Le hasard ?


Est-ce vraiment un hasard ? Une route, un chemin se croisent et tout ce qui suit est une chaine d’évènement ou d’occasion qui trace d’une direction vers une autre direction.
Nuage

 

Le hasard ?

 

 »Il ne faut jamais sous-estimer l’influence du hasard sur l’existence de tout être. Se trouver à un certain endroit, à une certaines date, à une certaine heure peut bouleverser la trajectoire d’un individu »

Auteur Inconnu

Une tortue aide son amie qui s’est retrouvée sur le dos!


Voilà à quoi sert les amis, quand une difficulté survient, ils s’entraident
Nuage

 

Une tortue aide son amie qui s’est retrouvée sur le dos!

 

Au Zoo de Taipei à Taïwan, une tortue s’est retrouvée sur le dos.

Heureusement, son amie va venir l’aider et va la retourner pour la mettre sur ses 4 pattes!

http://www.insoliteqc.com

«Sleepy hollow» La mystérieuse maladie que personne ne peut expliquer


Une curieuse épidémie sévit quelque part en Asie Centrale, les gens s’endorment, ont des hallucinations, vertiges et autres symptômes que les médecins n’arrivent pas à diagnostiquer
Nuage

 

 

«Sleepy hollow»

La mystérieuse maladie que personne ne peut expliquer

 

 

Les résidants du petit village de Kalachi, dans le nord du Kazakhstan, souffrent d’un mal très mystérieux depuis près de quatre ans, mais les médecins sont incapables de poser un diagnostic.

Les faits ont été rapportés dans un documentaire de la chaîne Russia Today, qui vient tout juste d’être diffusé sur Internet.

Près d’une soixantaine de personnes ont été traitées à l’hôpital l’été dernier pour des symptômes comme des étourdissements, des vertiges, de la fatigue, et des problèmes de mémoire. Au total, environ 14% des résidants de l’endroit ont souffert à un moment ou à un autre de ce mal étrange, surnommé «sleepy hollow».

Si certains malades disent avoir eu des hallucinations, d’autres prétendent avoir dormi pendant plusieurs jours, rapporte le Daily Mail.

Krasnogorsk, une autre ville située tout près de la mine d’uranium, complètement laissée à l’abandon

Les médecins ont rejeté l’hypothèse d’un virus ou même d’une bactérie. De plus, aucun polluant n’a été trouvé dans le sol ou dans l’eau selon les experts.

Nombreuses hypothèses

 

Certains citoyens croient que les problèmes sont directement liés à une ancienne mine d’uranium abandonnée non loin de là. Toutefois, les mineurs qui y ont travaillé pendant de nombreuses années n’ont jamais été malades.

L’équipe du documentaire a fait le test et a noté des niveaux de radiations 16 fois plus élevées à l’entrée de la mine abandonnée qu’ailleurs sur le terrain. Des résidants disent que les vents transportent la poussière de cette ancienne mine vers leur ville.


D’autres personnes affirment que des déchets toxiques sont enterrés dans la région, ce qui pourrait contaminer l’eau potable.

Les médecins ont constaté que les personnes malades souffraient d’œdème cérébral. Il s’agit d’une accumulation anormale de liquide dans le cerveau.

Les experts craignent que l’œdème cérébral puisse avoir des conséquences à long terme sur le développement neurologique des enfants.

L’origine de cette affection demeure toutefois inconnue.

Si d’autres hypothèses font état de narcolepsie ou de fatigue chronique, les experts rencontrés pour le documentaire de Russia Today affirment que ce n’est pas le cas.

L’équipe de Russia Today a également affirmé qu’elle n’avait pas été malade lors du tournage qui s’est tenu en septembre dernier.

http://tvanouvelles.ca/

Mars : le robot Curiosity a-t-il découvert des traces de vie ?


Le méthane découvert sur Mars, pourrait confirmer que la vie extraterrestre existe. Non, pas des martiens comme on voyait dans les films de science-fiction, mais plutôt des micro-organismes. Il reste toute fois à confirmer. Espérons tout de même que le robot Curiosity pourra définir s’il existe oui ou non si une vie bactérienne existe
Nuage

 

Mars : le robot Curiosity a-t-il découvert des traces de vie ?

 

Représentation du robot Cuirosity sur Mars. L’engin s’est posé en août 2012 dans le cratère de Gale sur la planète rouge et explore la région depuis lors. Photo : NASA/JPL/CORNELL UNIVERSITY, MAAS DIGITAL LLC

 

ESPACE – Le robot qui sillonne la planète rouge a noté des pics de concentration en gaz méthane qui prouveraient la présence d’éléments vivants sur Mars. Reste à savoir quoi. Peut-être un micro-organisme.

 

Ils ne sont pas verts. Ce ne sont même pas des petits hommes. Mais la Nasa, l’agence spatiale américaine, pense avoir trouvé des preuves de vie sur la planète Mars. Ou plutôt c’est le robot Curiosity, qui sillonne la planète rouge depuis août 2012, qui a fait cette découverte qui, si elle se confirme, pourrait bien être une des plus importantes révélations scientifique de l’Histoire. C’est le journal Science qui révèle cette information majeure.

Les différents outils de mesure de Curiosity ont constaté il y a deux mois environ des pics de concentration de méthane qui, selon la Nasa, pourraient signifier la présence d’organismes vivants sur Mars. Néanmoins, l’agence est pour l’heure incapables d’identifier avec précision la source de production du gaz méthane. Une des hypothèses serait la présence d’un organisme proche de la bactérie. Une vie microbienne pourrait donc être présente à l’heure actuelle sur la planète rouge

Une concentration en méthane dix fois supérieure à la moyenne

Néanmoins, les scientifiques de la Nasa estiment que la concentration en méthane dans l’atmosphère de Mars est infime. Elle serait de 0,7 partie par milliard, soit 4 000 fois moins que dans l’atmosphère terrestre. Lors des pics enregistrés, la concentration était dix fois plus importante à la moyenne. Un pic certes, mais encore bien minime. En outre, il reste encore à déterminer de manière catégorique l’origine de ce méthane. Outre un organisme proche de la bactérie, le gaz pourrait également provenir de clathrates, des molécules glacées qui renferment d’importantes quantités de méthane et peuvent libérer leur contenu lorsque la température remonte.

Mais cette découverte de Curiosity vient confirmer une piste déjà évoquée depuis plusieurs années. Un satellite en orbite à proximité – toute relative – de Mars en 2009 avait lui-même constaté des traces de méthane dans l’atmosphère de la planète. Curiosity, qui navigue actuellement dans la zone de l’immense cratère de Gale, doit poursuivre son exploration pour tenter de faire la lumière sur ce passionnant mystère. On sait déjà que ce lieu fut à une époque lointaine un vaste lac (155 km) rempli d’eau, comme le prouvent des traces de sédiments découvertes récemment par le robot. Reste à savoir si une vie bactérienne y est aussi présente

http://www.metronews.fr/

Deux frères se disputent sur la chaîne parlementaire américaine: leur mère appelle en direct pour les calmer


Je ne ferais jamais ce coup-là à mes enfants si une situation similaire venait à se produire. D’un côté, cela démontre comment deux idées opposées peuvent venir mettre de la discorde dans une famille qui est difficile pour les autres membres
Nuage

 

Deux frères se disputent sur la chaîne parlementaire américaine: leur mère appelle en direct pour les calmer

 

L’un est démocrate, l’autre républicain. Et leur mère voudrait passer des fêtes de fin d’année paisibles.

Il arrive fréquemment que des membres d’une même famille soient en désaccord politiquement. Mais, en général, leurs disputes restent privées. Dans la famille Woodhouse, les frères Brad et Dallas ont l’habitude de s’écharper publiquement à la télévision.

Brad est l’ancien porte-parole du Parti démocrate, alors que Dallas a travaillé pour plusieurs organisations conservatrices. Mardi sur CSPAN, la chaîne parlementaire américaine, ils étaient venus parler du fossé grandissant entre républicains et démocrates, un sujet qu’ils connaissent intimement.

En fin de débat, le journaliste a commencé à prendre les questions des téléspectateurs, et c’est alors qu’une banale émission politique s’est transformée en drame familial comique.

«Nous allons prendre l’appel de Joy en Caroline du Nord», annonce le présentateur.

«Super, quelqu’un du Sud!», s’exclame Dallas, euphorique.

Son enthousiasme retombe très vite lorsqu’il se rend compte que c’est sa mère qui est au bout du fil. «Mon dieu, c’est maman», s’exclame-t-il en baissant les yeux, alors que son frère démocrate commence à rire.

La mère des Woodhouse a seulement appelé pour dire qu’elle aimerait bien que ses deux fils ne se disputent pas pendant le repas de Noël.

«J’aimerais un Noël paisible et je vous aime tous les deux», déclare-t-elle en direct.

Le journaliste en profite pour préciser que non, la chaîne n’avait pas programmé cet appel, et pour remuer un peu le couteau dans la plaie, il demande à Joy de parler de ses engagements politiques (elle est plutôt démocrate).

La presse américaine a rapidement décrété que cette scène était probablement le meilleur moment de l’histoire de CSPAN (une chaîne plutôt connue pour ses effets soporifiques).

Ce coup de fil pourrait être une géniale stratégie de communication conçue par Joy Woodhouse: les deux frères étaient venus parler d’un documentaire qui examine leurs engagements politiques opposés (Woodhouse Divided), particulièrement en ce qui concerne la réforme de l’assurance maladie. Jusqu’ici, peu de gens avaient entendu parler du film, mais grâce à Joy, tous les journaux parlent de Brad et Dallas.

http://www.slate.fr

Surmonter les blues de l’hiver


Les journées plus courtes en hiver affectent beaucoup de personnes et certains ont des troubles affectifs saisonniers (dépression saisonnière). Certains vont jusqu’à s’isoler pendant plusieurs mois, couper tout contact et prendre du poids. Heureusement, aujourd’hui, il existe des moyens simples pour améliorer leur qualité de vie
Nuage

 

Surmonter les blues de l’hiver

Par Anna Sharratt,

L’envie de dormir commence en septembre pour Ingrid Mraz. Lorsque les journées commencent à se refroidir et à raccourcir, elle a de plus en plus envie de dormir, elle a des envies de sucre et elle se sent anxieuse. Ingrid souffre de troubles affectifs saisonniers ou TAS depuis qu’elle a 31 ans.

«Ce problème fait en sorte que je m’isole du reste du monde pendant au moins la moitié de l’année, et que je mange trop, ce qui me fait prendre du poids; je me sens donc peu attrayante et mes vêtements ne me font plus» explique Ingrid, qui est adjointe aux programmes de l’Association des troubles de l’humeur de l’Ontario (Mood Disorders Association of Ontario).

«Je ne garde pas le contact avec mes amis comme je le fais pendant les mois d’été et les rendez-vous galants représentent tout un défi pour moi, car je ne m’aime pas lorsque je suis dans cet état.»

Ingrid, qui est âgée de 46 ans, souffre de TAS environ huit mois par année, de septembre à mars, au moment où arrive le printemps. Elle souffre d’une forme grave de la maladie, qui touche 2 % des Canadiens, selon Robert Levitan, scientifique chevronné et chef de section au Centre de toxicomanie et de santé mentale à Toronto.

Souffrez-vous de troubles affectifs saisonniers?

Contrairement à Ingrid, de nombreux Canadiens — environ 3 à 5 % — souffrent d’une forme bénigne de troubles affectifs saisonniers, qui sont un état dépressif se manifestant lorsque le nombre d’heures d’ensoleillement diminue, que les journées raccourcissent et que la température baisse brusquement. Chez les personnes qui sont atteintes de TAS, les neurotransmetteurs du cerveau, substances chimiques régulant le sommeil, l’humeur et l’appétit, ne fonctionnent pas normalement, selon l’Association canadienne pour la santé mentale (ACSM). Les personnes qui souffrent de TAS présentent donc les symptômes suivants :

1. Envie de dormir excessive pendant la journée. Dès la fin du mois d’août, mais plus souvent à partir de novembre, les personnes qui souffrent de TAS ressentent un manque d’énergie et une fatigue excessive. Le seul fait de se lever le matin relève du défi.

2. Envie d’aliments riches en sucres et fécules. Si vous vous apercevez soudainement que vous avez constamment envie d’un beigne, d’un bagel, d’un biscuit ou de purée de pommes de terre et que vous consommez beaucoup plus de ces aliments tout en ressentant d’autres symptômes des troubles affectifs saisonniers, il est possible que vous en soyez atteint.

3. Pensées dépressives. Les TAS mènent essentiellement à une dépression clinique bénigne, selon l’ACSM.

4. Décrochage face aux activités sociales. Les personnes qui souffrent de TAS ont souvent le goût d’«hiberner», explique M. Levitan, et évitent de participer à des activités dans le cadre de leur travail, à des soirées ou autres événements sociaux.

5. Anxiété ou désespoir. Dans les cas plus graves de TAS, on peut noter la présence d’irritabilité, d’anxiété et même de désespoir.

6. Prise de poids. Si vous prenez plus que quelques livres seulement à l’arrivée de l’hiver chaque année, c’est possible que ce soit attribuable aux TAS.

Mais il y a une bonne nouvelle. Des traitements existent et peuvent vous aider à fonctionner normalement.

Illuminez votre vie

Heureusement, les personnes atteintes d’une forme bénigne de TAS — et même celles qui sont plus gravement atteintes — répondent à des traitements comme la luminothérapie, la pharmacothérapie ou la psychothérapie.

Le truc qu’on utilise le plus souvent pour faire croire à l’organisme que c’est le printemps ou l’été est l’utilisation d’une lumière vive spéciale qui est filtrée pour éliminer les dangereux rayons UV. M. Levitan recommande de s’exposer à cette lumière pendant une demi-heure chaque matin.

«Si la personne peut se lever à six ou sept heures, c’est encore mieux» explique-t-il, car la lampe lui fournira l’«ensoleillement» supplémentaire dont son organisme a besoin.

La constance est la clé, dit M. Levitan. «Si vous utilisez la lampe à n’importe quel moment de la journée, vous modifiez les signaux que reçoit votre cerveau.»

Cela signifie donc qu’il ne faut pas l’utiliser à 8 heures un matin et à 10 heures le lendemain, par exemple, ce qui pourrait, selon lui, aggraver les symptômes de TAS.

D’autres traitements qui peuvent apporter un soulagement sont les modifications aux habitudes alimentaires, la prise de suppléments comme les Oméga 3 et la vitamine D et l’exercice, qui produit la sérotonine, l’hormone du bien-être. L’acide aminé tryptophane, qui est maintenant disponible sous forme de cachet, favorise aussi le sommeil et la relaxation chez plusieurs des patients de M. Levitan.

Ingrid est allée encore plus loin.

«Depuis que j’ai fait l’acquisition d’une lampe pour la luminothérapie, j’ai aussi acheté un simulateur d’aurore, qui est en fait une lampe en forme de demi-sphère qui s’allume lentement pour simuler l’aube d’une journée radieuse de mai» dit Ingrid.

Elle précise qu’elle utilise cette lampe, qui s’allume juste avant le réveil pour rétablir l’horloge biologique, seulement pendant la période de l’hiver où les journées sont les plus sombres.

Si ces traitements ne fonctionnent pas, il existe aussi des antidépresseurs pour traiter les TAS, explique M. Levitan, de même que la psychothérapie. Mais il rappelle qu’il faut impérativement consulter son médecin avant d’entreprendre n’importe quel traitement.

http://simplementbrillant.ca