Maladie génétique : les photos de famille, de futurs outils de dépistage


De plus en plus, les photos deviennent des outils pour diagnostiquer des maladies et avec la technologie les photos des ancêtres peuvent donc être très utiles
Nuage

 

Maladie génétique : les photos de famille, de futurs outils de dépistage

 

Maladie génétique : les photos de famille, de futurs outils de dépistage

© istock

Les photos de famille peuvent en dire long sur l’état de santé. Elles pourraient faciliter le diagnostic de maladies génétiques rares. Des chercheurs de l’université d’Oxford en ont fait la démonstration.

Les photos de famille sont les gardiennes de souvenirs entre générations. Mais en plus d’être des vestiges du passé, elles pourraient bien constituer à l’avenir des documents précieux pour diagnostiquer des maladies génétiques.

Des chercheurs de l’institut de génétique et de médecine moléculaire à l’université d’Oxford, au Royaume-Uni, ont mis au point un logiciel qui pourrait peut-être révolutionner le dépistage des maladies rares. En scannant des photos de famille, et en scrutant les visages de leurs membres, même décédés, le logiciel serait capable de détecter les risques de trouble génétique chez les descendants de cette lignée.

Cette reconnaissance faciale inédite a été testée sur des photos de personnes atteintes de maladies génétiques reconnues. Le logiciel a réussi l’épreuve à plus de 90 %. Pour arriver à ce score remarquable, il a été entraîné à analyser et enregistrer les traits morphologiques correspondant à 8 maladies génétiques (dont la trisomie 21) sur plus de 1 363 photographies de patients différents.

Un système perfectible

Des efforts qui ont payé puisque le logiciel garderait actuellement en mémoire 90 pathologies. Ces performances connaissent cependant des limites : la probabilité de faire un bon diagnostic est de 30 %. Pas de quoi sauter au plafond, mais c’est déjà un début, estiment les chercheurs. Le système va être amélioré et pourra peut-être un jour diagnostiquer les maladies génétiques les plus difficiles à repérer, assure l’étude, publiée dans la revue scientifique en ligne Elfie.

« L’idée est de l’offrir aux systèmes de santé partout dans le monde, parce que tout ce dont vous avez besoin est un ordinateur et une photographie numérique », affirme Christoffer Nellåker, l’un des créateurs du logiciel, au Newscientist.

http://www.topsante.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s