crainte est le syndrome de la mort subite de leur bébé. C’est probablement ce que cette petite fille en Angleterre a vécu et contre toute attente, elle a survécue
Nuage

 

Angleterre

Un bébé se réveille après avoir été débranché

 

Les parents d’une fillette ne savent pas comment elle s’est miraculeusement réveillée après avoir été débranchée d’un respirateur artificiel, mais ils remercient la vie.

Sky Disson et son conjoint Peter Klawinska ont trouvé la petite Lillie inconsciente dans son berceau. Elle était bleue et elle ne respirait pas.

«Il n’y avait pas de pouls, rien du tout. Je la regardais devenir bleue sous mes yeux. J’ai cru qu’elle était morte», a raconté sa mère auPeterborough Telegraph.

Peter a fait la réanimation cardio-pulmonaire jusqu’à l’arrivée des ambulanciers qui n’ont pas été en mesure de la réanimer.

La petite a été privée d’oxygène et de pouls pendant un total de 24 minutes. Elle a ensuite été emmenée à l’hôpital où elle a été mise sous respirateur artificiel.

Dix jours plus tard, il n’y a pas eu de changement et sa mère a décidé qu’elle ne voulait plus voir souffrir Lillie.

«Elle était là, couchée avec ses petits yeux fermés et elle ne répondait à rien. C’était comme si elle dormait, pour toujours. C’était horrible à voir», raconte sa mère.

Les parents ont fait leurs adieux à la petite Lillie, mais pendant que les médecins enlevaient le dernier tube, le miracle s’est produit.

«C’était un moment incroyable. Elle a pris a respiration. Elle n’avait pas de difficulté et c’était magique. Quand elle a pleuré pour la première fois, ça sonnait comme un rire pour moi», se rappelle Sky.

Les médecins croient qu’il s’agissait d’un cas de syndrome de mort subite du nourrisson et que la petite a eu de la chance.

http://tvanouvelles.ca/

Une "arme du diable" découverte en Chine


Une vieille arbalète de plus de 2 mille ans a été trouver près d’un soldat de l’armée de pierre en Chine. Cette arbalète est comparée à un fusil d’assaut moderne. Elle était tellement meurtrière qu’elle a été interdite en Occident pour les guerres entre chrétiens.
Nuage

 

Une « arme du diable » découverte en Chine

 

L'arbalète d’1,30 mètre découverte sur le site de Xian dans la province du Shaanxi. © China News Service/Zhang Tianzhu

L’arbalète d’1,30 mètre découverte sur le site de Xian dans la province du Shaanxi. © China News Service/Zhang Tianzhu

Par Bernadette Arnaud

Une arbalète complète de -2200 ans a été mise au jour dans une des fosses des célèbres soldats de l’armée de terre cuite du premier empereur chinois.

MEURTRIÈRE. C’est par ce nom d’ »arme du diable » que l’arbalète était désignée en Occident au Moyen Âge. Apparue mille deux cents ans plus tôt en Chine, l’une d’entre elle, vieille de 2200 ans, vient d’être découverte sur le site de Xian, dans la province du Shaanxi. C’est la plus complète jamais trouvée et elle gisait aux pieds de l’un des soldats de la célèbre armée de terre cuite du mausolée de l’empereur Qin Shi Huangdi (221-207 avant J.-C.). Particulièrement meurtrier, cet engin — dont semblent avoir également subsisté une corde en tendon et un mécanisme en bronze —, était peut-être l’ »arme secrète » décrite dans les chroniques historiques chinoises et dont étaient équipées les troupes de cet empereur. C’est en effet en partie grâce à elle que le souverain aurait réussi à écraser ses rivaux et à unifier le royaume en 221 avant notre ère, faisant de lui le premier empereur deChine.

Il semblerait qu’il s’agisse d’une arbalète à répétition »

Cette découverte permet aux chercheurs de mieux étudier cette arme que l’on pourrait comparer, pour l’époque, à un fusil d’assaut moderne. D’après Shen Maosheng, l’archéologue responsable des fouilles, cette arbalète d’1,30 mètre d’envergure décochait des flèches à 800 mètres de distance…

« Il semblerait qu’il s’agisse d’une arbalète à répétition », explique l’historienne Valérie Serdon, de l’université de Lorraine, spécialiste des questions d’armement ancien, après avoir étudié les photos du vestige diffusées par les autorités chinoises.

« On distingue un chargeur. Ce système ingénieux permettait de contenir plusieurs carreaux (flèches) et palliait ainsi la lenteur du réarmement, poursuit la spécialiste. Pour la distance de tir, je suis en revanche plus dubitative. En Occident, utilisées en tir tendu, ces armes avaient une portée moyenne de 100 à 250 mètres pour les plus grosses d’entre elles », précise-t-elle.

 L’arbalète — déjà connue, sous une forme simplifiée, pour la chasse — est apparue dans la panoplie militaire occidentale à partir du 11e siècle. Il s’agissait en fait de la version portative des balistes, des armes de positions sur châssis, utilisées dès l’Antiquité. Son apport décisif par rapport à un arc classique provient en fait de son mécanisme. Grâce à une sorte de cliquet muni d’une encoche (la « noix »), la corde de chanvre ou de boyau pouvait être retenue derrière cet arrêtoir, puis libérée juste au moment voulu.

« Le tout sans fatiguer le tireur ni exiger de lui de l’adresse alors que l’arc classique est conditionné à la force musculaire de son utilisateur », ajoute Valérie Serdon.

Cette arme remettait en cause l’idéal chevaleresque promu par l’Église

Avec les perfectionnements techniques apportés au fil du temps, l’arbalète devint tellement efficace et meurtrière — d’où cette référence au diable —, que le pape Innocent III, lors du Deuxième Concile de Latran (4 au 11 avril 1139), en prohibe l’usage dans les guerres entre… chrétiens ! Une règle qui sera plus ou moins respectée pendant une cinquantaine d’années.

« Cette arme remettait en effet en cause l’idéal chevaleresque promu par l’Église », estime Valérie Serdon. L’arbalète fut même cataloguée comme l’arme des « lâches ». « Individuelle et portative, elle mutile ou tue à distance, sans exposer directement le combattant puisqu’elle permettait de viser sans prendre soi-même de risque », explique l’historienne.

CADENCE. On la trouvera quasi omniprésente dans l’infanterie dès le 13esiècle, sur terre comme sur mer. Par la suite, l’arbalète sera surtout privilégiée dans la défense (fixe) des places fortes, plutôt que (mobile) sur les champs de batailles.

“En effet, son inconvénient majeur était devenu sa faible cadence de tir due au temps nécessaire pour le rechargement”.

Ainsi, lors de la bataille de Crécy (1346) où s’opposèrent Français et Anglais, un chroniqueur italien a estimé qu’un archer pouvait tirer trois flèches pendant qu’un arbalétrier n’en tirait qu’une. Employée jusqu’à la Renaissance, elle sera supplantée par l’usage des premières armes à feu, couleuvrines et arquebuses. Parmi les célèbres victimes de cette arme redoutable, citons Richard Cœur de Lion (1157-1199). Touché par un tir lors du siège de Chalus, il mourut des suites de ses blessures. L’arbalète chinoise découverte à Xian, devrait permettre la création d’un modèle expérimental pour mieux connaître sa puissance de tir véritable et les capacités mécaniques et aérodynamiques de cette arme utilisée sous les Qin.

http://www.sciencesetavenir.fr/

Le mystère enfin résolu Des poulets roses libres en ville


Au moins, la coloration de ses poules n’est pas dommageable aux plumes vues que les ingrédients sont simples. Par contre, je me demande la perception de leurs congénères.
Nuage

 

Le mystère enfin résolu

Des poulets roses libres en ville

 

Deux poulets ont été aperçus sur le bord de l’eau plus tôt cette semaine à Portland, en Oregon. Un coq et une poule qui sont d’ailleurs rapidement devenus des vedettes en raison de leur couleur… rose bonbon.

Un agent de contrôle animal s’est rendu sur place pour les attraper et les conduire dans un refuge pour animaux, pour éviter qu’ils ne se fassent frapper. Mis à part leur couleur inhabituelle, les deux volatiles étaient en parfaite santé.

Les services animaliers sont alors partis à la recherche de leur propriétaire.

Quand ce dernier s’est manifesté, il a dû s’expliquer sur la couleur de ses poules.

«Chaque fois que je pense à teindre un animal, le rose me fait sourire», a d’abord raconté Bruce Whitman à CNN.


Bruce Whitman, le maître des poules (Crédit: capture d’écran, CNN)

Comment a-t-il procédé? Avec du jus de betterave et du colorant alimentaire.

«Et un peu de boisson, aussi, je ne vais pas mentir», a-t-il lancé en riant.

Mais rassurez-vous: l’alcool, ce n’était que pour lui, l’apprenti coloriste.

Quant à la teinture inutilisée, elle a trouvé sa voie jusqu’à son chien.

«Il adore ça! Tout le monde veut caresser un chien rose, et il adore être flatté!» a justifié l’ami des animaux.


Un chien qui a goûté aux plaisirs de la teinture. (Crédit: capture d’écran, CNN)

Pour répandre le plaisir qu’il a avec ses animaux, il a eu l’idée un jour de déposer ses poulets sur le bord de l’eau.

«Je voulais les conduire là, marcher un peu, rire, commencer la journée du bon pied», a-t-il expliqué.

Il savait bien que les oiseaux feraient tourner des têtes. Mais jamais à ce point!

«Oh, ils sont aux nouvelles!» s’est-il exclamé en prenant conscience du phénomène.

L’homme est finalement allé chercher ses poulets roses au refuge pour animaux avant de les ramener chez lui, où ils continuent à susciter des sourires sur leur passage. Sans être conscients de combien ils font fureur sur les médias sociaux.

 

http://tvanouvelles.ca/