Piloter un scarabée vivant comme un drone, c’est possible


Des questions se posent, a-t-on le droit de disposer des scarabées vivants comme nous voulons ? Au nom de la science est-ce que tout est permis ? Ils ont déjà réussi à mettre un mini-ordinateur dans le cerveau des rats et contrôler des mites à distance. Point de vue éthique, on en fait quoi ? Et quelles seront les implications d’utiliser des drones vivants ? Espionnage ?
Nuage

 

Piloter un scarabée vivant comme un drone, c’est possible

 

scarabée drone

Des insectes vivants contrôlés par ordinateur ? C’est désormais une réalité.Photo : Current Biology

 

DRONE BIOLOGIQUE – Un scarabée vivant que l’on peut télécommander à loisir ? C’est la prouesse technologique à laquelle sont parvenus des scientifiques. Mais est-ce souhaitable ?

 

Techniquement, c’est une prouesse indéniable. Ethiquement, ça… interroge. Des scientifiques américains sont parvenus à transformer un scarabée vivant en drone biologique. Ils ont réussi à poser un mini-ordinateur sur le dos de l’insecte et à le relier au muscle de l’animal qui contrôle le vol. Résultat : à l’aide d’une télécommande, il est possible de piloter le scarabée comme on le ferait avec un drone fait de métal et de plastique. La différence – notable – c’est qu’ici le drone est vivant. Rien à voir avec le chat quadricoptère, qui était avant tout un projet artistique.

Dans la revue scientifique Current Biology, les chercheurs détaillent la méthode utilisée. Des scientifiques de l’université de Californie (Berkeley) ont fait appel à des stimuli électriques pour prendre le contrôle sur l’animal avec précision. L’objectif premier n’était pas de créer un drone biologique mais avant tout de mieux comprendre comment les insectes s’orientent changent de trajectoire en plein vol.

« Notre découverte du muscle majeur du vol nous a permis pour la première fois d’imposer un niveau élevé de contrôle sur les trajectoires des scarabées, explique Michel Maharbiz, un scientifique informatique de l’université de Californie et coauteur de l’étude. Il s’agit là d’une excellente alliance entre l’ingénierie et la science ».

Six petites électrodes pour prendre le contrôle du muscle du vol

Posé sur le dos du scarabée tel un sac à dos, le mini-ordinateur est constitué d’un microcontrôleur pilotable à distance et d’un transmetteur. Six petites électrodes ont été implantées dans l’insecte sur un muscle bien particulier, le 3 Ax, qui lui permet de manoeuvrer à loisir en plein vol. Lors de tests, un stimulus sur le muscle permettait de faire tourner l’animal à gauche. Plus la fréquence de la microdécharge électrique était rapprochée, plus le virage était marqué. Idem sur le muscle 3 Ax à droite pour aller à droite.

Détail du scarabée avec le mini-ordinateur posé sur son dos.

Détail du scarabée avec le mini-ordinateur posé sur son dos.Photo : Current Biology

Un test qui a été filmé en timelapse afin que l’œil humain puisse observer la démonstration :

 

Rats, mites, cafards… la liste des animaux cyborgs s’allonge

Cette découverte vient compléter une liste qui en cesse de s’allonger de recherches visant à contrôler un animal à distance grâce à des électrodes. Ainsi, en 2011, des chercheurs de l’université de Tel Aviv (Israël) ont implanté un mini-ordinateur dans le cerveau de rats. En 2012, ce sont des mites en plein vol qui étaient contrôlées à distance au MIT (Massachusetts Institute of Technology, aux Etats-unis). Et l’an dernier, en 2014, l’université de Caroline du Nord démontrait qu’il était possible de prendre la main sur des cafards. Ici, l’objectif était de trouver une solution pour venir en aide à de possibles victimes de catastrophes naturelles, les cafards pouvant s’infiltrer dans des décombres où l’être humain mettrait nettement plus de temps à pénétrer.

Reste que ces « avancées technologiques » posent question. D’un point de vue éthique tout d’abord, puisqu’on transforme des animaux en cyborgs corvéables à merci. Certes, on peut imaginer des usages pour le bien de populations en danger lors d’un tsunami, d’un tremblement de terre, etc. Mais ces avancées technologiques pourraient tout aussi bien être détournées pourmettre en place des systèmes de surveillance évolués, voire pour attaquer des ennemis en transformant ces animaux en bombes vivantes.

« L’homme et sa sécurité doivent constituer la première préoccupation de toute aventure technologique », a déclaré l’homme qui a inspiré la bombe atomique avec son E=mc², Albert Einstein.

http://www.metronews.fr/

Une réponse à “Piloter un scarabée vivant comme un drone, c’est possible

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s