Le monde est magnifique


Oui malgré tout ce que l’être humain fait, le monde est magnifique. Les gens ne prennent peut-être pas assez de temps pour l’admirer et c’est probablement pour cela que même si la Terre tourne, l’humain déraille
Nuage

 

Le monde est magnifique

 

Le monde est magnifique mais pour le croire, le vivre, le ressentir, il faut changer son regard et réfléchir sur l’essentiel par un travail d’introspection.

Louis Berger

Il sauve la vie du policier qui l’arrête !


Un voleur qui a le sens d’humanité envers son prochain et ce même si celui-ci l’avait arrêté après avoir fait un cambriolage. Les policiers ont su lui être reconnaissants. Espérons pour lui, que sa peine sera allégée et qu’il pourra décider de prendre sa vie en main
Nuage

 

Il sauve la vie du policier qui l’arrête !

 

Daniel Girard

Un jeune criminel de Fort Lauderdale sera honoré par les policiers.

Vous avez bien lu.

Jamal Rutledge, 17 ans, a sauvé la vie de l’agent… qui l’a arrêté.

L’adolescent était assis, menotté, dans une station de police de Fort Lauderdale.

Il venait d’être épinglé pour cambriolage et bris de probation.

L’agent Franklin Foulks, 49 ans, était en train d’écrire son rapport d’arrestation…

Quand il s’est soudainement effondré, victime d’un malaise cardiaque.

Jamal Rutledge a vite vu que quelque chose n’allait pas et il a alerté les autres policiers en faisant du tapage.

Trois autres policiers sont vite venus à la rescousse de leur collègue pour sauver sa vie in extremis.

Selon les médecins, c’est grâce à la réaction rapide de l’adolescent que le policier a pu être sauvé.

Jamal Rutledge et les trois autres policiers qui ont secouru l’agent  Franklin Foulks seront honorés la semaine prochaine lors d’une cérémonie spéciale.

http://www.journaldequebec.com

Le Saviez-Vous ► L’histoire des Pages Jaunes


Avant, la compagnie de téléphone livrait a tous ses abonnés des annuaires de téléphones avec une partie de pages blanches et l’autre de pages jaunes. Si la population était importante alors deux bottin étaient distribué, chacun sa couleur. Aujourd’hui, l’annuaire disparaît peu à peu des maisons pour laisser place à Internet de trouver un numéro de téléphone, une adresse, et même un code postal.
Nuage

 

L’histoire des Pages Jaunes

Les Pages jaunes (Yellow pages en anglais) est un annuaire téléphonique que l’on retrouve sous des formes très similaire dans de nombreux pays du monde.

Il regroupe les coordonnées des professionnels, qui sont triées selon leur activité. Pour trouver les coordonnées d’un particulier, il faut rechercher dans les pages blanches.

Au Etats-Unis :

L’origine du nom vient de la couleur jaune des pages de la version papier. En 1883, un imprimeur de Cheyenne (Wyoming), à court de papier blanc lors de l’impression d’un annuaire, utilise pour la première fois un papier jaune.

Les Yellow Pages furent imprimées en même temps que les premiers annuaires téléphoniques en 1878 à New Haven (côte est des Etats-unis). Le livre n’était constitué que d’une page et listait une cinquantaine de noms. A cette époque seul le nom était écrit, car c’était les opératrices qui connectait chaque clients.

En 1886, Reuben H. Donnelly publie le premier annuaire intitulé Yellow Pages.

En France :

Sébastien Bottin publia le premier annuaire des entreprise en 1763 sous l’appellation Almanach du commerce et de l’industrie. Il a d’ailleurs donné son nom à l’annuaire téléphonique, communément surnommé le bottin en France et en Suisse.

En 1880, avec l’installation des premiers centraux de communication manuels, apparaît le premier annuaire des abonnés téléphoniques (il comportait à peine 200 connexions). Les numéros de téléphone qui étaient donnés par les opératrices du numéro 11, depuis 1921 en Suisse et 1938 en France, provenaient des annuaires édités par la Direction des Postes et Télégraphes.

http://jaune.blogs.fr/

Les araignées ne transmettraient pas de maladies bactériennes


Il y a des accusations injustes envers les araignées. En effet elles sont accusées à tort de transmettre des maladies bactériennes alors que les causes sont ailleurs. En fait, il y a une seule araignée qui serait susceptible d’infecté une personne par ses morsures et elle se trouve en Australie
Nuage

 

Les araignées ne transmettraient pas de maladies bactériennes

 

N’ayez pas peur des araignées : il est peu probable qu’elles transmettent des maladies bactériennes. © GollyGforce – Living My Worst Nightmare, Flickr, CC by 2.0

La morsure d’une araignée est parfois suspectée d’être la cause d’infections bactériennes. Pourtant une récente étude prouve que les cas restent minimes. Ce diagnostic trompeur incriminerait injustement ces innocentes petites bêtes.

Les moustiques et les tiques transmettent des maladies. Mais qu’en est-il des araignées ? Comme des bactéries sont présentes sur les crochets ou les pièces buccales de ces animaux, on peut imaginer que la morsure d’une araignée puisse transmettre des maladies. Parfois, médecins et patients attribuent aux araignées la cause d’infections bactériennes. Des chercheurs ont donc voulu savoir si les cas avérés de transmissions d’infections par des araignées étaient nombreux.

Pour cela, une équipe de scientifiques menée par un entomologiste de l’université de Californie, Richard Vetter, a effectué une revue de littérature sur le sujet. Ils ont extrait des données provenant de publications sur des envenimations d’araignées, c’est-à-dire des manifestations dues à l’entrée du venin dans l’organisme. Les résultats de l’étude apparaissent dans la revue Toxicon.

D’après cet article, les preuves d’infections ayant eu des araignées pour vecteurs sont maigres, comme l’explique Richard Vetter, le principal auteur :

« En examinant les rapports de milliers de morsures d’araignées de nombreuses espèces dans le monde, nous n’avons trouvé quasiment aucune mention d’infection associée avec une blessure infligée par un arachnide ».

Le seul cas recensé d'une transmission d'infection serait dû à une araignée australienne qui tisse une toile dorée.
Le seul cas recensé d’une transmission d’infection serait dû à une araignée australienne qui tisse une toile dorée. © D. Gordon E. Robertson, Wikimedia Commons, CC by-sa 3.0

Les araignées ne sont généralement pas vecteurs d’infections bactériennes

Cependant, une exception semble confirmer cette règle. Parmi tous les articles analysés, les auteurs ont identifié un cas crédible où une morsure d’araignée aurait bel et bien conduit à une infection. Cet épisode impliquait une grosse araignée d’Australie qui tisse une toile dorée et une bactérie rarement trouvée chez les humains.

« La morsure a conduit à une lésion remplie de pus qui persistait plus de deux mois. »

Malgré tout, Richard Vetter conclut :

« Bien que la morsure d’araignée puisse être un agent causatif d’infection bactérienne séduisant et plausible, les données montrent que c’est fortement improbable ».

C’est donc par erreur que médecins et patients incriminent des morsures d’araignées. Par exemple, dans une étude portant sur 182 patients de Californie du Sud qui se sont plaints de morsures d’araignées, moins de 4 % avaient subi une envenimation due à une araignée. En revanche, 86 % d’entre eux avaient une infection de la peau. La vraie cause serait donc tout autre. Les araignées servent en réalité de boucs émissaires…

Conséquence de ces mauvais diagnostics : les patients peuvent développer une arachnophobie injustifiée et utiliser de manière excessive des pesticides dans leur logement

http://www.futura-sciences.com/

La nécessité du «chialage»


Qui aurait cru qu’on trouverait des points positifs au chialage, voir même une façon de consolider une amitié où un couple. Bien sûr, il y a des chialages contre productifs, mais quand les émotions négatives sont proportionnelles à la cause, les résultats ont plus de chance d’être positif
Nuage

 

La nécessité du «chialage»

 

L'expression indirecte des émotions négatives accroît les problèmes... (Photo Shutterstock, wavebreakmedia)

L’expression indirecte des émotions négatives accroît les problèmes relationnels au lieu de contribuer à les régler. Mieux valent des expressions émotionnelles directes consistant à critiquer le comportement du conjoint et demander des changements précis.

Photo Shutterstock, wavebreakmedia

Yves Dalpé

(Québec) Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les gens qui expriment leurs émotions négatives développent plus d’amitiés intimes. Et les partenaires d’un couple ressentent une plus grande intimité si leurs conjoints révèlent plus d’émotions négatives.

En thérapie conjugale, certains clients expriment parfois leur malaise avec leurs «chialages» et préféreraient obtenir des conseils sans avoir à se mouiller outre mesure. Parfois, ces personnes sont des adeptes du «positivisme» dans la vie. Nous aimerions tous vivre dans l’harmonie sans éprouver d’émotions négatives. Surtout avec notre amoureux ou amoureuse qui devrait être une fontaine d’émotions positives, selon nos attentes. Des couples sont fiers de se présenter comme faciles à vivre et de révéler qu’ils ne se disputent jamais. Malheureusement, leurs «beaux caractères» peuvent leur coûter cher. En effet, les émotions négatives sont inévitables et utiles. Cela est particulièrement vrai dans la vie de couple. En fait, l’inhibition de l’expression émotionnelle empêche le développement de l’intimité.

Le «chialage» est nécessaire. C’est ce qui ressort des nombreuses recherches présentées dans le texte de Baker et coll. (2014), professeurs universitaires de psychologie en Floride et en Nouvelle-Zélande. Les émotions négatives améliorent la relation conjugale si elles sont communiquées efficacement. La colère, la peur, la jalousie, le sentiment de solitude, par exemple, sont des émotions désagréables qui ont leur utilité. En effet, plus nous ressentons l’intensité d’une émotion, plus nous sommes conscients de la nécessité de réagir au problème sous-jacent. Notre motivation à résoudre le problème en est donc magnifiée. En conséquence, nous alertons mieux notre conjoint sur notre préoccupation.

Comme les conjoints désirent habituellement satisfaire leurs besoins mutuels, l’expression de détresse de l’un des deux suscite automatiquement le soutien. C’est pourquoi il existe une corrélation entre l’expression des émotions négatives d’un conjoint et la qualité du soutien subséquent de l’autre conjoint, ce qui diminue la détresse conjugale. Ainsi donc, l’expression des émotions négatives, quoique déplaisante sur-le-champ, bénéficie à la relation du couple parce qu’elle favorise la résolution des problèmes. Cela renforce la relation à long terme. Si un homme est en colère contre sa conjointe à cause de sa consommation excessive d’alcool, celle-ci a plus de chance de reconnaître son problème d’alcool.

Meilleur à long terme

Dans une recherche, on a trouvé que l’expression des émotions négatives, comme la colère et le blâme, pourtant perçues comme moins efficaces et amenant de la détresse sur le coup, avait amené une meilleure entente un an plus tard. Dans une autre recherche, des maris qui avaient montré un manque de motivation en discutant de leur santé ont gagné moins de poids avec le temps à la suite de l’expression des émotions négatives de leur femme. J’ai souvent remarqué cela en entrevue. Un conjoint reçoit avec réticence les doléances de l’autre conjoint, mais le message fait son chemin quand même avec le temps.

Toutefois, il y a des situations dans lesquelles l’expression d’émotions négatives est improductive, sinon nuisible. Quand le problème est mineur et que le «chialage» est disproportionné, le conjoint visé peut ressentir de la colère et du rejet. La satisfaction conjugale en sera abaissée. Aussi, quand la plainte se rapporte à des problèmes insolubles comme dans le cas de l’infertilité, par exemple.

Parfois inefficace

Finalement, il y a des façons productives d’exprimer ses émotions négatives en couple et des façons inefficaces. L’expression indirecte des émotions négatives accroît les problèmes relationnels au lieu de contribuer à les régler. On fait ici référence, par exemple, à la bouderie, au refus de parler, à la pleurnicherie, aux soupirs, au sarcasme, aux questions hostiles, au rabaissement d’autrui, à la moquerie, à la culpabilisation, à l’exagération et à la culpabilisation. Mieux valent des expressions émotionnelles directes consistant à critiquer le comportement du conjoint et demander des changements précis.

Cela vous surprendra peut-être, mais il arrive que de blâmer l’autre, le critiquer et même crier peuvent être efficaces, car ces expressions négatives apporteront une plus grande motivation au changement chez le conjoint. Par exemple, on sait que l’infidélité est associée à une baisse importante de satisfaction conjugale. La réaction de jalousie romantique qu’elle suscite a une fonction adaptative, même si elle provoque des conflits dans un premier temps, car elle garantit une plus grande stabilité de la relation à la longue. Une réaction très négative à la suite de la découverte d’une infidélité assure davantage la correction du comportement.

En somme, le «chialage» est efficace à la condition d’être proportionné aux problèmes rencontrés et d’être activement constructif plutôt que manifesté de façon passive. Il est toujours préférable d’être clair verbalement que de faire sentir ses insatisfactions seulement par la mauvaise humeur.

RÉFÉRENCEL. BAKER et coll. (2014). «When Negative Emotions Benefit Close Relationship», dans W. PARROT, The Positive Side of Negative Emotions, New York, Guilford.

http://www.lapresse.ca/

La Tanzanie interdit la sorcellerie pour protéger les albinos


Comment se fait-il qu’encore à notre époque des superstitions de la sorte existent encore ?. Les gouvernements ont un devoir de sortir leur peuple de l’ignorance et de mieux protéger ceux qui sont différents
Nuage

 

La Tanzanie interdit la sorcellerie pour protéger les albinos

 

Depuis 2000, l'ONU estime même que plus de... (PHOTO TONY KARUMBA, ARCHIVES AFP)

Depuis 2000, l’ONU estime même que plus de 70 albinos ont été tués en Tanzanie.

PHOTO TONY KARUMBA, ARCHIVES AFP

Ephrem RUGIRIRIZA
Agence France-Presse
ARUSHA

Le gouvernement tanzanien a décidé d’interdire la pratique de la sorcellerie pour endiguer les attaques contre les albinos, victimes de croyances qui attribuent des vertus magiques à leurs organes.

«La décision a été annoncée hier (mardi). Ces prétendus sorciers ont une part de responsabilité dans les agressions contre les albinos», a indiqué à l’AFP le porte-parole du ministère de l’Intérieur tanzanien, Isaac Nantanga.

L’interdiction ne vise pas les guérisseurs traditionnels qui utilisent notamment les plantes pour soigner leurs patients. Elle s’accompagnera d’une vaste campagne de communication à travers le pays.

Intitulée «En finir avec les meurtres d’albinos», la campagne devrait sensibiliser la population, mais aussi aider à recueillir des informations pour éviter les enlèvements ou les meurtres, et enquêter sur des attaques.

La campagne, qui doit débuter dans deux semaines dans les régions septentrionales de Mwanza, Geita, Tabora, Simiyu et Shinyanga, les plus touchées, passera par la création d’une force d’intervention associant policiers, autorités locales et membres de la Société tanzanienne des albinos (Tanzania Albino Society-TAS).

«Nous voulons nous attaquer aux enlèvements et aux meurtres d’albinos une fois pour toutes», a déclaré le ministre de l’Intérieur, Mathias Chikawe. «Nous sommes contre ceux qui trompent la population en leur disant qu’ils deviendront riches par enchantement, contre les diseurs de bonne aventure et tous ceux qui distribuent des talismans».

La décision d’interdiction intervient après l’enlèvement, fin décembre, d’une fillette albinos de quatre ans portée disparue depuis.

La petite victime, Pendo Emmanuelle Nundi, a été enlevée le soir du 27 décembre dans le district de Kwimba (province de Mwanza) par des inconnus armés de machettes qui avaient auparavant neutralisé son père.

Quinze suspects, dont son père et deux de ses oncles, ont été arrêtés. Promettant l’aide de l’ONU, le coordinateur des Nations unies dans le pays, Alvaro Rodriguez, a demandé aux autorités tanzaniennes de faire de cette affaire «la plus haute priorité».

Un problème régional

En août, quatre albinos au moins avaient déjà été victimes d’agressions en moins de deux semaines en Tanzanie. Depuis 2000, l’ONU estime même que plus de 70 albinos ont été tués dans ce pays d’Afrique de l’Est.

Le problème dépasse cependant les frontières tanzaniennes.

Dans d’autres pays de la région, comme le Burundi, les albinos sont victimes de ces superstitions qui attribuent des vertus magiques à leurs organes, parfois utilisés par des sorciers et par des guérisseurs.

Mercredi matin, un député kényan, albinos, a estimé que son pays était lui aussi touché.

S’exprimant sur la BBC, Isaac Mwaura a ainsi expliqué que des gangs venus de Tanzanie traversaient la frontière pour venir kidnapper des albinos jusqu’en territoire kényan. Selon lui, le phénomène s’est accentué à l’approche des élections législatives et présidentielle tanzaniennes prévues en octobre.

«Il y a clairement des gens en politique qui recherchent ce genre de mixtures», a-t-il estimé, en référence aux potions préparées par les guérisseurs. «Les gens sont prêts à tuer des albinos parce qu’ils pensent que cela leur portera bonheur».

«Le problème est maintenant devenu un problème régional parce que la Tanzanie n’a pas pris de mesures suffisamment fortes pour l’endiguer», a-t-il encore jugé sur les ondes de la radio.

L’interdiction décrétée par le gouvernement est selon lui un pas dans la bonne direction, mais qui reste encore insuffisant.

Alfred Kapole, président de la TAS pour la région de Mwanza, estime lui aussi que cette mesure est la bienvenue. Mais la campagne qui sera lancée dans deux semaines doit faire participer tout le monde – et pas seulement des officiels venus de Dar es-Salaam – pour être efficace.

D’autant que jusqu’ici, estime-t-il lui aussi, les autorités tanzaniennes n’ont pas assez pris le «problème au sérieux».

http://www.lapresse.ca

Le rein aussi peut faire un infarctus


Quand on parle d’infarctus on pense immédiatement au coeur, pourtant d’autres organes peuvent subir un infarctus comme les reins. Une raison de plus pour prendre des bonnes habitudes de vie, et ce même si ce genre d’infarctus
Nuage

 

Le rein aussi peut faire un infarctus

 

Toute douleur en coup de poignard au niveau de l’abdomen ou du flanc nécessite une consultation médicale rapide. ©Phovoir

Toute douleur en coup de poignard au niveau de l’abdomen ou du flanc nécessite une consultation médicale rapide. ©Phovoir

Rare et méconnu, l’infarctus rénal peut conduire à la mort du rein s’il n’est pas pris en charge à temps. Il est donc essentiel de connaître ses symptômes.

L’infarctus correspond à la destruction partielle ou totale d’un organe suite à l’obstruction d’une artère qui l’alimente en sang et donc en oxygène. Le cœur, le cerveau, les poumons, l’intestin grêle et les reins peuvent être concernés par cette pathologie. En cause ? L’obstruction de l’artère par un caillot, un traumatisme, un anévrisme

Dans le cas du rein, les symptômes de l’infarctus peuvent être très variés. Le plus caractéristique reste une douleur brutale, semblable à un coup de poignard, au niveau du flanc ou de l’abdomen. Cette douleur peut d’ailleurs faire penser à une colique néphrétique. Elle est parfois associée à de la fièvre, des nausées, des vomissements et une hypertension artérielle. Chez des patients présentant des risques thromboemboliques, ces signes nécessitent de consulter en urgence.

Un scanner abdomino-pelvien injecté permet généralement de confirmer le diagnostic. Il peut être complété par une artériographie rénale ou un angioscanner. En cas d’atteinte d’un rein, le traitement  repose sur la prise d’antiagrégants plaquettaires. En cas d’atteinte des deux reins, la priorité est généralement donnée à la chirurgie.

A noter : à l’instar des maladies cardiovasculaires, la prévention de l’infarctus rénal passe par la limitation de facteurs de risque connus tels que le tabagisme, l’excès de poids, la sédentarité…

  • Source : Site de l’Association française d’urologie et de la Revue médicale suisse, consultés le 9 janvier 2015

https://destinationsante.com