Comment nous sommes devenus les Big Brother de nos enfants


Plutôt qu’une citation, voilà une réflexion sur les changements de comportement face aux enfants. C’est vrai que les temps ont changé ! Avant nous pouvions aller jouer dehors dans un plus grand territoire, sans avoir une réelle surveillance. Il arrivait qu’après l’école, les parents étaient absents même si nous étions au primaire. Très jeune, moi et mon petit frère, nous devions faire des dépôts à la banque, la seule consigne, c’est de faire un aller-retour sans trainer. Mais, aujourd’hui, avec les pédophiles, les gens peu recommandables qui trainent dans les quartiers, l’inquiétude demeure.
Nuage

 

Comment nous sommes devenus les Big Brother de nos enfants

 

Arrivée à l’école à Vincennes en 2012. REUTERS/Charles Platiau

Que s’est-il passé pour qu’en une génération, des enfants qui allaient à l’école tout seuls, parcourant parfois un long trajet, se mettent, une fois devenus parents, à enlever toute autonomie à leurs enfants?

A 6 ans, je sortais chaque jour acheter le pain, très tôt le matin. J’ai commencé à aller seule à l’école dès le CE1 (soit vers 7 ans). L’établissement se trouvait à quinze bonnes minutes de chez moi à pied, il fallait traverser plusieurs routes, dont une bordant une station service, et mon quartier de l’époque serait aujourd’hui considéré comme une «zone urbaine sensible».

Je rentrais également seule à la maison –avec ma clé autour du cou– pour le rester jusqu’au retour de mes parents (vers 19h environ). Il ne m’est jamais rien arrivé. Il n’est surtout jamais venu à personne l’idée d’accuser mes parents de négligence. Et pour cause, tous mes camarades d’école dont les deux parents travaillent bénéficiaient de la même autonomie. D’ailleurs, pendant les vacances d’été, on se retrouvait tous au pied de la tour pour jouer jusqu’à très tard le soir.

Aujourd’hui, quand je demande à ma fille de 8 ans ce qu’elle voudrait faire quand elle sera grande, elle répond:

«Je veux être en sixième pour aller toute seule au collège». 

Elle ne rêve pas d’être vétérinaire ou d’une place pour le concert de Violetta, elle voudrait circuler dans la rue, sans avoir à tenir la main de l’un de ses parents. Se rendre d’un point A à un point B, seule.

Et c’est hors de question pour l’instant. Même pas en rêve. Je ne suis même pas tout à fait sûre de l’autoriser à se rendre seule au collège quand elle aura 11 ans. Elle n’est jamais sortie acheter une baguette de pain, et les très rares fois ou j’ai été contrainte de la laisser seule à la maison le temps de faire une course urgente, je lui ai fichu la trouille de sa vie en lui expliquant que si elle ouvrait la porte ou quittait le canapé sur lequel elle était priée de rester assise, il lui arriverait quelque chose de très grave. (Oui, je sais).

Que s’est-il passé, en à peine une génération, pour que la mère que je suis, et qui a pourtant bénéficié d’une large liberté enfant, considère aujourd’hui que l’extérieur est forcément hostile à ma progéniture, et que ma présence à ses côtés est nécéssaire à chaque seconde?

http://www.slate.fr/

13 réponses à “Comment nous sommes devenus les Big Brother de nos enfants

  1. C’est vrai :Il n’y a pas si longtemps , Emmanuel revenait seul de l’école avec la clé de l’appartement autour du cou , il restait seul en m’attendant sans problème , sans que je ne m’inquiète ….Et nous étions en ville ! Aujourd’hui , même dans un petit village , ce ne serait plus envisageable …
    Pourquoi ? Peut-être parce qu’on entend beaucoup parler de pédophiles , détraqués etc…..Mais est ce qu’il y en a vraiment plus qu ‘il y a une vingtaine d’années ?

    • bien sur il y en a plus, du moins dans les grandes villes, car il y a plus de monde, sans parler d’internet qui permet aussi de suivre le vie des gens et permet de mieux coordonné une action sans la présence de certaines personnes … et en plus des effets d’entrainement etc .. Prend par exemple les pédophiles .. ils sont encouragé entre eux, ils voient qu’ils ne sont pas tout seul avec leur perversion

      • Oui , bien sur , plus de monde implique plus de pédophiles , mais est ce que le rapport ,pourcentage de  » malades  » avec la population a changé ….Enfin ….Je ne sais pas …De toute façon le risque persiste , c’est certain..

  2. Je ne sais s’il y a plus de malades aujourd’hui par rapport à avant , il y peut être la même proportion mais aujourd’hui les faits divers qui ne restaient qu’à un niveau local se diffusent à un niveau national voire international grâce à internet et la vitesse de propagation des infos

  3. Hier j’ai entendu à la radio qu’une marque de vêtement venait de mettre en vente un manteau pour enfants qui intègre une puce GPS pour suivre son enfant sur son smartphone ou son ordi. Et puis si il est en danger il peut appeler ses parents en appuyant sur un bouton. Tout cela accompagné d’un abonnement pour la connexion bien sûr !!!! Je suis un peu choquée, on va un peu loin non….?
    Je me souviens aussi du temps ou je rentrais seule de l’école avec ma clef autour du coup et cela dès le CP. Ce monde me désole un peu tout de même, il faut être prudent ce ne sont évidemment pas mes propos mais la peur de son prochain devient si présente que cela attise nos comportements égoïstes et auto-centrés, ce qui n’est pas pour faire évolué une société dans le sens su partage et de l’entraide envers son prochain. L’auto-centriste attise le pouvoir et les différences sont de plus en plus grandes et marquées. Bref, voilà quelques pensées au réveil sur l’évolution que prend notre société et pour lesquelles je suis en désaccord.
    Bonne journée Nuage 🙂

    • Beaucoup de jeunes enfants ont leur téléphone avec eux adapté pour eux .. je n’aurais jamais pensé donné ce genre de chose a mes propres enfants

      Sans parler qu’au USA, ils vendent des objets pare balles, cela n’a pas de bon sens de faire vivre les enfants dans la peur

  4. J’ai constaté le même phénomène.
    Moi aussi, très jeune j’allais à l’école toute seule. Bon c’était en province dans une petite ville, mais peut-être que dans cette même petite ville à présent, les parents n’autorisent plus cela.

  5. 80% des agressions sexuelles se font par une personne de notre entourage (famille, amis). On devrait plus prévenir dans ce sens que de faire croire à nos enfants qu’à chaque coin de rue, se cache un pédophile. Ne créons pas trop de peur, d’angoisses.

    • je ne pense pas que la majorité des parents parlent des pédophiles, en tout cas moi je ne l’ai pas fait avec mes enfants ni avec ma petite fille
      mais il y a surement une raison que les enfants sont plus surveillée qu’avant

      • A ma fille de 4 ans et demi, je ne lui parle pas de pédophile. Mais je lui dis que son corps ne doit pas être « touché » si elle ne le souhaite pas, excepté pour un acte médical. Je lui ai dit que son corps est à elle, et personne ne doit le « toucher » sans son consentement. C’est pour cela que nous l’avons jamais obliger à embrasser les personnes pour dire bonjour ou au revoir. Nous lui demandons de dire « bonjour ou au revoir ».
        Concernant le fait que l’on surveille plus les enfants, cela vient peut-être du fait que les parents sont plus angoissés.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s