Une calopsitte chante la sérénade à un chien


Un chien a-t-il droit de manger ses croquettes en toute tranquillité. Cette perruche, pourtant, veux lui rendre son repas agréable, mais il s’en fout carrément.
Nuage

 

Une calopsitte chante la sérénade à un chien

 

Par Sophie Le Roux

Crédits photo : Youtube – Grace’s Nitflix®, A-way With Lice®!

N’est-il pas agréable de prendre son repas au son d’une douce musique ?

C’est en tout cas ce que s’imaginait cette gentille calopsitte, ou perruche nymphique, quand elle s’est mise à chanter la sérénade à son ami le chien pendant que celui-ci dégustait ses croquettes.

Mais malheureusement pour l’oiseau chanteur, le toutou ne semble pas, mais alors pas du tout sensible à sa musique. Bien trop concentré sur sa gamelle, il ne se donne même pas la peine de lever la tête pour admirer l’artiste.

Et plus humiliant encore pour la perruche énamourée, le chien finit par s’en aller, laissant la pauvre calopsitte finir seule son concerto.

Tant pis pour lui, semble alors se dire l’oiseau, qui tourne les talons et s’en va chanter dans son coin !

 

http://wamiz.com/

Traduction Loufoque


Certaines de ces traductions sont vraiment douteuses. Mais bon, c’est à vos risques et périls
Nuage

 

Traduction Loufoque

 

Voilà certes un cadeau que, textuellement parlant, on ne vous souhaite pas sous le sapin de Noël…

Envoi de Sophie Simard, Roberval

Un seul mot: Ouach!

Envoi de Suzy, Montréal

«J’opterais davantage pour le Botox, mais bon…», confie notre lectrice.

Envoi de Caroline Odjick, Trois-Rivières

Êtes-vous en train de nous dire que certaines tortillas portent du parfum et traînent des préservatifs sans leur sacoche?

Envoi de Martin Sabourin, Gatineau

Piles incluses, piles non incluses… il faudrait peut-être se «brancher»!

Envoi d’Emmanuelle Bastien

Voilà un traducteur qui, visiblement, a fumé beaucoup trop de bourgeons…

Envoi de Laurent, Montréal

Si c’est l’utilisation que vous désirez en faire…

Envoi de Sébastien Côté, Québec

Micro-organismes? Champignons? Fermentation? Quelles preuves avez-vous?

Envoi d’Andrée-Anne Cardinal, Montréal

«Nerveux», «transpirant»… Que de qualités douteuses qu’on ne s’attendait pas à trouver dans un tissu.

Envoi de Julie B.

On trouve de tout dans une quincaillerie!

Envoi de Gilles Goulet, Sept-Îl

Ben quoi? Nos poulets sont coquets et épilés!

Envoi de Francis Gregoire, Laval

Quand l’eau est fâchée, elle est vraiment fâchée.

Envoi d’Élise Fanton d’Andon, Montréal

http://www.protegez-vous.ca/

Les os de Richard III nous apprennent ce qu’il mangeait


Ce n’est pas pour le personnage de Richard III, mais plus, pour la science que de pouvoir décelé l’alimentation d’une personne qui a existé il y a plusieurs siècles est mit en évidence aujourd’hui juste avec des ossements
Nuage

 

Les os de Richard III nous apprennent ce qu’il mangeait

 

Détail d’un portrait de Richard III, par un auteur inconnu, fin du 16e siècle, présenté à la National Portrait Gallery à Londres

  • Soline Roy

     

    Des céréales vers 8 ans, des banquets luxueux et du vin en abondance à la fin de sa vie: des chercheurs britanniques nous racontent, à travers l’étude de ses dents et de ses os, l’évolution du mode de vie du dernier des Plantagenêts.

    La dépouille de Richard III, considéré comme l’un des plus sanguinaires et machiavéliques rois d’Angleterre, avait été retrouvée en septembre 2012 à Leicester lors de la construction d’un parking, et authentifiée grâce à des analyses ADN en février 2013. Des chercheurs du British Geological Survey et de l’Université de Leicester révèlent aujourd’hui d’étonnants détails sur son style de vie, obtenus grâce à l’analyse de ses ossements. Leur étude, publiée dans le Journal of Archeological Science , nous racontent la vie de Richard III, ses déménagements et les modifications de son alimentation, marquée à la fin de sa vie par une abondance de mets et boissons luxueux.

    L’analyse isotopique (strontium, nitrogène, oxygène, carbone et plomb) de trois parties du squelette du dernier des Plantagenêts a permis aux chercheurs de se faire une idée précise des endroits où il a vécu au cours de son existence, et du régime qu’il suivait: les dents, qui se forment lors de l’enfance, le fémur, qui permet de retracer les 15 dernières années avant la mort, et les côtes qui donnent des indications sur les dernières années de vie.

    Vers les contrées pluvieuses de l’ouest

    Le crâne de Richard III, retrouvé en 2012 à Leicester.

     

    Le crâne de Richard III, retrouvé en 2012 à Leicester.

    On sait que Richard III est né dans le Northamptonshire in 1452, mais son enfance et son adolescence sont mal connues des historiens car peu documentées, le benjamin du duc d’York n’étant alors pas censé devenir roi.

    Il aurait, selon les chercheurs, quitté le château de son enfance, dans l’est de l’Angleterre, vers l’âge de 7 ou 8 ans, pour rejoindre les contrées plus pluvieuses de l’ouest de l’Angleterre. Son régime serait alors devenu plus riche en céréales, et plus pauvre en viande et poisson. Le duc de Gloucester serait ensuite retourné dans l’est du pays, avant d’accéder au pouvoir en 1483 pour ne régner que deux ans. Richard III est tué en 1485, lors de la bataille de Bosworth.

    «Je hais les amusements de ces jours de frivolité» in «Richard III», de William Shakerspeare

    Les chercheurs britanniques ont aussi mis en évidence une profonde modification de son alimentation durant les deux dernières années de son règne: son accession au trône a sans doute été l’occasion de profiter des luxueux banquets de l’aristocratie, riches de gibier à plume et poissons de rivière, et où le vin coulait à flots. Les modifications chimiques mises en évidence pourraient aussi, notent les chercheurs, évoquer un changement de lieu de vie, mais on sait que Richard III n’a quasiment pas quitté l’est de l’Angleterre dans les deux dernières années de sa vie.

    «Les différences évidentes entre les isotopes retrouvés dans le fémur et les côtes (…) suggèrent une augmentation significative des festins et de la consommation de vin dans ses dernières années», écrivent les chercheurs.

    «Je hais les amusements de ces jours de frivolité», s’exclame le futur roi dans la pièce éponyme de William Shakespeare.

    Le souverain à la noire réputation n’était en fait, selon les chercheurs britanniques, pas si dédaigneux que cela des plaisirs de la chair…

     

    http://www.lefigaro.fr/

  • Des hackers peuvent transformer le gyroscope de votre Smartphone en un micro pour vous écouter


    La technologie informatique est une vraie boite à Pandore. Plus on cherche a se protéger, plus des hackers peuvent contourner la sécurité.
    Nuage

     

    Des hackers peuvent transformer le gyroscope de votre Smartphone en un micro pour vous écouter

     

    Sony Xperia V / Vernon Chan via Flickr CC License by.

    Des chercheurs de l’université de Stanford et du groupe Rafael (l’autorité israélienne pour le développement d’armes et de technologie militaire) ont trouvé un moyen de transformer le gyroscope des Smartphone (le senseur qui utilise la gravité pour orienter l’appareil) en un micro permettant de le mettre sur écoute. Le groupe a crée une application appelée Gyrophone qui analyse les ondes acoustiques que le gyroscope recueille. Sur les téléphones Android, il est impossible de refuser à une application l’accès au senseur.

    Comme l’explique Wired, les gyroscopes dans les Smartphones ont une petite plaque à l’intérieur qui bouge quand l’appareil bouge. Mais cette plaque vibre également, et les chercheurs ont utilisé une fonctionnalité d’Android pour mesurer les vibrations à 200 hertz, 200 fois par seconde, soit assez pour capter les voix humaines. Les chercheurs se sont rendus compte qu’en utilisant leur programme de reconnaissance vocale sur un flux provenant du gyroscope, ils pouvaient identifier correctement 65% des numéros prononcés par une personne se trouvant dans le même pièce que le Smartphone.

    La clarté n’est pas optimale, mais la technique n’aurait besoin que d’un peu d’amélioration pour devenir un problème sérieux pour tout personne donnant son numéro de carte de crédit au téléphone. Et elle pourrait être utilisée dans d’autres buts. Le programme de reconnaissance vocale des chercheurs leur permet déjà de déterminer le sexe du locuteur 84% du temps.

    Le professeur de science informatique de Stanford Dan Boneh, qui a particpé aux travaux, a expliqué à Wired:

    «C’est en fait assez dangereux d’ouvrir l’accès au hardware comme cela sans aucune protection. […] il y a des informations acoustiques qui sortent du gyroscope. Si nous passions une année à construire une reconnaissance vocale optimale, nous pourrions devenir bien meilleurs à ça. Mais on a montré que c’était possible.»

    C’est une chose de télécharger une application non vérifiée. Mais Wired souligne que vous pourriez aussi être vulnérable en naviguant sur des pages Internet non-sécurisées avec Firefox. Safari et Chrome limitent la lecture depuis le gyroscope à 20 hertz, mais Firefox la permet à 200 hertz.

    Les appareils iOS sont légèrement mieux protégés contre les attaque contre leur gyroscope. iOS permet à toutes les applications d’accéder au gyroscope sans demander la permission de l’utilisateur, mais celles-ci ne peuvent obtenir que les lectures à 100 herz, ce qui réduit les chances que l’on puisse entendre quoi que ce soit.

    Les travaux seront présentés à la conférence sur la sécurité Usenix la semaine prochaine et pourraient encourager Google à faire des changements.

    Lily Hay Newman

    http://www.slate.fr

    Un signal radio de l’espace ébranle les astronomes


    Des ondes radios se sont manifestées dans l’espace. Est-ce E.T qui vient nous dire bonjour ? Probablement pas. Il parait que ce genre d’ondes se produit très souvent dans ce grand ciel rempli d’étoile, de trous noirs, de pulsar … etc
    Nuage

     

    Un signal radio de l’espace ébranle les astronomes

     

    Un signal radio de l'espace ébranle les astronomes

    Photo Fotolia

    Un signal radio provenant non pas de la Terre, mais bien de l’espace, a été détecté dernièrement et secoue les astronomes de partout dans le monde.

    Est-ce un signe qu’il y a bel et bien présence d’une vie extraterrestre? Les experts restent prudents et se questionnent toujours.

    Ce n’est pas la première fois que de très brefs signaux radio qui proviennent de l’espace sont découverts, mais ces phénomènes sont rarement captés. En 2007, l’observatoire de Parkes, en Australie, détectait un «sursaut radio» de très forte intensité. Il faudra toutefois attendre cinq ans plus tard, en 2012, avant qu’un autre observatoire n’observe ce genre de signal radio.

    Est-ce le signal d’une présence extraterrestre? Probablement pas. Un article scientifique publié dans The Astrophysical Journal confirme que ces phénomènes radios cosmiques se produiraient 10 000 fois par jour dans le ciel. Sauf si vous envisagez l’éventualité que les extraterrestres nous envoient des messages aussi souvent chaque jour, il faudrait entrevoir une autre hypothèse qui expliquerait ces manifestations radio.

    Selon le quotidien Le Parisien, d’autres hypothèses sont envisagées, comme celle des trous noirs qui s’évaporent, par exemple. Même chose pour des étoiles à neutrons naissantes ou mourantes ou même des pulsars nouveau genre. Lorsqu’on avait découvert ces pulsars, un signal radio avait aussi été détecté.

    Si plusieurs questions se posent toujours au sujet de ces «sursauts radio», l’astrophysicien James Cordes a affirmé au Parisien qu’«à ce stade, nous ne savons pas par quoi ces sursauts sont provoqués».

    http://fr.canoe.ca

    Ebola: un centre d’isolement du Liberia attaqué, 17 malades en fuite


    Cela n’aidera sûrement pas a limité cette maladie si des patients se sont échappés suite a une attaque. Pourquoi que les attaquants, ne croient pas a cette contagion ? Enfin, ces hommes en plus de détruire le centre, ils courent le risque d’être eux même contaminé
    Nuage

     

    Ebola: un centre d’isolement du Liberia attaqué, 17 malades en fuite

     

    Le lycée attaqué avait été récemment choisi par... (PHOTO ZOOM DOSSO, AFP)

    Le lycée attaqué avait été récemment choisi par les autorités sanitaires pour isoler les personnes présentant des symptômes de la fièvre hémorragique Ebola.

    PHOTO ZOOM DOSSO, AFP

    Agence France-Presse
    MONROVIA

    Des hommes armés affirmant ne pas croire à la maladie d’Ebola ont attaqué un centre d’isolement pour patients à Monrovia, la capitale du Liberia, provoquant la fuite de dix-sept malades et emportant du matériel, a-t-on appris dimanche de sources concordantes.

    «Ils ont cassé les portes et ont pillé les lieux. Les malades ont tous fui», a affirmé Rebecca Wesseh, un témoin de l’incident survenu dans la nuit de samedi à dimanche.

    Ses propos ont été confirmés par des habitants et le secrétaire général des travailleurs de la santé au Liberia, George Williams.

    Selon M. Williams, 29 malades d’Ebola avaient été admis dans le centre, où ils suivaient des traitements préliminaires avant leur évacuation dans un hôpital. «Ils étaient tous testés positifs à l’Ebola», a-t-il affirmé.

    «Parmi ces 29 malades, 17 ont fui hier (lors de l’assaut). Neuf sont morts il y a quatre jours et trois autres ont été emmenés (samedi) de force par leurs parents» vers une destination inconnue, a-t-il précisé.

    «Mon fils a été emmené ici (dans le centre) il y a quatre jours. Chaque jour, je viens le voir et on me dit qu’il va bien. Ce matin, la sécurité m’a dit que je ne pouvais pas entrer parce que le camp avait été attaqué», a raconté un vieil homme, Fallah Boima, à l’AFP.

    «Je ne sais pas où il est et je suis désorienté. Il ne m’a pas appelé depuis qu’il a quitté le centre. Toutes les infirmières sont parties. Est-ce que je saurai où se trouve mon fils ?», a-t-il ajouté.

    Des individus, pour la plupart des jeunes, armés de gourdins, se sont introduits de force dans le lycée de la banlieue de Monrovia qui abrite le centre anti-Ebola, a affirmé Rebecca Wesseh. Cet assaut a provoqué la fuite des malades et des infirmiers, a-t-elle ajouté.

    Selon Rebecca Wesseh, les assaillants criaient des mots hostiles à la présidente libérienne Ellen Johnson Sirleaf et assuraient qu’«il n’y a pas d’Ebola» dans le pays.

    Ils ont notamment emporté des médicaments, des matelas et des couvertures, a indiqué à l’AFP un responsable du ministère libérien de la Santé, sans plus de précisions.

    Le lycée attaqué avait été récemment choisi par les autorités sanitaires pour isoler les personnes présentant des symptômes de la fièvre hémorragique Ebola. Le quartier qui abrite le centre est considéré comme un des épicentres de l’épidémie dans la capitale.

    Des habitants ont affirmé s’être opposés à son implantation.

    «On leur a dit de ne pas (installer) leur camp ici. Ils (les responsables) ne nous ont pas écoutés. Ils n’ont qu’à aller construire leur camp d’isolement ailleurs. Cette affaire d’Ebola, on n’y croit pas», a affirmé un jeune habitant du quartier qui n’a pas voulu décliner son identité.

    Par ailleurs, à Freetown, la capitale de la Sierra Leone, un homme de 25 ans soupçonné d’avoir été infecté par le virus, s’est brièvement échappé samedi soir du centre d’isolement où il séjournait, a indiqué à l’AFP le porte-parole du ministère sierra-léonais de la Santé, Sidi Yahya Tunis.

    Il «a été pendant environ une heure en dehors» du centre avant d’être retrouvé sur une route menant à l’intérieur du pays, a précisé le porte-parole.

    Selon un témoin, «il n’a pas opposé de résistance quand il a été appréhendé» et «est calmement entré dans le véhicule» des autorités sanitaires.

    En cinq mois, l’épidémie d’Ebola, la plus grave depuis l’apparition de cette fièvre hémorragique très contagieuse en 1976, a fait 1145 morts, selon le dernier bilan de l’Organisation mondiale de la santé (OMS): 413 au Liberia, 380 en Guinée, 348 en Sierra Leone et quatre au Nigeria.

    http://www.lapresse.ca

    Les animaux ne seront plus des « objets »


    Il semble que le Québec va enfin changer les lois en rapport aux animaux comme la France a déjà fait. Nous ne pourrons plus prendre pour acquis que les animaux soient traités comme des meubles, mais comme des êtres sensibles
    Nuage

     

    Les animaux ne seront plus des « objets »

     

    Pierre Trudel – 17 août 2014

    Le statut des animaux est en voie de changer. Récemment, le ministre Pierre Paradis indiquait son intention de modifier le Code civil.

    La modification disposerait que les animaux ne seront plus considérés comme des «biens meubles» mais comme des êtres vivants «doués de sensibilité». Il s’agit de retenir l’approche adoptée par plusieurs pays européens.

    Déjà en France, un pays qui possède un système juridique semblable à celui du Québec, les députés ont modifié le Code civil afin de nuancer le statut juridique des animaux.

    À ce jour, hormis certaines règles développées lors des processus de partage de biens, notamment lors de divorces, le droit civil ne distinguait pas les animaux des canapés sur lesquels ceux-ci posaient leurs pattes !

    L’animal-objet

    Notre droit est marqué par la conception «animal-objet». Une conception qui postule la supériorité des intérêts des êtres humains sur les intérêts des animaux. Il en résulte que les animaux sont des moyens au service des êtres humains pour atteindre leurs fins et leurs besoins.

    La modification proposée par M. Paradis marque une réelle évolution dans les mentalités. Faire passer les animaux du statut de “choses” à celui “d’être doué de sensibilité” implique que les propriétaires n’auront plus le loisir de faire fi de la douleur et de la détresse des bêtes qu’ils possèdent.

    Mais on considère chez plusieurs experts que la reconnaissance légale de la sensibilité animale ne confère pas des «droits» aux animaux. Mais les propriétaires d’animaux auront clairement l’obligation, attachée à leur droit de propriété, de se comporter de manière à tenir compte du fait que leur animal est un être doué de sensibilité.

    La modification est importante car elle pose explicitement que les animaux ne sont plus simplement des biens à l’égard desquels le propriétaire exerce toutes ses fantaisies.

    L’animal sensible

    Certes, les animaux demeurent régis par le régime juridique s’appliquant aux choses.

    De plus, les usages d’appropriation violente ne sont pas, comme tels, remis en question. Par exemple, l’élevage des animaux destinés à la boucherie implique des souffrances constantes au cours de l’élevage, en raison du confinement ou des pratiques mutilantes, du transport et de l’abattage. Est-ce que l’inclusion d’une obligation de considérer la sensibilité engendrera des exigences plus strictes ?

    Les modifications annoncées s’ajouteront aux dispositions du Code criminel qui interdisent de causer volontairement et sans nécessité une douleur, souffrance ou blessure à un animal.

    Le Code criminel interdit également le combat ou le harcèlement d’animaux. Sont pareillement interdits le fait de droguer ou empoisonner un animal. Ces interdits visent déjà aussi bien les propriétaires des animaux que toute autre personne.

    En fin de compte, la modification mise de l’avant par le ministre Paradis introduit une balise supplémentaire aux facultés des propriétaires d’animaux. Ceux-ci ne pourront se comporter comme si leurs animaux étaient de simples objets mobiliers. Ils auront désormais l’obligation de tenir compte du fait que les animaux sont des êtres ayant une sensibilité.

    Il restera évidemment les cas limites: à partir de quel moment les atteintes à la sensibilité animale deviennent-ils fautifs?

    Billet publié vendredi 15 août dans le Journal de Montréal.

    Pour aller plus loin: Lyne Létourneau, « De l’animal-objet à l’animal-sujet? : regard sur le droit de la protection des animaux en Occident, Lex Electronica, vol. 10, no 2 (numéro spécial), Automne 2005.

    http://blogues.journaldemontreal.com/