La Reconnaissance


Apprendre à apprécier ce que l’on possède, au lieu de croire que c’est toujours mieux ailleurs. La simplicité donne souvent plus de satisfaction
Nuage

 

La Reconnaissance

 

«Sois reconnaissant, peu importe la situation dans laquelle tu te trouves. Tu n’obtiendras jamais le bonheur si tu n’apprécies pas ce que tu possèdes déjà»   

Inconnu

La vie de parents en 60 secondes


Une vieille publicité de Coca-Cola, en fait ce n’est pas vraiment la pub qui est intéressante mais l’espace d’un clin d’oeil toutes les émotions d’être parent
Nuage

La vie de parents en 60 secondes

Par Claudine St-Germain

Oui, c’est une pub pour une multinationale, mais c’est aussi le plus beau résumé de la vie de parents que j’ai vu depuis longtemps. Le visage du père de la 45e à la 50e seconde est tout simplement fantastique!

http://www.coupdepouce.com

10 choses que vous ne nettoyez pas correctement


Qui aime faire du ménage ? Il y a temps de chose à faire de beaucoup plus intéressant ! Mieux vaut alors le faire bien et qui espérons-le dura plus longtemps
Nuage

 

10 choses que vous ne nettoyez pas correctement

Par Carly Ledbetter

Récurer la maison est souvent une aventure périlleuse. Vous voulez que ce soit propre, mais vous procrastinez. Vous finissez par venir à bout de votre ménage, mais tout est rapidement à refaire. Et si vous ne nettoyez pas votre maison correctement, certains éléments restent sales et peuvent nuire à votre santé.

Voici quelques conseils pour nettoyer correctement ces 10 éléments de votre maison :

La toilette

Il est facile pour l’urine et les matières fécales de s’accumuler derrière la toilette, laissant des résidus dégoûtants et particulièrement difficiles à récurer. Enroulez quelques serviettes en papier, trempez-les dans un produit nettoyant et frottez la zone jusqu’à ce qu’elle soit de nouveau resplendissante.

Le broyeur à déchets

Il est important de bien nettoyer le broyeur à déchets au moins une fois par semaine. Mais plutôt que d’utiliser un produit nettoyant commercial, vous pouvez utiliser des cubes de vinaigre blanc glacé ou des écorces d’agrumes et de l’eau froide, c’est tout aussi efficace.

Les serviettes

Oubliez les assouplissants ou pire les feuilles assouplissantes pour laver vos serviettes. Les assouplissants fonctionnent en ajoutant un revêtement sur le textile qui ne peut être enlevé, rendant vos serviettes beaucoup moins absorbantes après coup.

L’humidificateur

Changez l’eau du réservoir tous les jours et nettoyez l’humidificateur tous les trois jours en vous assurant que tout soit bien sec après coup. Assurez-vous de nettoyer votre humidificateur à fond au moins une fois par mois en lavant chaque partie avec du vinaigre blanc

Les poils d’animaux

L’un des meilleurs trucs pour enlever les poils d’animaux est de mouiller une paire de gants de plastique et de les passer sur les meubles, vous assurant ainsi d’enlever tout ce que la balayeuse, le rouleau adhésif et le plumeau ont pu laisser derrière.

Les vêtements d’entraînement

Utilisez du vinaigre blanc et du bicarbonate de soude pour tuer les bactéries odorantes. Mettez les vêtements à la machine à laver en ajoutant le vinaigre blanc dès le départ. Après un lavage, utilisez une demi-tasse de bicarbonate de soude et mettez le tout à la sécheuse.

Les taches de vin rouge

Contrairement à la croyance populaire, le vin blanc n’est pas la meilleure option pour nettoyer les taches de vin blanc. Saupoudrez plutôt du sel sur le vin fraîchement déversé, et un produit oxydant pour les taches qui ont déjà séché.

La cafetière

La carafe, le couvercle et le filtre devraient être nettoyés tous les jours avec de l’eau chaude et savonneuse. Ce conseil s’applique également pour les machines Keurig, Fortement recommandant également de nettoyer la machine avec du vinaigre blanc quelques fois par année.

Les couteaux

Si vous êtes du genre à croire que tout va au lave-vaisselle, il y a de fortes chances que vos couteaux soient ressortis un peu plus usés de chaque nettoyage. Lavez plutôt vos couteaux à la main avec de l’eau chaude et du savon.

Les draps

Si nous pensions que laver les draps une fois par semaine était acceptable pour les personnes qui aiment grignoter au lit, c’est en réalité loin d’être suffisant. Pour ceux qui mangent au lit, il est conseillé de nettoyer ou de changer les draps au moins une fois tous les trois jours.

http://quebec.huffingtonpost.ca

 

L’horloge de l’apocalypse avancée à minuit moins trois


Je pense que nous sommes conscients de l’importance d’agir face aux changements climatiques, même si nous savons qu’il sera difficile voir impossible de reculer les conséquences, on peut au moins espérer à un ralentissement. Mais tant que les gouvernements, les entreprises et bien sur tout le monde n’opteront pas à des changements radicaux, rien ne pourra se faire vraiment. Sans compter que le nucléaire est un réel problème surtout avec les tensions qui existent dans le monde
Nuage

 

L’horloge de l’apocalypse avancée à minuit moins trois

 

L’horloge de l’apocalypse, qui symbolise l’imminence d’un cataclysme planétaire, a été avancée de deux minutes, à minuit moins trois, ont annoncé jeudi des scientifiques internationaux citant la double menace du réchauffement climatique et le regain de tensions nucléaires.

Le Bulletin des scientifiques atomiques, une association qui compte dans ses rangs 18 prix Nobel, juge ainsi « très élevée la probabilité de catastrophe planétaire à moins que des mesures ne soient prises rapidement ».

La célèbre horloge indique maintenant minuit moins trois minutes, précise Kennette Benedict, présidente de cette association qui a créé en 1947 cette horloge symbolisant au départ l’imminence d’un cataclysme nucléaire.

« Aujourd’hui, le réchauffement climatique incontrôlé et une course aux armes nucléaires résultant de la modernisation des énormes arsenaux existant représentent des menaces extraordinaires et indéniables à la survie de l’humanité », a estimé Kennette Benedict en annonçant cette décision lors d’une présentation à Washington.

« Les dirigeants mondiaux n’ont pas agi avec la promptitude et l’ampleur requises pour protéger les citoyens de catastrophes potentielles », a-t-elle ajouté pour justifier le déplacement de l’aiguille de la pendule.

La dernière fois que l’aiguille avait été déplacée remonte au 10 janvier 2012, quand elle avait été avancée d’une minute.

Elle n’a jamais été aussi près de minuit depuis 1984, quand elle avait également été réglée à 23H57 au moment le plus tendu des relations américano-soviétiques.

Sur le front du climat l’absence d’action ces dernières années face à la forte opposition politique a empiré la situation, déplore Sivan Kartha, un membre du bureau scientifique du Bulletin of the Atomic Scientists et un des responsables du Stockholm Environment Institute.

« Les gaz à effet de serre dans le monde se sont accru de 50% depuis 1990 et ces émissions ont augmenté plus rapidement depuis 2000 que durant les trois décennies précédentes combinées », précise-t-il.

Civilisation humaine

Selon lui, les investissements consacrés aux infrastructures d’exploitation des énergies fossiles ont dépassé mille milliards par an, sans compter des centaines de milliards de dollars de subventions publiques. « Nous devons et pouvons inverser cette tendance », insiste le scientifique.

Pour Richard Somerville, professeur et chercheur retraité du Scripps Institution of Oceanography à l’Université de Californie, « les efforts entrepris pour réduire les gaz à effet de serre ont été très insuffisants pour éviter des perturbations climatiques ».

« Sans des réductions beaucoup plus importantes de ces gaz, le monde émettra suffisamment de dioxyde de carbone (CO2) d’ici la fin de ce siècle pour bouleverser profondément le climat terrestre », prévient-il.

« Ce changement climatique affectera des millions de personnes et menacera un grand nombre d’écosystèmes dont dépend la civilisation humaine », poursuit le professeur Somerville, pressant « les dirigeants du monde d’agir de façon coordonnée et rapidement pour réduire drastiquement surtout les émissions de CO2 ».

Quant aux tensions nucléaires, l’optimisme prudent qui prévalait avec la fin de la Guerre Froide s’est évaporé, juge Sharon Squassoni, directeur du programme de prévention de la prolifération des armes nucléaires au Center for Strategic and International Studies, un institut de recherche de Washington.

Bien que les Etats-Unis et la Russie ne détiennent plus les dizaines de milliers d’armes nucléaires qu’ils avaient durant la Guerre Froide, le rythme de réduction de ces arsenaux s’est fortement ralenti ces dernières années, et ce bien avant la crise en Ukraine.

De 2009 à 2013, l’administration du président Barack Obama n’a éliminé que 309 têtes nucléaires, relève Sharon Squassoni.

Un conflit nucléaire même limité provoquerait un grand nombre de morts et aurait des effets très néfastes sur l’environnement, selon elle.

Ces scientifiques pressent également les responsables politiques de trouver dès maintenant une solution durable au problème du stockage des déchets nucléaires des centrales.

Depuis sa création en 1947, l’horloge de l’apocalypse a été ajustée 18 fois, de minuit moins deux en 1953, quand les Etats-Unis ont décidé de produire la bombe à hydrogène, à minuit moins 17 minutes en 1991, à la fin de la Guerre Froide.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

McDonald’s : les 19 ingrédients contenus dans les frites révélés


La patate frite, il n’y a pas si longtemps, ce n’était pas compliqué !! Des patates et de l’huile !!! Alors pourquoi autant d’ingrédients pour simplement vendre une frite !!! En bref, l’ingrédient principal n’est peut-être pas tout à fait la patate …
Nuage

McDonald’s : les 19 ingrédients contenus dans les frites révélés

 

Pour ces frites, Mac Donald utilise pas moins de 19 ingrédients... dont des pommes de terre (ouf!) ©DURAND FLORENCE/SIPA

Pour ces frites, Mac Donald utilise pas moins de 19 ingrédients… dont des pommes de terre (ouf!) ©DURAND FLORENCE/SIPA

Grant Imahara, espiègle journaliste scientifique américain, a pu tourner un reportage dans une usine de fabrication de frites du célèbre géant de la « junk-food ». Et ce qu’il y a trouvé a de quoi surprendre.

FRITES. Bon, déjà, on vous rassure tout de suite, il y a bel et bien de la pomme de terre dans les frites de McDonald’s. Pour le reste, c’est plus compliqué… Pas moins de 18 autres ingrédients sont utilisés. L’ingénieur journaliste Grant Imahara, diplômé de l’université Californie du Sud, a été accueilli dans une usine de fabrication pour suivre l’ensemble de la chaîne de fabrication, assez impressionnante. Pour autant, il ne faut pas s’attendre à des révélations fracassantes puisque la visite a été très encadrée et sert désormais la promotion du géant de la « junk-food »…

 Parmi ces ingrédients on trouve des composants assez classiques comme le sel bien sûr, mais aussi l’huile de canola, de soja, des arômes naturels de bœuf ou de l’acide citrique. Plus surprenant en revanche, le recours à une forme de silicone assez commune dans les shampoings : le dimethylpolysiloxane (persévérez…) qui est ajouté pour éviter que l’huile ne mousse au moment de la cuisson. Un composé également utilisé dans les sodas au cola. Ou dans le Silly Putty, un caoutchouc très particulier.

Ci-dessus, Imahara présente, entre autres, le TBHQ, un antioxydant chimique utilisé dans l’industrie alimentaire pour éviter le rancissement des huiles et des graisses.

APPROUVÉ. Selon le reportage (approuvé par McDonald’s) aucun de ces composants ne constitueraient un risque pour la santé des consommateurs. Notons néanmoins que les recettes commercialisées sont parfois très différentes d’un pays à l’autre. Rien ne nous permet donc d’affirmer que, si vous ne vivez pas aux États-Unis, les frites que vous trouverez à votre prochain passage au fast-food sont faites de la même façon que cela est présenté dans ce reportage. Rappelons en outre que les produits proposés par les fast-foods sont en général très riches en graisses et tendent à favoriser l’explosion du nombre de personnes obèses risquant à terme de développer des maladies comme un diabète de type 2.

Ci-dessous, la visite complète du site de fabrication de la découpe de la pomme de terre jusqu’aux dernières étapes précédant le passage en « restaurant » :

http://www.sciencesetavenir.fr/

La lèpre, une maladie dont on ne voit toujours pas la fin


C’est, je crois, la maladie la plus ancienne que tout le monde a entendu parler un jour ou l’autre. Ancienne non pas pour le genre de maladie, mais pour sa popularité grâce aux films, ou bien sûr, le côté biblique. Malgré tout la lèpre continue ses ravages parmi les pauvres et ou que l’hygiène laisse à désirer
Nuage

 

La lèpre, une maladie dont on ne voit toujours pas la fin

 

Selon l'OMS, l'Inde reste le pays le plus... (Photo Junior D. Kannah, AFP)

Selon l’OMS, l’Inde reste le pays le plus touché (près de 127 000 nouveaux cas en 2013), devant le Brésil (31 000 cas), l’Indonésie (près de 17 000 cas) et deux pays africains, l’Ethiopie et la République démocratique du Congo (entre 3500 et 4500 nouveaux cas).

PHOTO JUNIOR D. KANNAH, AFP

ELISABETH ZINGG
Agence France-Presse
PARIS

Avec plus de 200 000 nouveaux cas chaque année dans le monde, la lèpre reste un fléau bien vivace alors que ses terribles séquelles pourraient être évitées grâce à des dépistages et traitements précoces, selon les spécialistes.

«C’est désespérant, on n’arrive pas à en voir le bout» souligne le Pr Vincent Jarlier, un infectiologue français spécialiste de la lèpre, avant la 62e journée mondiale de cette maladie, ce week-end.

«C’est avant tout une maladie de la pauvreté», relève pour sa part le médecin béninois Roch Christian Johnson qui rappelle que la lèpre continue à frapper les pays où les systèmes de santé sont «faibles» et qu’elle touche un bon nombre d’adultes jeunes dont certains auront des «séquelles à vie».

Alors qu’un million de nouveaux cas étaient découverts chaque année il y encore 20 ans, leur nombre est pour la première fois tombée sous la barre des 300 000 en 2005. Il s’est depuis stabilisé entre 200 000 et 300 000 par an, atteignant 215 000 en 2013, dont 10% d’enfants, selon les chiffres de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Causée par une mycobactérie qui se transmet par les voies respiratoires, la lèpre est une maladie infectieuse stigmatisante connue depuis l’Antiquité, mais qui a disparu spontanément des pays occidentaux, parallèlement à l’augmentation du niveau de vie et du niveau d’hygiène.

Elle s’attaque d’abord à la peau puis aux nerfs et finit, si elle n’est pas traitée à temps, par provoquer des paralysies et mutilations des membres ainsi que des atteintes oculaires pouvant aller jusqu’à la cécité.

Son évolution extrêmement lente – l’incubation dure un à dix ans, parfois plus – en fait une maladie difficile à contrôler dans une vingtaine de  pays pauvres, en Asie du Sud, Afrique ou Amérique, où elle subsiste à l’état endémique.

Selon l’OMS, l’Inde reste le pays le plus touché (près de 127 000 nouveaux cas en 2013), devant le Brésil (31 000 cas), l’Indonésie (près de 17 000 cas) et deux pays africains, l’Ethiopie et la République démocratique du Congo (entre 3500 et 4500 nouveaux cas).

Des infirmités définitives 

Grâce aux chimiothérapies mises au point dans les années 80, avec des traitements combinant trois antibiotiques, proposés gratuitement par l’OMS aux pays pauvres depuis 1995, 15 à 16 millions de personnes ont été guéries au fil des années, dont 20 à 30% conservent des infirmités définitives.

En l’absence d’un vaccin efficace, le dépistage précoce reste à l’heure actuelle la seule arme pour limiter ces séquelles, relèvent les spécialistes.

«La lèpre peut être complètement guérie lorsqu’on intervient au niveau des taches cutanées, ce qui n’est plus le cas lorsque les nerfs sont atteints» précise le Dr Francis Chaise, chirurgien de la main et des nerfs périphériques qui réalise des interventions sur des mains «en griffe» paralysées par la lèpre pour leur redonner une mobilité.

Mais dépister des malades dans des zones déshéritées, souvent difficiles d’accès, alors même que la maladie a été éradiquée dans les villes, reste une gageure pour la plupart des pays concernés.

Au Burkina Faso par exemple, 33% des nouveaux malades sont découverts alors qu’ils présentent déjà des incapacités importantes.

Pour le Pr Jarlier, «il faudrait de surcroît revenir chaque année» pour repérer rapidement les malades «en cours d’incubation qui ne présente pas encore de signes visibles, mais qui peuvent déjà contaminer leur entourage».

Un autre grand défi reste le diagnostic bactériologique de la maladie, qui ne peut se faire qu’à travers des tests très difficiles à réaliser «lorsqu’on est au fin fond du Niger», ajoute le Pr Jarlier.

Pour soutenir la recherche, financer des dispensaires ou organiser la formation de chirurgiens pour traiter les séquelles orthopédiques de la maladie, les associations de lutte contre la lèpre mobiliseront des milliers de bénévoles de vendredi à dimanche pour collecter des dons.

http://www.lapresse.ca/

Étude : Restauration de la vue: le cerveau ne récupère pas complètement


Le cerveau s’adapte quand une personne perds la vue. Il accentue la capacité aux autres sens pour voir autrement. Mais curieusement, il serait difficile de faire marche arrière et de retrouver la vue entièrement
Nuage

 

Étude : Restauration de la vue: le cerveau ne récupère pas complètement

 

Restauration de la vue: le cerveau ne récupère pas complètement

Crédit photo : archives TVA Nouvelles

Les aveugles dont la vue a été restaurée pourraient ne pas recouvrer complètement la vue à cause de la réorganisation de leur cerveau lorsqu’elles étaient non-voyantes, selon une récente recherche montréalaise et italienne.

Des scientifiques de l’Université de Montréal et de l’Université de Trento en Italie ont découvert que la réorganisation sensorielle qui se produit dans le cerveau durant une cécité de longue durée pourrait empêcher une restauration complète de la vue.

Selon les chercheurs, le cortex visuel — la partie du cerveau qui traite l’information provenant des yeux — conserve une certaine plasticité et a la capacité de s’adapter, même chez un adulte ayant une faible vision depuis l’enfance.

Mais ils ont aussi constaté que, plusieurs mois après une chirurgie qui devait restaurer la vue, le cortex visuel n’avait toujours pas atteint son fonctionnement normal.

En effet, le cortex occipital — c’est-à-dire la partie du cerveau responsable de la vision — d’une personne atteinte de cécité développe une capacité de traitement pour d’autres sens, comme l’ouïe et le toucher, afin de compenser la perte de vision.

«Cette importante réorganisation du cerveau pourrait toutefois devenir un handicap pour les personnes qui recouvrent la vue grâce à la chirurgie, car le cortex occipital pourrait avoir aurait de la difficulté à «voir» après avoir été privé de stimuli visuels pendant des années», a expliqué l’auteure principale de cette étude, Giulia Dormal.

http://tvanouvelles.ca/