Le blâme


Moi comme les autres, même si on dit qu’il ne faut pas juger les autres trop vite,, on le fait quand même. Pourtant, si nous savions tout le contexte, probablement que nous jugerons autrement
Nuage

 

Le blâme

 

Le bois dit au clou : « Tu me fais mal »
Le clou répondit : « Si tu voyais les coups que je reçois sur la tête tu m’aurais pardonné »

Moralité : Ne blâmes pas une personne tant que tu ignores ce qu’elle traverse…!

Sam Yâ

Un Teckel croisé avec un Pitbull


Un croissement assez insolite, d’un chien bas sur ses pattes et d’un autre robuste comme une armoire à glace.
Nuage

 

Un Teckel croisé avec un Pitbull

Un pitbull-teckel mythique, qui pourtant existe bel et bien.

terrier pit 1

Il s’appelle Rami et il est adorable.

terrier pit 2

Regardez donc cette adorable trogne

terrier pit 3

Et ces adorables petites pattes

terrier pit 4

Rami vit à Moultrie, dans l’État de Géorgie, aux USA, et depuis qu’il est apparu sur la page Facebook de la Société de protection des animaux du comté de Moultrie Colquitt, il est devenu viral sur le web.

terrier pit 5

Voici une vidéo de Rami en pleine course, avec ses pattes de teckel, et sa tête de pitbull.

terrier pit 6

Rami est actuellement en attente d’adoption, et il a beaucoup de maîtres potentiels.

http://bridoz.com/

Le Saviez-Vous ► Le poivre


Le poivre comme le sel est probablement sur toutes les tables. Quelle différence entre le poivre noir, rouge et vert ? Personnellement, je n’utilise que le grain de poivre, car je n’aime pas celui en poudre.
Nuage

 

Le poivre

 

Le poivre (Piper Nigrum) est originaire de la côte de Malabar, au Sud Ouest de l’Inde. C’est une liane qui appartient à la famille botanique des Pipéracées. On en trouve aujourd’hui dans de nombreux pays de la ceinture tropicale.

Vert, noir, rouge, il s’agit du même fruit

Le poivre pousse en grappes. Le poivre vert est un fruit cueilli avant maturité. Il est subtilement épicé, délicatement piquant et d’une grande fraîcheur. Il est absent de nos marchés, ou on le trouve seulement déshydraté ou mis en saumure. Les grains se colorent de jaune en mûrissant, on les cueille généralement à ce stade de maturité.

En séchant au soleil, ils se fripent et brunissent, pour devenir poivre noir. A complète maturité les fruits se parent d’une chatoyante couleur rouge, on les met alors à tremper dans des bassins d’eau de pluie, on les débarrasse de leur enveloppe et après un long séchage au soleil on obtient du poivre blanc.

Il ne faut pas confondre le poivre rouge (baies matures) avec le « poivre rose », baptisé improprement, car il n’appartient pas à la famille botanique des Pipéracées.

Autre abus de langage : le « poivre gris ». Il n’existe pas ! Il s’agit en fait d’un mélange de poudres de poivres blancs et noirs de mauvaise qualité. Ce produit est sans intérêt.

Pourquoi utiliser plusieurs poivres

Dans nos cuisines nous utilisons aujourd’hui, plusieurs huiles d’olive ou plusieurs vinaigres, parce qu’ils sont différents, alors pourquoi utiliser toujours le même poivre ? L’utilisation régulière de divers poivres vous convaincra de leur diversité. L’usage de ces poivres ne changera pas fondamentalement votre cuisine, mais il personnalisera davantage vos plats en y apportant une touche d’exotisme et une invitation au voyage en précisant son origine exacte.

Règles et conseils d’utilisation

N’achetez jamais de poivre en poudre. Ses arômes sont subtils et disparaissent rapidement lorsqu’il est moulu. Evitez la cuisson violente du poivre, qui le rend amer et brûlant. Préférez un tour de moulin sur votre plat au moment du service, le geste est élégant et les odeurs enivrantes. Mieux encore utilisez un mortier et un pilon, le grain ainsi « explosé » développe tous ses arômes.

http://www.lecomptoirdespoivres.com/

Kyle, un chat témoin d’un meurtre qui lutte aujourd’hui contre les violences conjugales


Un chat, une cause. Ce chat a été témoin d’un drame de violence conjugale et sa maitresse fut tué. Aujourd’hui, sa nouvelle maitresse l’accompagne pour ramasser des fonds a des refuges pour les femmes violentées
Nuage

 

Kyle, un chat témoin d’un meurtre qui lutte aujourd’hui contre les violences conjugales

 

Par Sophie Le Roux

Crédits photo : Instagram – mycatkyle

L’histoire de Kyle est incroyable. Ce matou au look unique et aux milliers de fans sur Instagram a un bien sombre passé, dont il (ou plutôt son humaine) se sert aujourd’hui pour lutter contre les violences conjugales.

« Nous sommes tombés amoureux de lui »

Adopté dans un refuge dans un très mauvais état, le beau matou noir et blanc originaire de Boston n’ayant plus trois dents, dépourvu de griffes et souffrant d’une dysplasie de la hanche a été témoin du meurtre de son ancienne propriétaire, assassinée par son mari. C’était il y a 5 ans. Le chat vivait avec une trentaine de congénères dans cette maison où une femme est tombée sous les coups de son mari.

Comme les autres chats, Kyle a été retenu par la police en tant que « preuve » pendant plusieurs semaines avant d’être enfin placés dans refuges et proposés à l’adoption.

« C’est quand nous avons vu la moustache de Kyle que nous sommes tombés amoureux de lui », confie sa maîtresse.

Encore traumatisé

Si Kyle est un chat aimé et choyé, il n’en demeure pas moins traumatisé par son passé.

« Nous pensons souvent que l’exposition de Kyle aux violences conjugales est la raison pour laquelle il est incroyablement sensible aux bruits forts et nerveux quand on le prend dans nos bras. Après 5 années chez nous, il trésaille toujours et s’enfuit quand il voit que quelqu’un essayer de le prendre… mais maintenant, il revient sur ses pas et saute sur nos genoux. Cette attitude aimante, ludique et reconnaissante de Kyle, malgré le traumatisme auquel il a dû faire face, inspire chaque jour notre famille ».

Des animaux menacés

Aujourd’hui, la maîtresse de Kyle a décidé de profiter de sa notoriété sur le web pour récolter des fonds au profit du combat contre les violences conjugales mais aussi d’autres causes qui lui tiennent à coeur. Elle vient alors de lancer sur la plateforme Indiegogo afin de finance la création d’une boutique en ligne sur laquelle elle vendra des produits à l’effigie de Kyle. 100% des bénéfices engendrés par cette boutique seront reversés à des associations.

Le premier organisme qu’elle soutiendra sera URIPALS, la seule maison sécurisée pour les femmes victimes de violences conjugales qui accueille aussi les animaux de compagnie à New York.

Comme le rappelle la maîtresse de Kyle, les animaux sont souvent eux aussi menacés dans ce genre de situations.

« Saviez-vous que plus de 70% des femmes propriétaires d’animaux qui entrent dans ces abris affirme que leur agresseur a menacé, blessé ou tué leur animal de compagnie ? » écrit-elle.

http://wamiz.com/

Un selfie aurait causé l’écrasement mortel d’un avion


Un stupide accident d’avion avec morts qui auraient pu être évitées. Cette manie des selfies est une vraie est une vraie plaie, et a certaines circonstance une menace à la sécurité
Nuage

 

Un selfie aurait causé l’écrasement mortel d’un avion

 

LAURENT LASALLE

Selon des enquêteurs du gouvernement américain, la prise d’égoportraits serait responsable de l’écrasement d’un avion survenu en mai de l’an dernier.

C’est en effet ce que conclut le rapport du Conseil national de la sécurité des transports des États-Unis après avoir étudié le dossier de l’écrasement d’un Cessna 150 qui a fait deux victimes dans la nuit du 31 mars 2014.

D’après les enquêteurs, tout porte à croire que Amritpal Singh était en train de prendre une photo de lui-même tandis qu’il pilotait un petit avion en pleine nuit près de Denver, au Colorado. L’homme aurait été désorienté par le flash de son téléphone mobile peu de temps avant que l’avion ne plonge au sol, tuant à son bord le pilote et son passager. C’est la première fois que l’agence américaine blâme un selfie dans le cadre d’un accident aérien.

La prise de photos dans la cabine de pilotage semble être devenue au fil du temps un phénomène de plus en plus populaire, principalement lié à la prolifération de téléphones intelligents munis de caméra de plus en plus sophistiquée. Le blogueQuartz a d’ailleurs publié en décembre dernier un article sur cette pratique que partagent plusieurs pilotes de ligne, qui contreviennent du même coup aux règles de l’aviation civile.

Puisqu’il pilotait un avion léger biplace dans le cadre d’une utilisation personnelle, Singh n’était pas assujetti à cette législation. Il n’a donc enfreint aucun règlement. Cependant, les enquêteurs soulignent dans leur rapport que selon le journal de bord de Singh, ce dernier n’avait pas cumulé suffisamment d’heures de vol pour transporter des passagers de nuit, ni dans les conditions météorologiques présentes au moment de l’accident.

Un enregistrement vidéo en guise de preuve

C’est évidemment avec une certaine prudence que le rapport mentionne que la prise d’un égoportrait semble être à l’origine de l’accident. Cette hypothèse s’appuie toutefois sur les enregistrements vidéo de la GoPro qui se trouvait fixée dans la cabine du pilote, et qui a survécu à l’écrasement.

«Les enregistrements de la GoPro ont révélé que le pilote et une foule de passagers ont pris des égoportraits avec leurs téléphones cellulaires», mentionne le rapport, soulignant que ceux-ci «utilisaient le flash de l’appareil mobile au cours du décollage, de la montée initiale, et du trajet» lors de vols nocturnes.

Soulignons qu’aucun enregistrement de l’accident n’a été capté par la GoPro.^

http://branchez-vous.com/

Vous ne pourrez lire ce livre que s’il aime votre expression faciale


Sur le coup, je trouvais cela un peu stupide, mais en fait, c’est une prise de conscience ce que la technologie peut faire pour analyser nos émotions. Si les entreprises commerciales peuvent mieux lire nos expressions faciales ils peuvent les utiliser à nos dépens que l’on veuille ou non
Nuage

 

Vous ne pourrez lire ce livre que s’il aime votre expression faciale

 

 

Traduit par Grégor Brandy

Les Américains utilisent souvent l’expression «Ne jugez pas un livre à sa couverture»–l’équivalent de «l’habit ne fait pas le moine»– mais dans un futur pas très lointain, ce sont les livres qui pourraient nous juger.

Un nouveau projet de Thijs Biersteker, de l’agence de design néerlandaise Moore, intitulé «La couverture qui vous juge» laisse le livre décider qui va pouvoir le lire. Un prototype a été créé pour le Art Directors Club des Pays-Bas et la couverture reste verrouillée à moins que le lecteur se dirige vers elle sans jugement a priori. Le futur lecteur doit aligner son visage sur le dessin présent sur le livre pour être analysé par le système de reconnaissance faciale. S’il estime que le visage est suffisamment neutre –pas trop heureux ou pas trop sceptique– un battement audio est envoyé au système de contrôle, ce qui permet de déverrouiller le livre.

«Il y a assez de juges en ce monde –tout le monde est un critique», m’a dit Thijs Biersteker.

Pour lui, le message de ce projet est celui de l’ouverture:

«Tout le monde devrait apprécier les choses sans instantanément juger ce qu’ils voient.»

C’est un sentiment admirable et un produit impressionnant, mais il va peut-être vous faire un peu peur. Et si ce n’est pas le cas, ça devrait. Il y a une sorte de course aux armes en ce moment entre les entreprises qui veulent rendre notre technologie plus en harmonie avec nos émotions –et réagir avec vos émotions subconscientes, projetées par vos sourcils froncés ou une grimace est la première étape. Un récent article du Wall Street Journal, par exemple, présentait un groupe de start-ups qui créent de larges bases de données visuelles des expressions humaines et des algorithmes qui peuvent reconnaître nos émotions les plus profondes, si vous les payez.

Si leurs collections ont principalement été utilisées pour des recherches de marché, jusque-là, les publicitaires et revendeurs sont sans doute impatients de profiter de ces informations sur les micro-expressions basées sur le travail du célèbre psychologuePaul Ekman. L’article mentionne au moins un magasin qui teste un programme de vidéosurveillance dont le but est de repérer l’émotion des clients qui entrent et qui sortent. Encore plus troublant, Eyeris, une des entreprises présentées dans l’article, a passé des marchés avec des autorités fédérales dont la nature n’a pas été divulgueé.

On se demande également de plus en plus comment les appareils de tous les jours et les applications pourraient utiliser nos expressions faciales. Le nouveau Fire Phone d’Amazon, par exemple, a quatre objectifs sur le devant, placés de telle manière qu’il sait où sont vos yeux à chaque instant –ce qui augmente la possibilité qu’il puisse un jour dire s’ils s’arrêtent sur une certaine tenue ou un titre de livre. Affectiva, raconte The Wall Street Journal, travaille sur une plateforme avec le service de chat vidéo OoVoo qui pourrait détecter les émotions des gens en plein milieu d’un appel.

Quand toutes les entreprises de technologie et les enseignes d’hypermarché américaines seront meilleures pour repérer notre dégoût ou nos désirs que nos potes sur FaceTime, être jugé par un livre sera le cadet de nos soucis.

Ariel Bogle

http://www.slate.fr/

Quand le chien a-t-il froid ?


Même si les chiens ont une température plus élevée que l’être humain, l’hiver peut être difficile pour eux aussi. Savoir reconnaitre les signes permet d’intervenir à temps
Nuage

 

Quand le chien a-t-il froid ?

 

 

Les Yorkshire sont vulnérables au froid en raison de leur petite taille et de leur pelage fin et peu épais. ©GREGORY MAIRET/BIOSPHOTO/AFP

Les Yorkshire sont vulnérables au froid en raison de leur petite taille et de leur pelage fin et peu épais. ©GREGORY MAIRET/BIOSPHOTO/AFP

Par Dominique Brunet-Vaudrin

La fourrure des chiens les protège bien des intempéries. Or, lors des périodes de froid hivernal, ce n’est pas toujours suffisant. Voici donc les bons comportements à adopter.

FROID. Avec sa température corporelle avoisinant les 39 degrés Celsius, le chien est beaucoup plus résistant au froid que les humains (dont la température moyenne est de 37 °c). En revanche, certaines races sont assez sensibles au froid. Les petits chiens et ceux au pelage fin et peu épais, tels que le Chihuahua ou le Yorkshire, sont plus vulnérables que les toutous costaux et dont la fourrure est bien fournie. De plus, les chiots et les chiens âgés sont plus susceptibles d’être affectés par les basses températures tout comme ceux qui vivent à l’intérieur.

Comment savoir ?

Généralement, en deçà de 5°c, les chiens les plus vulnérables ressentent de l’inconfort. Toutefois, les toutous ne réagissent pas tous de la même manière au froid. Certains grelottent alors que d’autres se figent, refusent d’avancer ou s’arrêtent fréquemment lors de leurs promenades. L’important est d’observer la réaction de l’animal pour adopter les bons comportements s’il est affecté par la température. De manière générale, il est déconseillé de le faire raser lorsque l’hiver approche. Espacer les bains est aussi bénéfique, car le chien sécrète plus de sébum, un liquide gras qui protège la peau du froid. Il est aussi important de protéger ses pattes en y appliquant une crème protectrice si la température dégringole, car des crevasses peuvent se former au niveau des coussinets. Pour les plus frileux, il existe des vêtements d’hiver. Manteaux, chaussons, écharpes, bonnets, rien n’y échappe. De quoi faire une belle garde-robe à toutou !

http://www.sciencesetavenir.fr/