Combien ça coûte


On s’inquiète de la surpopulation, on voit des gens avec peu ou sans ressources pour vivre, alors qu’on voit des milliards dépenser dans l’armement, les guerres. Pourquoi, il est si difficile de faire ce qui est nécessaire
Nuage

 

Combien ça coûte

 

Combien ça coûterait de nourrir le monde?
Moins cher que de le bombarder…

On a pas d’argent pour nourrir chaque être humain et lui prodiguer les soins nécessaires ainsi qu’un logement et satisfaire les besoins de chacun mais dépenser des fortunes pour s’entretuer, ça on trouve facilement de l’argent…

Tout n’est que question de priorités !

Louis Berger

Pour ce chien handicapé, courir devient possible grâce à des prothèses imprimées en 3D


L’imprimante 3D a beaucoup de points positifs en médecine pour l’être humain, mais il est tout aussi utile pour la médecine vétérinaire. Un chien a pu profiter de cette technologie pour se comporter comme tout autre chien
Nuage

 

Pour ce chien handicapé, courir devient possible grâce à des prothèses imprimées en 3D

 

Pour ce chien handicapé, courir devient possible grâce à des prothèses imprimées en 3D

Photo : CAPTURE D’ÉCRAN YOUTUBE

 

ANIMAUX – Handicapé des pattes avant, Derby ne peut courir comme les autres chiens. Grâce à une société d’impression 3D touchée par son histoire, il peut enfin découvrir ce plaisir.

Derby revient de loin. Ce chien handicapé devait être euthanasié à cause d’une malformation de ses pattes avant, trop courtes. En l’espace d’un an, il obtient une seconde chance grâce à une nouvelle famille et des prothèses imprimées en 3D.

Alors qu’il se trouvait au centre Peace and Paws Dog Rescue de Hillsborough, qui l’a recueilli en avril, Tara Anderson, présidente d’une société d’impression 3D du Massachusetts, s’est intéressée à son cas. Avec son équipe, elle s’est fixée comme objectif de créer une prothèse lui permettant de courir. Bien que Derby fût déjà équipé d’un système à roue, ce chien à l’énergie débordante restait freiné dans ses déplacements.

Une renaissance

Grâce à un logiciel très sophistiqué, les photos 2D des membres du chien, capturées via un scanner, ont pu être modélisées en 3D. L’impression ne prenait ensuite que quelques heures.

La première fois où il s’est élancé avec ces prothèses, Derby s’est directement mis à courir très naturellement. Sherry and Dom Portanova, qui l’ont adopté en août, n’en revenaient pas de cette renaissance.

« Lorsque je l’ai vu courir, c’était incroyable, s’est exclamé Dom Portanova pour 3dprint.com. Je ne pouvais pas y croire ! »

Chaque après-midi, il parcourt avec ses maîtres entre 3 et 5 kilomètres, prothèses enfilées. Selon leurs dires, Derby court même plus vite qu’eux désormais.

 

http://www.metronews.fr/

Le Saviez-Vous ► Une "pile" électrique en 247av Jésus Christ .


C’est Alessandro Volta qui aurait inventé la pile électrique en 1800. Mais, il semble que la pile aurait été inventé bien avant notre ère quelque part en Irak. Reste à savoir comment ces gens utilisaient ces premières piles
Nuage

 

Une « pile » électrique en 247av Jésus Christ .

la -pile-de-BagHdad

En 1936 des archéologues ont trouvésous la ville de Baghdad

La pile électrique de Bagdad est une poterie datant du 247 siècle av. J.-C., découverte en 1936 dans un village près de Bagdad dans l’actuelle Irak. Elle est renommée depuis que quelques archéologues, tels que Wilhelm König, ont émis l’hypothèse qu’elle aurait servi de pile électrique. Cette thèse est toujours controversée en 2014.

La fameuse Pile de Bagdad

En 1936, des ouvriers découvrent un ancien tombeau à Bagdad en Irak.

Dans ce tombeau se trouvaient des objets de la dynastie Perse datant de 247à 226 avant J.C.

Un de ces objets était un « vase » de 12 cm de haut, ce vase était une ancienne pile chimique. Si on y ajoutait une solution acide ou alcaline, la pile fonctionnait.

En conclusion, 2000 ans avant la première pile, au 3e siècle avant J.C, les Perses possédaient des piles. Quelles étaient leurs fonctions, qui leurs avaient fournis ou appris l’art d’en créer …?

En 1936 des archéologues ont trouvésous la ville de Baghdad

(Iraq) une jarre de Mésopotamie datant d’entre 250 ans av ou après Jésus Christ … Cette jarre est en fait sans aucun doute , une pile électrique …

Ca tout le monde ou presque le sait …

Mais dans ce documentaire et ailleurs si certains “savants ou archéologues” semblent rejeter cette évidence , les autres moins sceptiques se limitent à parler que de “1 volt et quelques” omettant de rappeler qu’en reliant plusieurs en série , on peut avoir jusqu’à environ (pour100)”110 volts” voire plus (Sachant qu’un élément délivre entre 1 et 1,5Volts selon le matériel et electrolyte utilisé)

On se limite à “penser” que cette technologie n’a pu servir qu’à de la galvanoplastie (nécessitant pas plus qu’1 V5), mais qu’en est-il vraiment ?

Et si nos ancétres l’avaient utilisé à d’autres fins tel que “éclairage” ou “transmission Radio” ?

La véritable énigme à mon avis n’est pas cette “jarre electrique” mais plutôt les recherches et résultats (surtout qu’on n’en trouve trace nulles parts) qui ont mené à la concevoir car pour l’avoir imaginé il fallait comprendre , savoir ce que voulait dire “courant electrique”… On sait aussi que pas plus loin , des lentilles ont été découvertes.

Pile_ de _Bagdad _OBJET_ MISTERIEUX_mesfavorisites.comLa Pile de Bagdad OBJET MISTERIEUX mesfavorisites

La patine bleue retrouvée sur le cylindre de cuivre est caractéristique de la galvanoplastie à l’argent, comme aussi caractéristique de l’oxydation du cuivre. On peut éventuellement supposer que ces piles auraient été utilisées pour plaquer des objets avec des métaux précieux. Cette hypothèse serait conforme à la découverte de bijoux dorés par catalyse, des vases de cuivres plaqués argent vieux de plus de 2 500 ans ; cependant le dépôt d’or par placage ne nécessite pas d’avoir recours à la galvanoplastie, il peut être réalisé mécaniquement avec de fines feuilles de métal.

En 2012, les archéologues restent divisés sur l’utilisation réelle de l’objet : même si plusieurs expériences ont prouvé que celui-ci pouvait délivrer un courant électrique, le faible rendement de celui-ci, ainsi que certains détails (absence de fils électriques/points de connexion, fermeture hermétique du vase, niveaux de connaissances à cette époque) seraient des arguments défavorables à l’utilisation de l’objet en tant que pile.

Surlignez l’image ou cliquer pour voir la légende

 

 

 

 

http://www.mesfavorisites.com

http://omnilogie.fr

Un garçon de huit ans amasse 1 million $ pour sauver la vie de son ami


On voit souvent des citations sur l’amitié, mais ce jeune garçon a démontrer à quelque point l’amitié était important pour lui envers son ami malade d’une maladie héréditaire très rare
Nuage

 

Un garçon de huit ans amasse 1 million $ pour sauver la vie de son ami

 

Chocolate bar

Laurie Bergeron

Un petit garçon de huit ans a amassé plus de 1 million $ pour sauver la vie de son ami atteint d’un cancer du foie incurable.

Dylan Siegel avait six ans lorsqu’il a découvert que son ami, Jonah Pournazarian, était atteint de la maladie héréditaire.

Le garçon de neuf ans est l’un des 500 enfants du monde dont le foie ne peut pas libérer de sucre, ce qui peut causer des crises mortelles. Sa mère a confié à The Mirror qu’elle doit se lever à 3 heures toutes les nuits pour le nourrir d’un mélange d’amidon de maïs et d’eau à travers un tube relié à son estomac.

Le très jeune samaritain, originaire de Philadelphie, a écrit le livre Chocolate Bar pour sauver la vie de son ami. Il y a réuni toutes les choses qu’il aime et qui le rendent heureux. Le recueil a été vendu dans 60 pays pendant deux ans, moyennant un don de 20 $ ou plus.

Le gamin a réussi à amasser plus de 1 million $ pour la recherche sur les maladies du stockage du glycogène, un montant plus élevé que le total de tous les dons des fondations médicales et des subventions acquis à ce jour.

Tous les dons ont été remis au laboratoire de l’université de la Floride, qui traite les patients atteints de la rare maladie. Les chercheurs espèrent trouver un remède d’ici les prochaines années.

http://www.journaldequebec.com


Une famille fait une stupéfiante découverte sous l’escalier de la maison…


Dans les vieilles demeures, cachent des moments de vie de ceux qui l’ont occupé parfois, des choses sont cachées Dans cette maison, c’est un vrai trésor digne de ce nom qui avaient été oubliés.
Nuage

 

Une famille fait une stupéfiante découverte sous l’escalier de la maison…

Evilenglish, un utilisateur de Reddit habitant dans le Tennessee, a fait une découverte dont la plupart d’entre nous ont toujours rêvé. En nettoyant la maison de ses grands-parents, à la campagne (où, ironiquement, de nombreux jours de son enfance ont été bercés par le livre « L’île au trésor »), il a déniché un coffre-fort enfoui dans le sol, sous un placard.

Le défi était alors de l’ouvrir. Evilenglish a essayé plusieurs combinaisons, allant des dates de naissance aux numéros de sécurité sociale, mais en vain. En fin de compte, il a décidé de faire appel à un serrurier.

Le placard. Ce n’est pas le premier endroit où l’on s’attendrait à trouver un « trésor ».

tresor cache 1

L’intérieur du meuble n’avait rien d’exceptionnel non plus. Mais le tapis qui s’y trouvait, très sale, a lui-même déclenché une véritable série d’événements.

tresor cache 2

Il recouvrait un étrange bouchon en forme de cercle.

tresor cache 3

Sous ce bouchon se trouvait l’ouverture d’un coffre-fort, dont l’existence semblait avoir été oubliée. La combinaison étant perdue à jamais, il fallait trouver un moyen d’ouvrir ce coffre.

tresor cache 4

Après de nombreuses tentatives infructueuses, Evilenglish a demandé l’aide de Tim, un serrurier. Dans un espace très étroit, Tim s’est mis à l’œuvre sans relâche.

tresor cache 5

Il est enfin parvenu à retirer la serrure et à ouvrir le coffre.

tresor cache 6

Une découverte extraordinaire.

tresor cache 7

Un tas d’objets ressemblant à des briques est apparu au premier regard ; il s’agissait en fait de boîtes.

tresor cache 8

Le coffre était rempli de paquets et de rouleaux de pièces de monnaie.

tresor cache 9

Evilenglish et Tim ont commencé à à sortir du coffre une quantité innombrable de pièces et de billets.

tresor cache 10

Il y en avait toujours plus !

tresor cache 11

Malgré son ouverture étroite, le coffre semblait avoir une grande contenance.

tresor cache 12

Malheureusement, une grande partie de cette somme d’argent avait été rongée par l’humidité, causée par un dégât des eaux quelques années auparavant.

tresor cache 13

Malgré leur emballage abîmé par l’humidité, les pièces de monnaie étaient intactes.

tresor cache 14

Il y avait des pièces en argent…

tresor cache 15

… mais aussi des plaques d’argent.

tresor cache 16

Sous les paquets de monnaie, ils ont trouvé une boîte à outils rouillée, remplie de montres et de bijoux.

tresor cache 17

En partageant son expérience sur Reddit, Evilenglish a reçu de nombreux conseils de la part des autres utilisateurs. Certains lui ont même donné une estimation sommaire de sa trouvaille, qui pourrait valoir plus d’un millier de dollars.

Comme si cela ne suffisait pas, Evilenglish et son frère ont trouvé par la suite un autre coffre, dissimulé dans une table basse. Le coffre contenait des pistolets, ainsi qu’une collection de billets d’un dollar à l’effigie de Joseph W.Barr, réputés rares dans la mesure où le Secrétaire d’Etat avait à l’époque occupé cette fonction pendant 29 jours seulement.

L’exploration de ce deuxième coffre est en cours ; Evilenglish promet aux lecteurs de Reddit qu’il publiera de nouvelles photos dès que les objets seront nettoyés. Nous avons hâte de les voir ! Après tout, c’est assez rare de voir d’aussi près la découverte d’un trésor.

http://bridoz.com

Chine : Kunkun, 8 ans, séropositif et chassé de son village


On se croirait dans les années 80, juste le mot SIDA faisait frémir tout le monde. Cet enfant délaissé par sa mère, puis son père pour être rejeter de son village est vraiment absurde. Mais, on ne peut pas accuser se village chinois, vue que l’éducation semble cruellement manquée, mais les autorités par contre, sont coupable de laisser les habitants dans l’ignorance que ce soit pour ce virus ou tout autre chose
Nuage

 

Chine : Kunkun, 8 ans, séropositif et chassé de son village

 

Kunkun, 8 ans, séropositif et chassé de son village

Crédit photo : Agence France-Presse

Banderole installée en Chine pour la journée de lutte contre le SIDA, le 1er décembre dernier.

Par Neil Connor | Agence France-Presse

Le sort d’un enfant séropositif de huit ans, Kunkun, suscitait une vive émotion en Chine jeudi sur les réseaux sociaux après que 200 habitants de son village eurent signé une pétition pour le chasser, témoignant de la stigmatisation des porteurs du virus dans les campagnes chinoises.

Kunkun a contracté le virus du sida auprès de sa mère à sa naissance en 2006 et celle-ci a disparu du village depuis.

Il n’a été diagnostiqué séropositif qu’en 2011. Son père a alors disparu à son tour, l’abandonnant à la garde du grand-père.

Mais même ce dernier figure parmi les 200 signataires de la pétition des villageois de Shufangya, dans la province du Sichuan (sud-ouest), qui demandent l’expulsion de l’enfant pour «protéger la santé» des habitants, rapporte le quotidien officiel Global Times.

Depuis son diagnostic, il est interdit d’école et les villageois le fuient comme un pestiféré.

«Personne ne joue avec moi, je joue tout seul», a déclaré Kunkun, cité sur people.com.cn, le site de l’officiel Quotidien du peuple, selon lequel la pétition des villageois le qualifie de «bombe à retardement».

«Il est innocent, ça n’est qu’un enfant», assure le chef du Parti du village, Wang Yishu. «Mais son VIH et le sida, ça nous fait trop peur», se justifie-t-il sur le site.

Le cas de Kunkun était le plus férocement débattu jeudi sur Weibo, le Twitter chinois, beaucoup se montrant atterrés du manque de compassion de leurs compatriotes.

«Comment a-t-il pu être aussi impitoyablement négligé ?», s’interrogeait un internaute.

«C’est parce que la population chinoise n’a pas accès à une éducation suffisante, d’où ignorance et panique», répondait un autre.

Kunkun aurait découvert lui-même le sort qui l’attendait en se glissant dans une réunion des villageois spécialement convoquée pour décider de son cas, selon le Global Times.

«Légalement parlant», le garçon ne peut pas être déporté hors de son village où il dispose des mêmes droits que tout le monde, ont indiqué au journal des responsables hauts placés du district.

«Des officiels ont prévu de se rendre au village et de parler aux habitants», ajoute le Global Times, tandis que le Quotidien du peuple, organe du Parti communiste chinois (PCC), annonçait sur son site qu’un «travail idéologique» allait être mené auprès des villageois.

On ignorait jeudi soir si Kunkun était toujours à Shufangya.

Sur une population de 1,36 milliard d’habitants, la Chine compte 497.000 personnes diagnostiquées avec le virus du sida, selon les chiffres publiés au début du mois par la Commission pour le Planning familial et la Santé nationale, qui a rang de ministère. Le premier cas a été diagnostiqué en 1985.

La discrimination reste forte envers les porteurs du virus dans les écoles, les hôpitaux, les lieux de travail et autres institutions du pays, un facteur qui entrave le dépistage et le traitement, selon les experts.

La situation est généralement pire dans les campagnes et les régions pauvres, peu touchées par les campagnes de sensibilisation qui se soldent souvent par des échecs, selon un militant de la prévention, qui n’a accepté de donner que le nom de Tang, coordinateur du bureau de Kunming (sud) du groupe antisida Aizhixing.

Ces campagnes «ne sont pas assez vigoureuses pour atteindre les zones rurales et les villages, c’est pourquoi on y voit plus de discriminations», a-t-il déclaré à l’AFP.

«Je ne pense pas qu’une telle situation puisse se produire en ville», a-t-il ajouté.

Une ONG antidiscrimination basée à Nankin (est), Justice pour Tous, a écrit une lettre aux dirigeants du PCC du Sichuan pour leur demander de punir les responsables de l’école et du village pour leur «style révolution culturelle», allusion aux dénonciations d’«ennemis publics» de l’époque maoïste.

«On n’ose pas imaginer comment Kunkun grandira et se souviendra de son enfance», ont-ils indiqué sur le projet de lettre communiqué jeudi à l’AFP.

http://tvanouvelles.ca

Des cambrioleurs au secours de la science…


Comment étudier les techniques et comportements des cambrioleurs pour de meilleures méthodes de préventions. ? Une petite annonce pour trouver des candidats avec expérience ? Pas évident ! En qui voudrait prêter sa maison même en assurant que rien ne sera vraiment dérobé ? Pas toujours facile le domaine de la science !!
Nuage

 

Des cambrioleurs au secours de la science…

 

 

Pierre Barthélémy

Imaginez la petite annonce : « Scientifiques cherchent cambrioleurs expérimentés pour travail sans risque. Discrétion assurée. Pas sérieux s’abstenir. »

Dans une œuvre de fiction, on verrait déjà des blouses blanches demander à des monte-en-l’air d’entrer par effraction dans le laboratoire de concurrents pour leur dérober on ne sait quelle formule secrète… Mais nous ne sommes pas dans un film ou un roman : dans la réalité qui est la nôtre, si des chercheurs britanniques ont eu recours à des cambrioleurs, c’était pour… étudier leurs techniques.

Comme ces psychologues le soulignent dans la présentation de leur étude, publiée le 17 décembre par la revue Psychology, Crime & Law, il est essentiel, pour prévenir les délits, de mieux comprendre les processus cognitifs mis en œuvre par les cambrioleurs : comment ils gèrent le temps très court dont ils disposent, comment ils prennent leurs décisions en situation de stress, comment ils exploitent les indices présents dans les domiciles visités pour aller directement aux endroits les plus lucratifs, etc. Autant de stratégies qu’il est difficile de percer à jour lors des interviews qui sont menées en prison auprès des voleurs arrêtés.

 Comme le souligne Claire Nee (université de Portsmouth), premier auteur de l’étude, quel que soit leur domaine « les experts ont du mal à expliquer avec des mots ce qu’ils font étant donné que leurs actions sont automatiques. C’est bien mieux de les regarder faire mais ceci est compliqué dans la science criminelle. »

En effet, ainsi que le précise l’article non sans une pointe d’humour, « il est difficile, sur le plan de la logistique et de l’éthique, d’observer des délinquants en action »… D’où l’idée d’embaucher des professionnels pour un « cambriolage » sous contrôle.

Les choses n’ont pas été sans mal et l’étude comporte d’ailleurs une section « Défis » d’ordinaire absente des articles scientifiques. Ainsi, les chercheurs ont fait chou blanc lorsqu’ils ont employé la technique des petites annonces pour recruter leurs « experts ». Ils sont arrivés à leurs fins avec l’aide d’associations s’occupant du reclassement de marginaux. Six soi-disant ex-cambrioleurs ont ainsi été dénichés, six hommes ayant tous au moins cinq ans d’expérience, ce qui implique plusieurs centaines de cambriolages par an à l’actif de chacun…

Comme il fallait un groupe témoin pour comparer les comportements, six étudiants sans activité criminelle au compteur se sont improvisés cambrioleurs débutants.

Le second défi a consisté à trouver une maison avec un étage où tester les talents des deux groupes. Les auteurs de l’étude ont eu beau expliquer le but de l’expérience, dire que c’était pour la science et jurer leurs grands dieux que rien ne disparaîtrait, les propriétaires de maisons contactés n’ont guère eu envie de participer au progrès des connaissances en laissant une demi-douzaine de voleurs professionnels baguenauder chez eux.

La solution est venue… de la police qui a accepté de mettre à la disposition des chercheurs une maison dotés d’un studio d’enregistrement, qu’elle utilise pour mener des entretiens. L’équipe de psychologues a aménagé les autres pièces pour faire ressembler le tout à un domicile normal, répartissant les objets de valeur comme dans un foyer lambda.

Ils ont également créé un double numérique de cette maison car un de leurs objectifs était de voir si un cambriolage « virtuel » se ferait suivant les mêmes règles que dans la réalité. La moitié des « malfaiteurs » commençait par visiter la maison réelle puis enchaînait avec la version sur ordinateur, naviguant dans les pièces à l’aide de la souris et cliquant sur les objets à emporter, tandis que l’autre moitié suivait le cheminement inverse. Lorsqu’ils entraient dans la véritable maison, les voleurs – qu’ils fussent patentés ou en herbe – portaient une caméra sur la tête permettant d’enregistrer leur parcours et notamment le temps passé dans chaque pièce et la manière de la fouiller.

Les résultats sont édifiants : grâce à leur expérience, les « pros » identifient rapidement les zones les plus rentables (en général les chambres à l’étage alors qu’ils délaissent les salles de bain) et passent plus de temps à les explorer à fond tandis que les cambrioleurs débutants répartissent leurs temps de manière équitable entre toutes les pièces. Les premiers sélectionnent en général moins d’objets mais ceux qu’ils prennent ont plus de valeur. Ainsi, au cours du test, le montant du butin emporté par les « maîtres » s’élevait en moyenne à 4 875 livres contre 3 945 livres pour les étudiants. Ces derniers ont négligé les sacs à main de marque et les blousons en cuir qui n’ont pas échappé à l’œil aguerri des vrais cambrioleurs. Ceux-ci ont d’ailleurs confirmé les hypothèses des chercheurs sur les automatismes des experts en empruntant tous exactement le même chemin pour entrer dans la maison (par derrière) et pour la fouiller, tandis que leurs alter egos se promenaient un peu au hasard dans la maison.

Les auteurs de l’étude ont constaté peu de différences entre les comportements suivant qu’on se trouvait dans la maison réelle ou dans sa reconstitution numérique. Le résultat est intéressant car ces psychologues pourront élargir leur expérience à un échantillon plus important en proposant à des malfaiteurs emprisonnés de « jouer » aux cambrioleurs virtuels.

Surtout, Claire Nee espère que ces travaux permettront de mettre en place « diverses techniques de prévention qui stopperont le délinquant dans sa progression et l’obligeront à sortir de ses habitudes bien rodées. Cela augmentera son anxiété et la probabilité qu’il abandonne le cambriolage en cours. » 

En attendant, vu le peu d’attirance des professionnels pour les salles de bain, vous pouvez aussi cacher les bijoux entre les brosses à dents et les tubes de dentifrice.

 

http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/