Le Saviez-Vous ► Les ravages de la drogue


Laisser gouverner un pays, une guerre par un accro aux drogues est un désastre total. Lors de la deuxième guerre mondiale Hitler prenait 74 drogues différentes. Est-ce que l’histoire aurait été différente s’il n’avait jamais pris aucune drogue ? Si les soldats avaient-ils accepté de combattre pour le Führer ? Le reportage en vidéo est assez intéressante
Nuage

 

Les ravages de la drogue

 

Photo © Popperfoto / Getty Images

Photo © Popperfoto / Getty Images

Au Québec, il faut remonter à 2008 pour trouver la trace d’un bébé prénommé Adolphe à la naissance. Rares sont les prénoms qui renvoient à une liste si peu glorieuse d’épithètes et de qualificatifs, dont va-t-en guerre génocidaire, idéologue haineux voire carrément fou furieux. Toxicomane, également.

Ce dernier aspect de la vie d’Adolf Hitler est moins connu, mais, selon un document de 47 pages des services secrets américains réalisé durant la Seconde Guerre mondiale, le Führer prenait un cocktail de 74 drogues différentes. Grand hypocondriaque, il n’hésitait pas à en consommer quelques dizaines par jour, à l’occasion.

Un documentaire diffusé durant la fin de semaine par la chaîne britannique Channel 4 fera d’ailleurs la lumière sur la dépendance bien cachée d’Hitler, qui était visiblement fana de méthamphétamines, de barbituriques, de morphine ou encore de semence de taureau (destinée à augmenter sa testostérone).

Comme l’explique le Washington Post, la méthamphétamine s’est fait un nom lors de la guerre de 39-45. L’Allemagne nazie et les Alliés s’en servaient alors comme moyen de tenir les pilotes et les soldats alertes et endurants pendant les combats. Hitler et les soldats allemands en consommaient sous la forme d’un médicament commercial initialement censé traiter l’asthme, le Pervitin.

En Allemagne, les « Directives pour la détection et la lutte contre la fatigue », publiées le 19 juin 1942, étaient claires :

« Deux comprimés pris à la fois éliminent le besoin de dormir pendant une période de trois à huit heures, et deux doses de deux comprimés sont normalement efficaces pour 24 heures. »

Le Führer se voyait administrer ses médicaments par Theodor Morell, dont les lettres personnelles ont servi de base au dossier des services secrets américains. Ce docteur peu conventionnel cherchait notamment à maintenir Hitler « éveillé et motivé » grâce au traitement de méthamphétamine, indique Le Figaro.

« Pour doper Hitler, Morell lui prescrivait des stimulants. Pour l’endormir, des sédatifs. Dès 1943, le Führer semblait accroc à ce cocktail néfaste.  […]Le dossier militaire indique que le Führer aurait pris de cette drogue juste avant sa dernière réunion avec le dictateur italien, Mussolini, en juillet 1943. Une rencontre houleuse pendant laquelle Adolf Hitler fut particulièrement agité. »

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site du Washington Post : «High Hitler: Nazi leader was a meth addict, says new documentary»

Ci-dessous, un documentaire de la chaîne franco-allemande Arte sur le Pervitin :

http://www.lactualite.com/

L’agame barbu, un reptile qui apprend par imitation na finir


Un reptile qui apprend simplement en regardant un de ses semblables agir sur une vidéo. Un apprentissage par imitation. Voilà bien, un bel exemple que l’intelligence n’est pas juste du domaine humain
Nuage

 

 

L’agame barbu, un reptile qui apprend par imitation

 

Longtemps considérée comme l'apanage de l'Homme et le summum de l'apprentissage social, la capacité d'apprendre par imitation serait en fait partagée par d'autres mammifères, des oiseaux et au moins un reptile, l'agame barbu. © Clément Bardot, Wikimedia Commons, cc by sa 2.0 Longtemps considérée comme l’apanage de l’Homme et le summum de l’apprentissage social, la capacité d’apprendre par imitation serait en fait partagée par d’autres mammifères, des oiseaux et au moins un reptile, l’agame barbu. © Clément Bardot, Wikimedia Commons, cc by sa 2.0

Par Andréa Haug, Futura-Sciences

Des petits lézards ont réalisé devant les scientifiques une étonnante prouesse : regarder un film montrant un de leur congénère ouvrir une porte et imiter ensuite ce comportement. Cet apprentissage par imitation n’était jusque-là connu que chez les oiseaux et les mammifères.

Rien n’arrête un gourmand agame barbu pour un ver bien dodu. Passés trois ans d’entraînement, une femelle de Pogona vitticeps réussit à ouvrir la porte coulissante de sa cage pour obtenir sa récompense, un ver de farine. Des congénères, après avoir regardé la vidéo de la capture, répliquent la manipulation pour accéder à leur friandise à pattes. En revanche, un groupe témoin qui n’avait pas vu les 11 secondes d’images reste penaud.

Anna Wilkinson, maître de conférences sur la cognition animale à l’université de Lincoln, au Royaume-Uni, et co-auteur de l’article rapportant ces faits dans la revue Animal Cognition, estime peu probable que les petits sauriens aient eu un comportement spontané. Tous ont en effet ouvert la porte de la même manière que sur la vidéo modèle.

Plus tôt cette année, les mêmes scientifiques ont montré que d'autres reptiles, en l'occurrence des tortues (ici un individu de Terrapene carolina bauri), pouvaient apprendre à utiliser un ordinateur à écran tactile. © Jonathan Zander, Wikimedia Commons, cc by sa 3.0
Plus tôt cette année, les mêmes scientifiques ont montré que d’autres reptiles, en l’occurrence des tortues (ici un individu de Terrapene carolina bauri), pouvaient apprendre à utiliser un ordinateur à écran tactile. © Jonathan Zander, Wikimedia Commons, cc by sa 3.0

L’évolution de la cognition

Il s’agirait bien d’un comportement d’imitation.

« Ces résultats apportent la première preuve d’imitation chez une espèce de reptile et suggèrent que les reptiles peuvent utiliser l’information sociale pour apprendre au travers de l’imitation », précise Anna Wilkinson.

Pour son équipe, ces nouveaux travaux fournissent donc des preuves que les reptiles possèdent des capacités cognitives comparables à celles des mammifères et des oiseaux. Les auteurs suggèrent aussi que l’apprentissage par imitation est susceptible d’être fondé sur des mécanismes anciens.

Les reptiles et les mammifères partagent un ancêtre commun. Comprendre les similitudes et les différences comportementales entre les deux groupes d’animaux peut faciliter la compréhension de l’évolution de la cognition.

 

http://www.futura-sciences.com

Amputé d’une jambe, un ado trouve soutien et réconfort auprès d’un chien à 3 pattes


Voilà une belle façon pour que deux êtres puissent s’entraider. Des fois, cela ne prend pas grand chose pour redonner le gout de vivre après un événement malheureux. Ce chien et de jeune homme ont eu une histoire similaire et vont affronter ensemble leur handicap
Nuage

 

Amputé d’une jambe, un ado trouve soutien et réconfort auprès d’un chien à 3 pattes

 

Par Sophie Le Roux Crédits

photo : Facebook – Dachshund Rescue South Florida

En août dernier, Sam Sartain, un adolescent américain originaire de Floride a été victime d’un grave accident de voiture. Amputé de la jambe droite, le jeune homme apparaît aujourd’hui joyeux et rayonnant. Pooh, son chien, n’est sans doute pas étranger à cette bonne humeur étonnante pour un adolescent ayant vécu un tel traumatisme il y a quelques semaines seulement.

Pooh est un jeune Teckel adopté grâce à l’association Miami-Dade Animal Rescue. Et lui aussi a été amputé. Le petit chien gambade sur trois pattes, et lorsqu’ils se baladent tous les deux, Sam et Pooh ne manquent pas d’attendrir les passants, récoltant nombre de sourires à chacune de leurs virées.

Un vrai coup de foudre

La mère de Sam a vu Pooh sur la page Facebook Dachshund Rescue South Florida, qui regroupe de nombreuses annonces pour des Teckels en attente d’adoption en Floride du Sud.

Le chien a été heurté par une voiture et c’est grâce aux policiers qui l’ont secouru qu’il a pu être soigné. En seulement deux jours, ils avaient en effet réuni quelque 5000 dollars pour payer les soins dont Pooh avait besoin.

La mère de Sam a tout de suite pensé que ce chien ayant vécu une expérience similaire à celle de son fils serait un formidable compagnon pour lui. Et elle ne s’était pas trompée. Dès qu’ils sont rencontrés Sam et Pooh se sont pris d’amour l’un pour l’autre.

« il m’a regardé et il s’est rendu compte je suppose que nous étions dans la même situation et il a immédiatement couru vers moi » a confié le jeune garçon lors d’une interview accordée à NBC Washington.

« Les animaux vous donnent une raison de vous lever »

« En tant que mère vous recherchez toutes les ressources pouvant aider et les animaux sont vraiment thérapeutiques, ils vous donnent une raison de vous lever » explique la maman de Sam.

Quel bonheur que de voir ces deux êtres frappés par le malheur s’offrir l’un l’autre tant d’amour et de réconfort. Sam et Pooh, ces deux amis qui se comprennent et se soutiennent, débordent de joie de vivre

 

http://wamiz.com

5 bienfaits de la pomme


Un dicton que tout le monde connait bien qu’une pomme par jour éloigne le médecin, est vrai. Manger des pommes aident à prévenir certains troubles de santé
Nuage

 

5 bienfaits de la pomme

 

5 bienfaits de la pomme

Photo Fotolia

Le temps de la cueillette des pommes bat son plein. Voici quelques arguments supplémentaires pour vous encourager à ramener au moins un sac de pommes à la maison.

Everyday Health vous rappelle que les pommes ne sont pas simplement délicieuses et leurs goûts variés, mais qu’elles comportent aussi des bienfaits prouvés pour votre santé.

1. L’asthme – La vitamine C et les flavonoïdes contenus dans la pomme sont des antioxydants efficaces. Ceux-ci aident notamment à protéger les gens souffrant d’asthme.

2. Accident vasculaire cérébral – Une étude a démontré que sur une période de 28 ans, parmi les 9208 participants, ceux qui avaient consommé le plus de pommes avaient le taux le moins élevé de risque d’AVC.

3. Régularité – Si vous souffrez de problèmes de constipation, la pomme sera votre alliée grâce à sa teneur élevée en fibres solubles et insolubles.

4. Une pomme plutôt qu’une boisson énergisante Ce fruit vous redonne de l’énergie en éliminant les radicaux libres qui mènent au stress oxydatif, associé à la fatigue.

5. Diabète – Les phytonutriments de la pomme aident à réguler le taux de sucre dans le sang, une excellente source préventive pour les diabétiques.

En bonus, la pomme combat la mauvaise haleine en stimulant la salive à cause de sa pectine.

http://fr.canoe.ca

Des icebergs en Floride, il y a 21.000 ans


La technologie d’aujourd’hui, permet de prévoir le scénario de l’avenir. Cela est possible quand on comprend mieux ce qui s’est passé dans le passé alors que la Terre avait un tout autre visage.
Nuage

 

Des icebergs en Floride, il y a 21.000 ans

 

Alan Condron a développé l'un des premiers modèles à haute résolution de la circulation de l'océan au cours du dernier maximum glaciaire, il y a environ 21.000 ans, alors que le niveau des océans était inférieur de 120 m à celui d’aujourd’hui. L'image ci-dessus montre les températures de surface des océans à cette époque, pendant l'hiver. © Alan Condron

Alan Condron a développé l’un des premiers modèles à haute résolution de la circulation de l’océan au cours du dernier maximum glaciaire, il y a environ 21.000 ans, alors que le niveau des océans était inférieur de 120 m à celui d’aujourd’hui. L’image ci-dessus montre les températures de surface des océans à cette époque, pendant l’hiver. © Alan Condron

Par Laurent Sacco,

Que pourrait-il se passer si le réchauffement climatique déstabilisait fortement l’inlandsis du Groenland en provoquant la formation d’un grand nombre d’icebergs ? Pour le savoir, un océanographe a modélisé un phénomène similaire survenu lors de la dernière glaciation. Sa simulation de la circulation océanique concorde avec des traces retrouvées au fond de l’océan Atlantique : des icebergs dérivaient jusqu’au Keys de Floride, il y a 21.000 ans.

Il existe sans nul doute des marges de progressions dans la précision de la modélisation du climat et la compréhension des facteurs susceptibles de le déstabiliser. La montée en puissance de calcul des ordinateurs et l’augmentation de la quantité de données de nature diverses que l’on peut utiliser pour nourrir les modèles numériques du climat vont nous permettre de mieux prédire ce qui peut arriver à notre planète d’ici la fin de ce siècle. On a ainsi acquis récemment une meilleure connaissance de la topographie du fond des océans via des mesures altimétriques satellitaires.

On sait que l’inlandsis du Groenland est en train de fondre. Que nous réserve l’avenir à ce sujet ? Pour le savoir, l’océanographe Alan Condron de l’université de Massachusetts Amherst a modélisé ce qui s’est passé dans l’Atlantique nord lorsque l’inlandsis laurentidien a libéré des quantités importantes d’icebergs et d’eau douce froide, voici 21.000 ans. Il recouvrait une bonne partie du continent nord-américain, notamment la région des Grands Lacs lors de la dernière glaciation dite de Wisconsin. Il a publié le résultat de ces travaux dans un article de Nature Geosciences en compagnie de sa collègue Jenna Hill de la Coastal Carolina University.

 

Des scènes magnifiques de survols de paysages arctiques. On peut notamment voir le Groenland, l’Islande et le Canada. © dabb, YouTube 

La chercheuse a notamment analysé des images haute résolution des fonds marins bordant la côte est des États-Unis du cap Hatteras, une avancée de terre insulaire située dans l’état de Caroline du Nord, jusqu’en Floride. Elle a identifié environ 400 marques d’affouillement dans les sédiments qui ont été formées par des icebergs dérivant dans l’atlantique nord au moment où elle était plus basse d’environ 100 km, lors de la dernière glaciation. La profondeur de certain de ces affouillements indique que les icebergs qui les ont laissés avaient une hauteur de 300 m, ce qui est comparable avec ceux que l’on retrouve au large du Groenland de nos jours.

Des icebergs aux Bahamas

Ces observations sont en plein accord avec les simulations les plus précises, conduites à ce jour par Alan Condron, quant à la circulation océanique en atlantique nord, il y a 21.000 ans. A ce moment là, alors que la Terre était en train de se réchauffer, d’immenses lacs d’eau de fonte glaciaire se formaient en Amérique du Nord. Des barrages de glace cédaient périodiquement injectant de grandes quantités d’eau douce et de glace dans l’Atlantique au niveau de la baie d’Hudson et du golfe du Saint-Laurent, au Canada. Les calculs conduits par le chercheur montrent que les icebergs résultant de ce phénomène obliquaient rapidement sur la droite pour se diriger en direction des tropiques. Parcourant 5.000 km en moins de quatre mois, certains d’entre eux finissaient par rejoindre les eaux des Bahamas.

Selon Condron, les résultats des travaux qu’il a conduits avec Hill montrent qu’une grande partie des eaux de fonte de la calotte glaciaire du Groenland peut être redistribuée par des courants côtiers étroits circulant d’abord dans des régions subtropicales avant d’atteindre l’océan subpolaire. Cela rend plus compliquée la prévision d’une éventuelle instabilité du climat qui serait abruptement déclenchée par la fonte des glaces du Groenland.

http://www.futura-sciences.com

Les boissons gazeuses sucrées font vieillir de près de 5 ans


L’être humain n’est pas fait pour les aliments transformés, ni pour les boissons sucrées et pleines d’additifs, car cela a des répercussions sur sa santé
Nuage

 

Les boissons gazeuses sucrées font vieillir de près de 5 ans

 

Les scientifiques ont calculé que la consommation quotidienne... (PHOTO ARCHIVES REUTERS)

Les scientifiques ont calculé que la consommation quotidienne d’environ 600 ml de boissons gazeuses (soit 20 onces) ajoute 4,6 ans au vieillissement de l’organisme.

PHOTO ARCHIVES REUTERS

La consommation quotidienne de boissons gazeuses sucrées semble accélérer le vieillissement des cellules, démontre une étude réalisée par des chercheurs américains.

Les scientifiques de l’Université de la Californie à San Francisco ont découvert que les télomères – des structures qui protègent l’ADN au bout des chromosomes dans les cellules – sont plus courts dans les globules blancs des sujets qui ont déclaré boire le plus de boissons gazeuses.

La longueur des télomères dans les globules blancs a précédemment été associée à la longévité humaine. Des télomères courts ont aussi déjà été associés au développement de problèmes liés au vieillissement, comme la maladie cardiaque, le diabète et certains cancers.

La chercheure Elissa Epel a rappelé que le raccourcissement des télomères débute bien avant l’apparition des premiers symptômes. De plus, a-t-elle dit, même si cette étude a été réalisée chez des adultes, il est possible que l’effet des boissons gazeuses soit le même chez les enfants.

Les scientifiques ont calculé que la consommation quotidienne d’environ 600 ml de boissons gazeuses (soit 20 onces) ajoute 4,6 ans au vieillissement de l’organisme. Cela est comparable à l’impact du tabagisme ou encore à l’effet inverse, antivieillissement, de l’activité physique.

Environ 20 % des quelque 5300 participants à cette étude ont révélé boire 600 ml de boissons gazeuses par jour, tandis que la consommation moyenne était de 350 ml (12 onces).

Mme Epel a maintenant lancé une nouvelle étude de plusieurs semaines, afin d’examiner en temps réel l’effet de la consommation quotidienne de boissons gazeuses sur le vieillissement cellulaire.

Les conclusions de cette étude sont publiées dans le American Journal of Public Health.

http://www.lapresse.ca