Grand Bonheur


Il y a des gens qui attendent tellement de la vie, qu’ils oublient que le présent apporte plus souvent qu’autrement des petits moments à partager et sitôt que des petits bonheurs passent, ils se dépêchent de les oublier
Nuage

 

Grand Bonheur

 

« Beaucoup de gens perdent les petites joies dans l’attente du Grand Bonheur. »

Pearl. S.Buck

Un chat affectueux interrompt un agent de police occupé à mettre une amende.


Mon chat Virgule était un chat comme ça. Quand il voulait des câlins que l’on soit debout ou assis, rien ne pouvait l’en dissuader.
Nuage

 

 

Un chat affectueux interrompt un agent de police occupé à mettre une amende.

 

 

L’officier de police Keith Urban venait d’arrêter une voiture pour un contrôle de routine lorsqu’un chat amical s’est approché pour le surprendre !

Cette vidéo, filmée par la caméra du tableau de bord de la voiture de police, montre comment ce chat hilarant a attiré son attention !

Urban s’est montré très patient avec le félin affectueux, comme il l’a expliqué au Taylor Daily Press :

“Je crois que le conducteur du véhicule était en train de rire… et il m’a même proposé de sortir de sa voiture pour m’aider à retirer le chat.”

Heureusement, le chat n’a pas utilisé ses griffes au moment de dire “bonjour”, mais Urban a tout de même eu des remords de le chasser ainsi. Néanmoins, ses actions n’ont visiblement pas réussi à dissuader le chat de revenir pour plus de caresses !

http://bridoz.com/

Le Saviez-Vous ► TOP 25 Les pires mots de passe de 2014


Choisir des mots de passe, ce n’est pas toujours évident, surtout qu’il ne faut pas mettre des mots de passe pour tous nos comptes. Cependant, il est nécessaire de se creuser un peu la tête pour éviter d’être les mots les plus risqués
Nuage

 

TOP 25

Les pires mots de passe de 2014

 

TVA Nouvelles

Trouver un mot de passe efficace, mais surtout facile à retenir n’est pas toujours facile. Le site SplashData a publié aujourd’hui son top 25 annuel des mots de passe les plus utilisés en 2014, et donc, peu sécuritaires. Si certains mots de passe demeurent dans la liste depuis quelques années, d’autres ont fait leur apparition l’année dernière.

Une chose est sûre : les superhéros sont à l’honneur!

Les nouveaux mots de passe à entrer dans le top 25? Baseball, dragon, football, mustang, access, master, Michael, Superman, 696969 et Batman.

Votre mot de passe fait partie de cette liste? N’hésitez surtout pas à le changer.

Top 25 des pires mots de passe de 2014

 

  1. 123456 (inchangé)
  2. password (inchangé) 
  3. 12345 (en hausse de 17) 
  4. 12345678 (en baisse de 1) 
  5. qwerty (en baisse de 1) 
  6. 123456789 (inchangé) 
  7. 1234 (en hausse de 9) 
  8. baseball (nouveau) 
  9. dragon (nouveau) 
  10. football (nouveau) 
  11. 1234567 (en baisse de 4) 
  12. monkey (en hausse de 5) 
  13. letmein (en hausse de 1) 
  14. abc123 (en baisse de 9) 
  15. 111111 (En baisse de 8) 
  16. mustang (nouveau) 
  17. access (nouveau) 
  18. shadow (inchangé) 
  19. master (nouveau) 
  20. michael (nouveau) 
  21. superman (nouveau) 
  22. 696969 (nouveau) 
  23. 123123 (en baisse de 12) 
  24. batman (nouveau) 
  25. trustno1 (en baisse de 1)
Top 25 des pires mots de passe de 2013

 

  1. 123456 (en hausse de 1)
  2. password (en baisse de 1)
  3. 12345678 (inchangé)
  4. qwerty (en hausse de 1)
  5. abc123 (en baisse de 1)
  6. 123456789 (nouveau)
  7. 111111 (en hausse de 2)
  8. 1234567 (en hausse de 5)
  9. iloveyou (en hausse de 2)
  10. adobe123 (nouveau)
  11. 123123 (en hausse de 5)
  12. Admin (nouveau)
  13. 1234567890 (nouveau)
  14. letmein (en baisse de 7)
  15. photoshop (nouveau)
  16. 1234 (nouveau)
  17. monkey (en baisse de 11)
  18. shadow (inchangé)
  19. sunshine (en baisse de 5)
  20. 12345 (nouveau)
  21. password1 (en hausse de 4)
  22. princess (nouveau)
  23. azerty (nouveau)
  24. trustno1 (en baisse de 12)
  25. 000000 (nouveau)

http://tvanouvelles.ca/

Les papyrus d’Herculanum livrent de nouveaux secrets


Imaginez lire un papyrus carbonisé lors de l’éruption du volcan Vésuve qui avait enseveli Pompéi et d’Herculanum. Impossible de le dérouler sans le détruire, mais une nouvelle technologie arrive a pourtant à lire sans le dérouler
Nuage

 

Les papyrus d’Herculanum livrent de nouveaux secrets

Par Bernadette Arnaud

Une nouvelle technique d’imagerie utilisée au Synchrotron de Grenoble permet de déchiffrer les très fragiles rouleaux récupérés après l’éruption du Vésuve en -79 sans risquer de les détruire.

BIBLIOTHÈQUE. Ils étaient illisibles, réduits à l’état de cylindres carbonisés. Et pourtant, des chercheurs viennent de les faire « parler ». Détruits lors de la célèbre éruption du Vésuve en 79 de notre ère – qui détruisit aussi Pompéi – les contenus de ces papyrus (volumen) étaient pour leur majorité inaccessibles en raison de leur état. Mais une avancée technologique majeure vient de permettre à une équipe de recherche internationale de pénétrer au cœur de l’un de ces rouleaux, sans avoir à le dérouler ! Un espoir pour connaître enfin les trésors que recèle l’unique bibliothèque de l’antiquité gréco-latine parvenue jusqu’à nous

Cette nouvelle technique d’imagerie, appelée tomographique X en contraste de phase (XPCT), a été utilisée par les équipes du Synchrotron de Grenoble (ESRF) avec les chercheurs de l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (dépendant du CNRS) et du CNR Italien, comme le relate l’étude publiée dans Nature communications. Elle a été appliquée sur un des six rouleaux (le n°4) dits des « papyrus d’Herculanum de Paris » offerts en 1802 en cadeau au Premier consul Napoléon Bonaparte par le roi de Naples Ferdinand IV.

Papyrus : Le matériau papyrus était fabriqué à partir de portions de tiges de la plante appelée papyrus. Sur des fibres verticales étaient disposées des fibres horizontales plus fines qui, pressées ensemble, formaient des feuillets pouvant atteindre 40 cm x 40 cm. Le suc de la plante exprimé lors de l’écrasement des fibres faisait office de colle, entre la trame et la chaîne. Une fois séchés au soleil, les feuillets collés bout à bout formaient des rouleaux plus ou moins longs. Ceux d’Herculanum atteignaient en moyenne une dizaine de mètres.

Ces papyrus avaient aussitôt été confiés aux savants de l’Institut de France où ils sont depuis conservés.

« L’utilisation de cette technique nous a permis, sans avoir à  dérouler le rouleau, d’identifier un bon nombre de lettres cachées à l’intérieur », explique le papyrologue Daniel Delattre, de l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, l’un des pères de l’étude.

C’est en partie grâce aux infimes reliefs laissés par l’encre sur le papyrus que 22 lettres de l’alphabet grec (qui en contient 24) ont pu ainsi être distinguées (la définition des images est ici de 45 microns).

Dans l’Antiquité, on écrivait en effet en utilisant une encre à base de carbone obtenue à partir de résidus de fumée (lire ci-dessous).

Encre : Des analyses effectuées en 1990 par des chercheurs norvégiens ont permis de vérifier la composition de l’encre antique, connue jusque-là seulement par les auteurs anciens. A savoir qu’une grande quantité de suie était produite par la combustion de charbon de bois dans des pièces aux murs lisses, suie que l’on raclait ensuite, pour la mélanger à de la gomme arabique, et en faire de l’encre. L’ensemble se présentait ensuite sous forme de galettes qu’il suffisait de briser en fragments et de diluer dans de l’eau.

TIC. Il n’avait pas été possible jusque-là de la distinguer du support car sa composition est quasi identique à celle des papyrus carbonisés. Or c’est en jouant sur la différence des indices de réfraction de l’encre et du papyrus carbonisé que la nouvelle technique s’est révélée efficace : le faible relief des lettres à la surface des fibres de papyrus a été suffisant pour produire un contraste significatif. La précision est telle que les chercheurs sont désormais à même d’identifier peut-être… l’auteur des textes ! Daniel Delattre a en effet découvert la présence d’un petit « crochet » à la base de certaines barres verticales des lettres, « tic » d’écriture du copiste de ce rouleau.

Des papyrus ont « explosé » suite à des manipulations malheureuses

Ces centaines de papyrus carbonisés –  au nombre de  600 à 700 –, ont été sans doute réunis par le philosophe Philodème de Gadara, auteur lui-même de nombreux livres d’éthique. Ils ont été exhumés, entre 1752 et 1754, d’une villa située à Herculanum et appartenant à Calpurnius Pison Caesoninus, le beau-père de Jules César, et appelée depuis « Villa des Papyrus ». Cette magnifique demeure patricienne avait été totalement ensevelie sous des torrents de boue et de lave descendus du Vésuve. Cuits par la chaleur des coulées destructrices (320°C), ces rouleaux végétaux n’ont cependant pas été calcinés puisqu’ils n’ont jamais été au contact des flammes. Une chance que les chercheurs tentent depuis longtemps d’exploiter.

Depuis leur découverte au 18e siècle, de multiples tentatives de lecture ont en effet eu lieu. Une machine à dérouler les papyrus avait même été inventée au 18e siècle par un spécialiste des miniatures du Vatican du nom d’Antonio Piaggio. Malheureusement – et encore récemment – divers essais d’écorçage ont fait « exploser » en centaines de fragments certains de ces inestimables trésors, les mutilant ou les détruisant à jamais.

D’où l’intérêt de cette nouvelle technique qui préserve l’intégrité des documents.

« Elle ouvre de nouvelles perspectives non seulement pour les rouleaux d’Herculanum non encore exploités, mais aussi pour ceux qui restent sans doute à découvrir, poursuit Daniel Delattre qui s’inquiète cependant pour la pérennité des recherches. Ces travaux demandent des études longues et savantes, et il faut que de jeunes chercheurs puissent obtenir des postes pour les poursuivre. A ceux qui ne comprennent toujours pas pourquoi on étudie des « langues mortes », je dis simplement : ce sont les Grecs et les Romains qui nous parlent en direct à travers ces textes vieux de 2.000 ans ! ».

Une nouvelle séquence d’analyses de rouleaux d’Herculanum est prévue au Synchrotron de Grenoble au printemps 2015.

http://www.sciencesetavenir.fr/

Le bruit, ce tueur près de chez vous


Où est le silence, à moins d’aller en campagne, il est impossible de trouver le silence en ville. Le bruit est partout et comme si cela n’était pas assez, les gens se l’imposent à forte puissance directement dans les oreilles de quoi a devenir sourd
Nuage

 

Le bruit, ce tueur près de chez vous

 

Le bruit, ce tueur près de chez vous

Ce billet a d’abord été publié sur le blogue Hinnovic de l’Université de Montréal.

Par Jérémy Bouchez.

Il est pratiquement impossible d’y échapper. Corollaire des activités humaines, le bruit est partout dans nos vies, à un point tel que la pollution sonore est devenue un problème de santé publique.

Nous baignons dans un océan sonore

1 million d’années de vie en bonne santé perdus suite à la morbidité, à des invalidités ou à une mortalité prématurée. C’est, selon un rapport de l’Organisation mondiale de la santé (OMS, 2011), la conséquence de la pollution sonore résultante de la circulation automobile en Europe. Le bruit des véhicules n’est bien sûr pas la seule source de nuisance sonore ayant des conséquences importantes sur notre santé et sur l’environnement. Dans les grandes villes, nous baignons littéralement dans un océan de sons agressifs : construction, systèmes de son des voitures, motoneiges, concerts extérieurs ou intérieurs, bruits de voisinage (tondeuses, coupes-haies, scies électriques, instruments de musique, système Hi-Fi ou systèmes de cinéma maison, etc.), aéroports, parcs industriels trop proches des habitations. Il ne faut pas oublier non plus la pollution sonore que certaines personnes s’infligent de façon volontaire avec les casques audio branchés sur leur baladeur MP3, téléphone intelligent, tablette ou ordinateur. Même si les fabricants mettent en garde les utilisateurs contre les impacts potentiellement irréversibles d’un volume trop élevé sur l’oreille interne, les spécialistes de l’audition tirent la sonnette d’alarme.

Une récente étude de l’institut de sondage Ipsos en France révèle que «trois jeunes sur quatre auraient déjà été sujets à des troubles de l’audition» et la tendance est la même au Québec.

Ainsi, dans un dossier du magazine Protégez-vous, Marie-Pierre Caouette (Ordre des orthophonistes et audiologistes du Québec) déclarait en 2011 «qu’au cours de la dernière décennie, la demande pour des appareils et des services audiologiques a plus que doublé chez les 25-29 ans».

Pour les experts, nous sommes littéralement en train de préparer une génération de sourds et il s’agit clairement d’un problème de santé publique.

Des impacts importants sur la santé

Les impacts du bruit sur la santé sont nombreux : gêne, dépression, acouphènes, diminution de la qualité du sommeil, augmentation du stress, risques cardio-vasculaire, retard d’apprentissage et problèmes de santé mentale pour des élèves fréquentant des écoles proches de sources importantes de pollution sonore comme un aéroport, une ligne de chemin de fer ou encore une voie autoroutière. Il faut savoir qu’un bruit de 40 dB durant moins de 3 minutes, peut réveiller la majeure partie des gens durant la phase 2 du sommeil, une période transitoire qui précède celle de l’installation du sommeil profond. Or, 40 dB équivalent au niveau sonore régnant dans une bibliothèque ou au fonctionnement d’un lave-vaisselle! Considérant ceci, il est facile de comprendre les répercussions des bruits auxquels nous sommes confrontés durant une journée.

Imaginez vivre à côté d’un aéroport important. Si vous êtes dans la trajectoire des pistes, vous serez soumis aux heures de pointe à un bruit pouvant atteindre 120 dB pouvant durer quelques fois 20 secondes et se répétant toutes les 2 minutes, voire toutes les minutes pour les gros aéroports. Malgré la réduction importante des bruits des moteurs d’avion depuis 30 ans, vivre à proximité d’un aéroport augmente de 2 à 3 % le risque d’être victime d’un accident vasculaire cérébral, en plus du risque d’augmentation de l’hypertension artérielle. C’est d’ailleurs pour sensibiliser les autorités municipales, provinciales et fédérales à la pollution sonore engendrée par l’aéroport Pierre-Elliott Trudeau que des citoyens ont créé en 2012 le groupe Les Pollués de Montréal-Trudeau. Ces citoyens ont d’ailleurs effectué une levée de fond afin d’installer des sonomètres dans la trajectoire des avions et autour de l’aéroport. Il semblerait que le couvre-feu entre 23h00 et 7h00 du matin ne soit pas respecté.

Cependant, la pollution issue du bruit n’est pas nécessairement le fait d’une intensité sonore élevée. En effet, tout le monde a déjà subi la gêne occasionnée par un bruit faible ou répétitif la nuit ou dans un environnement silencieux comme un chien qui aboie, un ventilateur de condenseur de climatisation l’été ou même le tic-tac d’une horloge pour certain. Ce type de désagrément sonore peut-être aussi, voire plus gênant que le bruit d’un camion passant de jour sur une grande avenue. Comme le mentionne cet article du site de l’émission La vie en vert, «on doit tenir compte de ce qui est ressenti : à partir du moment ou un bruit gêne, dérange ou perturbe le bien-être normal, on est en présence de pollution sonore.»

Des solutions simples aux solutions plus complexes

Alors que faire pour réduire le plus possible les impacts de ce problème de santé publique? Premièrement, nous sommes autant récepteurs qu’émetteurs de bruits. Il revient donc à chacun de prendre des décisions visant à limiter son impact sonore. Cela peut-être en isolant phonétiquement son propre logement (surtout faisable en tant que propriétaire) ou en portant attention aux habitudes de nos voisins. En effet, la réduction de notre propre pollution sonore commence par le respect d’autrui. Il est bon également de « savoir s’écouter » par les nuisances des autres. Si on porte plus attention aux bruits qui nous indisposent, on sera plus susceptibles de ne pas reproduire le même comportement, par exemple en baissant sensiblement le volume sonore de la musique en voiture, surtout l’été quand les fenêtres sont grandes ouvertes, tant celles du véhicule que celles des logements. On peut apprécier écouter de la musique, mais on n’a pas le droit de l’imposer aux autres.

Interpeller nos élus

Il ne faut pas négliger l’importance d’une législation visant à réduire la pollution sonore. Quand on peut faire face à une amende conséquente ou à un jugement pour non-respect d’un règlement ou d’une loi visant à diminuer la pollution sonore, on réfléchit à deux fois avant de mettre de côté son savoir-vivre. Au Québec, il existe des lois et règlements visant à protéger l’environnement contre les pollutions sonores notamment dans la loi sur la qualité de l’environnement. Toutefois, le Regroupement québécois contre le bruit dénonce le retard de la province en matière d’arsenal législatif en matière de lutte à la pollution sonore. Si vous estimez que vous êtes victime d’une pollution sonore, voici la page du Ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la lutte contre les changements climatiques qui vous explique les recours et démarches envisageables.

Le rôle central des fabricants et concepteurs de produits en matière de design et d’innovation

Les lois et règlements doivent aussi être renforcés du côté des fabricants. Nous n’arriverons pas à réduire la pollution sonore sans l’implication totale des fabricants et des concepteurs de produits. Soit le milieu industriel comprend l’importance d’innover et de créer des produits moins bruyants, soit il faut le contraindre à inclure la composante sonore dans tout projet industriel. Des efforts ont été faits dans certains domaines, comme celui du transport aérien. Les avions récents sont en moyenne 75 % moins bruyants qu’aux premiers temps de l’aviation à réaction, mais les riverains proches des aéroports sont toujours autant mécontents. En cause, l’augmentation constante du trafic aérien mondial. Finalement, la pollution sonore engendrée par le trafic automobile est un enjeu majeur. Dans ce secteur, les innovations nécessaires touchent autant à la conception des moteurs, au revêtement des routes, qu’aux dispositifs antibruit mis en place aux abords des routes et autoroutes. Au bout du compte, le fonctionnement du moteur (à explosion, rappelons-le!), l’écoulement de l’air et surtout le frottement des pneus sur le revêtement occasionnent un niveau sonore moyen de 80 dB en ville et d’avantage aux abords d’une autoroute. L’apaisement de la circulation routière passe par la diminution de la vitesse et de la quantité de véhicules se déplaçant, l’amélioration de la technologie du moteur (voire son abandon…) et la promotion de transports actifs.

Alors que la population mondiale est de plus en urbaine, réduire les déplacements en voiture ou en camion permettrait de diminuer la pollution sonore tout comme la pollution atmosphérique, deux tueurs importants qui résultent de notre dépendance à l’automobile.

http://www.sciencepresse.qc.ca

Une dame prépare des paquets de nourriture qu’elle envoie… dans le Nord canadien


Le coût de la vie est différent d’un endroit à une autre même au Canada. Au Nord Canadien, il faut être riche pour faire une simple épicerie de base. Les familles à faible revenu ne peuvent arriver à acheter nourriture, vêtement et autre besoin dans une région que la vie est déjà très difficile
Nuage

 

Une dame prépare des paquets de nourriture qu’elle envoie… dans le Nord canadien

 

Par Sara Harowitz

Une dame prépare des paquets de nourriture qu’elle envoie… dans le Nord canadien

 

Personne ne devrait avoir à payer 28$ pour une laitue, surtout pas au Canada.

C’est ce que croit Jennifer Gwilliam, qui passe des journées à organiser des paquets de nourriture destinés à des personnes qu’elle n’a jamais rencontrées. Ces paquets ne sont pas envoyés à un pays en voie de développement: ils partent pour les régions nordiques du Canada.

Les prix élevés des produits au Nunavut, par exemple, ont soulevé l’ire de bien des Canadiens au cours des dernières années. Quelque 47$ pour une boîte de savon à lessive, 105$ pour une caisse d’eau…

«C’était simplement choquant de voir les prix payés pour de la laitue ou de l’eau, a souligné Mme Gwilliam au Huffington Post Canada. J’étais choquée. C’est déjà difficile de joindre les deux bouts sans ce genre de prix. Alors j’ai voulu faire quelque chose.»

Après avoir fait quelques recherches, la résidante de Shawnigan Lake, en Colombie-Britannique, tombe sur le groupe Facebook «Feeding My Family», conçu pour sensibiliser à cette crise. Mme Gwilliam voulant transformer son indignation en action, elle décide, l’été dernier, de lancer son propre groupe, «Helping Our Northern Neighbours».

Son groupe permet ainsi de jumeler des individus qui souhaitent envoyer des paquets à d’autres qui en ont grand besoin. Ceux qui participent peuvent donner un paquet pour un seul envoi ou contribuer à aider une famille sur une base régulière.

«Quand j’ai vu que des gens dans le nord du pays devaient parfois passer des journées sans manger et que des enfants ne mangeaient pas à leur faim, je me suis dit que c’était comme au tiers-monde et que ça ne devrait pas être comme ça dans notre pays», a-t-elle fait valoir.

elder northern food crisis

Elisapee Ishulatak, 88 ans, reçoit un paquet. «Je crois que l’expression dans son visage veut tout dire», souligne Jennifer Gwilliam.

Plus de 400 noms cherchant à recevoir de l’aide figurent sur la liste. Et seulement la moitié a pu compter sur de l’aide jusqu’à maintenant. Selon la dame de 59 ans, plusieurs des donneurs vivent eux-mêmes d’un chèque de paie à l’autre, ce qui ne les empêche pas de redonner à ceux qui en ont encore plus besoin.

Candy Ivalutanar, qui habite à Repulse Bay, au Nunavut, avec son mari et leurs deux enfants, dit avoir pleuré lorsqu’elle a reçu un colis pour la première fois.

«J’ai dit à mon mari: « Je croyais que nous n’allions rien recevoir. Je croyais que personne ne voudrait nous aider. » Cela m’a tellement touchée», a raconté Mme Ivalutanar au Huffington Post.

Elle répète fréquemment à la personne derrière les paquets – déjà plusieurs ont été envoyés – à quel point elle l’aime.

«Je l’aime tellement pour toute l’aide qu’elle nous apporte, lance-t-elle. Même si c’est juste un peu, c’est beaucoup pour moi.»

northern food crisis

Semi Malliki, 88 ans, avec un paquet. «Cette boîte était pour lui et son frère de 77 ans. Sa fille nous assure qu’il était sans voix lorsqu’il a reçu le paquet», dit Jennifer Gwilliam.

Le programme Nutrition Nord, qui subventionne les envois de nourriture aux détaillants par avion pour amoindrir les coûts, ne suffit pas. Les coûts d’envoi sont élevés, explique M. Gwilliam. Pour elle, l’envoi d’un paquet qui pèse de 15 à 20 kg peut coûter de 85 à 150$.

«Ces personnes demandent des choses de base. Une couverture, des bas ou des bottes pour les enfants. Elles veulent des céréales pour déjeuner. Elles ne cherchent pas du luxe. Un pays comme le Canada devrait être en mesure de soutenir tous ses citoyens» Jennifer Gwilliam

Cet article initialement publié sur le Huffington Post Canada a été traduit de l’anglais.

http://quebec.huffingtonpost.ca

Un chat élit domicile dans un supermarché et devient une célébrité locale


Un chat qui est bien chanceux de pouvoir aller à sa guise dans un supermarché sans se faire donner un coup de balai sur les flancs. Surement qu’il décroche plusieurs sourires des clients
Nuage

 

Un chat élit domicile dans un supermarché et devient une célébrité locale

 

Par Sophie Le Roux Crédits photo :

Facebook – Tiverton Tesco Cat

Voilà 4 ans qu’un chat dénommé Mango a franchi pour la première fois la porte du supermarché Tesco de Tiverton, dans le comté du Devon en Grande-Bretagne. Et le matou a tant apprécié l’endroit qu’il a tout simplement décidé de ne plus le quitter.

Pour le plus grand bonheur des employés et clients du magasin, et sans doute un peu moins de ses humains, le félin aime plus que tout se balader dans les allées, se percher sur les étagères et s’endormir au milieu des étals, amassant au passage caresses et mots doux.

Tout le monde aime Mango

Quand il ne fait pas la sieste dans le hall d’accueil du supermarché, au milieu des cartons ou sur le paillasson, Mango est toujours partant pour prendre la pause devant ses admirateurs et jouer avec les enfants. La direction du magasin lui a acheté une niche pour qu’il puisse s’y abriter quand il préfère rester à l’extérieur.

Le matou est tellement aimé qu’une famille a décidé de créer une page Facebook en son honneur, « pour donner le sourire aux gens ». Elle est à ce jour suivie par plus de 8 000 personnes, et nombreuses sont celles qui publient des photos du célèbre matou.

Mango partage sa vie entre le supermarché et sa maison, où il daigne tout de même rentrer de temps en temps pour dire bonjour à ses humains et vider sa gamelle. Il est d’ailleurs demandé aux clients de ne pas le nourrir, mais comment résister à l’envie de donner une petite friandise à cette adorable boule de poils ?




http://wamiz.com/