Le succès


Nous avons de grands noms qui on travaillé fort pour changer les choses, on pense à Martin Luther King, Jean Vanier, et bien d’autres qui ont marqué l’histoire, mais il y a aussi des gens  »ordinaire » que ce soit un professeur, un parent, un éducateur peu importe, qui en ont fait autant pour une, deux ,, 10 personnes. Alors nous-même, surement que nous avons eu quelque chose de positif pour quelqu’un qui a fait toute la différence
Nuage

Le succès

 

«Le succès n’est pas seulement ce que tu accomplis dans la vie. C’est aussi ce que tu inspires comme actions aux autres»

Inconnu

Le Saviez-Vous ► Le top des avions disparus


Généralement quand un avion s’écrase ou autre, il y a toujours des indices pour le retrouver, mais dans l’histoire de l’aviation, il y a eu des disparitions inusitées qui ni l’appareil, ni les passagers ont été retrouvés
Nuage

 

Le top des avions disparus

Avion Malaysia Airline

Deux semaines après sa disparition, le mystère qui entoure le vol 370 de la Malaysia Airlines et ses 239 passagers reste entier. Bien qu’il ne soit pas courant que des avions se volatilisent ainsi en plein vol, le cas du vol 370 n’est pas unique. Voici notre top des avions disparus.

Le vol 739 de la Flying Tiger Line

avion Lockheed - similaireFlying Tiger

Un Lockheed semblable à l’appareil disparu

La disparition a eu lieu le 16 mars 1962. L’avion, affrété par l’armée américaine à la base militaire de Tavis en Californie, avait pour destination finale Saigon, au Vietnam. À son bord : 107 personnes, dont 93 soldats américains. C’est après être reparti de Guam, où il s’était posé pour un ravitaillement, que le vol 739 a disparu sans laisser de trace. Une opération de recherche parmi les plus importantes jamais déployée (1 300 personnes y ont pris part) n’a pas porté fruit. À ce jour, aucune pièce de l’appareil n’a été retrouvée.

La disparition d’Amelia Earhart

Amelia Earhart

En 1937, la pionnière de l’aviation Amelia Earhart est disparue à bord de son Lockheed 10 Electra quelque part au-dessus du Pacifique alors qu’elle tentait de faire le tour du globe. Elle s’était rendu célèbre en 1932 en devenant la première femme à avoir traversé l’Atlantique en avion en solo. Son avion est disparu alors qu’elle tentait de se rendre à Howland Island pour un ravitaillement. Malgré tous les efforts de recherche déployés, on n’a jamais retrouvé de trace de Earhart, de son copilote ou de son appareil. Elle a été officiellement déclarée morte en 1939. Les adeptes des théories de conspiration font d’elle une espionne pour le président Roosvelt et croient qu’elle aurait été capturée par les Japonais.

Le Boeing 727-223

Boeing American Airlines

Le Boeing 727-223 à l’aéroport de Chicago, 14 ans avant l’incident

L’ancien appareil d’American Airlines était cloué au sol en Angola depuis 14 mois quand il a été volé le 25 mai 2003. Malgré des recherches effectuées par la CIA et le FBI, l’emplacement de l’appareil demeure un mystère. Tout ce qu’on sait c’est que l’ingénieur et pilote Ben Charles Padilla était à bord de l’appareil au moment du vol, probablement dans la cabine de pilotage. Les autorités estiment qu’il était seul.

Le Boeing 707-323C de la Varig

Boeing Varig Airlines

Un Boeing 707-379C semblable à l’appareil disparu

Le 30 janvier 1979, l’avion-cargo de la compagnie aérienne brésilienne Varig quitte Tokyo en direction de Rio. Trente minutes après le décollage, on perd toute trace de l’appareil. L’avion transportait six personnes et 153 toiles évaluées à plus de 1,5 million de dollars. L’avion, les passagers et les toiles n’ont jamais été retrouvés.

Les disparitions attribuées au Triangle des Bermudes

Avion similaire au star Tiger

Un avion semblable au Star Tiger

Entre 1948 et 1949, deux vols commerciaux de la British South American Airways ont mystérieusement disparu dans la région dite du Triangle des Bermudes. Des enquêtes menées plus tard ont avancé l’hypothèse que la disparition du Tiger en 1948 serait attribuable à une panne de carburant alors que celle de l’Ariel en 1949 serait due à une erreur technique. Aucun des appareils n’a été retrouvé.

Il n’en fallait pas plus pour alimenter les rumeurs entourant la zone «maudite». Rumeurs qui avaient commencé à circuler en 1945 quand les cinq appareils du vol d’entraînement 19 de la Marine américaine ont disparu dans l’Atlantique. L’hydravion chargé d’aller à leur secours s’est aussi abîmé en mer. Dans le film Rencontre du troisième type de Steven Spielberg, ce sont ces cinq appareils qui sont retrouvés dans le désert du Mexique.

http://www.canald.com/

Hikikomori: la vie cloîtrée des ados en retrait


Un phénomène étrange d’adolescents et jeune adultes de vivre volontairement enfermé dans une pièce de la maison (généralement, une chambre) pendant des mois, voir des années qui auraient débuté au Japon semble prendre de l’ampleur à travers le monde. Ces jeunes principalement des garçons en mal avec la pression sociale préfèrent vivre en ermite s’organisant pour tout faire dans leur chambre leur seul contact avec l’autre monde est quelque mots à travers la porte et par Internet
Nuage

 

Hikikomori: la vie cloîtrée des ados en retrait

 

Tokyo! réalisé par Bong Joon-ho, ©Haut et Court

Tokyo! réalisé par Bong Joon-ho, ©Haut et Court

Thomas Messias

Ce phénomène qui voit des adolescents s’enfermer dans leur chambre pour ne plus en sortir, parfois pendant des années, est très connu depuis la fin des années 1990 au Japon. Il se répand partout dans le monde y compris en France.

Un jour, Hiroshi rentre chez lui et s’enferme à double tour dans sa chambre, dont il ne ressortira que deux ans plus tard. Ce lycéen de la banlieue de Tokyo, qui vit avec sa famille, est le héros quasi invisible du film De l’autre côté de la porte, qui relate ces longs mois d’isolement à travers le regard de ses parents et de son jeune frère, qui  continuent à mener une existence presque normale pendant qu’il s’est transformé en ermite.

De l’autre côté de la porte, Laurence Thrush

Au Japon, ils sont au moins 260.000 comme Hiroshi à décider soudain de se couper physiquement du monde pour une durée indéterminée. On les appelle les hikikomori, un phénomène de société qui atteint les adolescents mais aussi les jeunes adultes et qui a intéressé le réalisateur américain Laurence Thrush, dont le film vient de sortir dans les salles françaises près de cinq années après son tournage.

Choisissant l’angle de la fiction pour aborder le problème sans sombrer dans l’explicatif, le cinéaste relate les deux années d’enfermement de Hiroshi, à travers le point de vue de sa mère et son jeune frère, qui ne comprennent pas les raisons de cette décision radicale.

Thrush n’expliquera jamais pourquoi Hiroshi a un jour choisi de mettre sa vie sociale entre parenthèses: il semble davantage intéressé par les conséquences d’un tel enfermement sur l’existence des proches (incompréhension, sentiment de culpabilité et de honte) et par les façons éventuelles d’y mettre un terme (menacer, négocier, ou tout simplement laisser faire).

Aucune ambition, envie de rien

Maïa Fansten, Cristina Figueiredo, Nancy Pionnié-Dax et Natacha Vellut ont dirigé l’écriture d’un ouvrage intitulé Hikikomori, ces adolescents en retrait, paru en août 2014. Quinze spécialistes (psychanalystes, pédopsychiatres…) y analysent des cas concrets et apportent des éléments d’explication visant à mieux cerner le phénomène –et à étudier son arrivée possible en France.

Le terme hikikomori est apparu au Japon au début des années 1990, une succession de cas ayant d’abord mis à la puce à l’oreille du gouvernement avant que le phénomène finisse par être médiatisé. Dans certaines grandes villes, et en particulier Tokyo, on signalait le cas d’adolescents ayant fini par se murer dans leur chambre le plus calmement du monde, passant leur journée à lire des mangas et à jouer aux jeux vidéo. Aucune ambition, envie de rien, aucune préoccupation vis à vis de l’avenir: ces jeunes gens se distinguaient des autres adolescents, certes fréquemment apathiques, par un désintérêt total pour le monde réel.

Un ouvrage publié par le psychiatre Tamaki Saito en 1998 en faisait alors un véritable sujet de société. Depuis cette date, tous les Japonais savent ce qu’est un hikikomori: près d’un jeune japonais sur cent serait désormais concerné, selon les chiffres avancés dans le livre français.

Un problème très masculin

70 à 80% des hikikomori seraient des hommes, la plupart âgés de 15 à 35 ans. SelonThierry Guthmann, professeur de sciences humaines juridiques et économiques à l’Université de la préfecture de Mie (Japon), les garçons seraient particulièrement touchés en raison de l’incapacité des pères japonais à communiquer avec leurs enfants. Il explique à Slate par mail:

Au Japon, les garçons ont souvent un fort problème de construction identitaire

Thierry Guthmann,professeur de sciences humaines au Japon

«Lorsque l’enfant est un garçon, son père a tendance à se montrer plus sévère et de communiquer avec lui de façon plus autoritaire. Tandis que les filles se mettent à disposition de leur mère, les garçons ont souvent un fort problème de construction identitaire».

Terrifiés par ce père qu’ils ont choisi par défaut comme leur référent masculin, les jeunes Japonais semblent ne pas supporter la pression et finissent par s’enfermer.

À l’inverse, beaucoup de jeunes gens deviendraient des hikikomoris après avoir été traités comme des enfants-rois, terme très employé au Japon pour décrire ces enfants, garçons et filles, élevés dans une grande permissivité. Surprotégés et faisant l’objet d’un véritable culte de la part de leurs parents-monstres, ils décident de s’enfermer dans leur chambre autant par caprice que par peur du monde extérieur. Il y a dans le rapport entre enfants-rois et parents-monstres cette idée que c’est l’enfant qui sait le mieux ce qui est bon pour lui, y compris quand ses décisions semblent aberrantes. D’où le fait que certains de ces parents entrent sans mal dans le jeu des nouveaux hikikomori, qui peuvent alors prolonger leur réclusion à l’envi, sans aucune pression extérieure.

Outre le problème de relation aux parents, ce désir de mise en retrait peut aussi provenir de l’école. La société japonaise est à la fois obnubilée par la réussite scolaire, et en proie à un problème de harcèlement scolaire de certains élèves japonais.

Le problème de l’ijime

 

Au Japon, le harcèlement scolaire a un nom, l’ijime, qui désigne ce qui se produit lorsqu’une classe entière choisit une bouc-émissaire et multiplie sur lui brimades et humiliations. Les victimes d’ijime n’ont guère le choix elles sont poussées à l’exil, au suicide ou à l’enfermement volontaire. Très populaire au Japon et disponible en France, le manga Life s’empare de ce phénomène qui ravage le pays,.

Sans forcément parler de harcèlement, les spécialistes décrivent ce qu’ils appellent le «mal du mois de mai». Le mois d’avril correspond au Japon à notre rentrée des classes de septembre, ainsi qu’à la prise de fonction de beaucoup d’employés dans les entreprises: après quelques semaines à tenter de s’acclimater ou à découvrir ses nouvelles conditions de travail, les futurs hikikomori craquent sous la pression du travail ou de l’école, et finissent dès le mois de mai par céder au burn-out.

Pour les hikikomori, il s’agit avant tout de rompre toute communication verbale, afin de ne plus se sentir jugé ou évalué. 

Questions pratiques

Concernant les jeunes adultes, le phénomène reste l’apanage des grandes villes, pour des raisons pratiques: dans certaines zones, il reste bien difficile de se faire livrer de la nourriture au quotidien

Beaucoup font leurs besoins dans des seaux et des bouteilles

Les adolescents, eux, n’ont pas ce problème: ils sont souvent choyés par leurs parents, qui refusent évidemment de les laisser mourir de faim, et leur fournissent même de quoi s’assurer un minimum d’hygiène au sein de leur chambre. Des systèmes complexes sont parfois mis en place, notamment pour ceux qui n’ont pas accès à des toilettes ou à un point d’eau dans la geôle qu’ils se sont choisis. Beaucoup font leurs besoins dans des seaux et des bouteilles, dont ils se débarrassent avec les déchets du quotidien.

Les hikikomori sont prêts à beaucoup de sacrifices pour parvenir à rester coupés du monde: se vautrer dans l’irrespect d’eux-mêmes n’a plus grande importance, l’important étant qu’aucun regard extérieur ne puisse se poser sur eux.

De l’otaku à l’hikikomori

À travers des forums ou des jeux en ligne, ils gardent un mince contact avec l’extérieur, certains continuant à se tenir au courant des actualités et à se gaver de culture. La démocratisation de l’Internet les a évidemment aidés dans leur tâche: passer des années dans sa chambre sans connexion, c’était risquer de devenir complètement fou; aujourd’hui, grâce au web, les hikikomori peuvent conserver l’illusion d’appartenir encore à notre monde, tout en faisant passer le temps.

Le phénomène hikikomori ressemble à une maladie contagieuse: les nombreux forums disponibles sur le sujet donnent souvent envie aux otakus (équivalent de nos nerds) les plus hardcore de suivre ce modèle qui ressemble pour eux à une vie idéale. Passer ses journées à jouer aux jeux vidéo et à se nourrir de pizzas livrées devant sa porte: sur le papier, cette existence peut ressembler à un rêve pour une certaine catégorie de la population. 

Tokyo! Bong Joon Ho ©Haut et Court

Dans le segment du film Tokyo! réalisé par Bong Joon-ho, un hikikomori tombe amoureux de sa livreuse de pizzas, avant d’apprendre un peu plus tard qu’elle-même est devenue hikikomori, probablement par sa faute.

Selon l’ouvrage collectif, le phénomène semble toujours prendre davantage d’ampleur, d’autant qu’il est extrêmement difficile à enrayer. Le gouvernement japonais n’ayant pas réellement pris le problème à bras le corps, des ONG tentent de gérer au cas par cas en aidant les familles désireuses de mettre fin à la réclusion de leurs enfants.

Dans De l’autre côté de la porte, Sadatsugu Kudo interprète son propre rôle: celui d’un médiateur spécialisé dans les hikikomori. Durant toute la seconde moitié du long-métrage, on le voit venir régulièrement chez Hiroshi et lui parler à travers la porte pour le convaincre de sortir enfin. La négociation peut prendre des mois, voire des années, d’autant que le hikikomori refuse généralement tout usage de la parole, ce qui rend les échanges légèrement limités.

Encore faut-il que la famille, quand il s’agit d’un ado qui vit avec elle, assume d’héberger un hikikomori: au Japon plus qu’ailleurs, le regard des autres est extrêmement important, ce qui pousse certains parents et proches à se murer eux aussi dans le silence plutôt que de rendre publique la situation inextricable dans laquelle ils se trouvent.

Les happy end sont rares

La plupart finissent par sortir, au bout de quelques mois ou de quelques années (le record est de près de 20 ans, explique l’ouvrage), parce qu’ils finissent par avoir besoin de l’extérieur ou parce qu’ils ont pris le temps de chercher un but à leur vie; mais la réadaptation est extrêmement délicate, tant il est difficile pour eux de se réadapter aux règles de vie en communauté.

La rechute est fréquente et les happy ends sont rares, contrairement à ce qui se produit dans la jolie comédie Des nouilles aux haricots noirs, présentée au festival du film asiatique de Deauville en 2010 sous le titre Castaway on the moon et diffusée en mars par Arte. Une hikikomori sud-coréenne y fait la rencontre (à distance) d’un naufragé urbain, prisonnier d’une île déserte en plein Séoul.

Des nouilles aux haricots noirs

La France menacée

Pour le sociologue Andy Furlong, qui l’explique dans le livre Hikikomori, ces adolescents en retrait, toutes les conditions semblent réunies pour que ce phénomène typiquement japonais s’étende au reste du monde.

Despues de Lucia, de Michel Franco

Des artistes en dehors du Japon se sont d’ailleurs déjà penché sur la question, comme le réalisateur mexicain Michel Franco avec Después de Lucía.

Surtout, des psychiatres ont déjà rapporté des cas dans des pays comme les Etats-Unis, l’Australie, l’Italie ou l’Espagne selon Furlong. En 2012, Le Monde évoquait le travail du docteur Alan Teo, psychiatre à l’université du Michigan à Ann Arbour, qui avait publié cette année-là, dans l’International Journal of Social Psychiatry, un article sur le premier cas d’hikikomori aux Etats-Unis: un jeune adulte (30 ans), enfermé pendant trois ans dans son appartement. Le Monde citait:

«La première année, il est resté dans un cabinet de toilettes assez spacieux, se nourrissant de plats qu’on lui apportait. Ne se lavant pas, déféquant et urinant dans des seaux et des bouteilles, il passait son temps sur Internet et devant des jeux vidéo. Il avait déjà vécu un semblable épisode de retrait social qui avait duré plusieurs années quand il avait 20 ans. A chaque fois, il souffrait de dépression sévère.»

La France commencerait également à être touchée: le docteur Marie-Jeanne Guedj-Bourdiau, pédopsychiatre, chef de service des urgences psychiatriques de l’hôpital Sainte-Anne, affirme dans l’ouvrage collectif que des dizaines de cas ont été constatés dans notre pays, concernant non seulement des adolescents, mais également de jeunes adultes qui aurait eu du mal à terminer leurs études supérieures. 

Le taux de chômage chez les jeunes ainsi que le nombre croissant d’accros à Interne tet aux jeux vidéos n’aidera pas à endiguer le phénomène.

http://www.slate.fr/

Une momie d’alien pétrifiée à la surface de Mars ?


On en fini pas avec des spéculations d’extraterrestres sur la planète Mars. On voit bien ce que l’on veut voir et ce n’est pas nécessairement une réalité
Nuage

 

Une momie d’alien pétrifiée à la surface de Mars ?

 

S’agit-il d’un roche ou d’un alien pétrifié ?[DR / NASA]

Le cliché a été pris en août 2014 par le robot Curiosity et mis en ligne depuis sur le site de la NASA dédié aux observations martiennes. Un passionné de phénomènes paranormaux est persuadé qu’on peut y distinguer la dépouille d’un alien.

De fait, plusieurs éléments visuels semblent correspondre à l’image que l’on se fait habituellement d’un extraterrestre : petit corps et crâne démesuré. La créature semble couchée dans une position analogue à celle des momies égyptiennes qui reposent sous l’atmosphère terrestre.

alien_detail_ok.jpg 

(DR / NASA)

Pareidolie ?

Néanmoins, la conclusion de cette observation est peut-être un peu hâtive : il s’agit bien plus probablement d’une pareidolie classique et l’alien supposé n’est sans doute qu’un rocher de forme caractéristique.

De telles illusions sont très fréquentes chez les ufologues acharnés. Au cours des mois écoulés, certains ont déjà affirmé avoir observé nombre d’objets atypiques à la surface de la planète rouge, comme une bible, un fossile de dinosaure, un homme, une tête d’Obama, un masque africain ou encore un crocodile.

http://www.directmatin.fr/

La recherche spatiale au secours des enfants malades


Il y a des dépenses pour les explorations spatiales qui nous semblent inutiles et un gaspillage d’argent. Cependant pour la recherche, l’espace nous ouvrent des voies exceptionnelles qui peut faire avancer à grand pas sur le plan médical
Nuage

 

La recherche spatiale au secours des enfants malades

 

ANNE CAROLINE DESPLANQUES

Les petits malades du service d’oncologie de l’hôpital Sainte-Justine pourraient bien un jour bénéficier des recherches menées par les astronautes dans l’espace.

«Moi, j’aimerais bien aller dans l’espace. Enfin peut-être, si c’est pas dangereux», souffle le petit Xavier. «Moi, j’aimerais aller sur Mars, parce qu’aucun homme n’y a mis le pied encore», renchérit Roldy, assis à côté de lui.

Les yeux pleins d’étoiles, les deux enfants hospitalisés écoutent l’astronaute Steve

MacLean venu à leur chevet leur raconter la vie en apesanteur.

« Grâce à l’apesanteur, on peut reproduire des cellules, c’est phénoménal. » – Steve MacLean, astronaute en chef de l’Agence spatiale canadienne de 2008 à 2013

Oncologie spatiale

Xavier et Roldy ne se doutent pas que les astronautes pourraient un jour changer leur vie en cultivant dans l’espace des cellules saines qui remplaceraient les cellules cancéreuses.

Pas moins de 70 des 100 premiers vols vers la Station spatiale internationale (SSI) ont donné lieu à des recherches sur le cancer.

Remèdes extraterrestres

Grâce à la plateforme de recherche en microgravité de la SSI, les astronautes peuvent cultiver des cellules qui ne subissent aucune distorsion due à la gravité. Elles sont donc identiques à celles que produit le corps humain, explique M. MacLean.

«C’est phénoménal», se réjouit l’ex-astronaute en chef de l’Agence spatiale canadienne. «La technique est encore un rêve, mais la science progresse», poursuit-il.

Déjà, la SSI a contribué à l’élaboration de différentes techniques de microencapsulation pour les remèdes contre le cancer.

Grâce à ce procédé, les molécules médicamenteuses peuvent être dirigées directement sur la tumeur. On évite donc d’irradier tout l’organe malade.

Le saviez-vous ?

 

Dans l’espace, les astronautes servent de sujets dans le cadre de certaines expériences, comme des rats de laboratoire.

La Station spatiale internationale est un immense laboratoire grand comme deux terrains de football.

En orbite autour de la Terre, la Station spatiale internationale se déplace à 8 km/seconde. Elle parcourrait la distance entre Montréal et Québec en seulement 28 secondes!

Les astronautes font le tour de la Terre en 92 minutes. En une journée, ils peuvent donc admirer 16 levers et 16 couchers du soleil.

http://www.journaldemontreal.com/

iPhone: 5 choses qu’Apple sait sur votre vie privée (et partage parfois avec d’autres entreprises)


Lisez-vous les conditions d’utilisation de vos appareils intelligents ? C’est long, et souvent écrit en petits caractères dans un langage souvent ambigu que même des experts ne sont pas capables de les expliquer avec précision
Nuage

 

iPhone: 5 choses qu’Apple sait sur votre vie privée (et partage parfois avec d’autres entreprises)

 

Chaque iPhone, iPad et iPod est vendu avec une documentation aussi longue que dense et indigeste. Son but? Vous informer que l’utilisation de ces gadgets va de pair avec la divulgation d’une tonne d’informations très sensibles.

Pour Apple, il est parfaitement légal d’ingurgiter toutes ces données personnelles puisque vous lui en avez donné l’autorisation. Cela ne vous dit rien? Vous vous en seriez rendu compte si vous n’aviez pas lu les conditions générales d’utilisation de cette manière:

Mais si vous vous êtes plongés dans les conditions générales d’utilisation de l’iOS Apple et sa politique de confidentialité – que vous avez accepté à la première utilisation puis à chaque mise à jour – son langage extrêmement vague concernant les données personnelles ne vous aura pas échappé. Au lieu de préciser tous les scénarios où Apple pourrait garder ces informations, les documents restent flous.

Le HuffPost a soumis à des experts juridiques les conditions générales de l’iOS 8.1 etsa politique de confidentialité pour mieux comprendre ce que chacun abandonne de sa vie privée à Apple.

Voici donc cinq types de données sensibles que vous communiquez à Apple ou à l’un de ses partenaires, juste à travers une utilisation normale de votre iPhone.

1. Tout ce que vous dites à Siri et où vous le lui avez dit

appple vie privee

Quand vous parlez à Siri, ou à l’un des systèmes de dictée de votre iPhone, un prestataire d’Apple peut vous écouter aussi.

Votre iPhone permet à Apple d’utiliser et partager toutes sortes de données « telles que vos noms et pseudonymes, les noms, pseudonymes et relations entre vos contacts et vous-même. »

Les « filiales et agents » qui peuvent mettre la main dessus ne sont pas du tout définis. S’agit-il de sous-traitants? D’après Ryan Calo, professeur à l’université de droit de Washington, cela peut inclure des milliers de personnes.

Cette collecte a bien un but pour Apple. Elle vise à aider Siri à être le plus pertinent dans la compréhension et l’interprétation des questions posées.

2. Certaines informations « non personnelles » très personnelles

apple vie privee

La politique de confidentialité d’Apple divise les informations en deux camps: personnelles et non personnelles. Elle insiste bien sur le fait qu’elle ne communique pas les infos personnelles au service marketing. Mais ces deux catégories ne sont pas définies avec le même luxe de détails.

La définition du caractère « personnel » d’une information est très étroite, elle se limite au nom, adresse, courriel, numéro de téléphone, préférences de contact, et numéro de carte bancaire. Des données ultra-sensibles qu’Apple n’utilise « que » pour l’amélioration de ses produits et de ses publicités.

D’un autre côté, les données « non personnelles » recouvrent un domaine beaucoup plus large qu’Apple peut partager. Cela inclut pourtant des informations telles que le métier, le code postal, l’identifiant unique de l’appareil, l’URL de référence, la localisation de l’appareil…

« Nous pouvons également collecter des informations sur les activités des clients par l’intermédiaire de notre site web, des services iCloud, de l’iTunes Store et à partir de nos autres produits et services », poursuit Apple.

Elles sont « non personnelles » parce qu’elles ne permettent pas, à elles seules, votre identification directe. Malgré tout, il est certainement possible d’extraire de ce fatras de données insignifiantes des dossiers complets sur de véritables personnes – le « qui, quand et où » explique Chip Pitts, de Stanford.

3. Où se trouve votre téléphone (et vous aussi a priori)

apple vie privee

N’importe quel « service » – quelle qu’en soit la définition – qui a recourt à la localisation peut connaître votre position. Puisque nous emmenons notre téléphone intelligent à peu près n’importe où, notre journée entière peut potentiellement être cartographiée. Surtout, ces données peuvent être conservées.

Apple précise malgré tout que ces données de géolocalisation ne sont pas collectées afin de les relier à un individu. Même dans ces conditions, il reste toujours possible d’établir un lien en les combinant avec d’autres données.

Votre localisation est également transmise à chaque achat et utilisation d’une application. On ne voit pas bien en quoi cela est nécessaire, mais si une application est capable de vous localiser, elle a le droit d’envoyer ces données à Apple et à ses partenaires.

4. À quelle vitesse vous vous déplacez

apple vie privee

Toute application qui utilise vos données de géolocalisation peut aussi récupérer « les informations relatives à la vitesse de votre parcours ». À priori, cela intéresse surtout celles qui donnent des informations sur le trafic routier.

Dans les faits, il existe au moins un exemple où des données liées à la vitesse ont été détournées dans un but précis. En 2011, les GPS Tom Tom ont dû présenter leurs excuses pour avoir transmis ce type d’informations à la police néerlandaise, qui les a ensuite utilisées pour placer ces radars.

5. Tous vos iMessage, au moins pendant « une période limitée »

apple vie privee

Pour s’assurer que les iMessage sont bien envoyés, Apple les stocke sous forme cryptée pour « une période limitée ». Une minute? Un an? Un siècle? Aucune idée.

Comme pour toutes les données confidentielles, ce stockage pose problème. Les messages peuvent très bien être la cible de pirates, même si leur cryptage en font des cibles difficiles a priori. En revanche, Apple ne garde pas les données de FaceTime. Cela demanderait trop d’espace, et reviendrait trop cher.

BONUS: l’acceptation par défaut d’autres termes et conditions

Les conditions d’utilisation d’Apple iOS, son système d’exploitation, signalent très succinctement qu’en utilisant son logiciel « en connexion avec un Apple ID, ou un autre service Apple, vous acceptez les termes et conditions applicables à ce service. » En clair, vous acceptez les « termes et conditions » d’iTunes rien qu’en le faisant tourner sur votre iPhone.

Mais cela pourrait avoir d’autres conséquences. Télécharger une application avec votre Apple ID peut impliquer une validation automatique des termes et conditions de cette application. Mais il est presque impossible de dire quand et si ce genre de choses arrivent.

Il est bon de noter que si Apple et d’autres entreprises se réservent le droit de rassembler un grand nombre d’informations à notre sujet, il est très difficile de savoir s’ils le font effectivement, ou ce qu’ils en font – si tant est qu’ils en fassent quoi que ce soit.

Le langage employé dans les documents de références et la politique de confidentialité d’Apple est si vague qu’aucun expert en droit n’est capable de l’interpréter avec précision, assure Ryan Calo, professeur à l’université de droit de Washington.

Apple affirme que son activité n’est pas de vendre des données sur ses clients aux publicitaires. Contrairement à Google et Facebook, ses profits viennent de la vente de ses produits. Certaines conditions générales précisent que les données amassées servent à voir ce qui marche et ne marche pas. De plus, Apple semble prendre très au sérieux le cryptage de ces données.

Malgré tout, les revendeurs de données – des entreprises qui collectent, analysent et vendent des études sur les consommateurs- prospèrent grâce aux informations que les détenteurs de téléphones intelligents les laissent récolter. Une fois que vous avez accepté d’en céder une poignée à Apple, vous êtes libre d’allumer votre iPhone, de surfer sur internet, de télécharger des tonnes d’applications marrantes, etc. À chaque fois, ce sont de nouvelles entreprises qui surveillent vos faits et gestes pour leur compte.

« [Les consommateurs utilisent et] parlent à leur téléphone comme si c’était leur meilleur ami, et ils ne réalisent pas que tout cela tombe dans un grand aspirateur à données », explique Chip Pitts, de l’école de droit de Stanford.

Aux États-Unis, ces entreprises peuvent compiler des informations sur la religion, les origines ethniques, les préférences politiques, les noms d’utilisateurs, les revenues, et l’historique médical familial, entre autres choses, d’après une enquête de CBS News investigation en 2014. L’un des acteurs majeurs de cette industrie des données, Acxiom, prétend détenir 1500 informations sur la majorité des Américains adultes.

Pourtant, les consommateurs ne sont pas démunis face aux géants des technologies. La plupart d’entre eux restent très sensibles au mécontentement de leurs clients

http://quebec.huffingtonpost.ca/