L’homme, un virus


Nous aurions dû nous adapter à la Terre et non la Terre s’adapter à notre mode de vie. Cet entêtement de tout vouloir contaminer, nous en subissons les conséquences. Il serait temps de s’allier à notre terre d’accueil
Nuage

 

L’homme, un virus

 

 

« L’Homme est un virus pour la planète au lieu de faire partie de son système immunitaire. »

Louis Berger

Un insecte vivant retiré de son oreille


Quelle horreur d’avoir un insecte dans l’oreille, cela a dû être très inconfortable. Heureusement, que le médecin a pu l’extirper, chose que la  »bibite » n’a pas sembler appréciée
Nuage

 

Un insecte vivant retiré de son oreille

 


(Crédit photo: capture d’écran, LiveLeak)

 

Un homme en Inde qui a ressenti un chatouillement dans l’oreille s’est fait retirer un assez gros insecte qui était toujours vivant.

Le quotidien britannique Mirror rapporte qu’on ne sait pas exactement où a été tournée la vidéo, mais qu’elle est devenue virale depuis qu’elle a été mise en ligne sur le site de partage LiveLeak.

On voit dans la vidéo le tunnel auditif d’un homme et les pattes d’un insecte qui bouge.

Plus la vidéo avance, plus l’insecte se tortille quand on le retire de l’oreille.

Le médecin finit par extirper complètement l’insecte à l’aide de ses pinces et la dépose.

Pour l’instant, ledit insecte n’a pas été identifié.

http://tvanouvelles.ca

Le Saviez-Vous ► 22 révélations improbables sur le corps humain


Notre corps est une incroyable  »machine » très sophistiquée. Sa complexité est difficile à reproduire. A mon avis, malgré toute la technologie, il sera difficile de fabriqué un robot aussi complexe que le corps humain
Nuage

 

22 révélations improbables sur le corps humain

 

Le corps humain est une machine incroyable et surprenante. Nous sommes capables de faire des choses incroyables, et nous ne le réalisons même pas. Alors la prochaine fois que vous reprochez à votre corps d’être fatigué au boulot ou bien de vous avoir fait trébucher sur une chaise, remémorez vous-donc cet article, bande de petits ingrats. Notre corps est une véritable merveille, alors apprenons à l’aimer !

1. Les muscles qui permettent à vos yeux de bouger se contractent environ 100,000 fois par jour. Si vous vouliez faire travailler vos jambes autant, il vous faudrait marcher à peu près 80 kilomètres.

 

2. Votre nombril abrite des milliers de bactéries qui forment un écosystème complet, aussi riche que celui d’une forêt pluviale tropicale.

 

3. Dans votre vie, vous produirez environ 23.660 litres de bave, assez pour remplir deux piscines.

 

4. Notre nez peut se souvenir de 50.000 odeurs différentes

 5. Les globules rouges peuvent traverser votre corps entier en 20 secondes à peine

6. Si la terre était plate, nous pourrions apercevoir une bougie à 50 kilomètres à l’oeil nu.

 

7. Près de 90 % des cellules qui composent notre corps ne sont pas d’origine humaine. La majeure partie de la masse notre corps provient de champignons et de bactéries.

8. Nos muscles sont bien plus puissants que nous le pensons. Notre force est limitée pour empêcher nos muscles et nos tendons de se déchirer et de se blesser. Lors d’une poussée extrème d’adrénaline, cette limite est enlevée pendant un bref instant. Voilà pourquoi certaines personnes ont pu soulever des voitures ou des rochers qu’ils n’auraient jamais pu faire bouger en temps normal.

 

9. Un être humain adulte est composé, en moyenne, de 7,000,000,000,000,000,000,000,000,000  (7 quadrilliard) d’atomes

 

10. L’oeil humain peut distinguer 10 million de différentes teintes et nuances de couleurs. Il perçoit une plus grande quantité d’informations que n’importe quel telescope jamais construit à ce jour. 

11. Nous ne sommes pas les animaux les plus rapides de la planète. Par contre, nous battons (de loin) n’importe quelle autre espèce à la course d’endurance ! Il y a bien longtemps, cela était d’ailleurs notre technique de chasse principale: nous poursuivions un animal à la trace pendant des jours, en le pistant implacablement jusqu’à ce qu’il s’écroule d’épuisement.

 

12. Croyez le ou non, notre corps brille dans le noir. Seulement, la lumière que nous émettons est 1.000 fois plus faible que celle que notre oeil peut percevoir.

 

13. Les bébés ont 60 os de plus que les adultes !

 

14. L’amour est une drogue. Grâce à lui, le cerveau libère les mêmes hormones et neurotransmetteurs que lorsque l’on consomme des amphétamines.

 

15. Nous partageons 50 % de notre ADN avec la banane.

 

16. Notre cerveau peut produire assez d’électricité pour faire fonctionner une ampoule.  

17. Au cours de notre vie, nous passons environ 10% de notre vie éveillée avec les yeux fermés parce que nous clignons des yeux.

 

18. Voici à quoi ressemble le muscle le plus puissant du corps humain, le muscle masséter

 

19. Si le cerveau humain etait un ordinateur, il pourrait faire 38.000 billion d’operations par seconde. Le super-ordinateur le plus puissant du monde, BlueGene, peut accomplir seulement 0,002% de cette performance

 

20. Notre corps produit 25 million de cellules chaque seconde. Toutes les 13 secondes, vous produisez plus de nouvelles cellules qu’il n’y a d’habitants aux Etats-Unis !

 

21. Notre cerveau est capable, en théorie, de lire jusqu’à 1.000 mots par minute.

 

22. Nous perdons environ 18 kilos de peaux mortes au cours de notre vie. 

Incroyable, non ? Voilà pourquoi il faut prendre soin de cette incroyable machine qu’est notre corps, et apprendre à apprecier les choses qu’il fait pour nous chaque jour !

 

http://www.demotivateur.fr/

Le FBI veut mieux détecter la cruauté envers les animaux pour repérer les futurs meurtriers


Je pense que c’est une bonne initiative que d’autres pays devraient suivre cet exemple. Le fait de prendre en considération des violences envers les animaux est souvent signe que d’autres problèmes aussi graves sont présents
Nuage

 

Le FBI veut mieux détecter la cruauté envers les animaux pour repérer les futurs meurtriers

 

Love me / Jimmy G via FlickrCC a href= »https://creativecommons.org/licenses/by/2.0/ »>License by

Parmi les pires serial killers américains du XXe siècle –comme Ted Bundy ou encore David Berkowitz (surnommé le fils de Sam)– beaucoup avaient fait preuve de cruauté extrême envers les animaux quand ils étaient enfants. De nombreuses études ont confirmé un lien entre cruauté envers les animaux pendant l’enfance et tendance à la criminalité en tant qu’adulte.

Ainsi, le Bureau fédéral d’investigation (FBI) vient d’annoncer que la cruauté envers les animaux serait désormais prise en compte séparément dans les statistiques nationales, et considérée comme un «crime contre la société», indique Associated Press. Les agences de police locales devront désormais comptabiliser ce genre de crimes dans quatre domaines distincts: la maltraitance, la violence et la torture, la violence organisée (notamment les combats de chien ou de coqs), et les abus sexuels.

Chaque année, le FBI publie un rapport annuel sur la criminalité dans le pays, mais jusqu’ici la cruauté envers les animaux étaient englobée dans la case «autres», ce qui ne permettait pas de garder trace de tous les incidents.

L’idée est que ces statistiques permettront de mener une lutte plus efficace contre ces infractions, en permettant de mieux comprendre les facteurs associés à ces crimes, et le profil des perpétrateurs. 

Les cas de maltraitance sur les animaux domestiques sont par exemple souvent ignorés par les policiers locaux. Or l’idée est que ce genre de cas est important, dans la mesure où il peut indiquer d’autres formes de violence encore plus graves. Le fait de pouvoir repérer la maltraitance sur les animaux domestiques est donc considéré comme un outil de prévention contre la criminalité.

Cela faisait plus de dix ans que les organisations des droits des animaux demandaient cette prise en compte dans les statistiques officielles.

Mieux prendre en charge ces crimes ne sera pas seulement utile pour protéger les animaux ou identifier les profils de tueurs en série potentiels.  Il s’agit aussi de protéger des enfants maltraités, car bien souvent la violence contre les animaux domestiques s’accompagne de violence contre les enfants. 

http://www.slate.fr/

États-Unis À 4 ans, elle distribue de l’héroïne à l’école


Comment des parents peuvent consommer des drogues et avoir en plus un manque total de responsabilité envers leurs enfants ? Heureusement, que cela n’a pas eu des conséquences chez les élèves de la maternelle. Mais,. la petite fille, comment vivra t’elle la suite des évènements
Nuage

 

États-Unis

À 4 ans, elle distribue de l’héroïne à l’école

 

<<STORY SLUG>>

Photo Archives / Agence QMI

NEW YORK Une mère américaine a été arrêtée et inculpée, après que sa fille de 4 ans eut distribué des petits sachets d’héroïne à ses amis à l’école maternelle, croyant qu’il s’agissait de bonbons, a-t-on appris mardi de la police du Delaware.

La police avait été appelée lundi en milieu de journée, après que des enseignantes du «Hickory Tree Child Care Center» de la ville de Selbyville, eurent découvert que plusieurs jeunes enfants avaient de petits sachets d’une poudre blanche inconnue. La police locale contactée est venue les récupérer, et les tests ont montré qu’il s’agissait d’héroïne.

La petite fille les avaient apportés sans le savoir à l’école, dans un sac à dos que sa mère lui avait donné au dernier moment, le sien ayant été rendu inutilisable durant la nuit par un animal de la famille.

«Pensant qu’il s’agissait de bonbons, elle a commencé à les donner aux enfants de sa classe», a précisé la police de l’Etat dans un communiqué.

Aucun des sachets n’avait été ouvert lorsque les enseignantes les ont récupérés. Plusieurs des enfants qui les avaient manipulés ont été brièvement hospitalisés par précaution, mais ont pu rentrer chez eux.

Au total, 249 sachets d’héroïne, d’un poids total de 3.735 grammes se trouvaient dans le sac à dos.

La mère de la petite fille, Ashley Tull, 30 ans, a été inculpée de possession de drogue et mise en danger d’un enfant. D’autres chefs d’accusation pourraient suivre.

Ses trois enfants de 11, 9 et 4 ans ont été confiés à un proche, avec ordre qu’elle n’ait aucun contact avec eux.

Elle a été remise en liberté après versement d’une caution de 6 000 dollars, toujours selon la police.

http://www.journaldemontreal.com/

Une éclipse totale de Lune à ne pas manquer mercredi


Mercredi matin, éclipse de la lune, malheureusement, on annonce un peu de pluie, donc nuageux, du moins dans mon coin du Québec
Nuage

 

Une éclipse totale de Lune à ne pas manquer mercredi

 

Vous pourrez admirer mercredi 8 octobre une éclipse totale de Lune.

Ce phénomène astronomique survient lorsque le Soleil, la Terre et la Lune sont parfaitement alignés, faisant en sorte que l’ombre de la Terre couvre entièrement la surface lunaire.

Cette éclipse de Lune s’inscrit dans une tétrade – une occurrence de quatre éclipses de Lune à six mois d’intervalle, un phénomène qui ne se répétera pas avant 20 ans. Les deux prochaines éclipses auront lieu le 4 avril et le 28 septembre 2015.

Mercredi, pour le Québec et l’Ontario, la phase partielle de l’éclipse devrait commencer à 5h14. La Lune sera dans la phase totale entre 6h25 et 7h24. Il sera difficile d’observer la dernière phase de l’éclipse, car aux environs de 7h00 la Lune descendra vers l’horizon et le Soleil se lèvera.

L’intégralité du spectacle sera en revanche plus facile à observer dans l’Ouest canadien.

Reste à savoir si le ciel sera dégagé.

http://quebec.huffingtonpost.ca

Une femme a un bébé grâce à un utérus greffé


Dans un avenir probablement proche, plusieurs femmes pourraient profiter des dons d’organes, plus spécialement un utérus.
Nuage

 

Une femme a un bébé grâce à un utérus greffé

 

Une femme a accouché d’un enfant le mois dernier après avoir subi une transplantation d’utérus, rapporte la revue médicale The Lancet dans son édition de samedi.

Cette prouesse médicale, une première dans le monde, est accueillie comme une percée majeure dans la lutte contre l’infertilité.

La mère, une Suédoise de 36 ans qui n’a pas été identifiée, était née sans utérus en raison d’une affection génétique. Elle a donné naissance à un garçon de deux kilos après 31 semaines de grossesse. La mère et l’enfant, qui sont déjà sortis de l’hôpital, se portent bien.

Cette technique, qui a nécessité 10 ans de recherche, offre un espoir aux femmes qui ne peuvent pas avoir d’enfants parce qu’elles sont nées sans utérus, qu’elles souffrent d’une malformation ou encore qu’elles ont subi une ablation de l’utérus.

Il faudra toutefois attendre « de très nombreuses années » avant que cette pratique ne devienne une « routine chirurgicale », explique le professeur Mats Brännström, qui a dirigé l’équipe de chercheurs rattachés à l’université de Göteborg qui a réalisé cette prouesse.

L’utérus transplanté sur la jeune femme provenait d’une amie de la famille âgée de 61 ans, ménopausée depuis sept ans lorsqu’elle a été opérée.

La jeune femme traitée, dont les ovaires étaient intacts, était capable de produire des ovules. Celles-ci ont été fécondées par fécondation in vitro avant la greffe, ce qui a permis d’avoir onze embryons congelés.

Les chercheurs n’ont transféré qu’un seul embryon dans l’utérus greffé avant d’obtenir une grossesse. Cette délicate opération s’est déroulée une année après la transplantation.

D’autres tentatives de greffes avaient été faites auparavant, notamment en Arabie Saoudite et en Turquie, mais elles s’étaient toutes soldées par des échecs.

http://ici.radio-canada.ca

Une tique capable de tuer des orignaux se répand au Québec


L’automne, c’est la chasse à l’orignal, mais elle est règlementée pour éviter que les populations animales se déciment. Cependant, avec cette tique d’hiver qui s’installent malgré le froid, mettent en danger la continuité des orignaux
Nuage

 

Une tique capable de tuer des orignaux se répand au Québec

 

Photo :  LINDA BROCHU/ SERGE SIMONEAU

Un texte de Jean-Pierre Rogel

La population d’orignaux au Québec est en pleine croissance, mais elle fait face à une nouvelle menace. Un parasite, la tique d’hiver, se loge dans la fourrure de l’animal à l’automne et se nourrit de son sang.

À la fin de l’hiver, on retrouve les orignaux couverts de milliers de tiques et ensanglantés. Même si certains s’en remettent progressivement, beaucoup meurent d’épuisement.

« C’est certain qu’il y a des orignaux qui sont très fortement affectés par la tique. Et puis les taux de mortalité demeurent un facteur sur lequel on devra se pencher très rapidement pour être en mesure de mieux évaluer l’effet de ces parasites-là sur les populations. » — Éric Jaccard, biologiste au ministère de la Forêt, de la Faune et des Parcs

Le ministère de la Forêt, de la Faune et des Parcs confirme plusieurs cas de décès d’orignaux dus à cette cause et a établi un programme de suivi. Selon les premières données recueillies,  les trois quarts des orignaux échantillonnés au sud du 50e parallèle sont porteurs de tiques. Au sud du Saint-Laurent, ce pourcentage grimpe à 93 %.

Ces chiffres sont élevés, mais on ne connaît pas pour le moment l’impact de ces parasites sur la santé des animaux qualifiés de porteurs. On ne l’a pas évalué.

L'oreille infestée de tiques d'un orignal L’oreille infestée de tiques d’un orignal Photo :  LINDA BROCHU/ SERGE SIMONEAU

L’inquiétude vient largement du fait que dans l’État du New Hampshire, la population d’orignaux a diminué de moitié en 15 ans.

« Notre dernière recherche a montré que la tique d’hiver est la principale cause de mortalité pour l’orignal. Mais bien que nous ayons réduit les permis de chasse, la population d’orignaux a continué à baisser. » — Kristine Rines, biologiste au ministère de la Pêche et de la Chasse du New Hampshire

Le cycle de vie de la tique d'hiver Le cycle de vie de la tique d’hiver Photo :  « Sur la piste des cervidés », éditions Orinha, 2013.

Il n’existe pas de traitement possible pour stopper la menace, puisqu’il serait impensable de mettre l’équivalent de colliers antipuces à ces animaux sauvages.

Une hypothèse est que la tique d’hiver remonte vers le nord à la faveur du réchauffement climatique. Si bien qu’il y a peu d’espoir que cette nouvelle menace s’estompe rapidement.

L'apparence d'un orignal infesté de tiques Photo :  LINDA BROCHU/ SERGE SIMONEAU

Un chasseur et son gibier

Le chasseur à l’arbalète Serge Simoneau possède une cache tout près de la frontière du Maine dans la ZEC (zone d’exploitation contrôlée) Louise-Gosford, en Estrie, depuis plus de 20 ans.

Les orignaux viennent régulièrement manger à sa saline. Il a remarqué depuis une dizaine d’années que certaines bêtes étaient porteuses de tiques d’hiver. Au début, elles n’étaient que quelques-unes. Puis, au fil des années, le nombre de bêtes infectées et l’importance de l’infection ont pris de l’importance. Selon le chasseur, on pouvait trouver plusieurs dizaines de milliers de tiques par individu. Il a alerté le ministère en 2007.

Il a fait signer des pétitions auprès des autres chasseurs afin d’éviter que les femelles soient tuées, car le cheptel baissait radicalement. Selon lui, la plupart des orignaux de la région sont affectés par la tique d’hiver. Il a donc décidé de décrire le phénomène en prenant des photos des orignaux qui venaient près de sa saline.

Les résultats ont été stupéfiants. Sur les photos, il est possible d’apercevoir des animaux dans un piètre état, avec des plaies ouvertes, des tumeurs, et montrant des signes d’épuisement.

La femelle est beaucoup plus grosse que le mâle La femelle est beaucoup plus grosse que le mâle Photo :  Découverte

Pour voir le reportage complet diffusé à l’émission Découverte, cliquez ici.

http://ici.radio-canada.ca