Ce qui ne revient pas


Une vie est une journée a la fois, mais a chaque moment, est le dernier.
Nuage

 

Ce qui ne revient pas

 

N’oublies jamais qu’il existe quatre choses dans la vie qu’on ne pourra pas rattraper : la pierre après l’avoir lancé, le mot après l’avoir dit, l’occasion après l’avoir perdu et le temps après qu’il soit passé.

Inconnu

Quand un chat découvre qu’il est… un chat


Une vidéo qui ne dure que quelque secondes, mais qui pourtant ne peut faire qu’autrement que décrocher un sourire
Nuage

 

Quand un chat découvre qu’il est… un chat

 

Par Sophie Le Roux
Crédits photo : Youtube – ignoramusky

Ce matou, un Scottish Fold certainement, se balade dans la chambre de son petit humain lorsqu’il se retrouve tout à coup face à un miroir. Il tourne la tête, et là, stupeur ! Le félin semble pris de panique. Il se fige. Comme s’il découvrait soudainement qu’il est un chat !

Un moment bref mais intense, à voir, revoir et re-revoir sans aucune modération !

Les réactions de nos chères et tendres boules de poils lorsqu’elles aperçoivent leur reflet n’ont pas de prix. Certaines veulent en découdre avec l’animal qui leur fait face, d’autres prennent peur, et certaines, comme le beau matou de cette vidéo semblent avoir une inquiétante révélation.

http://wamiz.com

Truc Express ► Se réchauffer les pieds pendant l’hiver


Bon, il est un peu tôt pour parler de froid mais mieux vaut s’y préparer, car les signes du temps, ne trompent pas malgré les chaleurs des derniers jours. Ce truc est étonnant, et il serait intéressant de l’essayer
Nuage

 

Se réchauffer les pieds pendant l’hiver

 

Pour éviter de se geler les pieds pendant l’hiver, on peut mettre du poivre dans le fond de nos bottes.

Je l’ai essayé plusieurs fois dans mes bottes de ski alpin et ça marche vraiment !

http://www.coupdepouce.com

La mononucléose est bien plus qu’une grosse fatigue


Un autre virus qui peut contaminer quasi tout le monde  dans l’enfance sans qu’on s’en aperçoive et puis un jour, certains vont présenter des signes que ce virus se réveille. Et il n’y a que le repos qui peut en venir a bout
Nuage

La mononucléose est bien plus qu’une grosse fatigue

    Une grande fatigue au moindre effort est l’un des symptômes les plus connus de la mononucléose.

    Pourtant, si votre ado est souvent fatigué(e), la maladie du baiser n’est pas nécessairement en cause.

    La mononucléose est en effet aussi associée à d’autres symptômes.

    Maladie du baiser et fatigue

    La mononucléose, aussi appelée maladie du baiser ou maladie de Pfeiffer, est provoquée par le virus d’Epstein-Barr.

    Ce virus se propage via la salive infectée, par exemple par l’intermédiaire d’un baiser, mais aussi par des jouets mis en bouche, un verre auquel plusieurs personnes ont bu ou via un simple éternuement. Il affecte principalement les personnes dont la résistance est diminuée. En principe, pratiquement tout le monde peut transmettre le virus d’Epstein-Barr. Il demeure dans notre organisme toute notre vie. Toutefois, les personnes les plus contagieuses sont les personnes malades, celles qui viennent d’être infectées ou celles qui en ont guéri récemment.

    La mononucléose n’a pas les mêmes effets chez tout le monde.

    La plupart des personnes sont contaminées dans l’enfance, encore avant l’âge de cinq ans. A cet âge, l’effet du virus est très limité si bien que les symptômes passent souvent inaperçus. Chez les plus de 60 ans, les symptômes peuvent aussi être moins prononcés, ou au contraire simuler un lymphome (cancer du sang).

    La mononucleose engendre une grande fatigue

    Ce sont surtout les adolescents et les adultes qui sont le plus atteints par la mononucléose : maux de gorge, fièvre élevée, ganglions gonflés dans le cou, parfois aussi dans l’aine et aux aisselles. Le patient est extrêmement fatigué au moindre effort. On observe souvent aussi un gonflement de la rate et parfois une perturbation du fonctionnement du foie.

    Parmi les autres symptômes éventuels, on trouve des éruptions cutanées, de l’œdème autour des yeux et une jaunisse. La mononucléose se déclare généralement chez les jeunes adultes quatre à sept semaines après la contamination.

    La meilleure façon de déterminer s’il s’agit véritablement d’une mononucléose, et pas d’une grosse fatigue, est d’effectuer un bilan sanguin.

  • L’élévation des monocytes dans la numération formule sanguine est le premier signe de la maladie.

  • Les anticorps IgM, ensuite, indiquent que la contamination s’est produite récemment et que le patient est encore malade.

  • Les anticorps IgG signifient que la personne a été en contact avec le virus. Ces anticorps restent présents toute la vie dans le sang.

En pratique, la mononucléose est une affection généralement bénigne.

Comme l’éclatement de la rate fait partie des complications éventuelles, il est conseillé de n’exercer aucun sport de contact dans les premiers mois qui suivent la fin de la maladie et de ne pas porter de lourdes charges.

Traitement de la mononucléose : deux semaines à la maison !

Comme la mononucléose est provoquée par un virus, les médicaments ont peu d’utilité. Les antibiotiques n’ont aucun effet, tandis que les anti-douleurs soulagent uniquement les maux de gorge et la fièvre.

Le meilleur traitement consiste à prendre suffisamment de repos.

Rester une à deux semaines à la maison, boire suffisamment et éviter les lourds efforts, devraient apporter un soulagement. La maladie passe d’elle-même après deux semaines à deux mois. Parfois, la fatigue peut persister.

par Marion Garteiser, journaliste santé
Créé initialement par Pieter Segaert, journaliste santé,

http://www.e-sante.fr

L’étude santé du jour : regarder des films d’action fait grossir


Morale de cette étude, mieux vaut ne pas manger devant la télévision, et ce, surtout si c’est un film d’action. L’action de manger devient alors une action à haut risque pour une plus grande quantité d’aliment et de calories
Nuage

 

L’étude santé du jour : regarder des films d’action fait grossir

 

 

Le rythme du film The Island, avec Scarlett Johansson et Ewan McGregor, est peut-être ce qui pousse les spectateur à manger plus que de raison. Photo : Dreamworks / Warner Bros

SANTE Les experts de la santé le répètent, manger devant la télé favorise l’obésité. Mais le type de programme regardé a peut-être une incidence sur la quantité de nourriture ingéré. Une nouvelle étude pointe du doigt les films d’action

Mauvaise nouvelle pour les fans de Jason Statham, Sylvester Stallone et autres acteurs musclés : les spectateurs de films d’action ont une tendance au grignotage plus prononcée que les autres. C’est ce qui ressort d’une étude menée par des chercheurs américains, et publiée dans la revue médicale JAMA Internal Medicine.

Dans ce pays où la moitié des habitants est en surpoids ou obèse, ils ont voulu savoir si le type de programme regardé influençait notre façon de manger.

« On sait que la télévision distrait ceux qui la regardent, au point qu’ils mangent parfois sans y prêter attention, jusqu’à dépasser leur seuil de satiété. Mais on sait peu de chose sur l’influence du programme regardé, de son contenu ou de son rythme », explique l’équipe de chercheurs menée par le Dr Aner Tal, spécialiste de la nourriture et du cerveau à l’université de Cornell à New York.

Film d’action contre émission télé

Pour leur expérience, les chercheurs ont étudié le comportement d’une centaine d’étudiants âgés d’une vingtaine d’années. Ces derniers ont été répartis en trois groupes : l’un regardait une émission de Charlie Rose, célèbre journaliste et présentateur américain connu pour ses interviews de personnalités politiques ou célébrités.

Un autre groupe regardait un extrait de The Island, un film d’action de Michael Bay avec Ewan McGregor et Scarlett Johansson. Le dernier groupe regardait le même film, mais sans le son. Tous avaient devant eux des cookies, des bonbons à la noisette enrobés de chocolat, des mini carottes et des raisins.

Manger au rythme du film

Au bout de 20 minutes, les participants ayant regardé le film d’action avec le son avaient ingurgité 98 % de nourriture de plus, au poids, que ceux devant l’interview (206,5 grammes contre 104,3). Ramenée en calories, la différence était de 65 %.

Dans le groupe qui avait regardé le film sans le son, on avait également consommé davantage (46 % de calories supplémentaires) que dans le groupe de l’interview.

« Plus les personnes sont distraites par un programme, moins elles font attention à ce qu’elles mangent. Et consomment en plus grande quantité », analysent les chercheurs, qui avaient choisi The Island pour son rythme.

 Selon eux, les plans se succédant à une vitesse rapide peuvent donner le tempo au spectateur, et déterminer le rythme auquel il mange.

http://www.metronews.fr

Saskatoon: un enfant au volant d’un autobus cause des accidents


Je me demande ce qui peut bien se passer dans la tête d’un enfant quand il prend le risque de conduire une auto ou comme ici un autobus sachant qu’il sera probablement grondé
Nuage

 

Saskatoon: un enfant au volant d’un autobus cause des accidents

 

 

Un enfant de 9 ans a profité de l'absence temporaire d'un chauffeur d'autobus... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

 

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

La Presse Canadienne
SASKATOON

Un enfant de 9 ans a profité de l’absence temporaire d’un chauffeur d’autobus pour conduire son véhicule, causant deux accidents à Saskatoon, samedi.

L’autobus était toujours en marche lorsque le jeune garçon a grimpé à bord pour parcourir deux pâtés de maisons, et finir sa course dans une courbe, en heurtant un autre autobus de la ville et une voiture qui était stationnée.

Personne n’a été blessé et l’enfant ne devrait pas être accusé étant donné son jeune âge.

Un témoin dit avoir vu le garçon circuler à vélo avant qu’il pénètre dans l’autobus. Lorsqu’ils l’ont repéré au volant de l’autobus, d’autres témoins l’ont poursuivi avec leur camion, jusqu’à la rue passante Idylwyld, où l’autobus est resté immobile.

Selon un des hommes, l’enfant tentait toujours d’appuyer sur l’accélérateur à ce moment-là, mais le véhicule n’avançait pas. Il a dit au jeune garçon de sortir, ce qu’il a fait. Il a refusé de répondre aux questions, selon le témoin.

La police indique qu’il aurait agi seul, sans complice.

http://www.lapresse.ca

Manger avant d’aller au lit fait engraisser: mythe ou réalité?


Une collation avant de se coucher, c’est une habitude qu’on prend jeune et qui n’est peut-être pas nécessaire. Cependant manger léger n’est pas vraiment le problème, mais c’est la quantité et les calories absorbées qui peuvent nuire au sommeil et au poids
Nuage

Manger avant d’aller au lit fait engraisser: mythe ou réalité?

 

Le Huffington Post Québec  | Par Catherine Lefebvre

 

Dans la foule de mythes alimentaires qui circulent, celui-ci est sans doute parmi les plus tenaces. Pas étonnant, puisqu’il n’est ni vrai ni faux. Faisons le point.

En fait, ce n’est pas tellement le moment de la journée où vous mangez qui influence le fait de prendre du poids ou non. C’est plutôt le nombre de calories totales qui, lorsque régulièrement en excès, aura tendance à mener à un gain de poids.

Cela dit, manger un repas copieux quelques heures avant d’aller au lit fait en sorte que vous passerez une bonne partie de la nuit à digérer. Rien de très bon pour un sommeil réparateur. Et le sommeil, ça, c’est un élément à considérer lorsqu’il est question de poids.

En effet, les petits dormeurs, soit ceux qui dorment généralement moins de six heures par nuit, sont plus susceptibles de prendre du poids.

Premièrement, puisqu’ils ont plus de temps disposent pour manger dans la journée, ils peuvent aussi tenter d’apaiser leur insomnie en grignotant au lit.

Deuxièmement, en manque de sommeil, une hormone est sécrétée en plus grande quantité et elle a pour effet de stimuler l’appétit.

Troisièmement, lorsque vous êtes fatigués, vous êtes aussi plus vulnérables au stress. Ce faisant, une autre hormone qui ouvre l’appétit est mise en circulation. C’est donc dire que lorsque vous vous levez du mauvais pied, les rages de crudités se font assez rares et les aliments réconfortants, souvent gras, sucrés et salés sont surtout ceux qui sont convoités.

Donc, manger un peu avant d’aller au lit ne cause généralement pas trop de problèmes. Manger beaucoup et souvent, tout juste avant de vous coucher, n’est certainement pas une bonne stratégie pour une bonne nuit de sommeil et potentiellement votre tour de taille.

http://quebec.huffingtonpost.ca