La Vérité


Tout fini par se savoir, et quand on a caché longtemps une vérité contre des mensonges, cette vérité risque de faire plus de ravages que si elle était mise à jour dès le début
Nuage

 

La Vérité

 

« Quand on enferme la vérité sous terre, elle s’y amasse, elle y prend une force telle d’explosion, que, le jour où elle éclate, elle fait tout sauter avec elle. »

Émile Zola

Incroyable : cette chienne parcourt chaque jour 13 kilomètres pour nourrir d’autres animaux


Un chien capable d’autant d’altruisme est une grande leçon pour l’être humain. Cette chienne ne fait pas de différence entre chas, chien, poule, et même mulet pour devenir une aide alimentaire et ce malgré les kilomètres pour aller chercher la nourriture
Nuage

 

Incroyable : cette chienne parcourt chaque jour 13 kilomètres pour nourrir d’autres animaux

 

Chaque soir, depuis trois ans, une chienne errante vivant dans la décharge brésilienne où elle a été abandonnée alors qu’elle était encore un chiot parcourt quelque 12 kilomètres, empruntant de très dangereuses routes, pour pouvoir manger et nourrir ses compagnons d’infortune.

Un chien, un chat, un mulet et des poules

Lilica se rend chez Lucia, une amoureuse des animaux au grand coeur, qui lui donne des sacs de nourriture dont la chienne s’empare pour retourner à la décharge de Sao Carlos où elle partage son trésor avec un autre chien, un chat, un mulet et des poules.

Au départ, c’est pour nourrir les 8 chiots auxquels elle avait donné naissance – aujourd’hui tous adoptés – que Lilica faisait ce trajet quotidien, laissant les autres animaux en profiter. Mais quand ses petits sont partis, elle ne s’est pas arrêtée.

Lucia, qui nourrit de nombreux autres animaux errants, a décidé d’aider cette chienne dès qu’elle l’a aperçue un soir, fouillant les poubelles de Sao Carlos à la recherche de nourriture.

« Elle marchait et reniflait les poubelles – cela a attiré mon attention – j’ai pensé qu’elle n’avait pas de foyer. Je l’ai appelée et lui ai donné à manger » raconte Lucia.

Depuis, Lilica est revenue chaque soir, mais un jour, après avoir mangé un peu, elle a emporté avec elle le sac rempli de nourriture. Lucia l’a vue reprendre la route, le contenu du sac se déversant sur le chemin.

« C’est un engagement que j’ai avec elle »

Le jour suivant, Lucia a alors pris soin de bien le fermer pour que la nourriture ne s’échappe plus sur la route. Puis elle n’a pu s’empêcher un soir de suivre la chienne pour savoir où elle emmenait ainsi son repas.

La jeune femme n’en a pas cru ses yeux. Elle a découvert que la chienne emportait ce sac non pas pour manger seule à l’abri des regards, mais pour le partager avec d’autres animaux.

Le rendez-vous est donné chaque soir depuis maintenant 3 ans, et jamais Lilica ni Lucia ne l’ont manqué.

« Je ne voyage pas, je ne m’absente pas et reste longtemps pour elle… parce que je sais qu’elle compte sur moi, c’est donc un engagement que j’ai avec elle, et un engagement qu’elle a aussi avec moi car elle vient chaque jour » raconte l’ange gardien de la chienne.

http://wamiz.com

Le Saviez-Vous ► Symbolique : quelle importance a la signification d’un tatouage ?


Les tatouages existent depuis des millénaires, tantôt pour leur côté esthétique, d’autres pour des raisons thérapeutiques. Les tatouages ont eu aussi une ère religieuse qui ont permis une certaine protection ou encore donnait à la personne des pouvoirs soi-disant magiques. Et puis il y a eu le marquage des esclaves et des prisonniers ou encore un signe d’appartenance a une communauté, quoiqu’aujourd’hui, ce désir d’avoir un tatouage en signe d’appartenance à un groupe est toujours actif. Alors il reste, un symbole de sa propre histoire ou de ses propres goûts sans pour autant avoir une signification claire et qui sont plus élaborés qu’autrefois
Nuage

 

Symbolique : quelle importance a la signification d’un tatouage ?

 

Parmi toutes les questions qui entourent le thème du tatouage, il en est une qui revient en permanence : « Pourquoi ? ». La plupart du temps, la réponse sera un vague signe de la main qui peut se traduire par un : « Laisse-moi tranquille… ». Et pourtant, l’importance de la signification d’un tatouage n’a jamais cessé d’interpeler l’être humain.

Des études sociologiques, des thèses et des recueils spécialisés ont apporté des réponses partielles. Tout cela rappelle quasi la forme de ton tatouage, l’endroit où tu le situeras ou le prix que tu le paieras, sont des questions importantes, celle d’analyser sa signification est de loin la plus fondamentale d’entre elles.

Le tatouage, une signification religieuse ?

Longtemps, le tatouage a été associé à la religion. Le terme tatouage lui-même est sans équivoque. La première fois que ce mot fut utilisé dans la culture occidentale, c’était en 1772. On le doit au Dr Berchon qui traduisit le voyage du capitaine Cook dans les mers australes.

Le terme décrivait les dessins corporels que présentaient les populations locales. Le mot d’origine venait de deux mots différents : « ta » qu’on peut traduire par « dessin » et « atua » qui signifie « Dieu ».

À la même époque, les marins bretons se faisaient tatouer une croix dans le dos. La signification de ce tatouage est pourtant distante de l’hommage religieux. En effet, une loi interdisant de souiller une représentation religieuse, les marins se faisaient tatouer une croix qui les protégeait d’abord des coups de fouet que leurs maîtres leur infligeaient pour les punir de certaines fautes.Avec cette croix dans le dos, ce châtiment devenait impossible.

En Asie du Sud Est, certaines communautés bouddhistes se font tatouer des représentations sacrées. Ces tatouages qu’on retrouve surtout dans la culture khmère doivent être réalisés par des moines ; ils confèrent à la personne qui les porte, des pouvoirs magiques qui le protègent.

Notons qu’en Europe, le Pape Hadrien a fait interdire le tatouage à la fin des années 780. Ce n’est qu’avec le voyage de Cook et donc 1 000 ans plus tard, que le tatouage réapparut dans le monde catholique.

Le tatouage, l’appartenance à une communauté

Mais le tatouage est apparu bien avant le capitaine Cook ou le pape Hadrien. En réalité, Ötzi, l’homme préhistorique qui a été découvert en 1991 dans les Alpes italiennes, porte les plus anciens tatouages constatés en Europe.

Pour les spécialistes, la signification de ces tatouages est purement thérapeutique. Il s’agit de 57 traits qui ont été tracés en déposant un mélange végétal dans des incisions volontaires et qui devaient permettre de soigner Ötzi des différentes maladies qui le faisaient souffrir. C’était il y a près de 6 000 ans !

On retrouve des tatouages sur d’autres momies en Asie et sur d’autres continents. La signification de ces tatouages millénaires est à la fois thérapeutique et esthétique. Ils sont alors réservés à des castes dirigeantes. Ces tatouages sont généralement des formes simples aux lignes droites ou légèrement courbées qui schématisent des animaux ou des objets.

Plus tard, et en raison de leur caractère indélébile, les tatouages ont été utilisés pour marquer des prisonniers ou des esclaves. Dans ce cas, la forme de leur tatouage représentait une partie de leur vie : leur délit ou le signe distinctif de leur propriétaire.

La signification de ton tatouage

Mais tout cela fait partie d’époques qui sont bien loin de notre XXIe siècle. Les momies, les explorateurs, les prisonniers et les esclaves ne font sans doute pas partie des gens que tu fréquentes chaque jour. Alors quelle est la signification des tatouages aujourd’hui ?

Pour la plupart des sociologues, c’est le thème de l’appartenance à une communauté qui guide le choix des tatouages. On suit des modes, on fait un peu comme tout le monde de peur d’être isolé. Mais ce n’est pas toujours vrai.

Beaucoup de personnes se font un tatouage pour rendre un hommage à une personne qui compte ou qui a beaucoup compté dans leur vie.

C’est en tout cas le constat qu’a dressé Andrew McCarthy, un professeur américain de Sciences humaines du Massachusetts. Il a ainsi pu constater que le tatouage qui reprenait une phrase, celui qui représentait un tee-shirt, celui qui reproduisait un visage, rendait un immense hommage intemporel à des personnes adorées et disparues : un grand-père, un ami, une sœur…

Alors, il est sans doute ridicule de tenter de définir d’une manière définitive et universelle la signification d’un tatouage, car chaque être humain possède une histoire qui lui est propre. Un tatouage est souvent une façon de remplir une page.

Une seule page, discrète et puissante.

http://www.etatouage.fr

Avis du coroner : La fatigue au volant, un acte criminel?


 

De plus en plus, nous voyons des publicités sur la fatigue au volant, car il semble que certains automobilistes ne soient pas assez responsables pour s’arrêter pour se reposer. Cela peut entrainer de graves conséquences dont la mort
Nuage

 

Avis du coroner

La fatigue au volant, un acte criminel?

 

Photo Fotolia

La fatigue au volant doit «éventuellement» être passible «d’amendes et de lourdes peines pénales comme l’alcool» recommande un coroner dans un rapport sur un accident mortel qui a causé cinq décès en février 2011.

Le coroner Quoc-Bao Do en vient à cette conclusion après avoir constaté que la fatigue et le manque de sommeil ont causé la mort d’une équipe de travailleurs qui avait œuvré toute la nuit à Saint-Boniface pour un contrat de changement chez un éleveur de poulet.

Le conducteur du véhicule Ford Éconoline, Sébastien Cormier, ramenait les travailleurs chez eux en début de matinée lorsqu’il a lentement quitté sa voie dans une courbe pour entrer en collision avec un autobus scolaire venant en sens inverse. Ce dernier est décédé lors de la violente collision, de même que quatre travailleurs qui prenaient place dans le véhicule.

Selon le rapport du coroner, qui cite des travailleurs, Sébastien Cormier «prenait régulièrement» des méthamphétamines pour se garder éveillé et performant durant sa nuit de travail. L’analyse toxicologique a d’ailleurs révélé la présence de méthamphétamine dans le sang du conducteur, «à des concentrations thérapeutiques».

Le mécanicien expert avait aussi noté quelques anomalies sur le véhicule, précisant toutefois que l’état mécanique n’expliquait pas la collision mortelle.

Selon le coroner, l’accident était évitable puisqu’il a été causé par la fatigue.

Dans son rapport en date du 18 avril, il recommande à la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) «d’intensifier les campagnes de sensibilisation-choc», d’installer sur les routes des panneaux recommandant les arrêts fréquents, de même que des messages sur le danger du «tueur insidieux» qu’est la fatigue au volant.

«Nous devons changer cette mentalité et mieux faire comprendre les dangers liés à la fatigue au volant à la population générale, écrit en conclusion le coroner. Il faut responsabiliser les conducteurs à l’égard de ce phénomène de manière à ce qu’ils s’arrêtent dans un endroit sécuritaire pour se reposer dès que les premiers signes de fatigue se manifestent.»

http://www.journaldequebec.com

Internet : Une nouvelle méthode de suivi pratiquement impossible à bloquer


Qu’est-ce qui est pire, être surveillé par la NSA ou autre gouvernement, ou encore que les publicitaires vont à notre insu connaître nos habitudes de navigations pour mieux ciblés les publicités ? L’internaute n’est plus à même d’être protégé contre l’affut des publicités que ce soit dans la vie réelle ou virtuelle qu’il faut qu’on lui en impose encore plus
Nuage

 

Internet : Une nouvelle méthode de suivi pratiquement impossible à bloquer

 

Laurent LaSalle

Un nouvel outil extrêmement persistant, qui tire profit d’une méthode permettant de générer l’équivalent de l’empreinte digitale de votre navigateur, se retrouve sur des milliers de sites web.

Son but? Permettre de la publicité toujours plus ciblée. Lorsque la NSA ne vous surveille pas, les publicitaires prennent le relais. Joie.

La méthode, nommée canvas fingerprinting (littéralement, toile d’empreintes digitales), a été proposée pour la première fois par Keaton Mowery et Hovav Shacham en mai 2012.

En résumé, puisque les navigateurs sont aujourd’hui étroitement liés au système d’exploitation, ils ont plus facilement accès aux ressources du système informatique d’un internaute. En demandant au navigateur de reproduire une série d’éléments qui exploitent les subtilités de la configuration logicielle et matérielle par le biais de WebGL, il est possible de générer une image unique qui s’apparente à une empreinte digitale.

Celle-ci est ensuite relevée par la régie publicitaire, puis utilisée afin de monter un profil d’utilisateur. Avec le temps, le système connaît davantage votre séquence de navigation Internet, et peut ainsi prendre en considération vos habitudes dans le choix des publicités qu’il souhaite vous afficher.

Malheureusement, il est pratiquement impossible de se prémunir contre cette nouvelle méthode de suivi. En effet, comme le souligne ProPublica, les outils qui parviennent à générer un identifiant unique du genre sont particulièrement difficiles à bloquer : ils ne tiennent pas compte des paramètres de confidentialité de votre navigateur (notamment, le mode incognito) et les extensions comme AdBlock Plus sont inefficaces devant le stratagème employé.

Exploitée par certains des sites les plus populaires d’Internet

Une équipe de chercheurs de l’Université de Princeton et de l’Université catholique néerlandophone de Louvain a conclu que 5% des 100 000 sites les plus populaires du Web intègre un script exploitant le canvas fingerprinting. Pour la majorité de ces sites, le code en question provient du module de partage AddThis.

Pour les autres, notamment le site de rencontre Plenty of Fish, le code semble avoir été volontairement intégré par les développeurs.

Nous vous invitons à consulter la liste des sites qui exploitent la nouvelle méthode.

Comment faire pour se prémunir du canvas fingerprinting

Si vous souhaitez l’anonymat le plus complet sur Internet au détriment de votre expérience de navigation, Gizmodo propose des pistes de solutions afin de ne pas être victime de ce type de surveillance.

Vous avez le choix entre utiliser les navigateurs Tor ou Chameleon, installer l’extension NoScript sous Firefox, ou bloquer complètement le JavaScript.

http://branchez-vous.com/

Mort de deux frères asphyxiés par un serpent: pas d’accusations


Le gars gardait illégalement un serpent dans son appartement, et le serpent s’est enfui tuant deux jeunes enfants et pas d’accusation. Qu’est-ce que l’on doit comprendre ? Si la couronne ne poursuit pas le propriétaire de ce python ? Qu’il n’est pas responsable de l’animal qui est un prédateur dangereux pour son manque de sécurité? Leurs parents ne verront jamais leurs deux enfants qui ont été attaqués dans leur propre appartement
Nuage

 

Mort de deux frères asphyxiés par un serpent: pas d’accusations

 

Mort de deux frères asphyxiés par un serpent: pas d'accusations

Les enfants dormaient dans l’appartement situé au-dessus de l’animalerie Reptile Ocean lorsque le python s’est enfui. Photo archives / Agence QMI

Agence QMI

 

CAMPBELLTON, N.-B. – La GRC au Nouveau-Brunswick a terminé son enquête concernant la mort des deux jeunes frères Noah et Connor Barthe, asphyxiés par un python de Seba qui s’est échappé de sa cage, à Campbellton, l’année dernière.

Le dossier a été remis à la Couronne.

La police n’a pas recommandé le dépôt d’accusation. Le dossier n’est toutefois pas fermé.

«L’enquête n’est pas conclue parce que la Couronne pourrait demander d’autres informations à nos enquêteurs», a indiqué la constable de GRC, Jullie Rogers-Marsh.

Noah, 4 ans, et Connor, 6 ans, sont morts étouffés par le serpent, le 5 août 2013. Ils dormaient dans l’appartement situé au-dessus de l’animalerie Reptile Ocean lorsque le python s’est enfui de son enclos et a fait son chemin jusqu’aux enfants.

Le commerce et l’appartement sont la propriété de Jean-Claude Savoie, qui gardait l’animal exotique illégal dans son appartement.

Mercredi, le gouvernement du Nouveau-Brunswick a annoncé la création d’un groupe de travail qui aura la responsabilité d’examiner les lois et les règlements relatifs aux animaux exotiques dans la province.

«Notre gouvernement estime important d’informer le public concernant nos efforts pour revoir nos règlements actuels, afin de les renforcer, et notre intention d’établir un groupe de travail qui permettra de s’assurer qu’une telle situation ne puisse se reproduire», a indiqué le ministre des Ressources naturelles, Paul Robichaud.

Le groupe de travail sera dirigé par le gérant du Zoo de Magnetic Hill à Moncton, Bruce Dougan. Il est aussi un ancien président des Aquariums et zoos accrédités du Canada.

http://fr.canoe.ca

Le vrai règne de la beauté


Malgré que l’article est long, je le trouve intéressant et cela vient appuyer ce que j’ai remarqué depuis que je suis petite, que l’on ment quand on dit que ce n’est pas la beauté qui compte, mais l’intérieur d’une personne, car en réalité, c’est tout le contraire qui se produit … Et, si nous sommes un peu observateurs de nos réactions ou ceux des autres, la beauté est quasi toujours un aspect important
Nuage

 

Le vrai règne de la beauté

 

Vous en doutiez encore? On savait que les gens plus séduisants avaient tendance... (Photo Masterfile)

Photo Masterfile

Silvia Galipeau
La Presse

Vous en doutiez encore? On savait que les gens plus séduisants avaient tendance à décrocher de meilleurs boulots, de meilleurs salaires, même carrément à être plus heureux. Voilà qu’une nouvelle étude démontre que les gens qui se croient beaux s’estiment de surcroît supérieurs. La supériorité de la beauté serait en quelque sorte intériorisée. Explications. Comparaisons. Et critiques.

Personne n’aime se sentir moche. Mais saviez-vous que quand on se lève du bon pied et qu’on se sent plutôt avantagé, plutôt joli ou carrément canon, on a aussi l’impression (l’illusion?) de graviter dans les hautes sphères de la société? Fini, la classe moyenne, un coup de rouge à lèvres et on se sent sinon riche et célèbre, du moins parmi les mieux nantis du pays. Avec toutes les implications psychologiques que cela entraîne. Une étude un poil troublante fait le point.

Troublante, cette étude réalisée par une équipe de l’Université Stanford, en Californie, notamment parce que l’inverse est également vrai. Quand on se sent plutôt moche, on a aussi tendance à croire qu’on fait partie des moins choyés de la société. La supériorité de la beauté, vous dites? Ouille.

C’est une équipe de deux chercheurs, dont Peter Belmi, étudiant au doctorat à la Business School de Stanford, qui est arrivée à ce dérangeant constat, après cinq enquêtes sur le sujet. Toutes arrivent à la même conclusion.

«Quand on se sent physiquement très attirant, on a tendance à se croire mieux placé sur le plan social. Et inversement, quand on se sent physiquement peu attirant, on a tendance à se rabaisser, à l’autre bout de l’échiquier», explique Peter Belmi en entrevue.

Le chercheur a commencé à s’intéresser à cette question pendant la récession.

«Je me suis rendu compte que malgré la récession, l’industrie américaine de la beauté continuait de faire bien des affaires. C’est fascinant. Cela voudrait donc dire que malgré les difficultés, les gens continuent de prendre soin de leur look. Et c’est là que j’ai commencé à faire des recherches sur les raisons pour lesquelles les gens investissent autant dans leur apparence. Et je me suis posé la question: se pourrait-il que notre apparence influe sur la perception que nous avons de notre statut social?»

Un statut bien mérité

Mais la deuxième découverte est encore plus troublante. En effet, les chercheurs ont aussi cherché à savoir quelles étaient les perceptions des répondants quant aux inégalités sociales. Et c’est là que le bât blesse. Car non seulement les gens qui se trouvent les plus beaux se croient les mieux nantis, mais ils ont aussi tendance à penser que s’ils sont arrivés là où ils sont, c’est parce qu’ils l’ont bien mérité. Bref, que ceux qui n’ont pas eu leur chance sont moins travaillants, plus paresseux, moins méritants.

Les plus beaux se montrent à cet égard les moins généreux, ayant moins tendance à donner aux pauvres, entre autres. Et les moins beaux? Exactement le contraire…

«C’est comme si les gens se sentaient fiers d’eux. Ils ont le sentiment qu’ils méritent d’être là où ils sont parce qu’ils ont travaillé fort. À l’inverse, quand on est moins favorisé, on ne veut pas non plus s’autoflageller.»

En effet. Ceux qui se trouvent moins beaux, moins choyés par la société croient du coup que s’ils sont moins fortunés, cela tient à des facteurs non pas personnels, mais au contraire «contextuels», liés à l’éducation, l’économie, la discrimination.

Beaux et privilégiés

Soit. Mais pourquoi les gens qui se trouvent beaux se croient-ils en prime socialement «supérieurs»?

«Parce que dans la vraie vie, les gens voient bien que la beauté est associée à certains privilèges, répond le chercheur. Il existe une foule d’études pour le confirmer: les gens beaux réussissent mieux dans la vie. Les gens le voient et associent du coup le statut social à une certaine beauté.»

Est-ce à dire que les gens qui se trouvent beaux sont aussi très sûrs d’eux, à la limite méprisants?

«C’est sûr que ma recherche démontre un peu ça, conclut-il. Mais cela démontre surtout que tout est une question de perception. C’est sûr que les gens aimeraient m’entendre conclure que ceux qui se trouvent beaux sont de méchants douchebags. Mais ça, je ne peux pas le confirmer. Ce que je peux dire, en revanche, c’est que l’on a clairement une psychologie différente, qu’on se croie en haut ou en bas de la hiérarchie sociale, et que tout cela dépend finalement de la perception que l’on a de sa propre beauté. Et ça, c’est fascinant.»

Tout ce que vous ignoriez sur la beauté… et préfériez ne pas savoir

 

MÊME LES NOUVEAU-NÉS PRÉFÈRENT LES BEAUX

À peine nés, les poupons sont déjà davantage attirés par les visages symétriques, les traits harmonieux, bref, les belles personnes, et non les moches. Une psychologue française a soumis des bébés de trois jours au test: devant des photos de femmes préalablement évaluées par un public adulte, les bébés passent systématiquement plus de temps à observer les visages séduisants.

«C’est l’insondable pouvoir de la beauté, écrit L’Express, dans la foulée de ces résultats. Si même de tout petits bébés sont sensibles à l’esthétique, qu’en est-il de nous?»

LES BEAUX ONT LES PLUS BELLES CARRIÈRES

Est-ce parce que les patrons préfèrent embaucher des employés séduisants? Ou plutôt parce que les belles personnes ont davantage confiance en elles et décrochent du coup de meilleurs jobs? Toujours est-il qu’une enquête longitudinale réalisée par une équipe de chercheurs britanniques et italiens sur une cohorte de 8000 jeunes diplômés américains est limpide: ce sont les beaux candidats qui décrochent le plus rapidement des postes, et qui connaissent de surcroît les plus prestigieuses carrières.

La beauté serait un facteur plus déterminant encore que les différences socio-économiques, l’éducation des parents et même le QI des candidats, conclut l’étude, publiée dans la revue Research in Stratification and Mobility.

LES HOMMES MARIÉS À DE BELLES FEMMES SONT PLUS HEUREUX

«Avoir une femme belle, c’est un marqueur social, une façon d’affirmer sa puissance», écrit le sociologue Jean-François Amadieu dans Le poids de l’apparence, une véritable bible sur la question de la beauté.

Aucun doute ici: la beauté de madame est aussi clairement liée au bonheur conjugal de monsieur, conclut une étude récente, réalisée par une équipe de psychologues auprès de 450 couples de jeunes mariés, publiée dans le Journal of Personality and Social Psychology.

Et surprise: si la beauté est ici un facteur clé, c’est vrai seulement pour les hommes. En d’autres termes, chez les femmes, la beauté du conjoint n’est pas du tout liée au bonheur. Tiens, tiens.

PLUS LES FEMMES SONT MINCES, PLUS ELLES GAGNENT D’ARGENT

Un homme qui pèse 30 kilos de plus que la moyenne gagnera environ 67 000$ par année, nous apprend une enquête de l’American Psychological Association (dont les chiffres sont publiés par Statistic Brain). S’il pèse 30 kilos de moins que la moyenne? 35 000$. En revanche, mieux vaut être mince pour une femme: celles qui pèsent 30 kg de trop gagnent à peine 21 500$, contre 62 000$ pour les plus minces (30 kg de moins). À noter qu’il vaut non seulement mieux être mince, mais aussi maquillée. Plus une femme a un beau maquillage, plus elle dégage de compétence, de fiabilité et de confiance, apprend-on.

LES BEAUX SONT PLUS HEUREUX

Celui qu’on surnomme l’économiste de la beauté, Daniel Hamermesh, a publié un article plutôt provocant: La beauté, la clé du bonheur, en 2011. Selon lui, le bonheur lié à la beauté serait en fait le fruit de différents facteurs purement économiques. Ainsi, écrit-il, comme les hommes beaux ont tendance à décrocher les meilleurs jobs, toucher les meilleurs salaires et épouser les plus belles femmes (et vice versa), les belles personnes seraient finalement les plus heureuses. Pour appuyer ce constat, le chercheur a analysé des données récoltées auprès de 25 000 foyers, tant aux États-Unis, au Canada et en Allemagne qu’en Grande-Bretagne. Les personnes les plus séduisantes se sont classées parmi les 10% plus heureuses, alors que les plus moches se sont retrouvées dans la catégorie des plus malheureuses.

Trois regards sur ce pouvoir discriminatoire

On aime bien se faire croire que c’est faux. Que le beau ne règne pas. Mais quelque part, n’est-ce pas l’hypocrisie qui règne? Réactions.

DISCRIMINATOIRE

Léa Clermont-Dion, féministe et auteure de La revanche des moches

«Plein d’études prouvent qu’on est attirés par les beaux, c’est fou. Cela part peut-être d’un instinct naturel chez les gens. On est attirés par la beauté en architecture, en art. Mais il faut se rendre compte que cela peut être extrêmement discriminatoire. Ce n’est pas juste une question de race, on voit maintenant que quelqu’un de beau est aussi privilégié dans le milieu du travail. Est-ce qu’on est en train de créer, par les moyens technologiques, une « société de classes »? […] Parce que ça n’est pas donné à tout le monde. […] Mais pourquoi se priver quand on en a les moyens? C’est tellement facile. […] Cependant, une nuance s’impose. Être beau, des fois, cela a des inconvénients. On accorde parfois moins de crédibilité à quelqu’un de beau, notamment une femme, tout particulièrement en politique. Je dirais donc que c’est une arme à double tranchant, la beauté, et qu’elle est doublement discriminatoire pour les femmes.»

PAS UN CRITÈRE D’INTELLIGENCE

Jean-Jacques Stréliski, professeur associé à HEC Montréal, expert en stratégie de l’image

«Est-ce que la beauté fait vendre en pub? C’est très vrai que globalement, en publicité, on demeure toujours dans le domaine de la projection, de l’image. Chez L’Oréal, par exemple, on a opté pour encore plus que la beauté, une beauté sublime, une beauté vers laquelle on voudrait tendre. […] Bien sûr, Dove a essayé de ramener des critères plus naturels et plus normés, pour que les gens puissent se reconnaître. Sur le plan du discours, cela passe très bien. Sur le plan des achats, par contre, cela passe moins bien. On est habitués, je dirais presque drogués, à ce que la publicité nous amène dans un autre univers. […] Mais de là à dire que le beau fait vendre? Je garderais une certaine pudeur. Vous savez, j’ai rencontré tellement de gens beaux et cons. La beauté n’est certainement pas un critère d’intelligence. Parce qu’on peut être beau et con à la fois, comme le chantait Brel…»

UNE QUESTION DE PERSONNALITÉ

Denis Desro, rédacteur en chef mode, Elle Québec

«Ce n’est pas une surprise, et c’est sans doute une espèce de vérité: les gens beaux ont accès à plus de choses que les gens moins beaux, ils ont certainement plus de facilité dans la vie. Les gens moins beaux ont autre chose, d’autres talents. Mais en même temps, beaucoup de gens beaux ne le savent pas, ou encore il y a des gens qui sont beaux, mais qui n’ont pas la personnalité qui va avec. Moi, je pense que c’est finalement une question de personnalité. Une belle personne aura plus de chances de réussir si en plus elle a une belle personnalité. Si on prend les mannequins, c’est sûr qu’il y a de très belles filles, par exemple, qui réussissent, mais il y a aussi de très belles filles qui ne réussissent pas, parce qu’elles n’ont pas une personnalité forte ou qu’elles ne dégagent pas. Et pour avoir une belle personnalité, ça prend beaucoup d’entregent, une facilité pour établir le contact, dégager quelque chose, du charisme…»

http://www.lapresse.ca