Humanité


En cette période de l’année, on entend parler de fraternité, partage et encore de ce si joli mot, les gens semblent plus de bonne humeur, ils cherchent à faire plaisir aux autres, mais après ??? L’année continue …
Nuage

 

Humanité

 

Pendant que nous sommes parmi les hommes, pratiquons l’humanité

Sénèque

20 des chouettes les plus majestueuses jamais photographiées.


Les hiboux, les chouettes sont de magnifiques oiseaux. Ils ont de la classe quoique certain semblent être assez rigolo par leur posture devant la caméra du photographe
Nuage

 

20 des chouettes les plus majestueuses jamais photographiées.

 

#1

1 

Les chouettes sont des créatures absolument stupéfiantes. Leurs yeux profonds et perçants ainsi que leurs hululements fantomatiques appartiennent aux mythes et aux contes folkloriques. C’est peut-être pour ça que nous adorons à ce point ces magnifiques photos de chouettes!

Depuis la nuit des temps, les chouettes ont capturé les imaginaires de plusieurs cultures comme étant des signes avant coureurs de mort, de ruine, de mauvais présages ou de sagesse.

Pour les rongeurs, certains de ces présages sont vrais. Les chouettes sont d’excellents chasseurs dotés d’une excellente maîtrise, avec une excellente ouïe, une vision de nuit affutée, des ailes silencieuses et des serres meurtrières. Elles laissent rarement leurs empreintes.

#2

2 #33 #44 #55 #66 #77 #88 #99 #1010 #1111 #1212 #1313 #1414 #1515 #1616 #1717 #1818 #1919 #20

20

 

http://bridoz.com/

Le Saviez-Vous ► Si la Terre était plate, la gravité poserait de nombreux problèmes


Heureusement que la Terre est ronde, mais si elle était plate, pourrions nous-y vivre ? Pourrions-nous tomber dans l’espace ?
Nuage

 

Si la Terre était plate, la gravité poserait de nombreux problèmes

 

À l’exception des membres de la Flat Earth Society, qui soutiennent encore que la Terre est plate, nous savons depuis bien longtemps que notre planète est ronde. Et pourtant, l’idée qu’elle pourrait ressembler à un disque plutôt qu’à une sphère fascine.

Le monde ressemblerait-il à celui que nous connaissons aujourd’hui? Pourrions-nous tomber de la Terre vers l’infini de l’espace si nous avions le malheur de nous approcher trop près de son périmètre?

C’est exactement ce que s’est demandé Michael Stevens sur la chaîne YouTube VSauce (voir la vidéo en tête d’article à partir de 0’35 »).

« Avec une épaisseur et une densité correcte, vivre au centre de cette planète plate ne changerait pas grand-chose », explique-t-il.

Chute vers le centre de la Terre

Le problème se poserait à partir du moment où l’on s’approcherait du bord de la planète.

« La gravité donnerait une sensation d’inclinaison de plus en plus marquée au fur et à mesure que l’on avancerait vers l’extérieur […]. Cela donnerait l’impression de grimper une côte de plus en plus pentue ».

Comme on peut le voir sur la simulation créée par Yeti Dynamics, les bâtiments devraient être construits sur des paliers de plus en plus inclinés pour que les habitants puissent avoir l’impression de vivre « à plat ».

Et une fois au bord? Pas de risque de partir flotter dans l’espace tels Sandra Bullock et George Clooney dans Gravity. La gravité vous ramènerait vers le centre de cette Terre, au risque de vous faire chuter comme si vous dévaliez une pente raide.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Grippe ou rhume ?


Les urgences, ces temps-ci sont pleins et le temps d’attente est interminable. Le plus gros problème, c’est que les gens courent à l’urgence au moindre bobo et retardent l’accès pour des maux plus importants Faire la différence entre le rhume et la grippe serait déjà un soulagement pour le système de la santé cet hiver.
Nuage

 

Grippe ou rhume ?

 

Fièvre, maux de tête et fatigue, comment savoir si c’est une grippe ou un rhume ?

Vous ne pouvez pas vous tromper. Dans la très grande majorité des cas, la grippe s’accompagne de tels symptômes que vous ne pouvez pas la confondre avec un rhume ou une autre infection hivernale.

La grippe est beaucoup plus agressive que le rhume

En cas de rhume, le nez coule, on se sent faible et fatigué(e).

Parfois surviennent des douleurs musculaires, mais elles sont peu intenses. De même une personne enrhumée peut avoir un peu de fièvre et des maux de tête, mais ces symptômes sont peu marqués.

A l’opposé, la grippe est beaucoup plus agressive. Les symptômes sont très intenses et d’apparition brutale (fièvre élevée, fatigue importante, grande faiblesse, douleurs musculaires, courbatures) avec un sentiment de malaise général intense (on se sent ‘ misérable ‘). Ces symptômes clouent généralement au lit en quelques heures et pour plusieurs jours.

Ce n’est donc pas tant la nature des symptômes qui différencie une grippe d’un rhume, que leur intensité et leur soudaineté.

Quel est l’intérêt de savoir différencier un rhume d’une grippe ?

C’est primordial. Car s’il n’existe aucun traitement contre le rhume, maladie virale bénigne qui guérit spontanément en quelques jours, en revanche, nous disposons d’un médicament antiviral contre la grippe

Ce traitement permet de guérir une grippe en un à deux jours ou d’atténuer fortement les symptômes, au lieu de vous imposer le lit pour au moins une semaine.

Guérir ou atténuer les symptômes ? La différence tient à la rapidité avec laquelle on prend le traitement après le début des symptômes.

En effet, pour être efficace, l’antiviral doit être pris le plus tôt possible, c’est-à-dire dans les 24 heures suivant le début des symptômes (au plus tard dans les 48 heures). Il est donc primordial de consulter très rapidement son médecin pour qu’il vous prescrive ce traitement.

Chez l’adulte, il se présente sous la forme de gélules : une gélule deux fois par jour pendant 5 jours. Chez l’enfant de plus d’un an, il s’agit d’une solution buvable, à adapter selon son poids, également deux fois par jour pendant 5 jours.

Enfin, l’antiviral est également indiqué en prévention chez les personnes qui ont été en contact avec une personne infectée par le virus : une gélule une fois par jour pendant dix jours.

Mis à jour par Isabelle Eustache
Créé initialement par Dr Philippe Presles

Sources : Vidal. Agence nationale de sécurité sanitaire des médicaments (Ansm).

http://www.e-sante.fr

Cet oiseau au double plumage est mi-mâle mi-femelle


L’oiseau cardinal, surtout les mâles ont un plumage magnifique. Ces oiseaux sont présents même au Québec en hiver et quand ils chantent, on dirait qu’ils disent 8 8 8. Ce cardinal est assez particulier, car il deux sexes et donc vraiment très rare, ce qui n’enlève rien à sa beauté
Nuage

 

Cet oiseau au double plumage est mi-mâle mi-femelle

 

Même si vous n’êtes pas ornithologue, vous connaissez peut-être le Cardinal rouge (Cardinalis cardinalis), une espèce de passereaux d’Amérique du Nord. Le mâle a un plumage rouge, tandis qu’il est brunâtre chez la femelle.

Mais que dire maintenant d’un Cardinal rouge qui a un plumage des deux couleurs, parfaitement symétrique? Cette étrange rareté a pu être observée chez un oiseau dans le nord-ouest de l’Illinois aux Etats-Unis, comme le montre cette photo:

cardinal

Exemple d’un phénomène appelé gynandromorphisme bilatéral par les biologistes, cet oiseau a été observé pendant plus de 40 jours entre décembre 2008 et mars 2010 et a clairement attiré l’attention des scientifiques qui l’ont repéré.

« C’était fabuleux de voir que d’un côté l’oiseau apparaissait comme un mâle normal et que de l’autre côté il apparaissait comme une femme normale », a déclaré au HuffPost américain le Dr Brian D. Peer, professeur de biologie à la Western Illinois University. « Ce n’est que lorqu’on voyait les deux moitiés de l’oiseau qu’on réalisait qu’il était vraiment unique ».

Si l’oiseau a une apparence bizarre, son comportement l’est aussi. Dans un article paru en décembre 2014 dans la revue « Wilson Journal of Ornithology », le Dr Peer et ses collaborateurs expliquent que l’oiseau n’a jamais chanté et n’a jamais été vu avec un autre Cardinal.

« Il n’a jamais agi comme un mâle ni une femelle », a commenté au HuffPost le Dr Peer.

Ce plumage hors du commun est dû au fait que ses chromosomes ne se sont pas séparés correctement après la fécondation, selon le New Scientist.

Les chercheurs ont tenté de capturer le Cardinal afin de prélever des échantillons d’ADN mais il n’y sont pas parvenus, poursuit le Dr Peer. Toutefois, des recherches sur des poulets ont montré que chez les individus atteints de gynandromorphisme les cellules mâles se concentraient dans la partie du corps avec le plumage mâle et idem pour les cellules femelles.

Le gynandromorphisme bilatéral a également été observé chez des papillons, des crustacés et d’autres espèces d’oiseaux, selon Science magazine. Selon le Dr Peer, un autre cardinal atteint de gynandromorphisme bilatéral a été observé mais avec le plumage inversé – la partie mâle à droite, la partie femelle à gauche.

Cet article, initialement posté sur le HuffingtonPost américain, a été traduit de l’anglais au français.

http://quebec.huffingtonpost.ca

Il vit pendant 51 ans avec un levier de clignotant dans le bras


Il arrive parfois des choses bizarres dans le domaine médical, comme cet homme qui a subi une chirurgie d’un objet qui a cohabité dans son corps pendant 51 ans, lors d’un accident de voiture
Nuage

 

Il vit pendant 51 ans avec un levier de clignotant dans le bras

 

INSOLITE Après avoir ressenti une douleur au bras, l’Américain Arthur Lampitt a appris par les médecins que c’était un morceau de métal de 18 centimètreS qui le faisait souffrir. L’objet, un levier de clignotant, était coincé depuis un accident de voiture de 1963.

Le 31 décembre dernier, Arthur Lampitt, un Américain de 75 ans, est passé sur le billard dans l’Illinois. Un morceau de métal long de 18 centimètres s’était en effet niché dans son bras… 51 ans plus tôt. Pire, l’objet était un levier de clignotant de voiture.

En 1963, le jeune homme, alors agent immobilier, a eu un grave accident de voiture. Alors qu’il était en route pour la visite d’une maison, il a foncé dans un arbre sur le trajet, relate l’Associated Press. Sa mort avait même été annoncée. Pour autant, la victime n’avait supporté « que » quelques éclats de verre et une fracture du bassin. Mais l’une des pièces du véhicule avait été oubliée.

Pièce qui fit sonner le détecteur de métaux du palais justice de Jerseyville, également dans l’Illinois, il y a une dizaine d’année. Une radio avait alors démontré la présence d’un long morceau de métal dans le bras, mais en aucun cas douloureux pour son propriétaire improvisé. L’opération avait donc été écartée puisque ni déficience motrice, ni infection n’était à déclarer.

Un porte-clé comme souvenir

Ce n’est que tout récemment que Arthur Lampitt a perçu quelques douleurs et senti la pointe de l’objet sous sa peau. Le bras enflé, il s’est rendu à l’hôpital pour retirer cet invité non désiré avec qui il avait si longtemps cohabité… à la plus grande surprise des médecins.

« Nous avons vu toutes sorties d’objets, comme des ongles ou des granulés, mais généralement pas de cette taille et encore moins un clignotant, a précisé le médecin en charge. Quelque chose d’aussi large provoque généralement une infection. »

Le morceau de la voiture avait été conservé par une poche protectrice pendant toutes ces années. En guise de souvenir, l’homme a indiqué vouloir conserver l’objet comme porte-clé.

http://www.metronews.fr

Le signal venu de l’espace qui aurait pu changer la civilisation humaine


En 1977, le Wow signal s’est fait entendre quelque part dans le cosmos, un endroit qui n’aurait pas d’étoile. Est-ce une intelligence artificielle, une civilisation qui comme nous cherche la vie ailleurs où encore un signal terrestre qui s’est réfléchi dans l’espace ? Pour le moment, personne n’a de réponse. Mais je me demande, si le film Contact avec Jodie Foster, réalisé aussi en 1977 par Robert Zemeckis n’a pas trouvé sa muse dans ce signal détecté en Ohio aux États-Unis
Nuage

 

Le signal venu de l’espace qui aurait pu changer la civilisation humaine

 

Le Wow signal

par Eric Leser

Quinze août 1977, un radio télescope de l’Ohio appelé la grande oreille (Big Ear) enregistre une onde radio qui semble venir de quelque part dans la constellation du Sagittaire à 1420 MHz, la fréquence de vibration de l’hydrogène, la molécule la plus commune dans l’univers. C’est exactement le signal que tous les chercheurs d’un signe d’une vie intelligente extraterrestre attendait. Le signal est si fort qu’il dépasse les capacités du système d’enregistrement de Big Ear.

Cette incroyable histoire est racontée en détail comme jamais auparavant par Daily Galaxy. Trois nuits plus tard, le 18 août, l’astronome Jerry Ehman est assis devant sa table de cuisine parcourant une épaisse liasse de feuilles imprimées générées par ordinateur constituées de chiffres et d’espaces. Tout à coup, il repère au milieu d’une feuille une suite étrange qui se lit de haut en bas: «6EQUJ5» (voir la photo ci-dessus).

Ce petit morceau de papier mal imprimé avec la note «Wow» de Jerry Ehman «représente ce que plusieurs personnes estiment être la meilleure preuve de l’existence d’un signal artificiel, intentionnel et émanant d’une intelligence venant des profondeurs du cosmos» explique Caleb Scharf, directeur du Centre d’Astrobiologie de l’Université de Columbia.

Le signal occupe une seule gamme d’onde étroite. Tous les autres signaux contiennent du bruit et débordent sur d’autres gammes d’onde. Jusqu’à aujourd’hui, nous ne connaissons pas de phénomène cosmique qui puisse générer un tel signal.

L’équipe de Big Ear a exploré toutes les possibilités: transmissions militaires, réflexions terrestres de signaux venant de satellites, émissions naturelles d’étoiles. Mais rien ne correspond. Et plus étonnant encore, le signal provient d’une zone de l’espace où il n’y a pas d’étoiles. A croire que le signal provient d’un vaisseau traversant l’univers à la recherche de signes de vie intelligente.

«6EQUJ5 signifie sur le relevé de Big Ear une soudaine pulsation d’onde radio», écrit Caleb Scharf dans son dernier livre, The Copernicus Complex: Our Cosmic Significance in a Universe of Planets and Probabilities («Le complexe de Copernic: notre signification cosmique dans une univers de planètes et de probabilités»).

«D’habitude, le signal faible d’une onde naturelle se traduit par des blancs et des chiffres comme 1, 2 ou 3. Mais si le signal devient fort, l’ordinateur passe alors aux lettres et quand il atteint U cela signifie que l’émission est trente fois plus forte que le rayonnement cosmique habituel. Cette émission a été captée 72 secondes, c’est-à-dire tout simplement le temps pendant lequel Big Ear se focalise sur une région de l’espace. Elle est aussi exactement à la fréquence atomique de l’hydrogène. Elle n’est jamais réapparue…».

Les chercheurs de l’Université de l’Ohio se sont demandés s’il s’agissait du premier contact de l’homme avec une intelligence extraterrestre. Ils ont sans cesse pointé leur radio télescope vers la même région de l’espace dans les mois qui ont suivi et ont continué depuis. Rien. Et même si plusieurs faits troublants indiquent un signal provenant d’une intelligence extraterrestre, Jerry Ehman a fini par renoncer.

«Nous aurions dû le recevoir à nouveau quand nous l’avons cherché 50 fois. Cela laisse penser que c’est simplement un signal terrestre qui a été réfléchi par un débris dans l’espace»

 Nous ne le saurons peut-être, sans doute, jamais.

«Si ces civilisations extarterrestres sont là – et nous ne savons pas qu’elles y sont – celles qui se trouvent dans des systèmes solaires qui se trouvent proches du plan de l’orbite terrestre autour du soleil seront les plus incitées à tenter de nous envoyer des signaux de communication. Parce que ces civilisations ont surement détecté notre passage devant la surface du soleil ce qui leur permet de déduire que nous sommes dans une zone habitable où l’eau liquide est stable», explique Richard Conn Henry, de la Johns Hopkins University. «Avec une analyse spectroscopique de notre atmosphère, ils sauront qu’il y a de la vie sur terre.»

Richard Conn Henry estime que si des civilisations intelligentes existent dans notre galaxie, ce qui est en terme statistique est extrêmement probable:

«un des facteurs critiques est depuis combien de temps cette civilisation existe et combien de temps elle existera – et cela concerne aussi la notre. Si, comme nous l’espérons, la réponse est plusieurs millions d’années, même si elles sont assez rares, celles qui sont dans notre plan d’orbite auront découvert notre existence. Elles sauront que la vie existe sur la terre et auront la patience d’envoyer dans notre direction des signaux facilement détectables radios ou optiques dans notre direction… ». 

Et ce contact ne peut que se produire. Les recherches au cours des deux dernières décennies ont montré qu’il existe des milliards de planètes dans la Voie Lactée qui peuvent abriter des formes de vie, même très différentes et très extrêmes selon nos critères.

La vie doit donc être extrêmement répandue dans notre galaxie. Il faut juste être patient car même à la vitesse de la lumière les ondes radio peuvent mettre des millions d’années à nous parvenir.

«Mais où sont-ils?» s’interrogeait déjà il y 70 ans Enrico Fermi l’un des plus grands physiciens de l’histoire. Ils sont sans doute là, mais très loin…

http://www.slate.fr