Un biologiste pêche une langouste géante de 70 ans!


Le plus beau de cette histoire, est que ce crustacée a pu retourner dans son environnement. Le biologiste ne l’a pas gardé dans un aquarium, sauf pour le montrer à son entourage
Nuage

 

Un biologiste pêche une langouste géante de 70 ans!

 

 

En Californie, le biologiste Forrest Galante faisait de la plongée à la recherche de langoustes quand il est tombé sur un spécimen vieux de 70 ans!

L’animal pesait 11,9 livres!

Forrest l’a apporté à la maison pour le montrer à sa famille et est revenu le porter dans l’océan ensuite.

http://www.insoliteqc.com/

Comment réduire notre empreinte écologique dans la cuisine


Réduire notre empreinte écologique est un acte responsable que tout le monde devrait faire.
Nuage

 

Comment réduire notre empreinte écologique dans la cuisine

 

Danielle Verville, Coup de pouce,

Faire un peu mieux tous les jours pour réduire notre empreinte écologique? Plus facile qu’on ne pense!

  • On réchauffe un plat au micro-ondes plutôt que sur la cuisinière ou au four conventionnel et on préfère la bouilloire électrique à la casserole pour faire bouillir de l’eau.

  • On privilégie la cuisson à la vapeur pour les légumes; c’est plus rapide et plus nutritif!

  • On limite l’utilisation des assiettes et du papier d’aluminium. Leur production nécessite beaucoup d’énergie.

  • On recycle nos déchets alimentaires pour faire du compost pour le potager, nos fleurs et nos plantes.

  • On résiste à l’envie de laver la vaisselle avant de la mettre dans le lave-vaisselle! Rincer notre vaisselle gaspille près de 23 000 L d’eau par ménage annuellement.

  • On démarre le lave-vaisselle seulement lorsqu’il est rempli à pleine capacité et on choisit le cycle le mieux adapté et le moins long pour notre lavage. On laisse sécher la vaisselle propre à l’air libre.

  • Lors de l’achat du prochain lave-vaisselle, on choisit un modèle qui consomme moins de 280 kwh annuellement et un maximum de 12 L d’eau par cycle. On recherche l’étiquette ÉnerGuide, qui permet de connaître la consommation énergétique des appareils électroménagers. 

  •  

http://www.coupdepouce.com

Les bactéries jouent les indics


Les bactéries peuvent devenir des indics pour la police scientifique et aider à résoudre certaines questions comme l’heure de la mort ou l’endroit que la personne est décédée et ce même si le corps à été déplacé
Nuage

 

Les bactéries jouent les indics

 

© ANDREAS REH / GETTY IMAGES

Par Céline Lison

La police scientifique a peut-être trouvé de nouveaux alliés : les microbes qui peuplent nos cadavres.

Une étude, publiée en août dernier dans Journal of Microbiological Methods, s’est intéressée au thanatomicrobiome, l’ensemble des micro-organismes vivant dans notre corps après la mort. Les chercheurs s’attendaient à trouver des bactéries différentes dans chaque organe : certaines dans le foie, d’autres dans le coeur, d’autres encore dans la rate ou le cerveau.

En réalité, les peuplements sont assez homogènes à l’intérieur d’un même cadavre, mais varient fortement d’une dépouille àl’autre. Pourquoi ces disparités ? Parce que les populations changent avec le temps : certains microbes ont le goût des corps tout juste passés à trépas, d’autres préfèrent se manifester pendant la décomposition. Une analyse plus poussée de l’ordre d’arrivée de ces discrètes bactéries permettrait de préciser la date de la mort.

Et ce n’est pas tout : l’endroit du décès pourrait également être révélé. Car l’environnement dans lequel un homme meurt joue aussi un rôle dans la composition du thanatomicrobiome. Une victime tuée dans une forêt abritera ainsi plus d’organismes propres à ce terrain. Et même si elle est ensuite déplacée, ses organes, eux, garderont la trace du lieu du crime. 

 

http://www.nationalgeographic.fr

Bientôt la fin des «captchas», ces gribouillis qui vérifient que vous êtes bien humain


Quand on remplit un formulaire ou autre sur Internet et que pour finaliser, on veut savoir si nous sommes humains ou robot, il faut écrire des lettres ou chiffre que quelques fois, il est difficile de bien les discerner est souvent frustrant. Alors nous allons voir bientôt, un tableau moins contraignant et semble-t-il, tout aussi efficace
Nuage

 

Bientôt la fin des «captchas», ces gribouillis qui vérifient que vous êtes bien humain

 

Fini les gribouillis incompréhensibles que bon nombre de sites Internet vous demandent de déchiffrer, et de retaper sur votre clavier, avant d’envoyer un formulaire, ou d’accéder à une autre page. Cette étape pénible, appelée «CAPTCHA», et développée par Google en 1997, devrait progressivement disparaître du web, indique le site Vox.

Sur son blog consacré à la sécurité, Google a annoncé ce 3 décembre avoir mis sur pied une nouvelle technique, moins contraignante. Pour rappel, le but des CAPTCHAs n’est pas seulement d’embêter les internautes, mais de vérifier que telle ou telle requête sur une page web provient bien d’un humain, et non d’un bot informatique (une tâche automatisée qui peut par exemple se connecter à un site pour spammer les commentaires).

Problème: les gribouillis que l’internaute devait déchiffrer pour prouver son humanité «étaient toujours plus complexes et déformés, ce qui rendait la connexion à un site de plus en plus pénible», écrit Vox.

Désormais, Google explique qu’il se contentera de directement demander à l’internaute s’il est un robot. Un membre de l’équipe en charge des CAPTCHAs, Vinay Shet, a expliqué à Wired que le simple mouvement du curseur sur la page peut aider à révéler un robot automatisé. Le site ajoute que

«les adresses IP et les cookies apportent des preuves que l’utilisateur est le même humain sympathique que Google se rappelle avoir vu ailleurs sur le web».

D’autres techniques seraient utilisées, mais l’entreprise préfère les garder secrètes, pour éviter que les tentatives de spam, par exemple, ne se sophistiquent.

Si la simple question «êtes-vous un robot?» ne suffisait pas à déterminer l’origine de la requête, une autre étape, là encore moins pénible que la retranscription d’un texte tordu, est susceptible de s’activer. Il s’agirait d’un simple jeu d’images, dans lequel il faudrait identifier celles qui sont similaires à une première, qui sert de référence. Par exemple, trouver des petits chats ou des dindons. Pas trop compliqué, donc.

http://www.slate.fr

Voici le bulletin météo du 30 août 2050


Un bulletin météo fictive en 2050 de Météomédias. Il semble que d’autres simulations sont faites dans d’autres pays pour donner un exemple de ce qui nous attend dans quelques décennies. Il est probablement trop tard pour changer les choses, mais nous pouvons ralentir le processus en faisant de gros efforts
Nuage

 

Voici le bulletin météo du 30 août 2050

 

Un texte de Chantal Srivastava,

Des bulletins météo de l’avenir ont été présentés par l’Organisation météorologique mondiale (OMM) lors de la Conférence annuelle sur le climat des Nations unies qui se tient à Lima, au Pérou, du 1er au 12 décembre.

L’objectif de l’OMM : sensibiliser les participants aux périls qui guettent la planète. Ces bulletins fictifs sont proposés par de vrais présentateurs bien connus des téléspectateurs dans leur pays respectif. Ils ont été préparés à partir des plus récentes données publiées cette année dans la 5e édition du rapport du Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat.

Le bulletin canadien est présenté par Patrick de Bellefeuille de la chaîne Météomédia. Il n’annonce rien de moins que la fin de la présence humaine aux Îles-de-la-Madeleine.

L’Organisation météorologique mondiale a également publié cette semaine sa déclaration provisoire sur l’état du climat mondial en 2014. Selon l’OMM, si la tendance se maintient, l’année 2014 pourrait se révéler l’une des plus chaudes, si ce n’est la plus chaude, qui ait jamais été observée.

Le rapport définitif sur le climat en 2014 sera publié dans quelques mois. L’OMM publie néanmoins ces données provisoires afin de convaincre les négociateurs présents à Lima qu’il est urgent d’agir.

Les représentants de 190 pays sont réunis pour encore une semaine afin de négocier le prochain traité international sur le climat qui doit être adopté à Paris dans un an. L’objectif ultime est de réduire les émissions de gaz à effet de serre à des niveaux permettant de maintenir la hausse des températures à la surface du globe à moins de 2 degrés Celsius d’ici 2100.

Selon un récent rapport du Programme des Nations unies pour l’environnement, il faudra réduire les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 50 % par rapport au niveau de 2010 d’ici 2050.

Or nous sommes encore bien loin du compte puisque les émissions globales continuent d’augmenter… à un point tel que, si la tendance se maintient, la hausse des températures sera plutôt de l’ordre de 4 degrés Celsius en 2100!

Les débats seront intenses d’ici la fin de cette conférence sur le climat. Une belle initiation à la diplomatie du climat pour des étudiants universitaires québécois qui en profitent pour apprivoiser les rudiments des négociations climatiques internationales.

http://ici.radio-canada.ca

Bulgarie Le mystère résolu du chat vert


Un chat vert ! Faut espérer que cette couleur puisse partir et qu’il n’aurait pas des conséquences sur sa peau ou sur sa santé
Nuage

Bulgarie

Le mystère résolu du chat vert


(Crédit photo: gracieuseté, Rex)

TVA Nouvelles

Un félin qui erre dans les rues de Varna en Bulgarie peut difficilement se fondre dans le décor.

C’est que le chat à une teinte qui a de quoi faire tourner les têtes: il est complètement vert, rapportent le Daily Mail, The Independent et ABC.

L’animal sans abri aurait pris l’habitude de se rendre dans un ancien garage désaffecté où il trainerait de vieux pots de peinture.

À force de se lécher, l’animal a égalisé sa coloration émeraude peut-être à l’exception de son dos, endroit plus difficile d’accès.


(Crédit photo: gracieuseté, Rex)



(Crédit photo: gracieuseté, Rex)



(Crédit photo: gracieuseté, Rex)

http://tvanouvelles.ca/