Changer le monde


C’est comme une chaine, une action-réaction, pour que les choses changent, il faut commencer par le début, nous-même. Et il est vrai qu’on ne peut changer le monde, mais juste deux ou trois personnes et ces mêmes personnes feront chacun leur bout de chemin
Nuage

 

Changer le monde

 

 » Ne cherchez pas à transformer le monde avant d’avoir opéré en vous-même les changements nécessaires »

Swami Ramdas

Le chat et sa meilleure amie la chouette


On voit de plus en plus des amitiés insolites. Généralement, un chat et un oiseau sont des ennemis jurés. Mais s’ils sont élevés ensembles, ils abaissent les barrières de race. Et ont dit que c’est eux qui sont les bêtes …
Nuage

 

Le chat et sa meilleure amie la chouette

 

Par Sophie Le Roux

Crédits photo : Youtube – K Fielder

 Un chat peut tout à fait devenir le meilleur ami d’une souris, d’un chien, d’un canard, ou même d’une chouette !

La preuve ? Laissez-vous donc attendir par Celo et Forbi, un duo incroyable qui fait la fierté d’André Costa, le biologiste brésilien à qui appartiennent ces deux amis pas comme les autres.

Un duo étonnant mais pas unique

Ce n’est pas la première fois qu’un tel duo fait fondre le coeur des internautes. Souvenez-vous de Fum et Gebra. Ce chat et cette chouette-effraie se connaissent depuis leur plus jeune âge. Ils ont grandi ensemble et ne se lâchent pas d’une patte !

Comme eux, Celo et Forbi se connaissent depuis toujours. La petite chouette aimait déjà s’installer sur le doux pelage de son cher et tendre chat lorsqu’elle était encore un bébé.

Le succès que rencontrent Celo et Forbi depuis qu’il a mis en ligne cette vidéo sur sa page Facebook n’a pas manqué d’émouvoir André Costa. Les commentaires attendris et tous très positifs recueillis par les images de cette amitié hors du commun sont selon lui la preuve

« qu’il existe encore des gens à travers le monde qui aiment les animaux et sont prêts à lers protéger et les aimer » se réjouit-il.


http://wamiz.com

Le Saviez-Vous ► Il y a dorénavant plus d’un milliard de sites sur internet


Depuis 25 ans, il s’en est passé des choses sur Internet, des milliards de sites accessibles, des informations, des courriels, bref tout pour rester connecté avec d’autres internautes a travers le monde
Nuage

 

Il y a dorénavant plus d’un milliard de sites sur internet

 

Photo Fotolia

SAN FRANCISCO – Il y a dorénavant plus d’un milliard de sites sur le réseau internet, et ce chiffre augmente en permanence, selon les derniers relevés établis en temps réel mardi par le site spécialisé Internet Live stats.

Internet a fêté ses 25 ans en début d’année et le compteur d’internetlivestats.com indiquait que la toile comptait plus d’1,06 milliard de sites mercredi peu avant 20h00.

L’idée d’un réseau mondial connecté a été développée dans les années 1980 par le Britannique Tim Berners-Lee, qui n’était alors qu’un jeune ingénieur en informatique dans un laboratoire de physique en Suisse.

Il a développé un moyen de faire communiquer facilement entre eux plusieurs ordinateurs, ce qui a été le premier pas vers un phénomène qui a changé la vie de milliards de personnes.

Il a présenté son idée par écrit le 12 mars 1989, un jour qui est en général considéré comme la date de naissance du web.

Les militaires américains avaient étudié l’idée de connecter des ordinateurs en réseau dans les années 1950, et avaient lancé Arpanet en 1969, une sorte de précurseur d’internet.

Mais grâce au système de «Sir Tim», aujourd’hui âgé de 59 ans, les gens ont été en mesure de publier ce qu’ils souhaitaient sur des ordinateurs reliés entre eux par internet, ouvrant la porte à un gigantesque partage d’informations et à une explosion du nombre de sites.

Des moteurs de recherche géants comme Google ou Yahoo! ont ensuite été créés pour aider les gens à trouver les pages qui les intéressaient parmi la profusion d’informations postées.

Ainsi, rien que pour la journée de mardi, Google a enregistré plus de 3,1 milliards de recherches sur ses serveurs selon internetlivestats.com. Et près de 170 milliards d’emails avaient aussi été envoyés au cours des dernières 24 heures.

Toujours selon le compteur d’internetlivestats.com, la barre des 3 milliards d’internautes devrait aussi être franchie prochainement.

Le revers de la médaille est que l’électricité consommée pour faire fonctionner internet a généré au moins 2,17 millions de tonnes de dioxyde de carbone (CO2) rejeté dans l’atmosphère rien que pour la journée de mardi, selon internetlivestats.

http://fr.canoe.ca

Le crâne de Richard III révèle des détails sur sa mort


Richard III, roi d’Angleterre, il y a plus de 500 ans, continus à faire parler de lui. Ses ossements ont été étudiés pour découvrir les derniers moments de sa vie, et identifier les causes probables de sa mort par ses blessures.
Nuage

Le crâne de Richard III révèle des détails sur sa mort

Imagerie du crâne de Richard III Photo :  PC/AP Photo, Université de Leicester

Le dernier monarque d’Angleterre à avoir été tué au combat, Richard III, a péri il y a plus de 500 ans le crâne percé à plusieurs reprises par ses assaillants alors qu’il était par terre, sans casque, avance une étude scientifique.

Une équipe pluridisciplinaire de l’Université de Leicester, en Angleterre, a utilisé des techniques d’imagerie médicale pour étudier les ossements du roi, qui ont été découverts en septembre 2012 lors de la construction d’un stationnement municipal.

Les chercheurs ont décelé neuf blessures à la tête qui auraient été provoquées par diverses armes telles que des épées, des couteaux ou encore des poignards. Une importante blessure au bassin aurait pu lui être infligée par ses assaillants après sa mort, précise l’étude, parue mercredi dans la revue médicale The Lancet.

« Les deux blessures qui ont vraisemblablement provoqué la mort du roi sont celles dans le bas du crâne. » — Guy Rutty, pathologiste à l’Université de Leicester

Ces conclusions viennent étayer les récits de l’époque selon lesquels Richard III, coincé dans un bourbier, aurait abandonné son cheval avant de se faire tuer par ses ennemis lors de la bataille de Bosworth, le 22 août 1485, qui a mis fin à la guerre des Deux Roses. Le roi avait 32 ans.

La dynastie des Tudor qui a suivi après son règne de deux ans l’a décrit comme un tyran sanguinaire. Cette sombre réputation a été immortalisée, en 1592, par William Shakespeare dans sa pièce Richard III. Acculé sur le champ de bataille, le personnage s’écrie : « Un cheval! Mon royaume pour un cheval! », une réplique maintenant célèbre.

Ossements de Richard III

Ossements de Richard III (archives) Photo :  PC/AP Photo/University of Leicester

« Les blessures au crâne permettent de penser qu’il ne portait pas de casque », avance la professeure d’ingénierie des matériaux Sarah Hainsworth, l’une des auteurs de l’étude. Richard III aurait pu perdre son casque, ou celui-ci aurait pu lui être retiré de force, ajoute-t-elle.

Par ailleurs, le chercheur spécialiste des restes humains au Musée d’histoire naturelle de Londres, Heather Bonney, rappelle la difficulté d’interpréter les blessures des restes humains anciens. Il indique d’ailleurs que les résultats des analyses ADN concernant Richard III n’ont pas encore été publiés ni soumis à la communauté scientifique.

Saviez-vous que?
Les chercheurs ont comparé les ossements retrouvés en 2012 à Leicester à
l’ADN d’une famille canadienne dont l’ancêtre direct est Richard III.

Le 26 mars prochain, Richard III sera inhumé dans la cathédrale de Leicester dans le cadre d’une semaine consacrée au monarque du XVe siècle que des associations de passionnés s’efforcent de réhabiliter.

http://ici.radio-canada.ca

Sur le harcèlement en ligne, Facebook, Twitter et Youtube sont à la traîne


Sommes-nous surpris ? Combien ont lu et ont porter plainte à Facebook, Twitter et Youtube pour des propos et ou images inappropriées d’intimidation, de violences et que la réaction a été nulle parmi ces géants eus Web? Pour qu’ils réagissent et encore cela n’est pas toujours le cas, il faut que cela soit devenu un scandale public par les médias d’informations, des blogs, et autres. Je peux comprendre qu’ils ont beaucoup de plaintes, mais, pour être à la hauteur, il faut qu’ils puissent mettre un nombre suffisant de personnes pour ce genre de problème et qu’il ait des règles claires.
Nuage

 

Sur le harcèlement en ligne, Facebook, Twitter et Youtube sont à la traîne

 

Johan Viirok via Flickr CC License by

À la chasse aux harceleurs, les géants du web américain sont de piètres shérifs. Selon le Washington Post, un rapport met en lumière le manque de dynamisme dont font preuve Facebook, Twitter et YouTube lorsqu’il s’agit de modérer les abus en ligne. Financée en partie par le gouvernement néerlandais, l’étude a été menée par l’Association pour le progrès dans la communication (APC), dans le cadre de son programme pour les droits des femmes, «Take back the tech».

L’association a passé au crible les différentes politiques d’utilisation des trois sites, et leurs déclarations publiques à propos des violations survenues sur leur plateforme durant les cinq dernières années, au niveau international. Elle s’est attachée aux violences en ligne dont les victimes sont des femmes.

Le rapport revèle une réticence globale des trois géants du web à s’engager dans la lutte contre le harcèlement. Aucun ne prend position pour la défense des droits humains fondamentaux et aucune mesure n’est prise en amont. La réaction intervient seulement lorsque le scandale devient public et donc inévitable.

De même, la modération ne s’appuie que sur les contenus signalés comme abusifs ou inappropriés par les internautes. Selon SkyNews, Sinead McSweeney, directrice de la politique publique de Twitter en Europe, déclarait en juillet:

«Avec 50 millions de tweets par jour, la réponse évidente est non, il n’est pas possible de surveiller le contenu».

YouTube et consorts restent extrêmement flous sur la manière dont sont gérés les abus rapportés. Tout juste apprend-t-on que Facebook déploie une équipe active 24 heures sur 24 et promet à ses utilisateurs d’examiner les plaintes dans un délai de 72 heures. Sara Baker, coordinatrice de «Take back the tech», souligne un manque de transparence commun aux trois sites dans le processus de traitement:

«Nous aimerions beaucoup voir des chiffres tels que combien de gens rapportent des abus, leurs données démographiques générales (y compris le pays et la langue) et les résultats globaux de ces dénonciations. Nous voulons aussi en savoir plus sur les personnes qui prennent les décisions en coulisses. Dans quels pays vivent-elles? Comment sont-elles formées?»

Ces informations seraient d’autant plus pertinentes que l’APC évoque un manque de prise en compte du contexte de chaque pays dans la modération. Le Time rappelle par ailleurs que la majorité des employés de Facebook, Twitter et Google (propriétaire de YouTube depuis 2006) -et donc des personnes susceptibles de gérer ces questions- sont des hommes.

Et les plateformes ont tout intérêt à rester nébuleuses sur le sujet. L’absence de données ne permet pas de vérifier l’efficacité de la lutte contre le harcèlement en ligne, ni de mettre les géants du web face à leurs responsabilités envers les utilisateurs.

http://www.slate.fr/

Apparus au Trias, les mammifères seraient plus vieux qu’on le pensait


L’apparition des mammifères sur la Terre, est revue et corrigée par de nouvelles découvertes de fossiles qui laissent prétendre que ces animaux auraient existé encore plus loin dans l’histoire de notre planète
Nuage

 

Apparus au Trias, les mammifères seraient plus vieux qu’on le pensait

 

Une reconstruction d’une des nouvelles espèces de mammifères dont les restes fossilisés datant du Jurassique ont été découverts récemment. Xianshou songae était un animal de la taille d’une souris. Arboricole, il appartenait à un groupe éteint de mammifères du Mésozoïque appelé Euharamiyida. © Zhao Chuang

Trois nouvelles espèces de fossiles ressemblant à des rongeurs grimpeurs appartiendraient au groupe des mammifères, selon des paléontologues. Ces découvertes de la province chinoise du Liaoning pourraient chambouler la chronologie de leur apparition sur Terre car elles démontreraient que les mammifères sont apparus au Trias, il y a plus de 200 millions d’années, et non au Jurassique.

À en juger par leurs incisives, leurs longues queues et leurs pattes adaptées à la vie arboricole, les six spécimens de fossiles, très bien conservés et passés à la loupe des spécialistes, pourraient avoir ressemblé à des écureuils.

 Pour autant, « toute ressemblance entre ces créatures et les écureuils sont dues à une évolution convergente », signale Jin Meng, conservateur au Musée d’histoire naturelle de New York, aux États-Unis, et co-auteur d’un article à leur sujet publié dans la revue Nature.

Nommées à partir des noms de leurs découvreurs, mais aussi de la ville Linglongta concernée et de mots chinois signifiant « bête », les trois nouvelles espèces Shenshou Lui, Xianshou Linglong, et Xianshou songae, auraient vécu au Jurassique, il y a 160 millions d’années, dans un environnement tropical et arboré. Les chercheurs les réunissent dans un nouveau groupe (ou clade) appelé Euharamiyida, aux côtés des Multituberculata et des Haramiyidés, eux-mêmes appartenant à la sous-classe des Allotheria, qu’ils classent au sein des mammifères.

« Depuis des décennies, les scientifiques débattent pour savoir si le groupe appelé Haramiyida, de nos jours éteint, appartient ou non à celui des mammifères, rapporte Jin Meng. Auparavant, tout ce que nous savions au sujet de ces animaux était basé sur des mâchoires fragmentées et des dents isolées. Mais les nouveaux spécimens que nous avons découverts sont extrêmement bien conservés. Et à partir de ces fossiles, nous avons maintenant une bonne idée de ce à quoi ces animaux ressemblaient vraiment et qui confirme qu’ils sont bien des mammifères. »


Un fossile de Shenshou lui (et le schéma de son squelette), découvert dans la province de Liaoning, en Chine. Ces animaux mesuraient environ 15 cm, se nourrissaient d’insectes, de graines et de fruits et vivaient essentiellement dans les arbres. © Shundong Bi et al., Nature

Des fossiles qui portent la marque des mammifères

Malgré une inhabituelle et intrigante structuration de leurs dents, la morphologie générale et d’autres caractéristiques physiques des fossiles se rapportent à celles des mammifères, par exemple, au niveau de l’oreille moyenne, la zone située dans le tympan et qui transforme les vibrations de l’air en des ondulations au sein des fluides de l’oreille ; celles des échantillons fossiles contiennent trois os, un trait anatomique propre aux mammifères.

En outre, les auteurs de l’étude retracent le scénario de l’apparition des mammifères de la façon suivante : les mammifères allothériens auraient évolué à la fin du Trias, il y a 208 millions d’années, à partir d’un ancêtre proche des Haramiyavia puis se seraient diversifiés en deux branches : celles des Euharamiyida et des Multituberculata.

Si leur hypothèse se confirme, elle avance l’apparition des mammifères du Jurassique moyen (qui s’étend de 176 à 161 millions d’années) à la fin du Trias (entre 235 et 201 millions d’années). Pour les chercheurs cela correspond aux résultats de certaines études génétiques.

http://www.futura-sciences.com

Des épaves de «bateaux fantômes» trouvées à San Francisco


Trois bateaux fantômes ont pu être identifiés parmi d’autres épaves qui pourraient s’y trouver dans ce coin du monde, un vrai musée sous-marin qui, chacun ont l’histoire de la conquête de l’Amérique
Nuage

 

Des épaves de «bateaux fantômes» trouvées à San Francisco

 

Le SS Selja dans une photo non datée.

Photo: AP

Agence France-Presse
Los Angeles

Des experts maritimes américains ont découvert les épaves de trois «vaisseaux fantômes» disparus depuis plus d’un siècle juste à l’entrée du détroit du Golden Gate, dans la baie de San Francisco, ont-ils annoncé mardi.

L’épave du SS Selja, qui a coulé en 1910, les restes du clipper Noonday, qui a fait naufrage en 1863, et un remorqueur à vapeur décrit comme «l’épave mystérieuse», ont été découverts à l’orée d’une mission de deux ans dans la région.

Selon les estimations, 300 épaves environ pourraient reposer au fond du Golfe du Sanctuaire Farallones National Marine, et du parc Golden Gate National Recreation Area, non loin du célèbre pont rouge de San Francisco, le Golden Gate Bridge.

Le Noonday fait notamment partie d’une flotte de navires qui amenaient des hommes et des matériaux en Californie à l’ère de la Ruée vers l’or.

Les experts travaillent avec des caméras contrôlées à distance et des capteurs pour localiser les bateaux échoués.

«Les eaux du sanctuaire et le parc forment l’un des musées sous-marins les plus formidables du pays», a commenté James Delgado, l’un des dirigeants du bureau américain des sanctuaires marins.

«Ces épaves ont des histoires fortes à raconter sur les gens qui ont aidé à bâtir la Californie et ont ouvert à l’Amérique la voie du Pacifique il y a près de deux siècles. Trouver ces épaves aide à lier le passé au présent», a-t-il ajouté.

http://www.lapresse.ca