Le racisme, ancré dans les crises économiques ?


Cette étude ne me surprend pas du tout. D’ailleurs, nous avons plusieurs preuves dans l’histoire que le racismes est plus fort dans des situations économiques difficiles. Aujourd’hui, encore, on voit des manifestations contre les étrangers, les ethnies d’adoptions …
Nuage

 

Le racisme, ancré dans les crises économiques ?

 

Files de chômeurs en Allemagne en 1930. La crise de 1929 fait passer en trois ans le nombre de chômeurs de 1,9 millions à 5,6 millions… La création d’un exogroupe devient presque inéluctable.

Selon une étude récente, les périodes de difficulté économique semblent accentuer les phénomènes de discrimination raciale.

En 1929, une crise financière mondiale ébranle la planète, avec des effets dramatiques notamment en Allemagne. Quatre ans plus tard, le parti national-socialiste accède au pouvoir et entreprend une politique de stigmatisation des minorités, d’exaltation nationaliste et d’interventions belliqueuses.

En 1954, la guerre est passée et le monde s’interroge sur ce qui pousse les peuples à stigmatiser les étrangers est les minorités en période de crise. Le psychologue Muzafer Sharif conclut une série d’expériences montrant qu’en situation de manque de ressources économiques ou alimentaires, des groupes humains antagonistes se forment, chaque individu favorisant les membres de son groupe (endogroupe) au détriment des autres (exogroupe), un phénomène désormais baptisé biais d’endogroupe.

Et nous voilà en 2014. Le Front National, après s’être installé dans le paysage politique français grâce au concept de préférence nationale (la formulation politique du biais d’endogroupe), remporte les élections européennes et brigue le statut de premier parti de France. Le tout, comme par hasard, dans un climat de crise économique mondialisée où pèsent plus d’incertitudes que jamais.

Toujours 2014… Juin, plus précisément. Dans cet article publié dans la revue PNAS, des psychologues américains présentent le résultat d’expériences troublantes. Il semble, selon ces recherches, que lorsque nous manquons de ressources économiques, nous devenions plus racistes.

Pénurie de ressources et discrimination

Dans ces expériences, des photographies de noirs américains, de blancs ou de métis étaient montrées à des volontaires blancs américains. Ceux-ci devaient décider si le visage métis était plus proche d’un noir ou d’un blanc. Dans ces conditions, 50 pour cent des personnes interrogées ont répondu noir, et 50 pour cent blanc. Ensuite, les sujets devaient participer à des jeux faisant intervenir des sommes d’argent, lesquelles étaient progressivement diminuées par les expérimentateurs de façon à faire ressentir une sensation de pénurie. Le test des visages, passé une nouvelle fois, a alors révélé que le visage métis était vu comme noir par 75 pour cent des participants.

Cette expérience montre ainsi qu’en situation de difficulté économique, des sujets blancs voient des sujets noirs comme « plus noirs ». Pourquoi ? Replacé dans le cadre du biais d’endogroupe, ce mécanisme semble indiquer que l’être humain radicalise les frontières entre son endogroupe et les groupes extérieurs, en accentuant les traits d’appartenance à l’endo- ou à l’exogroupe. Sans expliquer à elle seule la montée des nationalismes, cette expérience nous engage à réfléchir aux mécanismes inconscients qui pèsent sur les scrutins nationaux en période de crise.

http://www.pourlascience.fr/

11 réponses à “Le racisme, ancré dans les crises économiques ?

  1. Il est sur que le contexte de la crise économique joue un rôle …..Mais ( j’ai toujours un  » mais  » ….Certains ( dont je suis ) sont loin d’être à l’aise financièrement , économiquement voir socialement et ne sont pas racistes , xénophobes pour autant ..?….D’autre part des gens comme mon frère militaire sont  » à l’aise  » sur tous ces plans est sont racistes ……
    Bises
    F.

    • C’est aussi ce que j’ai pensé mais tu sais bien qu’il suffit de quelque uns pour faire réagir la masse et on dirait que c’est plus fort, quand c’est négatif .. peut-être les émotions de peur sont plus fort …

  2. Exact , les gens comme Lepen en France ont l’art de faire peur au peuple en mettant tous les  » malheurs  » de la nation sur le dos des émigrés  » qui viennent manger le pain des Français  » et bien sur , les chômeurs par exemple ont tendance à les croire …..

  3. e ne sais pas si tu connais ce  » comique  » : Fernand Reynaud ; il avait un sketch sur le racisme très « parlant  »

    J’suis pas un imbécile moi, j’suis douanier.

    J’aime pas les étrangers, ils viennent manger l’pain des français… ouais !
    C’est curieux : comme profession, j’suis douanier, et puis j’aime pas les étrangers… Hein ?
    Quand j’vois un étranger qui arrive, puis qui mange du pain, j’dis : « ça c’est Mon pain ! »
    Puisque j’suis français, et puis il mange du pain français, donc c’est MON pain à moi.

    J’aime pas les étrangers parce que moi je suis français, et je suis fièr d’être français.
    Mon nom à moi, c’est Koularkientensky du côté de ma mère… et Piazzano-Venditti du côté d’un copain à mon père.
    C’est pour vous dire si j’suis français !
    J’aime pas les étrangers, ils viennent manger l’pain des français…
    Dans le village où on habite, on a un étranger, alors, quand on le voit passer, on dit : « Tiens, ça, là, ça – c’est l’étranger ».
    On l’montre du doigt, comme un objet… On n’a pas de respect.
    Quand on a du respect pour un être humain, on ne dit pas « ça », là, non. On dirait : « Ce monsieur »…

    C’est un étranger, il vient manger l’pain des français…

    Quand sa femme passe, la tête basse, avec ses p’tis enfants qui baissent la tête; on dit :
    « Ça, ça là, c’est des étrangers : ils viennent bouffer l’pain des français. »

    L’autre dimanche, dans mon village, j’avais été – c’était à la sortie de la messe de dix heures – j’avais été communier au café d’en face.
    Y a l’étranger qui a voulu me parler. Moi, j’avais aute chose à faire, pensez, parler avec un étranger !
    J’avais mon tiercé à préparer… Je suis douanier. Je suis pas un imbécile.
    Enfin, du haut de ma grandeur, étant fonctionnaire, j’ai daigné l’écouter, cet imbécile (il est étranger, forcément)…

    Il m’a dit, euh :
    « Ne pensez vous pas qu’à notre époque (1972), c’est un peu ridicule de traiter certaines personnes d’étrangères, nous sommes tous égaux.
    Voilà ce que j’avais sur le cœur, je voulais vous dire ça, Monsieur le Douanier, vous qui êtes fonctionnaire et très important, vous qui avez le bouclier de la loi… Nous sommes tous égaux. On peut vous le prouver : quand un chirurgien opère un cœur humain, que ce soit au Cap, à Genève, à Washington, à Moscou, à Pékin, il s’y prend de la même manière : nous sommes tous égaux. »

    Pauvre andouille va ! Venir me déranger pour dire des inepties pareilles !!!
    Il a poursuivi… Ils sont tellement bêtes ces étrangers, ils viennent manger l’pain des français.

    Y m’a dit… euh … :
    « Est-ce que vous connaissez une race où une mère aime d’avantage ou moins bien son enfant qu’une autre race ? »
    Là, j’ai rien compris à ce qu’il a voulu dire… J’en ai conclu, qu’il était bête…
    En effet, lorsque quelqu’un s’exprime et que l’on comprend pas ce qu’il dit, c’est qu’il est bête !
    Et moi je peux pas être bête, …. je suis douanier … : « Vas-t-en, étranger ! »
    Il m’a répondu: « J’en ai ras-le-bol, moi. Votre pain, et votre France. Je m’en vais. »
    Il a pris sa femme, sa valise, ses enfants, ils sont montés sur un bateau, ils ont été loin au delà des mers, lououain…
    Et, depuis ce jour là, dans notre village, eh ben on mange plus de pain, dit !

    Il était boulanger !!!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s