Une expédition vers une exoplanète devrait compter au moins 20 000 personnes


Plus les études avancent sur la possibilité de colonisation d’une autre planète, plus les coûts seront probablement plus chers tout en étant voués du moins dans les prochaines décennies à l’échec. Bref, les études démontrent l’infaisabilité d’un projet d’une telle envergure
Nuage

Une expédition vers une exoplanète devrait compter au moins 20 000 personnes

 

AFP PHOTO / ESA/Hubble, NASA, HST Frontier Fields / Mathilde Jauzac

AFP PHOTO / ESA/Hubble, NASA, HST Frontier Fields / Mathilde Jauzac

La direction des ressources humaines risque d’avoir des journées chargées. On n’ose imaginer celles du chef de chantier chargé de la construction du véhicule. Car comme le résume le site Space.com,

“si l’humanité voulait un jour coloniser une planète située en dehors du système solaire, il lui faudrait un vaisseau spatial franchement gros”.

Le site d’astronomie reprend, lundi 28 juillet, une étude menée par Cameron Smith, anthropologue à l’université américaine de Portland, dans l’Oregon, et publiée en avril dans la revue Acta Astronautica. Selon ce dernier, un groupe chargé d’établir une colonie intergalactique devra compter entre 20 000 et 40 000 membres au minimum afin de posséder une diversité génétique assez vaste pour arriver sur place dans de bonnes conditions de santé. Car le voyage risque fort de traîner en longueur : il devrait prendre 150 ans environ – et encore, sous réserve que le vaisseau voyage à une vitesse de l’ordre d’un dixième de celle de la lumière.

“Ce nombre maintiendrait une santé correcte sur cinq générations malgré un accroissement de la consanguinité résultant d’une relativement faible population humaine”, explique notamment l’auteur de l’étude, battant en brèche de précédentes estimations considérant que seuls quelques centaines d’individus suffiraient à une telle opération. D’autant que, selon l’anthropologue, des maladies pourraient décimer une partie de la population durant le trajet.

Outre la nécessité de se reproduire pour finalement voir un être humain arriver en vie sur place, ce nombre élevé se justifie également par l’obligation d’engager suffisamment de spécialistes à bord pour pérenniser la colonie après l’atterrissage. Un argument tout aussi valable, d’après l’étude, s’il s’agissait de se rendre un peu moins loin, sur Mars, où une installation durable demanderait elle aussi un très large champ de compétences, balayant l’idée d’une équipe de pionniers réduite au stricte minimum.

http://bigbrowser.blog.lemonde.fr

9 réponses à “Une expédition vers une exoplanète devrait compter au moins 20 000 personnes

  1. A force de  » reproduction  » des voyageurs , l’inceste et autre consanguinité amèneraient une fragilisation de la population non ? (du point de vue immunité , santé voir intellectuelle ) ?

  2. Et plus de  » vaisseaux  » ? Une fois arrivés , on peut supposer que la planète seraient peuplée ( si habitable ) comme la terre ,c’est à dire de plusieurs  » clans  » ,races ethnies différentes et……tout recommencerait comme  » ici « ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s