Alzheimer : les signes annonciateurs


Perdre la mémoire pour un nom, ne plus savoir où sont les clés, chercher un mot, ne sont pas nécessairement des signes de la maladie d’Alzheimer. En fait, il y a des signes qui peuvent indiquer que la maladie s’installe et qu’il est important d’aller consulter
Nuage

 

Alzheimer : les signes annonciateurs

 

    Dès qu’une personne âgée perd un peu la mémoire, on pense immédiatement aux prémices de la maladie d’Alzheimer.

    Afin de ne pas s’inquiéter inutilement ou inversement de ne pas passer à côté des premiers signes annonciateurs, sachez les reconnaître.

Maladie d’Alzheimer : une détérioration progressive des fonctions mnésiques et intellectuelles

La maladie d’Alzheimer n’est pas la traduction du vieillissement normal. Il s’agit d’une maladie à part entière, qui impose un diagnostic et une prise en charge. Elle est due à la dégénérescence de neurones qui interviennent dans la mémoire et les fonctions intellectuelles. Incurable à ce jour, elle progresse le plus souvent vers la démence, c’est-à-dire une déchéance physique et mentale associée à une perte de l’autonomie.

Dans la majorité des cas, elle se déclare autour de 70 ans. Il existe aussi des formes précoces (débutant avant 65 ans), beaucoup plus rares, mais qui ont généralement une évolution rapide.

Les prémices de la maladie d’Alzheimer sont souvent insidieuses, à peine perceptibles par l’entourage. Ainsi, la décision de consulter est souvent tardive, lorsque les répercussions sur la vie quotidienne sont déjà importantes (pertes de mémoire, troubles de jugement et de raisonnement, changements d’humeur et de comportement). Or c’est une erreur car si on sait aujourd’hui freiner l’évolution de cette pathologie, c’est à condition de la diagnostiquer à temps.

Les dix signes annonciateurs de la maladie d’Alzheimer

Afin d’aider le dépistage, les spécialistes ont identifié dix signes permettant d’anticiper le diagnostic.

1) Des pertes de mémoire

Occasionnellement, il nous arrive à tous d’oublier un rendez-vous, le nom d’une personne ou un numéro de téléphone. C’est très banal. En revanche, une personne atteinte d’Alzheimer oubliera fréquemment des événements récents pour ne plus jamais s’en souvenir. Ayant du mal à mémoriser de nouvelles informations, elle pose plusieurs fois les mêmes questions puisqu’elle en oublie aussitôt les réponses. À l’opposé, la mémoire des événements anciens est généralement bien conservée, surtout en début de maladie.

2) L’égarement d’objets

De la même façon, il nous arrive à tous d’égarer nos clés ou de ne plus savoir où l’on a garé la voiture. Un malade peut non seulement perdre des objets, mais également les ranger dans des endroits très farfelus, comme le fer à repasser dans le réfrigérateur ou la montre dans le sucrier.

3) Une désorientation dans l’espace et dans le temps

Il est fréquent qu’un patient souffrant d’Alzheimer se perde dans sa propre rue ou oublie en quelle année nous sommes.

4) Des difficultés à exécuter des tâches familières

Atteint d’Alzheimer, on peut ne plus savoir comment cuisiner, même si autrefois on était un cordon-bleu.

5) Un jugement affaibli

On se met à enfiler trois chandails en plein été. L’usage des objets devient erroné : on utilise une paire de lunettes à la place de la fourchette, une paire de ciseaux pour écrire, etc.

6) Des problèmes de langage

Les troubles du langage sont également très fréquents et précoces. Le mot juste qui manque, le nom d’un objet ou d’une personne familière. Au début, il est remplacé par une périphrase ou par « truc » ou « machin ». Mais ensuite, ce sera par un mot inapproprié. Le discours devient ainsi incohérent. Le langage écrit se modifie également jusqu’à ce que l’orthographe et l’écriture deviennent incompréhensibles.

7) Des difficultés face aux notions abstraites

Soudain, le malade est incapable de remplir sa feuille de Sécurité sociale ou d’impôt, de gérer son compte en banque ou encore oublie la signification d’un anniversaire, etc.

8) Des changements d’humeur et de comportement

Sans raison apparente, ils apparaissent souvent brutalement et se succèdent de façon opposé, en alternant excitation, agressivité, irritabilité ou anxiété, avec inversement une absence d’émotion, une attitude de retrait, une indifférence ou une perte de plaisir. Ces derniers symptômes peuvent faire penser à une dépression.

9) Des changements de personnalité

De la même façon, les changements de personnalité sont souvent flagrants : une personne confiante et ouverte peut devenir renfermée, méfiante et craintive.

10) Un manque d’enthousiasme

Le malade perd goût à tout : activités sociales, loisirs, travail…… Il devient passif.

C’est la multiplication et la coexistence de ces signes qui doivent inquiéter l’entourage et qui jouent ici un rôle fondamental dans la détection précoce de la maladie et de sa prise en charge, d’autant plus que ces indices sont souvent niés, détournés ou minimisés par le patient.

par Isabelle Eustache

Sources : Dr Yves-Victor Kamami, « Peut-on aujourd’hui prévenir et traiter la maladie d’Alzheimer ? » , Editions du Dauphin.

http://www.e-sante.fr/

6 réponses à “Alzheimer : les signes annonciateurs

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s