Gare aux traductions médicales sur Google !


Comme on le sait, les logiciels de traductions ne sont pas parfaits. Beaucoup comme moi, utilisent Google translate, et s’accommodent de quelques erreurs de traduction. En médecine, cela peut porter un peu plus de confusion, surtout dans certaines langues étrangères
Nuage

 

Gare aux traductions médicales sur Google !

 

 

Moins de 60 % des traductions sont correctes, mais il existe des différences considérables selon les langues. Moins de 60 % des traductions sont correctes, mais il existe des différences considérables selon les langues. © SALOM-GOMIS SEBASTIEN / SIPA

Par Anne Jeanblanc

Parfois, faute de traducteurs, même les médecins peuvent avoir à utiliser Google Translate. Une étude a évalué la fiabilité de cet outil.

C’est une expérience bien réelle qui a conduit des chercheurs du NHS anglais (National Health Service) à s’interroger sur la qualité de la traduction des phrases médicales les plus souvent prononcées dans leur pratique quotidienne. En effet, un jour, ils ont été confrontés à une famille dont l’enfant était hospitalisé dans le service de soins intensifs pédiatriques de l’hôpital de Nottingham. Les parents ne parlaient pas l’anglais et aucun traducteur n’était disponible. L’équipe soignante a donc fait appel à Google Translate. Tout s’est bien terminé, le jeune malade s’est rétabli, un traducteur a même confirmé aux médecins qu’ils avaient transmis la bonne information, mais ces derniers ont alors eu l’idée d’évaluer, a posteriori, la qualité de ces traductions automatiques.

C’est dans sa récente série « Christmas » que le British Medical Journal a publié l’étude alors réalisée. Elle a consisté à sélectionner dix messages parmi les plus fréquemment délivrés aux malades et à leurs proches et à demander à Google Translate de les traduire en 26 langues différentes. Puis les résultats ont été soumis à des professionnels de santé ayant comme langue maternelle l’une des 26 langues concernées et il leur a été demandé de les reformuler en anglais. Quiconque a déjà consulté la notice d’un appareil d’électroménager ou d’un meuble en kit peut se douter que la qualité et la précision des informations écrites ne sont pas toujours au rendez-vous…

Le coeur de votre mari était emprisonné

 

Premier enseignement : globalement, moins de 60 % des traductions sont correctes, mais il existe des différences considérables selon les langues. Le taux de « conformité » atteint 74 % lorsqu’il s’agit de traduire de l’anglais dans une langue européenne occidentale, avec un record de 90 % pour le portugais. En revanche, le passage à une langue asiatique et africaine est nettement plus aléatoire (seulement 45 % de phrases justes), le pire de tout étant la traduction vers le swahili, avec 90 % d’erreurs.

Or, comme le soulignent les auteurs, il est alors difficile de respecter les bonnes pratiques selon lesquelles « le médecin doit écouter attentivement son patient, prendre en compte son point de vue et répondre honnêtement à ses questions ».

Quand la vie des malades n’est pas en danger, certaines « interprétations » peuvent faire sourire.

 « Votre mari a fait un arrêt cardiaque » est devenu, en marathi « le coeur de votre mari était emprisonné ».

Pour « l’état de votre femme est stable », le message transmis au malheureux mari a été « votre femme ne peut pas tomber plus bas ».

Et, quand après un décès brutal, les médecins voulaient informer une épouse polonaise de la possibilité de faire don des organes de son mari, cela a donné : « Votre mari peut donner ses outils. »

La conclusion des auteurs de ce travail est évidente : mieux vaut avoir recours à un vrai traducteur aussi souvent que possible. Cela devient presque indispensable dans les situations les plus dramatiques, les procédures nécessitant un consentement et celles comportant un risque médico-légal. Et pourtant, l’article indique que cette étude n’a pas évalué l’exactitude et la précision des traducteurs humains… Pour information, dans notre pays, le site de l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes  en France) propose des livrets bilingues déclinés en 23 langues (dont des dialectes) pour faciliter la communication avec les personnes migrantes ou étrangères.

http://www.lepoint.fr

2 réponses à “Gare aux traductions médicales sur Google !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s