Un chien protège le ventre de sa maîtresse enceinte


Ce chien protège sa maitresse contre son conjoint qui ne voulait que caresser le ventre de la futur maman. C’est bien d’être aussi protecteur, mais le conjoint ne devrait pas insisté
Nuage

 

 

Un chien protège le ventre de sa maîtresse enceinte

 

 

Un chien protège sa maîtresse enceinte, quand le copain de cette dernière essaie volontairement de lui toucher le ventre.

Ce chien d’habitude très calme et pacifique devient féroce quand quelqu’un s’approche du ventre de sa maitresse.

Pourtant, personne n’a dressé le chien pour qu’il réagisse ainsi, il s’agit sûrement de son instinct de protection.

http://www.insoliteqc.com/

Le Saviez-Vous ► À quoi servent les mystérieuses flèches géantes que l’on peut trouver au sol aux Etats-Unis ?


Des grosses flèches apparaissent sur le sol américain, surtout à l’ouest du pays. On se doute bien qu’ils servent à indiqué la route, mais quelle est la destination ? Et depuis quand ces flèches qui sont encore utilisées par des pilotes d’avions ?
Nuage

 

À quoi servent les mystérieuses flèches géantes que l’on peut trouver au sol aux Etats-Unis ?

 

<a href="http://en.wikipedia.org/wiki/Airway_beacon#mediaviewer/File:Transcontinental_Air_Mail_Route_Beacon_37A.jpg">Remnants of Transcontinental Air Mail Route Beacon 37A, atop a bluff in St. George, Utah / Dppowell </a> via Wikimedia Commons

Remnants of Transcontinental Air Mail Route Beacon 37A, atop a bluff in St. George, Utah / Dppowell via Wikimedia Commons

Saviez-vous que des flèches en béton parsemaient çà et là le sol des Etats-Unis? Le City Lab partage sur son site quelques images de ces flèches en béton prises par Google Maps. Un utilisateur en a répertorié au moins 117.

Comme celles-ci:

Google Maps

Google Maps

Curieux? En réalité ces flèches servaient de repères nocturnes aux avions de la poste aérienne américaine dans les années 1920. Elles traversaient l’Amérique et indiquaient le chemin de New York à San Francisco. City Lab rapporte que l’ambassadeur de la Nasa, Patrick Wiggins, a récemment expliqué la manière dont ces balises marchaient à l’Universities Space Research Association:

«Tous les 16 kilomètres, les pilotes passaient au-dessus de flèches en béton de 21 mètres qui étaient peintes en jaune fluo sur le sol. Au centre de chaque flèche il y avait une tour en métal de 15,5 mètres, surmontée d’un girophare de millions de bougies (unité de mesure de l‘intensité lumineuse). Sous le girophare il y avait deux lumières pointant vers l’avant et vers l’arrière le long de la flèche.  Les lumières flashaient un code pour identifier le numéro de la balise. S’il le fallait, un générateur positionné au bout de chaque flèche alimentait la balise et les lumières». 

De nos jours, l’état du Montana utilise encore ces balises. Les pilotes se repèrent grâce à 19 d’entre elles lorsqu’ils survolent les montagnes de nuit.

http://www.slate.fr/

Étude de l’Université McGill Un homme avec un court index serait plus aimable


Il semblerait que la variation hormonale pendant la grossesse aurait une réelle influence sur le comportement d’âge adulte et qui serait même visible sur les doigts de la main …. Messieurs, alors, que dit votre index et annulaire ?
Nuage

 

Étude de l’Université McGill

Un homme avec un court index serait plus aimable

 

Un homme avec un court index serait plus aimable

Crédit photo : Archives Agence QMI

Les hommes dont l’index est court et l’annulaire long seraient plus agréables envers les femmes et auraient plus d’enfants, selon une nouvelle étude réalisée par des chercheurs de l’Université McGill.

Ceci serait dû aux hormones auxquelles ces hommes ont été exposés lorsqu’ils étaient dans le ventre de leur mère.

Des études précédentes avaient déjà démontré que le ratio digital – la longueur de l’index divisée par celle de l’annulaire – reflète la quantité d’hormones mâles, principalement la testostérone, à laquelle l’individu a été exposé en tant que fœtus. Beaucoup d’hormones mâles donnent un ratio plus petit, et donc un index beaucoup plus court que l’annulaire.

«C’est fascinant de voir que des variations hormonales modérées avant la naissance peuvent véritablement influencer le comportement à l’âge adulte, et de façon sélective», a constaté le professeur Simon Young, coauteur de l’étude.

Ainsi, les chercheurs de l’Université McGill ont démontré comment la longueur des doigts influence le comportement différemment selon le sexe de l’interlocuteur.

«En présence de femmes, les hommes avec un ratio digital plus petit avaient plus tendance à écouter attentivement, à sourire, à rire, à faire des compromis ou à complimenter l’autre», a souligné la professeure Debbie Moskowitz, auteure principale de l’étude.

Ils agissaient ainsi avec leurs petites amies et leurs conjointes, mais également avec leurs amies ou leurs collègues féminines. Ces hommes se montraient également moins querelleurs avec les femmes qu’avec les hommes, alors que les hommes avec un ratio digital plus élevé étaient plus querelleurs tant avec les hommes qu’avec les femmes.

Les hommes avec un petit ratio digital auraient également davantage d’enfants.

«Nos résultats suggèrent qu’ils ont des relations plus harmonieuses avec les femmes; ces comportements favorisent la formation et le maintien de relations avec les femmes. Cela pourrait expliquer pourquoi ils ont en moyenne plus d’enfants», a indiqué Debbie Moskowitz.

Les résultats de ces travaux ont été publiés dans la revue scientifiquePersonality and Individual Differences.

http://tvanouvelles.ca/

On peut entrer «dans la tête» d’un schizophrène grâce à la réalité virtuelle


Je trouve intéressant cette méthode de réalité virtuelle pour mieux comprendre ce que vivent les personnes atteintes de schizophrénie, Faut dire que comme par hasard, j’ai vu un film mardi que j’avais enregistré sur ma télé  » La Cellule avec Jennifer Lopez » qui a été réalisé en 2000. Je ne sais pas si c’est la réalité d’un tueur en série d’un schizophrène grandement atteint, mais c’était pour le type de sujet, à mon avis très bien fait. Et je pense, que cela pourrait vraiment aider pour des traitements et pour l’entourage pour moins juger qui en ai atteint
Nuage

 

On peut entrer «dans la tête» d’un schizophrène grâce à la réalité virtuelle

 

<a href="https://www.flickr.com/photos/bagogames/13944710577/">Oculus issues a retort to claims made by ZeniMax</a> / BagoGames via Flickr CC <a href="https://creativecommons.org/licenses/by/2.0/">Licence By</a>

Oculus issues a retort to claims made by ZeniMax / BagoGames via Flickr CC Licence By

Repéré par Myriam Lebret

On connaissait déjà l’utilisation de la réalité virtuelle dans les jeux vidéo ou les loisirs, notamment grâce à des casques comme l’Oculus Rift. Mais la réalité virtuelle a aussi des applications dans le domaine de la santé.

Journaliste pour The Daily Dot, Selena Larson s’est retrouvée dans la tête d’un schizophrène via l’Oculus Rift grâce au projet baptisé Mindscape. Enfermée dans un ascenseur avec d’autres personnes, en chemin vers un entretien d’embauche, la journaliste a ressenti des symptômes schyzophréniques: des voix se sont mises à murmurer autour d’elle et les autres personnes ont commencé à la fixer avec irritation. Elle raconte:

«Je savais que je n’étais pas vraiment dans ce petit ascenseur, entourée par des inconnus, et que les voix n’étaient qu’une simulation, mais la vidéo avait l’air incroyablement vraie. Je me suis sentie mal à l’aise». 

Le but de cette expérience immersive mise au point par l’entreprise Viscira, qui crée des outils animés d’apprentissage pour les professionnels de la santé, est de permettre à l’entourage de personnes atteintes de schizophrénie, à des médecins, ou à des étudiants, de mieux les comprendre. Samantha Ready, de Viscira, souligne:

«Il y a beaucoup de choses que l’on peut faire pour les maladies mentales avec la réalité virtuelle. Ce sont des maladies qui sont dures à comprendre parce qu’on n’est pas malade physiquement». 

En Avril 2014, ABC7 News rapportait que Viscira ne comptait pas s’arrêter au projet Mindscape et souhaitait, à long terme, mettre au point une application pour voyager à l’intérieur du corps humain.

Reste que, comme le note Robin Miles, un travailleur social à l’université de Californie interviewé par le Daily Dot, «une personne malade n’est pas en capacité de comprendre que ce n’est pas réel», là où quelqu’un avec un casque Oculus Rift sait que l’expérience qu’il vit n’est pas réelle.

La réalité virtuelle est de plus en plus utilisée dans le cadre des problèmes psychologiques. Albert Rizzo, de l’Université de Californie du sud, combat le syndrome de stress post-traumatique. Scientific American raconte qu’en 2010 le chercheur a virtuellement placé des patients dans des situations traumatisantes, comme une simulation de champ de bataille, pour qu’ils puissent se confronter aux émotions qu’ils ressentaient dans de telles situations. Sur 20 patients, 16 ont vu leurs symptômes se réduire.

En France, les schizophrènes pris en charge par le CHRU de Montpellier peuvent bénéficier de la réalité augmentée et de la robotique pour améliorer leurs capacités de communication. La Dépêche explique que cet hôpital participe au projet européen AlterEGO, qui vise à aider les personnes atteintes de schizophrénie à mieux interagir avec les autres en les faisant entrer en contact avec leur avatar en image 3D. Selon certaines recherches, il est plus aisé de communiquer avec quelqu’un qui nous ressemble. 

http://www.slate.fr/

Royaume-Uni Une tête de rat dans ses épinards!


Voir des insectes dans les légumes ou les fruits cela arrive, mais un rat, le repas est gâché. Espérons, que la compagnie va prendre la plainte au sérieux avec les mesures qui s’imposent
Nuage

 

Royaume-Uni : Une tête de rat dans ses épinards!

 

Une tête de rat dans ses épinards!

Crédit photo : Gracieuseté Daily Star

La petite bête velue était bien conservée, car on voit clairement les moustaches et les dents du rongeur.

TVA Nouvelles

Croquants, bien verts, goûteux, c’est ce que Terri Powis attendait des épinards qu’elle préparait pour sa mère. Elle y a plutôt trouvé unetête de rat.

La femme de Wycombe au Royaume-Uni décongelait ses épinards à la vapeur quand elle a vu quelque chose d’inhabituel.

«Je ne savais pas ce que c’était. Sur le coup, ça ne m’a même pas traversé l’esprit que c’était un rat. Quand j’ai réalisé ce que c’était, j’ai été estomaquée. C’était horrible», a raconté Mme Powis au Daily Star.

Des morceaux de chair rosé du rat à travers les épinards. (Photo gracieuseté Daily Star)

La petite bête velue était bien conservée, car on voit clairement les moustaches et les dents du rongeur.

«Il était frais et sa chair rosée. Il était simplement un peu écrasé. Il a dû être congelé après avoir été coupé [à l’usine]», poursuit la femme de 33 ans.

Terri Powis a joint la compagnie pour se plaindre de sa dégoutante découverte. Elle a reçu des excuses d’Asda, mais croit qu’elle n’a pas été prise au sérieux.

Un porte-parole d’Asda a expliqué au quotidien anglais qu’elle «travaille de près avec les autorités locales alors que l’entreprise mène sa propre l’enquête».

http://tvanouvelles.ca/

Les lentilles de contact télescopiques sont désormais une réalité


Un télescope ou des jumelles dans les yeux dans une petite lentille de contact. Une technologie qui semble très intéressante pour ceux qui ont des difficultés visuelles pour voir de loin. Malheureusement, cela sera sûrement utile pour des personnes qui en feront un mauvais usage
Nuage

 

Les lentilles de contact télescopiques sont désormais une réalité

 

Laurent Lasalle

Si un espion doit se cacher pour observer sa cible avec des jumelles afin de ne pas éveiller de soupçons, ce sera peut-être bientôt (et malheureusement) chose du passé.

Dans le cadre d’une conférence organisée par l’Association américaine pour l’avancement des sciences (AAAS), des ingénieurs en optique de l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) en Suisse ont dévoilé cette semaine le fruit de leur travail : des verres de contact permettant à celui qui les porte de passer d’une vision normale à une vision rapprochée de 2,8x en un clin d’œil… littéralement.

Le prototype incorpore un télescope à réflecteur en aluminium à l’intérieur d’une lentille rigide d’une épaisseur de 1,55 mm. Celui-ci est muni de petits miroirs qui font bondir la lumière, agrandissant ainsi la perception des objets de la même façon que le font des jumelles. Ces lentilles nécessitent le port de lunettes électroniques dont la polarisation varie selon l’effet souhaité.

Un clignement de l’œil droit déclenche la polarisation nécessaire pour obtenir l’effet de zoom. À l’inverse, un clignement de l’œil gauche déclenche la polarisation qui rétablit la vision normale.

Les lunettes s’inspirent ainsi de la même technique employée par les lunettes que l’on retrouve dans les salles de cinéma qui projettent des films en 3D (soit la polarité différente des deux verres).

À la rescousse des personnes souffrant de DMLA

 

«Nous croyons que ces lentilles sont très prometteuses pour les personnes dont la vue est faible ou qui souffrent de dégénérescence maculaire (DMLA)», déclare Éric Tremblay, chercheur de l’EPFL.

«Il est impératif, mais difficile de trouver un équilibre entre les bénéfices apportés et les coûts sociaux rattachés au port de tout type de dispositif visuel volumineux. Il y a un réel besoin de quelque chose de plus intégré, et une lentille de contact est une solution attrayante. Bien que l’on en soit toujours qu’à l’étape de la recherche, nous avons espoir de trouver une véritable option pour les personnes atteintes de DMLA.»

La dégénérescence maculaire liée à l’âge est une maladie de la rétine provoquée par une dégénérescence progressive de la partie centrale de la rétine qui provoque un affaiblissement important des capacités visuelles. Une vue rapprochée et éloignée peuvent être des symptômes reliés à cette maladie.

L’objectif du projet est donc tout à fait louable. Par conséquent, doit-on craindre de potentielles applications militaires? Lorsqu’on apprend que le projet est financé par la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA), difficile de ne pas se poser des questions sur le réel mandat des chercheurs.

http://branchez-vous.com/

Les Charlie’s Angels, ce gang de femmes qui traque les violeurs en Inde


Un film ou série télévisée a donner naissance a un escadron de femmes pour protéger les habitantes contre les agressions sexuelles. Mais pour une population aussi dense, leur nombre est bien peu pour toute la superficie de la ville. C’est quand même un début, probablement une volonté d’enlever l’étiquette  » capital du viol »
Nuage

 

Les Charlie’s Angels, ce gang de femmes qui traque les violeurs en Inde


Publié par Mazarine Vertanessian

© iStock

Les agressions sexuelles, de plus en plus nombreuses et de plus en plus violentes à New-Delhi ont valu à la ville d’être rebaptisée « capital du viol ».Cette insécurité a forcé la police à réagir. La solution ? Former une équipe de femmes aux arts martiaux afin de traquer les prédateurs sexuels. Ces « Charlie’s Angels » ont été recrutée à l’initiative du chef de la police, Bhim Sain Bassi, surnommé «Charlie Papa». Depuis son entrée en fonction, en 2013, le fonctionnaire a mis l’accent sur la sécurité des femmes. Il était temps !

Une équipe de choc !

Après plusieurs mois d’entraînement intensif, l’équipe de 40 femmes devrait bientôt être déployée dans les bus, les stations de métro et les rues. Se membres se déplaceront en civil pour passer inaperçues et auront pour rôle de protéger mais aussi d’enseigner quelques techniques d’auto-défense aux Indiennes.

« Nous ne tolérerons aucun comportement inadéquat », assène Bharti Wadhwa, chef de cette petite armée. Ces nouvelle unité surnommée les « Charlie’s Angels » par leurs entraîneurs, pourrait être la solution à un véritable fléau.

Tout comme ces femmes guerrières, héroïnes du célèbre feuilleton (et film), les Indiennes sont formées pour se battre avec des hommes et n’avoir peur de rien.

Leur entraîneur Vishal Jaiswal, ceinture noire de karaté, affiche sa fierté devant la responsabilité qui lui a été confiée

« Les entraîner est une grande responsabilité pour moi. Je me sens comme un guerrier en mission », explique-t-il. « Et ma mission est qu’elles se sentent comme les Charlie’s Angels, sans peur et redoutées ».

Charlie's Angel indienne

© Allociné

Une situation alarmante

La création de cet escadron répond à un besoin urgent en Inde. En 2014, la police de New Delhi a comptabilisé 2.069 affaires de viol. Dernièrement, une nouvelle affaire d’agression sexuelle a encore fait scandale. Celle d’un chauffeur de la compagnie Uber, accusé de viol par une passagère. Ces attaques sont le lot commun des Indiennes depuis de nombreuses années. En 2012, celles-ci avaient d’ailleurs manifesté pour protester contre ces violences trop longtemps subies. La mobilisation avait été déclenchée par le viol atroce d’une étudiante, décédée suite aux sévices subis. Un crime qui avait profondément choqué le pays et forcé les politiques à réagir.

Si les associations et militants applaudissent cette décision politique, ils doutent néanmoins de son efficacité. Une équipe de 40 personnes semble en effet dérisoire face à l’immensité de cette mégalopole. Selon Mriganka Dadwal, directrice de l’ONG SLAP (Street-level Awareness Programme), il serait impératif d’étendre cette formation à d’autres policières.

« Il faut que les délinquants sexuels sachent clairement qu’ils seront constamment sous surveillance ».

Une initiative donc bienvenue mais insuffisante face à l’ampleur de la situation !

http://www.aufeminin.com/