Parole d’enfant ► For Sale


Je pense que c’est une réflexion que font souvent les enfants de langue française quand ils voient une pancarte for Sale
Nuage

 

For Sale

 

« Pourquoi ils mettent une pancarte devant leur maison et écrivent (FOR SALE) dessus? »

« Parce qu’ils veulent vendre leur maison »

« Mais papa….personne ne voudra l’acheter puisqu’ils ont écrit qu’elle est FORT sale! »

Maéva 5 ans

Décès du réalisateur et acteur britannnique Richard Attenborough


C’est un acteur que j’aimais bien et un bon réalisateur, quand on pense au film de Gandhi, auquel d’ailleurs il a gagné des oscars
Nuage

 

Décès du réalisateur et acteur britannnique Richard Attenborough

 

Le réalisateur et acteur britannique Richard Attenborough est décédé à l’âge de 90 ans des suites d’une longue maladie, a annoncé dimanche l’Académie britannique des arts de la télévision et du cinéma (Bafta).

Richard Attenborough a joué dans des films comme « Brighton Rock », « La Grande Evasion » ou « Jurassic Park » au cours d’une carrière s’étalant sur six décennies.

« Son jeu dans ‘Brighton Rock’ était brillant, sa mise en scène de ‘Gandhi’ était étonnante. Richard Attenborough était l’un des grands du cinéma », a écrit le Premier ministre britannique David Cameron sur son compte Twitter.

Richard Attenborough, qui a remporté huit Oscars pour « Gandhi » dont ceux du meilleur film et du meilleur acteur, était né à Cambridge en 1923.

Il avait eu trois enfants avec sa femme Sheila, qu’il avait épousée à l’âge de 21 ans.

Fragilisé après une chute d’escalier à son domicile, il avait déménagé dans un établissement pour personnes âgées avec sa femme à la fin de sa vie.

http://quebec.huffingtonpost.ca

Le Saviez-Vous ► Pourquoi dit-on « à tes souhaits » lorsque quelqu’un éternue ?


À vos souhaits que l’on dit quand une personne éternue remonte probablement à l’antiquité qui avait un caractère divin ou ailleurs serait un mauvais sort. Aujourd’hui, c’est plus qu’une formule de politesse qu’autre chose
Nuage

 

Pourquoi dit-on « à tes souhaits » lorsque quelqu’un éternue ?

 

Autrefois, certains pensaient que l’âme pouvaient quitter le corps lors d’un éternuement ou qu’un esprit malin pouvait sortir des narines. – crédit photo : Alliance | © ShutterStock

Quand un collègue ou un proche éternue, les règles de politesse nous invitent à lui adresser un discret « À tes souhaits ». Une expression qui serait née en Grèce, pendant l’Antiquité.

Mais d’où vient cette habitude ? Quel est le lien entre le fait d’éternuer et l’expression d’un souhait ? Pour le comprendre, direction l’Antiquité. C’est du moins ce que suggère Théodore Basset de Jolimont, un écrivain français du XIXe siècle, qui s’est intéressé de près au sujet.

« À tes souhaits ! » : une formule pour conjurer le mauvais sort ?

Selon les croyances grecques, le premier homme – conçu par Prométhée avec de l’argile – éternua lorsque le souffle de la déesse Athéna lui donna la vie. « Que les dieux te soient en aide ! », aurait alors crié Prométhée. Les Grecs percevaient ainsi l’éternuement comme la manifestation d’un esprit divin, auquel on pouvait adresser des vœux. On retrouve cette histoire dans les écrits rabbiniques, qui indiquent que l’éternuement est le premier signe de vie d’Adam : « Dieu souffla et le premier homme éternua ».

Mais les origines de l’expression restent floues. Autrefois, l’éternuement pouvait également être associé au mauvais sort ou à la maladie. Certains pensaient que l’âme pouvait quitter le corps lors de cette réaction de l’organisme ou qu’un esprit malin pouvait sortir des narines. Lancer un « À tes souhaits » à celui qui éternue serait une manière de le protéger ou de lui souhaiter une bonne santé.

Cette habitude n’est pas une spécificité française. On retrouve notamment son équivalent en anglais (« God bless you » : « Que Dieu te bénisse »), en espagnol (« Jesús » : « Jésus ») et en italien (« salute » : « santé »).

 

http://www.reponseatout.com

Trois conseils pour bien surveiller ses grains de beauté


Pour éviter les mauvaises surprises avec les grains de beauté, il faut savoir les reconnaitre, et prévenir tout changements qui pourraient finir en mélanome
Nuage

Trois conseils pour bien surveiller ses grains de beauté

 

Pour les surveiller, appliquez la règle ABCDE. Photo : DURAND FLORENCE/SIPA

1. Apprenez à reconnaître

S’ils peuvent parfois se transformer en mélanome – en cancer de la peau – tous grains de beauté n’est pas forcément suspects. Un « poireau » ne comporte par exemple aucun risque de se transformer en cancer, même s’il est régulièrement frotté par le rasoir par exemple. Apprenez à les reconnaître. Il s’agit de petites lésions cutanées, les naevus pigmentaires, constituées d’amas de cellules mélanocytes qui produisent un pigment foncé appelé mélanine. Les cellules responsables du bronzage. Les grains de beauté ont donc souvent une coloration foncée. Certains peuvent être aussi plus nuancés sur une palette du brun clair au foncé. Ils apparaissent généralement après la naissance, entre 6 mois et 1 an, puis se multiplient selon les peaux durant l’enfance et l’adolescence. En moyenne, un adulte à la peau blanche présente 20 à 30 grains de beauté.

2. Evitez le soleil

Là encore, toujours la même règle : évitez le soleil, notamment durant les heures les plus chaudes de la journée. Surtout pour les enfants. Les expositions solaires pendant l’enfance et l’adolescence influenceraient grandement le nombre et la taille des grains de beauté. Chapeau, t-shirt, crème… Tel est le triptyque recommandé pour toutes sorties ensoleillées. Même s’ils peuvent être présents à la naissance, la plupart des naevus viennent à l’adolescence pour atteindre 20 à 30 une fois adulte. Les personnes qui ont en plus de 100, doivent se faire suivre régulièrement par un dermatologue, car ils ont plus de risque de développer un mélanome (cancer de la peau). Risque accru par les expositions excessives au soleil. En bref, sortez couvert, surtout si vous avez la peau claire, beaucoup de grains de beauté et une mauvaise hérédité.

3. Respectez la règle « ABCDE »

Pour reconnaître un grain de beauté à risque de dégénérescence, appliquez la règle ABCDE.

A pour asymétrie.

B pour bords irréguliers. 

C comme couleur non uniforme.

D pour diamètre supérieur à 6mm

E comme Evolution (changement d’aspect).

Toutes lésions fragmentées qui se modifient – taille, couleur, relief, forme – doit être montrées à un dermatologue, qui étudiera sa nature avec un dermatoscope, une sorte de grosse loupe, pour en évaluer les risques.

Si un grain de beauté grandit rapidement, change de couleur, devient granuleux, irritant, saigne ou démange, filez consulter, il faudra peut-être l’enlever. Dans les cas mineurs, l’opération se fait généralement sous anesthésie locale. Bref, reluquez bien vos grains de beauté pour peaufiner votre bonne santé.

http://www.metronews.fr

Le sens de justice des enfants évolue avec l’âge


On dirait que vers l’âge de 8 ans, les enfants semblent avoir un sens de justice vraiment équitable. Donc à cet âge, avoir des parents qui sont eux-mêmes juste est un grand atout, sinon cela peut se gâter en grandissant.
Nuage

 

Le sens de justice des enfants évolue avec l’âge

 

Des chercheurs de l'université Harvard ont en effet... (Photo Digital/Thinkstock)

Des chercheurs de l’université Harvard ont en effet déterminé que les enfants, dès l’âge de six ans, sont prêts à punir ceux qui se rendent coupables d’un comportement qu’ils jugent injuste ou égoïste.

Photo Digital/Thinkstock

La Presse Canadienne
MONTRÉAL

Les parents qui ont déjà entendu leur enfant hurler «Ce n’est pas juste!» seront peut-être soulagés d’apprendre qu’il ne s’agit pas uniquement d’un caprice, mais bien d’un reflet d’un sens de la justice qui se développe en très bas âge.

Des chercheurs de l’université Harvard ont en effet déterminé que les enfants, dès l’âge de six ans, sont prêts à punir ceux qui se rendent coupables d’un comportement qu’ils jugent injuste ou égoïste. Cette attitude est encore plus marquée chez les enfants de huit ans.

Les scientifiques ont recruté aux fins de leur étude 64 enfants – 32 pour chaque groupe d’âge – et les ont assignés à l’équipe «jaune» ou à l’équipe «bleue». Ils leur ont ensuite présenté comment, la veille, des enfants appartenant à ces équipes avaient partagé six bonbons.

Les enfants de six ans se sont montrés beaucoup plus tolérants, et moins sévères, envers les membres de leur équipe qui avaient partagé ces bonbons injustement. À l’inverse, ils étaient prêts à punir sévèrement les membres de l’équipe adverse qui s’étaient rendus coupables d’un pareil comportement.

Les enfants de huit ans étaient eux aussi plus cléments envers les membres de leur propre groupe. Toutefois, les chercheurs ont été surpris de constater qu’ils jugeaient que tous les enfants égoïstes, peu importe à quel groupe ils appartenaient, méritaient d’être punis avec la même sévérité. À leurs yeux, les membres de l’autre groupe étaient des victimes au même titre que les membres de leur propre groupe.

Les enfants de huit ans étaient aussi prêts à payer un coût personnel – à savoir, sacrifier leurs propres bonbons – pour rectifier ce qu’ils percevaient comme étant une injustice.

Les conclusions de cette étude sont publiées dans le réputé journal scientifique Proceedings of the National Academy of Sciences.

http://www.lapresse.ca/

La liposuccion, une technique désormais pratiquée sur les chiens


Quand j’ai vu le titre, j’étais sidéré, mais non, pas de panique, ce n’est pas tout à fait comme chez les être humain, mais bien pour des problèmes que les chiens peuvent avoir avec des lipomes. Néanmoins, reste a voir si c’est vraiment utile pour le prix de l’appareil pour les vétérinaires et des couts de l’opération pour les maitres
Nuage

 

La liposuccion, une technique désormais pratiquée sur les chiens

 

Par Charlotte Grenier Crédits photo : Halans – Flickr

La liposuccion, tout le monde connaît. Qu’on soit pour ou contre, c’est devenu chez les hommes et les femmes un moyen rapide de se débarrasser de quelques kilos en trop, pour des raisons purement esthétiques la plupart du temps.

Mais saviez-vous qu’une telle opération était également réalisable sur les chiens ? Depuis peu, cette pratique tend à se développer aux États-Unis, et pourrait bientôt atteindre d’autres pays. Cependant, cette liposuccion-là se différencie de celle pratiquée sur les humains : elle ne serait proposée qu’en cas de problème de santé chez nos amis à quatre pattes.

Les avantages de la liposuccion

Chez le chien, jeune ou âgé, il peut arriver que se développent des masses de graisse, appelées lipomes. Souvent bénignes, ces masses peuvent toutefois devenir dérangeantes pour nos toutous. En effet, en grossissant elles peuvent gêner leurs mouvements, ou susciter des démangeaisons. Sans compter qu’il peut arriver que certaines contiennent des cellules cancéreuses.

Le retrait de ces lipomes se fait par intervention chirurgicale. Comme toute opération, celle-ci peut comporter quelques risques pour l’animal, surtout au moment de l’anesthésie, et le chien met plusieurs jours à s’en remettre totalement.  C’est à ce niveau que la liposuccion est plus avantageuse pour les chiens : moins invasive, cette technique nécessite moins d’anesthésiant pour le chien, très peu de points de suture, et le toutou s’en remet beaucoup plus rapidement.

Une technique qui n’est pourtant pas infaillible.

Là où la liposuccion connaît ses limites, c’est qu’elle n’est pas envisageable en cas de lipome de plus de 15cm.  De plus, il semblerait que le risque de récidive soit plus élevé avec cette pratique, puisque contrairement à l’ablation totale du lipome, la liposuccion se contente de retirer la graisse en laissant la poche qui la contenait.

Enfin, si la liposuccion tend à se développer aux États-Unis, son coût semble encore trop élevé pour qu’elle soit également pratiquée en France (plus de 630 € pour une liposuccion). En effet, l’appareil nécessaire est particulièrement onéreux, ce qui représente un véritable frein aux yeux des professionnels de la santé animale.

http://wamiz.com

Ces boissons gazeuses qui font peur


Il fut un temps qu’on allouait aux boissons gazeuses des effets bénéfiques pour la santé, mais les choses, depuis ont bien changé, car il n’est nullement question que ces sodas soient des remèdes. Bien au contraire, ces boissons si l’on abuse sont destructeurs pour le corps. Ëtre dépendant des boissons gazeuses, est a nos risques et périls
Nuage

 

Ces boissons gazeuses qui font peur

 

Les sodas sont constitués d’eau filtrée, de dioxyde de carbone, d’édulcorants et d’acidifiants.

Photo Fotolia

Les boissons gazeuses, si bonnes au goût, représentent une dépendance puissante très néfaste pour la santé.

Complètement transformés pour la mise en marché, les sodas constitués d’eau filtrée, de dioxyde de carbone, d’édulcorants et d’acidifiants, sont loin de réaliser leur mission première de l’époque.

Ils étaient en effet utilisés à des fins pharmaceutiques pour aider notamment à guérir les maux de tête et les indigestions. Ils font plutôt l’inverse aujourd’hui et sont encore bien plus néfastes.

En effet, boire des boissons gazeuses de façon excessive peut engendrer des maux de tête, des tremblements, de l’arythmie cardiaque, de l’anxiété, des difficultés à s’endormir ou insomnie, la dépression, des nausées et vomissements et plus encore, énumère le site Améliore ta Santé.

Les acides et la caféine présents dans ces liquides peuvent diminuer la densité de la masse osseuse et ainsi, provoquer l’apparition de l’ostéoporose. Les caries et le surpoids attendent également au détour les adeptes.

Sans compter les nombreux agents de conservation dans les boissons gazeuses qui ont des effets cancérigènes et favorisent le développement de tumeurs.

Alors, encore envie d’une «bonne» boisson gazeuse?

http://fr.canoe.ca/

Disparitions de femmes autochtones Les propos de Harper dénoncés par l’APNQL


Le Premier Ministre Canadien refuse de voir le problème en face et qualifie les disparitions et meurtres chez les femmes autochtones comme des  »simples » crimes alors que la réalité, ils sont alimentés par un contexte particulier de pauvreté qui font qu’elles sont plus susceptibles d’être des victimes de violences.
Nuage

 

Disparitions de femmes autochtones

Les propos de Harper dénoncés par l’APNQL

 

Les propos de Harper dénoncés par l'APNQL

Crédit photo : Archives Agence QMI

Une vigile à la chandelle à la mémoire de la jeune autochtone Tina Fontaine, dont le corps a été retrouvé dans la rivière Rouge au Manitoba, s’est tenue le 21 août, à Edmonton.

L’Assemblée des Premières Nations du Québec et Labrador (APNQL) a condamné, samedi, le refus du gouvernement conservateur de tenir une enquête publique nationale sur les disparitions et meurtres de femmes autochtones, même après la découverte du cadavre d’une adolescente la semaine dernière.

La sortie publique de l’APNQL survient le jour des funérailles de Tina Fontaine, une autochtone de 15 ans de Winnipeg dont le corps a été repêché dans la rivière Rouge, au Manitoba, dimanche dernier.

«Un meurtre récent au Manitoba aurait été une autre occasion pour que le gouvernement Harper accepte finalement d’affronter la vérité et d’ouvrir les yeux pour enfin tenir une enquête publique, a écrit l’APNQL dans un communiqué. Mais pour le gouvernement Harper, ce fut seulement une autre triste occasion de persister à tenter de cacher la vérité.»

Selon l’APNL, l’attitude du premier ministre du Canada, Stephen Harper, envoie un message inquiétant aux femmes autochtones qui sont «quatre fois plus en danger que les femmes et les filles non autochtones canadiennes».

Lors d’une visite au Yukon College, à Whitehorse, jeudi, Stephen Harper a réitéré le refus du Canada de tenir une enquête publique nationale, bien qu’il déplore le meurtre le Tina Fontaine.

«Je crois qu’il ne faut pas voir ce meurtre comme un phénomène sociologique.

Il faut le regarder comme un crime, un crime contre une personne innocente, a dit M. Harper, précisant que ce crime a besoin d’une enquête policière, et non publique. Nous avons élaboré des lois à travers le pays qui ont plus d’effet pour contrer les crimes et la violence – pas seulement à l’endroit des femmes autochtones – et nous persévérerons dans cette direction.»

Un rapport de la Gendarmerie du Canada publié en mai a indiqué que près de 1200 femmes autochtones ont disparu ou ont été tuées dans les 30 dernières années. La GRC affirme qu’elles sont surreprésentées en tant que victimes d’homicides. Toutefois, les autorités estiment que la police résout les dossiers les concernant au même rythme que lorsque des non autochtones sont victimes.

http://tvanouvelles.ca/