Les méduses disent merci à l’homme


La surpêche, les engrais, la pollution, et autre ont donné un essor important pour la prolifération des méduses. Et cela est causé par l’être humain, qui est devenu malgré lui un allié pour les méduses
Nuage

 

Les méduses disent merci à l’homme

 

Sur les côtes atlantiques, les méduses – telle cette Chrysaora – pullulent de plus en plus souvent. © Institut océanographique / Michel Dagnino

Par Céline Lison

« L’année des méduses », maintenant, c’est tout le temps. Grâce à nous ! Pour se développer massivement, l’animal a besoin d’une nourriture abondante, d’eau chaude et d’aussi peu de prédateurs que possible. Un rêve exaucé… par l’homme.

La surpêche vide les océans? Elle permet aux méduses de disposer de davantage de zooplancton puisque les petits poissons qui, comme elles, s’en nourrissent ne sont plus là pour en profiter. En prime, elles sont plus nombreuses à se délecter des larves, des oeufs et des alevins des poissons restants, ce qui accentue encore le déséquilibre. Les excès d’engrais finissent en mer? Le phytoplancton puis le zooplanction se développent, assurant la pitance des animaux gélatineux. Même la tortue, l’un des rares prédateurs des méduses, tend à disparaître, victime notamment des sacs en plastique qu’elle avale en croyant croquer sa proie préférée.

Autre facteur favorisant les pullulations : le changement climatique. En Méditerranée par exemple, les relevés scientifiques indiquent que Pelagia noctiluca affluait en masse tous les douze ans environ jusqu’en 1999. Depuis, il ne se passe plus une année sans prolifération : le réchauffement de l’eau dans la zone favorise la multiplication ininterrompue de l’espèce.

Ailleurs, plus localement, ce sont les centrales nucléaires qui, en rejetant leurs eaux de refroidissement, maintiennent une température idéale pour certaines méduses. À tel point qu’agglutinées, elles bloquent régulièrement les systèmes de pompage.

« En faisant un bilan des pullulations à travers le monde, nous nous sommes aperçus que ce n’était pas une, mais plusieurs espèces de méduses qui avaient rapidement modifié leur cycle pour s’adapter », constate Jacqueline Goy, biologiste spécialiste de ces animaux.

 Présentes sur terre depuis 600 millions d’années, les méduses ont semble-t-il trouvé en l’homme l’allié idéal pour régner. 

http://www.nationalgeographic.fr

6 réponses à “Les méduses disent merci à l’homme

  1. La méduse de la plage de Saint-Malo
    Fait du vélo sur la plage à Saint-Malo
    Les coquillages et les crustacés
    En ont assez de se faire écraser

    Sous les rayons d’un vélo majuscule
    Et d’une méduse qui vous tentacule
    Ouille, ouille, ouille !
    C’est là qu’il faut pas s’en méli-mélo les pinceaux
    Dans la chaîne de vélo…
    Je continue

    La méduse de la plage de Saint-Malo
    Fait du vélo sur la plage à Saint-Malo
    Elle en pince pour un crabe
    Elle en pince pour un crabe
    Fabricant de chateaux de sable
    Mais qui recule dès qu’il la voit

    Alors la méduse de Saint-Malo fait du mélo
    Sur la plage de Saint-Malo
    A pied, à ch’val, en voiture et à vélo
    Les coquillages et les crustacés
    En ont assez de se faire écraser

    Sous les rayons d’un vélo majuscule
    Et d’une méduse qui vous tentacule
    Ouille, ouille, ouille !
    C’est là qu’il faut pas s’en méli-mélo les pinceaux
    Dans la chaîne de bicyclette…
    Je continue

    La méduse de la plage de Saint-Malo
    Fait du mélo sur la plage à Saint-Malo
    C’est alors qu’un vieux dromadaire
    Qui passait par là en lisant son bréviaire
    Et on ne sait trop ce qui se passa
    Mais le dromadaire devint papa, ah !

    Une méduse un peu volage à Saint-malo
    Qui fait du vélo sur la plage à Saint-Malo
    Les coquillages et les crustacés
    En ont assez de se faire écraser

    Sous les rayons d’un vélo majuscule
    Et d’une méduse qui vous tentacule
    Ouille, ouille, oh, oh, oh, trop tard !
    C’est déjà fait, ouh, ouh, ouh, ah, ah !

    Yvan Dautin

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s