La quête de récompenses, l’une des clefs de la domestication du chat


Le premier but de cette recherche est pour mieux cibler les maladies héréditaires chez nos boules de poils qui pourraient aussi aider les maladies humaines. Mais les recherches ont aussi aidé à mieux comprendre la domestication des chats
Nuage

 

La quête de récompenses, l’une des clefs de la domestication du chat

 

La quête de récompenses, l'une des clefs de la domestication du chat

Photo Fotolia

La quête de récompenses et la docilité ont apparemment joué un rôle déterminant dans la domestication du chat, révèle une étude comparative du séquençage du génome de félins domestiqués et sauvages.

«Les humains ont très probablement encouragé les chats à venir dans leurs habitations pour chasser les rats et souris qui mangeaient les céréales récoltées qu’ils stockaient», explique Wes Warren, généticien à l’Université de Washington à St Louis et principal auteur de l’étude publiée lundi dans les Comptes rendus de l’académie américaine des sciences (PNAS).

«Nous pensons que les humains devaient offrir de la nourriture à ces chats pour les encourager à s’installer chez eux», ajoute-t-il dans un communiqué.

Une façon pour les scientifiques de comprendre la génétique de la domestication est d’examiner les parties du génome qui ont été altérées par le fait de vivre avec des humains.

Ils ont constaté chez le chat domestique des modifications notables des gènes jouant un rôle important dans la mémoire, la peur et la recherche de récompense. Des traits liés, selon les chercheurs, à la domestication.

Certains félins vivant en solitaire dans la nature ont ainsi eu une incitation à rester avec les hommes.

Dociles

Au fil du temps, les humains ont réussi à les rendre plus dociles.

Chats et humains partagent les mêmes habitations depuis au moins 9 000 ans ce qui est très récent par rapport aux chiens dont la domestication remonte à plus de 30 000 ans.

Les chercheurs ont aussi comparé le génome du chat avec ceux notamment du tigre, du chien, de la vache et des humains, ce qui a aidé à comprendre pourquoi les chats sont presque exclusivement carnivores et les raisons pour lesquelles leur vision et leur odorat diffèrent d’autres mammifères comme le chien.

Les chercheurs ont notamment découvert dans les génomes du chat et du tigre des gènes spécifiques leur permettant d’absorber efficacement les lipides de la viande qu’ils consomment en abondance, et leur offrant donc un avantage particulier pour digérer des protéines animales.

Des gènes qui n’ont pas été trouvés chez la vache, un herbivore, et l’être humain dont le régime alimentaire est plus diversifié.

Et les chats dépendent moins que les chiens de leur odorat pour chasser une proie: les chercheurs ont trouvé moins de gènes liés à l’odorat chez les félins que chez les canidés.

Le projet de séquençage du génome du chat, débuté en 2007, a été financé par l’Institut national de recherche sur le génome humain.

Le but initial était l’étude des maladies héréditaires chez les chats domestiques qui sont similaires dans certains cas chez les humains

.

http://fr.canoe.ca/

2 réponses à “La quête de récompenses, l’une des clefs de la domestication du chat

  1. Les récompenses pour les animaux je suis d’accord mais ce qui me met en colère ce sont les parents qui donnent un cadeau ou un peu d’argent à leurs enfants pour obtenir qu’ils aident à la maison.
    A mon époque on ne rechgnait pas à aider et pour rien, si on avait oser demander quelque-chose en contrepartie c’était une gifle en remerciement.
    Bises

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s