Les os de Richard III nous apprennent ce qu’il mangeait


Ce n’est pas pour le personnage de Richard III, mais plus, pour la science que de pouvoir décelé l’alimentation d’une personne qui a existé il y a plusieurs siècles est mit en évidence aujourd’hui juste avec des ossements
Nuage

 

Les os de Richard III nous apprennent ce qu’il mangeait

 

Détail d’un portrait de Richard III, par un auteur inconnu, fin du 16e siècle, présenté à la National Portrait Gallery à Londres

  • Soline Roy

     

    Des céréales vers 8 ans, des banquets luxueux et du vin en abondance à la fin de sa vie: des chercheurs britanniques nous racontent, à travers l’étude de ses dents et de ses os, l’évolution du mode de vie du dernier des Plantagenêts.

    La dépouille de Richard III, considéré comme l’un des plus sanguinaires et machiavéliques rois d’Angleterre, avait été retrouvée en septembre 2012 à Leicester lors de la construction d’un parking, et authentifiée grâce à des analyses ADN en février 2013. Des chercheurs du British Geological Survey et de l’Université de Leicester révèlent aujourd’hui d’étonnants détails sur son style de vie, obtenus grâce à l’analyse de ses ossements. Leur étude, publiée dans le Journal of Archeological Science , nous racontent la vie de Richard III, ses déménagements et les modifications de son alimentation, marquée à la fin de sa vie par une abondance de mets et boissons luxueux.

    L’analyse isotopique (strontium, nitrogène, oxygène, carbone et plomb) de trois parties du squelette du dernier des Plantagenêts a permis aux chercheurs de se faire une idée précise des endroits où il a vécu au cours de son existence, et du régime qu’il suivait: les dents, qui se forment lors de l’enfance, le fémur, qui permet de retracer les 15 dernières années avant la mort, et les côtes qui donnent des indications sur les dernières années de vie.

    Vers les contrées pluvieuses de l’ouest

    Le crâne de Richard III, retrouvé en 2012 à Leicester.

     

    Le crâne de Richard III, retrouvé en 2012 à Leicester.

    On sait que Richard III est né dans le Northamptonshire in 1452, mais son enfance et son adolescence sont mal connues des historiens car peu documentées, le benjamin du duc d’York n’étant alors pas censé devenir roi.

    Il aurait, selon les chercheurs, quitté le château de son enfance, dans l’est de l’Angleterre, vers l’âge de 7 ou 8 ans, pour rejoindre les contrées plus pluvieuses de l’ouest de l’Angleterre. Son régime serait alors devenu plus riche en céréales, et plus pauvre en viande et poisson. Le duc de Gloucester serait ensuite retourné dans l’est du pays, avant d’accéder au pouvoir en 1483 pour ne régner que deux ans. Richard III est tué en 1485, lors de la bataille de Bosworth.

    «Je hais les amusements de ces jours de frivolité» in «Richard III», de William Shakerspeare

    Les chercheurs britanniques ont aussi mis en évidence une profonde modification de son alimentation durant les deux dernières années de son règne: son accession au trône a sans doute été l’occasion de profiter des luxueux banquets de l’aristocratie, riches de gibier à plume et poissons de rivière, et où le vin coulait à flots. Les modifications chimiques mises en évidence pourraient aussi, notent les chercheurs, évoquer un changement de lieu de vie, mais on sait que Richard III n’a quasiment pas quitté l’est de l’Angleterre dans les deux dernières années de sa vie.

    «Les différences évidentes entre les isotopes retrouvés dans le fémur et les côtes (…) suggèrent une augmentation significative des festins et de la consommation de vin dans ses dernières années», écrivent les chercheurs.

    «Je hais les amusements de ces jours de frivolité», s’exclame le futur roi dans la pièce éponyme de William Shakespeare.

    Le souverain à la noire réputation n’était en fait, selon les chercheurs britanniques, pas si dédaigneux que cela des plaisirs de la chair…

     

    http://www.lefigaro.fr/

  • 3 réponses à “Les os de Richard III nous apprennent ce qu’il mangeait

    1. Les faits en eux mêmes ( ce que mangeait ce roi booof …..) ne m’intéressent pas vraiment ; mais que la science actuelle soit capable de savoir ces faits à partir de ses os ……ce n’est pas capital , mais pourra peut-être le devenir ….
      P.S : En tous cas , si on examine mes os après mort , on ne trouvera que peu de chose entrant dans ma consommation étant donné ce que je mange lol

      • ce que je veux dire c’est que malgré les siècles, les os parlent encore
        il y a eu une petite série justement anglaise et avec des squelettes anciens ils ont pu trouvé d’ou et quand ils venaient, ce qu’ils mangeaient etc ces enquêtes ont été très intéressantes a suivre

    2. Oui , c’est toujours intéressant à suivre ,….cela nous apprendra des choses intéressantes sur l’évolution de l’homme peut-être liée à sa nourriture ? Et amènerait des conseils pour notre alimentation …afin de  » mieux évoluer  » ( çà , ce n’est pas gagné ! )

    Votre commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

    Photo Google

    Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

    Connexion à %s