Pourquoi une orange des années ’50 équivaut à 21 oranges d’aujourd’hui?


Pour avoir la même quantité de vitamine d’une orange, il y a 50 ans, il faudrait aujourd’hui manger 21 oranges, pour une pomme d’hier, il faut 100 pommes, les fruits et légumes nous donnent moins d’éléments nutritifs qu’auparavant
Nuage

 

Pourquoi une orange des années ’50 équivaut à 21 oranges d’aujourd’hui?

 

Pour des raisons diverses, les aliments que nous pensons sains ne nous apportent aujourd’hui plus les bienfaits d’autrefois. Les sols sont appauvris par l’agriculture intensive, les fruits ou légumes soumis à de nombreux traitements pour être plus résistants et des engrais diverses sont utilisés pour accroître leur croissance. Les semences sont sélectionnées pour répondre aux normes de la standardisation en dépit de la variété et de la richesse nutritive. Cueillis trop tôt afin de faire face aux perpétuelles hausses de rendement, les pommes, carottes ou pêches de nos supermarchés ne sont plus que des coquilles vides.

Depuis une vingtaine d’années, de nombreux scientifiques se sont penchés sur la question. Les études relatives à la chute des bienfaits nutritionnels dans notre alimentation ont été résumés dans l’étude « Still no free lunch » de Brian Halweil, chercheur au Worldwatch Institute. La théorie de la « calorie vide » – selon laquelle nos aliments plus gras et plus sucrés nous apportent moins de nutriments – y est confirmée à maintes reprises.

Une orange dans les années 1950 était pleine de vitamine A, connue pour apporter l’énergie ! Pour atteindre les chiffres de l’époque, il faudrait en consommer 21 aujourd’hui. Les oignons et les pommes de terre n’en contiennent eux plus une seule trace. Le taux de fer dans la viande ? Divisé par 2. Le calcium dans les brocolis ? Divisé par 4. Pour intégrer la vitamine C contenue dans une pomme d’hier, il faudrait en manger 100 aujourd’hui.

Y a-t-il solution?

Si ces chiffres donnent le vertige, ils sont moins alarmants pour les aliments issus de l’agriculture biologique, selon cette même étude. Sans engrais ni traitement, les aliments seraient moins gorgés d’eau, aux bénéfices des vitamines et nutriments. Cependant, un fruit ou un légume biologique cueilli trop tôt, perd beaucoup de nutriments.

Donc, il faut essayer de s’approvisionner localement, autant que possible. Et, pour trouver tous les nutriments nécessaires, il faut adopter une alimentation méditerranéenne, riche en fruits et légumes, et très variée.

http://www.soscuisine.com/

3 réponses à “Pourquoi une orange des années ’50 équivaut à 21 oranges d’aujourd’hui?

  1. En Algérie, les agriculteurs utilisent moins de produits qu’en Europe ou en Amérique, et par conséquent, les fruits et légumes sont meilleurs, bien juteux et bien parfumés. Je l’ai constaté durant mon dernier voyage en France où les mandarines ne sentaient absolument rien.. c’était comme du plastique !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s