Le pouvoir


Quand on y pense bien, c’est nous qui donnons le pouvoir aux autres, sur notre vie, sur notre manière d’être. Nous serons donc, jamais bien dans notre peau, si nous ne prenons pas les rênes de ce que nous sommes vraiment
Nuage

 

Le pouvoir

 

 »Tant que tu t’inquièteras de ce que les autres pensent, tu seras en leur pouvoir.
Lorsque tu n’auras plus besoin de leur approbation, tu pourras assumer ton propre pouvoir »

Neal Donald Walsh

Le Saviez-Vous ► Le tournesol suit la course du Soleil ?


Une légende urbaine qu’encore beaucoup de gens croient. Peut-être par son nom, ou encore, par sa forme qui ressemble a l’image que l’on se fait du soleil.
Nuage

 

Le tournesol suit la course du Soleil ?

 

Un tournant dans l’histoire de la Botanique !

« le tournesol vers le Soleil tourne le col«  chante Nana, mais les idées reçues au sujet de cette plante du Soleil vont plus loin encore : il paraît que la plante suivrait le soleil dans sa course journalière, orientée vers l’est le matin et visant l’ouest en fin de journée. Même si cette croyance est peut-être à l’origine de son nom (à moins qu’elle vienne plutôt de sa forme), que les jardiniers qui possèdent un tournesol dans leur jardin et qui l’auraient vu faire sa ronde d’Est en Ouest lèvent la main !

Le tournesol, comme toute plante, cherche le Soleil et s’oriente donc en direction de la lumière lors de sa pousse (phénomène appelé « phototactisme »), c’est-à-dire principalement dans la direction Est/Sud-Est et s’y tient, mais ne passe pas ses journées à tourner follement sur son axe, restant calé dans la position de sa croissance, position due à l’accumulation d’auxine d’un côté de la plante, ayant pour résultat une croissance de la tige plus rapide du côté ombré que du côté éclairé, ce qui pousse la tige à s’incliner vers le Soleil et à y rester sagement.

http://tatoufaux.com/

Découverte d’un navire de l’expédition Franklin


Aujourd’hui, cette même expédition n’aurait probablement pas eu la même fin pour ces marins. Mais, bon cette découverte, va sûrement remplir les trous blancs dans l’histoire de na navigation et aussi celle du Canada
Nuage

 

Découverte d’un navire de l’expédition Franklin

 

Les deux bateaux de l'expédition Franklin ont disparu... (Image Archives PC)

Les deux bateaux de l’expédition Franklin ont disparu en 1846 en tentant de réaliser la première traversée du passage du Nord-Ouest vers l’Arctique.

Image Archives PC

Agence France-Presse
MONTRÉAL

Le Canada a retrouvé l’épave d’un des navires de l’explorateur britannique Sir John Franklin qui ont disparu dans l’Arctique en 1846, a annoncé mardi le premier ministre Stephen Harper.

 

Stephen Harper et Ryan Harris, de Parcs Canada, examinent une image du navire découvert.

Photo Sean Kilpatrick, PC

«Bien que nous ne sachions pas encore s’il s’agit du navire royal (HMS) Erebus ou du HMS Terror, nous possédons assez d’informations pour confirmer l’authenticité du navire. Nous avons confirmé sa découverte dimanche 7 septembre 2014 à l’aide d’un véhicule sous-marin autonome», a déclaré Stephen Harper.

«Ces expéditions, qui ont eu lieu il y a près de 200 ans, ont jeté les bases de la souveraineté du Canada dans l’Arctique», a souligné M. Harper, dont le gouvernement a fait de cette question l’une de ses priorités depuis son arrivée au pouvoir en 2006.

Depuis 2008, des équipes d’archéologues de l’organisme national Parcs Canada, assistées par des navires de la Garde côtière canadienne, ont mené six campagnes de recherche majeures pour retrouver les deux navires disparus de l’expédition Franklin.

L’Erebus et le Terror étaient les fleurons de la marine britannique de l’époque, équipés d’un moteur à vapeur, d’un dispositif de chauffage et d’une proue renforcée.

(Photo Agence QMI)

Sous le commandement de Sir John Franklin, avec le capitaine Francis Crozier, les deux navires avaient quitté l’Angleterre le 19 mai 1845 avec 134 hommes d’équipage pour découvrir le Passage du Nord-Ouest.

Coincés pendant un an et demi dans les glaces, les marins ont fini par manquer de vivres. Un message découvert en 1859 a révélé que John Franklin et 23 autres membres d’équipage étaient morts le 11 juin 1847, dans des circonstances non précisées.

Le 22 avril 1848, 105 survivants ont quitté leurs navires pour se diriger à pied vers la terre ferme. Aucun d’entre eux n’a survécu. Les deux bateaux ont été engloutis par la glace.

L’épave a été découverte dans le détroit de Victoria.

«La découverte du premier navire nous donnera certainement l’élan nécessaire pour trouver son navire-jumeau et en apprendre davantage sur ce qui est survenu à l’équipage de l’expédition Franklin», a dit M. Harper.

 

Un morceau du navire retrouvé dans l’Arctique. (Photo Agence QMI)

L’archéologue Douglas Stenton du gouvernement du Nunavut montrant un morceau de l’épave. (Photo Agence QMI)

http://www.lapresse.ca/

http://tvanouvelles.ca/

Une nouvelle espèce de dinosaure découverte en Tanzanie


 

Depuis ces dernières années, on découvre beaucoup de nouvelles espèces… qui ont existé, il y a des millions d’années, Je pensais que cette découverte était la même que celle qui a été annoncée la semaine dernière, mais on c’est un autre dinosaure géant qui a été mis à jour
Nuage

Une nouvelle espèce de dinosaure découverte en Tanzanie

 

Des restes d'os exhumés en Tanzanie ont conduit à la découverte d'une nouvelle... (PHOTO PATRICK O'CONNOR, OHIO UNIVERSITY)

PHOTO PATRICK O’CONNOR, OHIO UNIVERSITY

Agence France-Presse
WASHINGTON

Des restes d’os exhumés en Tanzanie ont conduit à la découverte d’une nouvelle espèce de dinosaure herbivore géant, rapporte une étude publiée lundi.

Les restes de ce dinosaure baptisé Rukwatitan bisepultus ont été trouvés dans une falaise du bassin Rukwa, dans le sud-ouest de la Tanzanie.

Vivant, l’herbivore devait faire le poids de plusieurs éléphants, avec des pattes avant hautes d’environ deux mètres, d’après cette découverte relatée par le Journal of Vertebrate Paleontology.

Mais il n’était pas aussi grand que son cousin, le Dreadnoughtus, découvert la semaine dernière en Argentine. Le squelette de ce dinosaure, qui devait peser 60 tonnes de son vivant, est le plus complet jamais découvert de dinosaures herbivores géants appelés titanosaures.

Le Rukwatitan bisepultus a vécu il y a environ 100 millions d’années.

 

Ces dinosaures géants ont été surtout découverts en Amérique latine. Les scientifiques y ont ainsi découvert les fossiles de plus de trente titanosaures, contre quatre seulement en Afrique.

«Ce que nous savons de l’évolution des titanosaures provient surtout des nombreuses découvertes en Amérique latine, un continent qui s’est séparé de l’Afrique au cours de la première moitié du Crétacé supérieur», explique Eric Gorscak, en thèse de biologie à l’université de l’Ohio.

«Avec la découverte du Rukwatitan et l’étude de matériaux au Malawi voisin nous commençons à combler un fossé important», a-t-il ajouté.

http://www.lapresse.ca/

Le fait divers du jour : la vidéo d’un chaton brûlé vif choque les internautes… mais pas Facebook


Comment se fait-il que Facebook soit aussi immoral ?Et ce n’est pas la première fois …  Ces critères pour la liberté d’expression ne Facebook ne devrait-il pas s’opposer à ce qui est cruel et ce même s’il n’y a pas un langage sadique ? De plus, dans bien des pays, même si les peines sont souvent dérisoires, il est illégal de martyriser un animal, Facebook agit donc contre la loi ? Je ne sais pas si cette vidéo circule toujours sur Facebook, mais il doit avoir un moyen pour obliger Facebook de changer certaine de ces critères qui vont à l’encontre de toute moralité
Nuage

 

Le fait divers du jour : la vidéo d’un chaton brûlé vif choque les internautes… mais pas Facebook

 

Durant près de deux minutes, la vidéo montre la lente agonie du chaton. Photo : Capture écran

 

FAITS DIVERS La vidéo d’un chat qui brûle après avoir été aspergé d’essence suscite l’indignation en Grande-Bretagne. Une vidéo choquante mais autorisée par Facebook car elle ne s’oppose pas à son règlement.

Âmes sensibles s’abstenir. Depuis plusieurs jours, une vidéo postée sur Facebook interpelle le Royaume-Uni : on y voit un chaton dans un seau, sur lequel un individu déverse de l’essence avant de l’enflammer. « Shocking ! », s’indignent des milliers d’internautes outre-Manche, qui demandent au réseau social de retirer la vidéo. En vain, comme le raconte le Daily Mail ce lundi.

Durant près de deux minutes, on observe la lente agonie de l’animal. En feu, celui-ci parvient à s’échapper du seau et s’agite pour éteindre les flammes. Visiblement exténué, le chaton demeure immobile pendant que le feu le consume peu à peu. Une seconde personne intervient, sans doute un jeune adolescent, pour tenter de mettre fin à ses souffrances à l’aide d’une bouteille d’eau. Les flammes cessent enfin et ils décident alors de recouvrir son corps agonisant avec un plastique.

« Le contenu ne contrevient pas à notre règlement »

Une séquence insoutenable pour des milliers de Britanniques, qui ont commenté la vidéo sur Facebook. Parmi eux, un certain Kieran Dunwel.

« J’ai vu passer cette vidéo, j’ai décidé de cliquer pour voir. Dégoûté, j’ai signalé son contenu ». Réponse du réseau social : « Le contenu ne contrevient pas au règlement de notre site ». 

Contacté par le MailOnline, un représentant de Facebook a également précisé que le contenu était conforme au règlement.

« Les gens sont sur notre réseau social pour partager les expériences du monde qui les entoure et de cela peut résulter le partage de contenus que certains peuvent trouver bouleversant. »

Et de préciser :

« Mais si cette vidéo avait été postée avec un commentaire sadique, nous aurions supprimé cette publication. »

Facebook n’en est pas à sa première polémique en la matière. En octobre dernier, le site avait retiré une vidéo de décapitation qui avait engendré une vague d’indignation après son feu vert pour diffuser à nouveau des vidéos et des images violentes.

« Sur la base de ces critères améliorés, nous avons réexaminé les récents signalements de contenu violent et nous avons conclu que ce contenu faisait l’apologie de la violence de manière inappropriée et irresponsable », avait indiqué l’entreprise californienne à propos de la vidéo de décapitation.

Ce revirement survenait à un moment où Facebook essayait d’harmoniser les différentes sensibilités qui s’expriment sur son réseau – qui compte plus d’un milliard de membres –, tout en affichant sa volonté de s’imposer comme une plateforme de liberté d’expression et d’information.

http://www.metronews.fr/

FIV et FeLV : tout savoir sur ces virus mortels pour le chat


Deux maladies très contagieuses entre chats mais pas d’un chat à un être humain ou à une autre espèce animale
Nuage

 

FIV et FeLV : tout savoir sur ces virus mortels pour le chat

 

Par Charlotte Grenier
Crédits photo :
Chris Erwin – Flickr

 

Quel propriétaire de chat n’a jamais entendu parler du FeLV et du FIV, ces maladies incurables raccourcissant injustement l’espérance de vie de nos chers matous ? La leucose féline (FeLV) et le syndrome d’immunodéficience acquise du chat (FIV) touchent une part non négligeable de la population féline, en particulier les chats ayant accès à l’extérieur.

Fatales, ces maladies ne connaissent aucun traitement et usent petit à petit les chats atteints. Mais savez-vous concrètement ce que sont ces virus ? Comment ils sont contractés ? Et comment vivre avec un chat malade ? Voici un petit point pour y voir plus clair.

Quelle différence entre le FIV et le FeLV ?

Le FeLV, aussi appelée leucose féline, est une maladie virale contagieuse entre les félins. Le virus envahi certaines cellules spécifiques dans l’organisme du chat et les altère, sans les détruire comme la plupart des autres virus. Le FeLV peut ainsi se développer chez le chat infecté à chaque fois que les cellules du chat se multiplient.

Le FIV, ou immunodéficience féline, est lui aussi un virus contagieux entre les chats. Il présente de nombreuses similitudes avec le virus HIV chez les humains, c’est pourquoi on l’appelle également le Sida du chat.

Les deux virus concernent uniquement les chats donc. Il n’y a aucun risque de transmission à l’homme, ou à un autre animal domestique (chien, cheval…). En revanche, la contamination d’un chat par un autre est plutôt simple, puisqu’il suffit qu’un animal sain soit en contact avec un animal contaminé, et en particulier de ses sécrétions (salive, urine…).

Comment savoir si un chat est touché ?

Les symptômes d’un chat atteint du FIV ou du FeLV ne se déclarent pas forcément dès que l’animal est infecté. En effet, cela peut prendre parfois plusieurs mois voir années avant que votre compagnon ne présente des symptômes cliniques de la maladie. Ces signes sont en général une forte fièvre, une grande fatigue, des problèmes respiratoires ou encore des infections buccales chroniques.

© lobstar28 – Flickr

 

De plus, des chats infectés du FIV ou du FeLV, lorsqu’ils continuent à sortir de la maison, sont plus sensibles aux autres virus, parasites et infections, que leur organisme ne pourrait pas bien supporter. En effet, leur système immunitaire se battant déjà contre un virus sera moins efficace contre les autres maladies.

En cas de doute, si vous pensez que votre chat est peut-être atteint, n’hésitez pas à contacter un vétérinaire qui pourra effectuer des tests déterminant efficacement si votre félin est oui ou non malade.

Vivre avec un chat malade

S’il n’existe à ce jour aucun traitement pour ces deux virus, il ne faut pas condamner pour autant les chats ayant contracté la maladie. En effet, comme dit précédemment, celle-ci peut mettre un certain temps à se déclarer, laissant au félin l’occasion de passer encore quelques années d’insouciance. De plus, une fois les premiers symptômes apparus, il est possible de traiter ceux-ci de manière ciblée pour régler les problèmes du chat un à un (sa fièvre, sa diarrhée, etc). Cela représente un coût mais prolonge l’espérance de vie du chat malade.

Il y a cependant quelques règles à respecter, la première étant bien sûr de garder son chat à l’intérieur ! Non seulement cela lui évitera de contracter d’autres maladies, auxquelles il est devenu sensible comme cela a été expliqué, mais en plus il y aura beaucoup moins de risques que votre félin transmette le virus à un autre chat. Enfin, dans le cas où vous possédez plusieurs chats et que l’un d’entre eux est atteint du virus FIV, sachez que la cohabitation n’est pas totalement impossible tant qu’il n’y a aucune bagarre et que leurs accessoires sont régulièrement désinfectés. Dans le pire des cas, pour ne prendre aucun risque, il est également possible de séparer entièrement les chats pour qu’ils ne soient jamais en contact.

Quoi qu’il arrive donc, qu’un chat soit atteint du FIV ou du FeLV, tous méritent notre amour et la chaleur d’un foyer. Un chat malade n’est pas une cause perdue, et nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour leur offrir la meilleure vie possible. Et si vous êtes amenés à visiter un refuge dans l’optique d’adopter un chat abandonné, ne fermez pas les yeux sur ceux qui sont porteur de l’un de ces virus. Ce sont des animaux aux besoins un peu spéciaux, mais qui ne méritent pas plus que les autres de finir leur vie derrière les barreaux.

http://wamiz.com